Pourquoi les prix de l'immobilier ne baissent-ils pas davantage ?

 |   |  505  mots
Dans les zones tendues, la demande bien supérieure à l'offre empêche tout fléchissement des prix
Dans les zones tendues, la demande bien supérieure à l'offre empêche tout fléchissement des prix (Crédits : Reuters)
Après avoir crû de 155% depuis 1998, les prix de l’immobilier en France diminuent de manière (trop ?) modérée depuis 2011. L'agence de notation Standard and Poor’s en détaille les raisons.

Mais pourquoi diantre les prix de l'immobilier ne baissent-ils pas davantage ? Après avoir crû de 155% depuis 1998 en France, un recul plus marqué que celui que l'on connaît actuellement est attendu par bon nombre d'acquéreurs potentiels dans les zones tendues. Malheureusement pour eux, plusieurs facteurs tenaces empêchent un mouvement généralisé à la baisse des prix, selon une étude de Standard & Poor's.
Les banques françaises ont en premier lieu leur part de responsabilité. Elles ont en effet continué depuis la crise de 2008 à accorder largement des prêts immobiliers car ce type de crédit leur permet de fidéliser leurs clients sur le long terme. Résultat, "l'offre de financements immobiliers a continué de croître depuis le début de la crise", explique l'agence.
En parallèle, les taux d'intérêt de crédits immobiliers ont diminué. Ce qui a rendu d'autres types d'investissements moins attractifs aux yeux des français, et accentué ainsi la caractéristique de "valeur refuge" de la pierre.

Il manque 1 million de logements en France

Facteur plus structurel, le déficit d'offre de logements maintient la pression sur les prix et enraye leur baisse. Les divorces, les naissances, l'immigration ou les mutations professionnelles sont autant de composantes qui font croître chaque année les besoins en logements de la population. On estime que pour les satisfaire, il faudrait que 500.000 habitations soient construits chaque année.

Or ce n'est pas le cas. Pour 2013, S&P prévoit 335.000 constructions de logements. Au total, il en manquerait désormais près de 1 million en France, selon des estimations officielles citées par l'agence de notation.

Le marché français est surévalué de 15%

Aujourd'hui, le marché de l'immobilier français est probablement encore surévalué de 15% comparé à sa moyenne sur le long terme, note S&P. Ce niveau de prix complique l'accès à la propriété pour certaines populations, comme les primo-accédants qui disparaissent du marché depuis que le gouvernement a réduit ses aides.

Mais dans un avenir proche, les prix pourraient être amenés à diminuer quelque peu...car la capacité financière des demandeurs de logements devraient s'éroder. En effet, pour S&P, la hausse des taxes sur les revenus conjuguée au taux de chômage élevé en France maintiendra à un faible niveau le revenu disponible des ménages. Et pour ne rien arranger, la taxe sur les transactions immobilières (DMTO) augmentera en 2014.

Une remontée des taux de crédits immobilier est à prévoir

La remontée prévue des taux d'intérêt de crédits immobiliers va également affecter la demande. Le risque est réel, mais il reste à en connaître l'ampleur. Mais pour maintenir un pouvoir d'achat immobilier suffisant, les prix des logements devront baisser sinon les transactions freineront davantage. Ce dernier scénario est redouté par les promoteurs sur le marché du neuf. Eux qui se disent incapable de faire baisser le prix de revient des logements qu'ils font construire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2013 à 23:00 :
Vous oubliez qu'un acheteur sur deux à Paris en ce moment est étranger. Ils ne sont pas taxés comme nous sur les plus-values, l'ISF...
a écrit le 05/12/2013 à 11:09 :
La situation est très claire pour moi : des personnes occupent des logements qui ne devrais pas et déstabilisent le marché :
- Vieux a la retraite dont les enfants ont quitté le domicile (ils sont les plus nombreux)
- Personne bénéficiant a tord de logement sociaux
- Personnes en visite qui sont propriétaire d'un logement qu'ils occupent moins de 6 mois en ile de france.
Et surtout je ne compte plus ces lois stupides au bénéfice de la location. Les primo-accédant sont de moins en moins nombreux, l'état ne fais rien (le PTZ est un écran de fumée, on ne peux quasiment pas acheter sur Paris et petite courrone). Après, on s'étonne que les "petites mains" (boulots payé moins de 2000€ par mois) ne sont pas performant et toujours en retard.!!
La location c'est une solution "temporaire". Quand on veut se placer dans la vie, on doit acheter, hors on ne peut pas ou alors on paye des credits aux somme astronomique (moi 80.000e avec 65.000e a rembourser, j'apelle pas ça un crédit a 3%, mais un crédit a 75% !!) ! Et le pire c'est qu'on paye des loyers qui contribuent a alimenter le système.
Le chomage, l'immobillié et la sécurité sont des problèmes majeur, mais tout ce que l'état fait, c'est débattre de lois stupide pour nous enfumer (mariage gay en tête)
a écrit le 15/11/2013 à 19:19 :
Il manque 1 million de logements ... pas vraiment, il y en a bien plus à vendre en France. A Paris, dans les grandes métropoles, il y a pléthore de biens ; le problème, ce sont les prix souvent délirants... en tout cas largement au dessus de la valeur d'usage des biens... pauvre France et pauvres Français.
a écrit le 13/11/2013 à 0:45 :
Les prix de l'immobilier vendu par les actifs du secteur privé et par les bénéficiaires de succession baisse assez vite (5-10%/an)...plus vite en tous cas que celui vendu par les retraités, les actifs sous statut, et les professions libérales, le tout représentant un peu plus de 50% des vendeurs.
a écrit le 08/11/2013 à 9:07 :
L'Immobilier unique n'existe pas. L'appartement avec vue sur la tour Eiffel n'évolue pas selon les mêmes lignes de force que le pavillon de la banlieue d'Aurillac.
Réponse de le 13/11/2013 à 10:00 :
Je penche plutôt sur une augmentation des prix comme en Angleterre car la bulle n'est pas encore à éclater ..
Réponse de le 15/11/2013 à 16:12 :
Les chiffres depuis juillet vous démentent.
a écrit le 07/11/2013 à 21:48 :
S&P n'en a pas mare de faire des analyses inutiles et faussée? C'est eux qui n'ont pas vu la crise des subprimes. Ils fournissent des notations aux entreprises cotées telles que Nexity, Vinci, etc... Donc leurs avis... Il n'y a pas besoin d'avoir un grand background d'économiste pour savoir que les prix baissent mais que la moyenne est faussée car seuls les biens de qualités (et cet effet est de plus en plus marqué) se vendent à la moyenne. Les prix ont baissé de 20% dans beaucoup de quartiers parisiens. Ce n'est pas léger comme baisse ça!
Et ça va continuer!
a écrit le 07/11/2013 à 21:46 :
S&P n'en a pas mare de faire des analyses inutiles et faussée? C'est eux qui n'ont pas vu la crise des subprimes. Ils fournissent des notations aux entreprises cotées telles que Nexity, Vinci, etc... Donc leurs avis... Il n'y a pas besoin d'avoir un grand background d'économiste pour savoir que les prix baissent mais que la moyenne est faussée car seuls les biens de qualités (et cet effet est de plus en plus marqué) se vendent à la moyenne. Les prix ont baissé de 20% dans beaucoup de quartiers parisiens. Ce n'est pas léger comme baisse ça!
Et ça va continuer!
Réponse de le 11/12/2013 à 17:13 :
Je ne sais pas ou vous avez vu que les prix baissent à Paris... j'y habite depuis 10 ans et les prix continuent de monter.
a écrit le 06/11/2013 à 15:44 :
Espérance de vie en France : 80 ans. Age des boomers : 55-70. Va falloir attendre encore un peu pour que leurs héritiers mettent en vente leur héritage ou n'y emménagent (libérant ainsi des places).
a écrit le 06/11/2013 à 15:01 :
comme les vendeurs sont aussi des acheteurs, et qu'ils ont les mêmes difficultés. Il n'y aura pas une grande descente. Tant pis je ne vends plus
Réponse de le 06/11/2013 à 15:19 :
C'est oublier que la majorité des ventes sont contraintes. Décès, divorce, chômage, mutation, ...
Réponse de le 06/11/2013 à 15:34 :
mais louez mon ami
a écrit le 06/11/2013 à 14:10 :
L'immobilier ne baisse pas c'est parce qu'il y a très peu de ventes vu que le plus grand nombre ne peut pas acheter donc tout le monde attend. Mais quand les vendeurs seront obligés de vendre tous en même temps alors là ce sera la grande descente et cela s'appelle la déflation.
a écrit le 06/11/2013 à 13:52 :
Mais si les prix baissent. Ce sont les moyennes qui ne baissent pas car seuls les appartements de grande qualité se vendent (et c'est de plus en plus le cas le dernier que j'ai en tête c'est un appartement sans defauts à Paris place Saint Sulpice à 12000 le m2)
ah lala S&P et leurs rapports inutiles!
Ils sont payés à combien chez S&P pour pondre des investigations aussi inutiles?
Réponse de le 11/12/2013 à 17:16 :
Les petites surfaces continuent d'augmenter à Paris. jje croise désormais régulièrement du plus 200 000€ pour des 2 pièces dans le 12e. Je ne sais pas ou vous avez vu que seuls les apparts de qualité augmentent. C'est complètement faux. Vous êtes mal informé.
a écrit le 06/11/2013 à 12:35 :
Et pourquoi le prix de la côte de porc ou de l'oeuf ou du kilo de pommes ne baisse pas? Trop d'intermédiaires devant faire du chiffre avec une marge conséquente, Etat compris. Seule différence d'avec les producteurs de produits alimentaires, amenés à vendre à perte, est que le propriétaire, sachant qu'il s'est fait arnaquer lors de son achat ne veut pas se faire arnaquer une seconde fois quand il vend.
a écrit le 06/11/2013 à 11:54 :
Coucou les boomers. Ici à Marseille, appart à 200 m de chez moi. T3 quartier tranquille, jardinet, prox. ttes commodités. Il y a 2 ans les vendeurs en demandaient 280 000€. Aujourd'hui ils le laissent sur le site de l'agence à 200 000€. Et par bouche à oreille, ils font des pieds et des mains pour le brader à 180 000€. Moins 100 000€ en 2 ans, ah je suis bien sur le CAC moi. Locataire, tennisman, une jolie famille, gardez vos parpaings les boomers. Et dès que possible, on arrêtera de payer la retraite Ponzi...
Réponse de le 06/11/2013 à 20:05 :
"Et dès que possible, on arrêtera de payer la retraite Ponzi..." : Et ils cesseront de maintenir leurs trains de vie avec les cotisations des enfants des autres pour en léguer plus aux leurs...
a écrit le 06/11/2013 à 10:54 :
"dans un avenir proche, les prix pourraient être amenés à diminuer quelque peu" : il suffit d'installer Castorus pour s'apercevoir que ce n'est pas dans un avenir proche : en province ca chute de partout, et sur leur site on voit des milliers d'annonces qui baissent chaque jour depuis des mois.
Réponse de le 06/11/2013 à 14:03 :
S&P est payé par les boites cotés (Nexity, Vinci, etc...) pour délivrer des notations. Ce n'est pas du tout un organisme crédible. Ils n'ont pas vu la crise des subprime aux US il ne verront pas la bulle immobilière française.
En tout cas il est facile de voir localement que les prix baissent et de façon plus global, l’écroulement des volumes et surtout l'immobilier d'entreprise qui souffre très sérieusement (beaucoup d'immeubles inoccupés à la Défense) . Le Qatar a dernièrement fait se emplettes et UBS a essuyé une perte sèche sur ses investissements achetés vers 2006
a écrit le 06/11/2013 à 10:37 :
Il faut être fou pour acheter ,dans 10 ans les prix baisseront fortement avec le départ des premiers boomers puis ils baisseront encore plus fort ,à Paris 80 pour cent des apparats sont à des gens de plus de 60 ans .
Réponse de le 15/11/2013 à 14:17 :
Le départ des premiers boomers n'est pas dans 10ans mais à déja commencé depuis 2ans.
Réponse de le 29/12/2013 à 22:40 :
En savoie les prix ne baissent pas autour de chambery! Au contraire
a écrit le 06/11/2013 à 10:10 :
L'argument du manque de logements n'est pas le bon. Qu'importe la demande, encore faut-il qu'elle soit solvable ! Par ailleurs, avec tous les Français qui partent à l'étranger, la pression baisse. Non, le problème, c'est que les Français ne savent pas quoi faire de leur argent. Ils s'endettent dans la pierre, faute de mieux.
Réponse de le 06/11/2013 à 12:03 :
Sachant que 70% de l'argent des français provient des transferts de dette, votre remarque est d'autant plus offusquante.
Réponse de le 06/11/2013 à 12:03 :
Sachant que 70% de l'argent des français provient des transferts de dette, votre remarque est d'autant plus offusquante.
a écrit le 06/11/2013 à 10:10 :
L'argument du manque de logements n'est pas le bon. Qu'importe la demande, encore faut-il qu'elle soit solvable ! Par ailleurs, avec tous les Français qui partent à l'étranger, la pression baisse. Non, le problème, c'est que les Français ne savent pas quoi faire de leur argent. Ils s'endettent dans la pierre, faute de mieux.
a écrit le 06/11/2013 à 9:18 :
Le prix de l'immobilier ne baisse pas pour la même raison qu'il est monté en flêche depuis 2002, trop d'intérêts financiers sont à la manoeuvre avec en porte parole les médias et faire croire que le prix l'iimobilier monte monte monte et ne s'arretera jamais.
a écrit le 06/11/2013 à 9:09 :
les prix ne baissent pas car les propiretaires pensent toujours que c est un mauvais moment a passer et que ca va remonter. donc on a actuellement peu de transaction: les acheteurs ne veulent/peuvent plus payer et les vendeurs ne veulent pas baisser. Tout ou tard, ces derniers devront baisser leurs prix: la maison de retraite ne va pas leur faire credit. Il est illusoire de penser que les acheteurs vont payer plus, non seulement le marche est surrevalue (et donc ils sont sur de faire une maivaise affaire) mais en plus ils n en n ont plus les moyens. De meme l etat est a sec et ne peu plus ubventionner l immobilier via Scellier ou autre PTZ (qui devrait disparaitre afin d assainir le marché)
Réponse de le 06/11/2013 à 10:13 :
les vendeurs sont aussi des acheteurs potentiels, et on ne leur fait pas de cadeaux. L'Etat va a contresens
Réponse de le 06/11/2013 à 10:14 :
les vendeurs sont aussi des acheteurs potentiels, et on ne leur fait pas de cadeaux. L'Etat va a contresens
Réponse de le 06/11/2013 à 10:53 :
On parle d'immobilier la ben oui ben non, pas des marchés financiers

Vous écoutez sans doute Cussac pour avoir une telle expression, c est déjà une bonne référence :)
a écrit le 06/11/2013 à 8:28 :
Une fois de plus, S&P a beaucoup contribué à faire progresser la science.
a écrit le 05/11/2013 à 22:07 :
Ouais, bah je quitte Paris. Je bosse, ma femme aussi, on ne gagne "que" 6500 euros par mois à 2. Sans aide des parents, et avec pour projet d'avoir des enfants, c'est mort. J'ai fais tout ce qu'il fallait pour arriver là et maintenant je me dis.. à quoi bon... j'ai pas besoin des tonnes de bien de consommation qu'on veut me refourguer et que je peux acheter, mais j'arrive pas à me loger convenablement. Drole de période...
Réponse de le 05/11/2013 à 23:05 :
Je suis à 200 euros près dans la même situation que vous, avec un bébé en prime :) La démotivation nous gagne de plus en plus, sentiment partagé par nombre de nos fréquentations. L'exode parisien devrait s'accentuer.
Réponse de le 06/11/2013 à 0:50 :
Si cela peut vous consoler, ce n'est pas une question de 6500€ par mois. Gagnant deux fois cette somme, mais à moi seul, et disposant d'un apport égal à 80, oui 80 fois cette somme, je n'achète pas. Trop cher. Quand on voit ce que représente 100m2 et ce que cela coûte, que cela augmente ou pas, c'est simplement ridicule d'acheter un logement qui vaut 40 ans de loyers.
Réponse de le 06/11/2013 à 5:43 :
D'accord avec Al, c'est trop cher ! je pourrai aussi acheter un bel appart a Paris avec un gros apport... mais ca n'a aucun sens surtout dans un marche qui plafonne depuis 2ans deja... Pour ma part j'etais recemment en location a Paris en studio avec ma famille en Province (ya pas mal de villes ou vous pouvez acheter 150m2 pour 200ke, le prix de 15m2 ds Paris...). Parce que payer un loyer 25ans a mon banquier pour vivre dans un clapier, non merci. Je suis parti a l'etranger cet ete, je suis en train de tout vendre... Les taxes foncieres et d'habitation on atteint des niveaux indecents, les taxes et impots augmentent partout, le nivellement par le bas est en cours............ gardez une chose en tete: on a TOUJOURS le choix ! changez de vie !
Réponse de le 06/11/2013 à 6:59 :
Sauf qu'au bout de 40 ans (en fait 25-30 ans à Paris en réalité) vous avez un capital tangible et un toit sur la tête pour vos vieux jours. Ce que vous n'aurez jamais avec une location, même moins chère (moins de frais, de taxes...). L'effort en vaut le jeu. Votre calcul vaut pour aujourd'hui car vous êtes encore jeune et actif. Le serez-vous toujours dans 10, 20 ou 30 ans ? Pourrez vous alors seulement louer ?
Réponse de le 06/11/2013 à 7:51 :
Payer l'équivalent de 40 ans de loyer pour une prétendue sécurité à la retraite en vaut le jeu ? Mettez tout cela dans un tableau Excel et vous verrez que non. L'immobilier est un capital comme un autre, sauf si l'on est irrationnel. Cela dit, on peut être irrationnel bien sûr, mais dans une limite. Le capital immobilier pseudo-tangible, je peux l'avoir ne serait-ce qu'à l'étranger ou en province, dans des villes aux prix un peu plus raisonnables. Il y a un moment où être à Paris n'en vaut pas la chandelle, c'est à dire les 40 ans de loyers demandés. Par ailleurs, je ne vis pas aujourd'hui, en pensant uniquement à mes vieux jours, car entre aujourd'hui et mes vieux jours, il y a les 30 ans durant lesquels je peux épargner pour acheter le moment venu là ou ce sera le moins cher au lieu d'enrichir un banquier indécemment par l'emprunt. C'est aussi très étrange des gens de 26 ans qui écrivent qu'ils ont acheté une maison pour leur retraite. Comment être aussi dépourvu de bon sens ? Enfin, être propriétaire, c'est devoir aussi faire face au ravalement de façade de l'immeuble ou au changement de l'ascenseur. Si locataire à la retraite je ne peux pas louer, propriétaire à le retraite, pourrais-je faire face au ravalement de façade ou au changement de chaudière ? Faire croire aux gens que la propriété c'est la tranquillité à le retraite, qu'il n'y a plus rien à payer est juste le dernier argument irrationnel lorsqu'il n'y en a plus d'autre. Être propriétaire, comme être locataire, coûte de l'argent, donc l'argument de la tranquillité ne tient pas.
Réponse de le 06/11/2013 à 7:55 :
@depité
Nous sommes dans le même cas avec mon mari. Nous avons quitté Paris il y a qq temps déjà et subissons les joies de la banlieue : impôts locaux démesurés, transports saturés. Tout ceci n'est pas très motivant d'autant qu'on s'habitue vite à un 3P et que revendre pour prendre un 4ou5P voire un maison n'est pas si facile (repartir pour 20 ans de credit à 2000€ de mensualités minimum). Le jeu n'en vaut pas la chandelle, nous étudions les possibilités d'expatriation. Ce pays n'a plus rien à nous offfrir
Réponse de le 06/11/2013 à 7:55 :
@depité
Nous sommes dans le même cas avec mon mari. Nous avons quitté Paris il y a qq temps déjà et subissons les joies de la banlieue : impôts locaux démesurés, transports saturés. Tout ceci n'est pas très motivant d'autant qu'on s'habitue vite à un 3P et que revendre pour prendre un 4ou5P voire un maison n'est pas si facile (repartir pour 20 ans de credit à 2000€ de mensualités minimum). Le jeu n'en vaut pas la chandelle, nous étudions les possibilités d'expatriation. Ce pays n'a plus rien à nous offfrir
Réponse de le 06/11/2013 à 9:28 :
Ca y'est les gens commencent à s'apercevoir que l'immobilier cher va nous conduire à la ruine, ni plus ni moins, résultat de la tragédie Sarkozy qui nous a subventionné un marché tendu pour enrichir des branleurs sur le dos de la collectivité (c'est la France que l'on a remise au boulot) , la flèche, et qui sans aucun doute va nous sauver en 2017, cela ne fait pas le moindre doute.
Réponse de le 06/11/2013 à 9:52 :
Acheter dans les conditions actuelles lorsque l'on est jeune c'est faire une croix sur sa jeunesse.
Comment arriver à aller au restau, partir en vacances, s'acheter une voiture, lorsque l'on a 2000€ à rembourser par mois ? Impossible. Ajoutons que lors d'un début de carrière de nos jours il est important de pouvoir changer de ville ou de pays à tout moment pour raison professionnelle, chose que les prix d'achat indécents empêchent. Avec ma copine nous avons multiplié les tableaux Excel et la conclusion est toujours la même: louer.J'ai quelques amis de 28/30 ans qui se sont précipités pour acheter et malheureusement leur situation ne fait pas rêver. Ils pourront peut-être en profiter à 50 ans, certes, mais ce ne sera pas un peu tard ?
Réponse de le 06/11/2013 à 10:13 :
Acheter dans les conditions actuelles lorsque l'on est jeune c'est faire une croix sur sa jeunesse.
Comment arriver à aller au restau, partir en vacances, s'acheter une voiture, lorsque l'on a 2000€ à rembourser par mois ? Impossible. Ajoutons que lors d'un début de carrière de nos jours il est important de pouvoir changer de ville ou de pays à tout moment pour raison professionnelle, chose que les prix d'achat indécents empêchent. Avec ma copine nous avons multiplié les tableaux Excel et la conclusion est toujours la même: louer. J'ai quelques amis de 28/30 ans qui se sont précipités pour acheter et malheureusement leur situation ne fait pas rêver. Ils pourront peut-être en profiter à 50 ans, certes, mais ce ne sera pas un peu tard ?
Réponse de le 06/11/2013 à 10:14 :
Pareil ,gros apport, gagne bien ma vie, c'est délirant, j'ai un pote qui bosse à la campagne avec un peu plus du smic et il s'en tire pas trop mal, ll a acheté son terrain avec sa petite maison pour le prix d'une cave à Paris il y a quelques années, il a même pu acheté un studio dans la ville à côté ! Même dans ma banlieue il me faut 15 ans pour avoir un appart !
A quoi bon ! Ras le bol, je loue au final je suis content et j'arrive à épargner, le coup du toit au dessus de la tête à la retraite je demande à voir, on va bosser comme des cons jusqu’à 70 ans et si on y arrive jusque là: !Je n'ai plus envie de me faire chier dans cette région à la con qu'est l'île de France et encore de faire tous ces efforts pour si peu en retour....Y'a pire dans la vie mais là çà ne vaut pas le coup.
Réponse de le 07/11/2013 à 7:22 :
Qu'est-ce que je vous comprends....................................................Exactement le même constat pour moi.
Sauf que je n'arrive plus à me dire que "ya pire dans la vie", l'ile de france aspire toute la vie comme un siphon, comme une descente directe dans la benne à ordure.
Aucun intérêt à rester vivre ici, sauf que la centralisation de certain métier oblige à rester coincé ici dans le creuset de l'enfer.
a écrit le 05/11/2013 à 22:07 :
Que les rentiers s'accrochent bien à leur pierre bien que cela ne les préservera pas de la maladie et de la dépendance. Leurs héritiers n'attendent que leur dernier soupir pour pouvoir danser sur leur tombe et en profiter à leur place.
Réponse de le 06/11/2013 à 7:03 :
Ma famille possède de nombreux biens, je n'ai jamais compté là-dessus pour faire ma vie et j'espère n'en profiter que le plus tard possible (et profiter des miens ainsi que mes enfants). Mon dieu, quel vision de la vie vous avez, quelle tristesse!
Réponse de le 06/11/2013 à 22:52 :
"Ma famille possède de nombreux biens, je n'ai jamais compté là-dessus pour faire ma vie et j'espère n'en profiter que le plus tard possible" : Et comme tous les héritiers en devenir qui jouent les offusqués, vous lâchez le tiers de vos revenus pour vous loger sans la moindre aide de la famille et encouragez vos parents à profiter en propre de leur argent? Les pensions de retraite indexées sur l'inflation payées par la hausse des cotisations des enfants des autres suffisent peut-être pour voyager autant en pleine crise?
a écrit le 05/11/2013 à 21:37 :
A CAUSE DU LOGEMENT SOCIAL!!! Je serai content d'en avoir un a Paris, reamenage dans un ancien hotel particulier OU a la samaritaine. Le logement social autre fois solution est aujourd'hui une plaie et fausse l'offre et la demande.
Réponse de le 11/12/2013 à 17:32 :
le logement social est une gestion de pénurie... le problème pour moi est plutot de voir des batiments de 2 étages à l'abandon dans paris... ça c'est pas rationnel à l'heure actuelle. on devrait les détruire et refaire dessus du 6/7 étages. (multipliant par 2 ou 3 les logements sur la même parcelle). les PLU en zones tendues devraient être drastiques : pas d'immeubles en dessous de 5 étages à paris pour de l'habitation. Et pas de maisons.
a écrit le 05/11/2013 à 20:32 :
Le patrimoine consultable de la plupart des hommes politiques (gauche et droite), qu'ils soient ministres, députés ou sénateurs est principalement constitué... d'immobilier. Croyez-vous concrètement qu'ils vont se tirer une balle dans le pied en organisant une chute brutale? Il y a énormément de naïfs en France...
Réponse de le 05/11/2013 à 22:13 :
Vous êtes éveillé mais au pays des bisounours ! Nos chers ripoux-blicains ont des patrimoines offshore non déclarés ...
a écrit le 05/11/2013 à 19:49 :
Peut être ...parce que les vendeurs ..veulent attendre 2017...!
Réponse de le 05/11/2013 à 20:02 :
Car en 2017 c'est le retour du clan des corrompus et vous comprenez, tout redevient comme avant : affairisme, trafic d'influence, rétro commissions et accessoirement défiscalisations immobilières financées sur dettes publiques pour satisfaire les électeurs petits rentiers aigris etc.
Réponse de le 05/11/2013 à 20:39 :
POPILONI vous nous cachez quelque chose. Vous ne dites pas qu´il faut se precipiter a l´achat...., donc faut-il en deduire que le PS sera encore la apres 2017 et que alors seulement les prix vont enfin baisser? Precisez votre pensee, cela m´interesse. Merci
Réponse de le 05/11/2013 à 20:39 :
POPILONI vous nous cachez quelque chose. Vous ne dites pas qu´il faut se precipiter a l´achat...., donc faut-il en deduire que le PS sera encore la apres 2017 et que alors seulement les prix vont enfin baisser? Precisez votre pensee, cela m´interesse. Merci
a écrit le 05/11/2013 à 19:33 :
Pas sousestimer l'enorme niche fiscale qui est l'immobilier de nos jours en France.
Les impots sont completement deconnectes des valeurs des biens. Faut mettre l'impot proportionnel au prix du marche du bien et cela des la residence principale: un 2-3% de la valeur du marche sera un tres bon debut. Et virer les droits de mutation qui penalisent les acheteurs.
Réponse de le 06/11/2013 à 9:35 :
si on fait ça les prix monteront d'autant
Réponse de le 06/11/2013 à 10:29 :
Bah oui Einstein, les prix monteront d'autant, pour le plaisir de payer plus de property tax :)
a écrit le 05/11/2013 à 19:09 :
Les prix baissent mais peu. .par contre les volumes de ventes eux s'écroulent - je suis notaire en IDF - Beaucoup de proprios résistent en attendant de trouver un client ou même retirent leurs biens et reportent leur vente - Le marché est plus moins bloqué, la sortie se fera par une baisse des prix importante.
a écrit le 05/11/2013 à 19:09 :
Les prix baissent mais peu. .par contre les volumes de ventes eux s'écroulent - je suis notaire en IDF - Beaucoup de proprios résistent en attendant de trouver un client ou même retirent leurs biens et reportent leur vente - Le marché est plus moins bloqué, la sortie se fera par une baisse des prix importante.
Réponse de le 06/11/2013 à 9:34 :
absolument, mais dans les médias on le passe bien sous silence, le sujet est tabou
Réponse de le 05/12/2013 à 23:35 :
Dans mon département pas de baisse trop de demandes
a écrit le 05/11/2013 à 18:58 :
Ah, le fameux million de logement manquant toujours cité, mais jamais sourcé !
Cela veut il dire que 1 millions de foyer en France vivent sous les ponts?
Réponse de le 05/11/2013 à 21:15 :
Cela vient d'une étude faite par... des étudiants de master de Dauphine, financés par le Crédit Foncier... C'est pourquoi la source n'est jamais citée, car elle n'est pas sérieuse.
Réponse de le 06/11/2013 à 0:27 :
Oui là où sévit l'indétronable michel mouillart expert autoproclamé de la hausse sans fin des prix de l'immobilier....
Réponse de le 06/11/2013 à 9:19 :
A Grenoble, ville réputée (relativement) tendue sur le logement, il y a actuellement 6000 logements qui ne trouvent pas preneurs en locatif. Alors les fantasmes sur le manque de logements...
a écrit le 05/11/2013 à 18:37 :
standard and poor's serait expert en immobilier ??? Ceux ne sont pas eux qui avait noté AAA les crédits subprime?
a écrit le 05/11/2013 à 18:33 :
les prix vont baisser fortement dans les mois à venir dès que la loi DUFLOT sera appliquée. En effet de nombreux acquéreurs potentiels vont se rendre compte qu'il est préférable de rester locataire car les prix des loyers vont mécaniquement s'effondrer sur les zone tendues, d'autant qu'avec la garantie universelle il ne sera plus nécessaire de payer son loyer puisque l'état le prendra en charge
Réponse de le 06/11/2013 à 6:52 :
Et ils loueront quels logements ? Ceux qui manquent faute d'exister ?
a écrit le 05/11/2013 à 18:24 :
"En parallèle, les taux d'intérêt de crédits immobiliers ont diminué. Ce qui a rendu d'autres types d'investissements moins attractifs aux yeux des français, et accentué ainsi la caractéristique de "valeur refuge" de la pierre"
Quel est le rapport?
La baisse des taux d'intérêts immo a augmenté le pouvoir d'achat immo des français, OK la dessus ; mais en quoi cette baisse rendrait elle l'immo plus sûr?
Ne pensez-vous pas c'est le rodéo des marchés actions ces dernières années et les incertitudes monétaires qui ont mis en exergue le coté "valeur refuge" de l'immo?
Réponse de le 05/11/2013 à 21:17 :
Les baisses des taux ont fait baisser les rendements des assurances vie, des obligations -8%/an dans les années 90), etc, donc cela joue beaucoup : si les obligations étaient à 8%, personne n'achèterait de l'immobilier pour des loyers aussi faibles (par rapport au prix d'achat).
Réponse de le 06/11/2013 à 9:21 :
Vous parlez de rendements, l'auteur parlait de "la caractéristique de "valeur refuge" de la pierre", c'est à dire de sécurité du capital. Que la baisse des taux eu favorisé les arbitrages en faveur de l'immo comme vous dites, je comprend tout à fait.
Réponse de le 06/11/2013 à 10:20 :
Le soucis c'est que ce rendement immobilier faible peut se transformer avec le temps et la revente en rendement négatif
Réponse de le 15/11/2013 à 10:44 :
Mais au moins en achetant un logement plutôt que des actions / obligations vous avez du concret au bout du compte et non du vent

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :