Logement neuf : l'activité s'annonce catastrophique pour 2014

 |   |  451  mots
En 2013, près de 75.000 logements ont été vendus par les promoteurs
En 2013, près de 75.000 logements ont été vendus par les promoteurs
Plusieurs indicateurs laissent craindre un effondrement de l'activité de la construction de logements neufs en 2014.

L'année 2013 a été moins pire que prévue pour la promotion immobilière en France. Alors que la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) s'attendait il y a un an à ce que moins de 70.000 logements soient vendus, 74.691 unités ont finalement été réservées en 2013, soit 4,1% de plus qu'en 2012.
Mais ce n'est pas pour autant que les promoteurs se réjouissent. "Comme nous le répétons depuis le début de l'année 2013, notre outil de production de logements neufs continue de se dégrader au lieu de créer de la croissance et de l'emploi (…) Le marché se rapproche de ses plus bas niveaux depuis 25 an", s'inquiète François Payelle, le président de la FPI.

Le seuil des 70.000 logements franchis en 2014 ?

En effet, le seuil fatidique des 70.000 logements vendus pourrait être brisé en 2014. Des signes annonciateurs, révélateurs de la frilosité ambiante pour lancer des constructions de logements, inquiètent profondément les promoteurs : les permis de construire accordées en 2013 ont chuté de 12,6%, alors que les mises en ventes des promoteurs ont baissé de 12,8% à 91 731 unités.
Ces deux indicateurs de confiance font en quelque sorte état des mises en chantier de demain. Entre temps les promoteurs doivent solliciter des financements bancaires, purger les différents recours, et faire face aux problèmes de commercialisation liés au contexte économique difficiles...
Inquiet, François Payelle prédit que les promoteurs vendront entre 66.000 et 68.000 logements neufs en 2014.

Les promoteurs ne prennent pas de risque

Dans ce contexte, les promoteurs ne tenteront pas l'impossible, car ils craignent d'accumuler les stocks invendus. Ceux-ci ne représentent que 9% de l'offre de logements livrés par les promoteurs, soit 7.520 logements, selon la FPI. Bien loin, il est vrai, des niveaux alarmants que l'on peut constater en Espagne.
Reste que la frilosité est de mise. "Les promoteurs mettent de moins en moins de programmes en commercialisation et malheureusement il n'y a pas de motifs de rebond", déplore pour sa part Alexandra François-Cuxac, vice présidente de la FPI.

Les investisseurs se retirent massivement

Désormais, le bât blesse tout particulièrement pour les investisseurs, qui se retirent progressivement depuis 2010. Ils sont la catégorie d'acheteurs qui a le plus chuté : Il y a 3 ans, plus de 70.000 logements étaient vendus aux investisseurs par les promoteurs, contre moins de 30.000 en 2013.
Résultat, la part des ventes aux investisseurs ne représente plus que 40% du total des ventes, contre 60% en 2010. "Cette évolution traduit le manque de lisibilité sur le périmètre géographique et le niveau des loyers applicables" pour le dispositif fiscale d'aide à l'investissement locatif "Duflot", analyse la FPI. Les promoteurs avaient pourtant étroitement participé à son calibrage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2014 à 16:00 :
J’avais en tête que Mme DUFLOT espérait que grâce à sa loi, 150000 logements neufs serait vendus par an. Son objectif est donc atteint à 50%.... Quelqu’un a-t-il une idée du manque à gagner en termes de TVA ? Je serais tenté de dire environ 2.7milliards d’euros. Mais ce n’est qu’une estimation personnelle avec un panier moyen à 180000 €. Je suis preneur du chiffre exact si quelqu’un l’a. Je serais aussi curieux de connaitre la part du bâtiment dans le nombre des chômeurs qui s’inscrivent en ce moment. J’entends dire que ce serait environ la moitié des nouveaux inscrits.
Il parait aussi que notre pays, il manquerait entre 800000 et 1 million de logements. D’un côté, un immense besoin, de l’autre, un immense désastre économique et social…
Nous avons besoin des investisseurs parce qu’ils permettent aux projets de devenir réalités. Ils permettent aussi à l’état d’encaisser la TVA sur tous les logements ; investisseurs et résidence principale. Ils permettent aux communes d’encaisser des taxes.
Et en prime, ce sont des emplois en France.
a écrit le 26/02/2014 à 12:00 :
C'est quand ça va mal qu'il faut savoir être opportuniste: il ya de belles affaires dans le neuf en ce moment!

Pensez au ptz+, aux frais de notaires réduits (3% au lieu de près de 10% dans l'ancien, ça change tout), aux réductions de taxes foncières , aux consommations en chauffage moindre! rien ne vaut le neuf!

Et pensez si vous voulez achetez dans un bel appart flambant neuf, à vous faire parrainer par un ancien client , avant de réserver votre appart !
a écrit le 26/02/2014 à 11:23 :
Pensez au parrainage si vous achetez dans le neuf en vefa!
a écrit le 16/02/2014 à 20:28 :
Plusieurs facteurs ont effectivement contribué à la dégradation de la demande dans le marché du neuf depuis 3 ans: la dégradation des niches fiscales prisées par les investisseurs privés, le développement des normes sur une technologie nouvelle et encore chère à mettre en œuvre, et la constante augmentation des taxes sur l'acte de bâtir ont fini par décourager les acquéreurs potentiels, pendant que les prix des terrains dans les zones tendues continuaient à augmenter... et que la pression pour la contribution des promoteurs à la production de logements sociaux - à perte - ont fini par avoir un effet pervers sur les mises en chantiers.
Réponse de le 18/02/2014 à 19:49 :
on bombardait le secteur d'argent public et plus les prix , terrains, matériaux, + tout le reste montait, il faut tout stopper.
a écrit le 14/02/2014 à 19:39 :
Duflot ou pas les30 ans pour ne pas être fiscalisé sur la revente sont beaucoup trop longs a attendre...pour tous les investisseurs potentiels
Réponse de le 14/02/2014 à 21:25 :
Précision importante : sur la plus-value éventuelle à la revente, défalquée des travaux justifiés.
Réponse de le 15/02/2014 à 7:39 :
Déjà commencez par ne pas surpayer une cage à lapins mal située, après vous pourrez râler contre les impôts... Si vous faites une moins value, vous serez content ?
Réponse de le 15/02/2014 à 10:06 :
investissez dans les entreprises, elles en ont besoin.Ce que l'on a pas besoin c'est des branleurs rentiers pour faire monter le coût du logement et détriment de la compétitivité des entreprises.
a écrit le 14/02/2014 à 18:55 :
en plus si le gouvernement augment la taxe foncière et local et bien duflot peut sortir du gouvernement elle sert a rien, car sont plans tombe a l eau
Réponse de le 14/02/2014 à 21:26 :
Loooooool.
a écrit le 14/02/2014 à 17:05 :
Les promoteurs mettent de moins en moins de programmes en commercialisation.
Je suis mdr à lire cette phrase.
Sur la Côte Azur c'est vraiment tout le contraire que l'on peut constater tous les jours.
Cela dans toutes les villes du littoral et même aussi vers l'arrière pays.
Réponse de le 16/02/2014 à 20:38 :
Pas vraiment, en fait il y a une vraie pénurie de mises en chantier de programmes neufs sur la Côte d'Azur: il suffit de consulter les chiffres de l'antenne locale de la fédération du BTP (ralentissement de l'activité sur les chantiers privés et 1500 licenciements sur 2013) afin de se rendre compte de ce déclin.
Moins de mises en chantier = moins d'emplois, moins d'impôts directs et indirects, moins de taxes, moins d'infrastructure, et moins de dynamisme économique.
Réponse de le 17/02/2014 à 21:50 :
la réalité sur le terrain nikos me prouve tous les jours le contraire.
le déclin supposé du BTP, sur la Côte Azur il n'existe absolument pas.
aucuns promoteurs n'a fait faillite tu sais ici.
a écrit le 14/02/2014 à 17:03 :
sur la Côte Azur les nouveaux immeubles apparaissent comme des champignons.
Les chantiers immobiliers sont innombrables ici vous savez.
A Cagnes par exemple on se demande si bientôt il va encore rester à proximité du centre-ville une maison individuelle.
a écrit le 14/02/2014 à 16:27 :
Logements, moches ( cela n'engage que moi), trop petits, trop chers.
a écrit le 14/02/2014 à 15:51 :
"Résultat, la part des ventes aux investisseurs ne représente plus que 40% du total des ventes, contre 60% en 2010"
il faut lire "avec la fin de la subvention de l etat (Scellier), ceux qui se font pigeonner par un promoteur qui faisait miroiter un avantage fiscal ont disparu. Mais nos promoteurs aimeraient bien qu ils reviennent et demandent donc a l etat de continuer la politique du logement cher"
Franchement, que seul 40% des acheteurs en 2010 achetaient pour se loger n etait il pas un signe que les prix etaient devenus fous ?? 60 % d acheteurs en quete de defiscalisation, ca fait quand meme beaucoup non ?
a écrit le 14/02/2014 à 14:52 :
En espérant une baisse de 50% de l immo dans les zones tendues ( RP Ect) et encore ... Il faudrait 100% pour revenir aux prix d avant la montée en flèche
Réponse de le 14/02/2014 à 17:02 :
"une baisse de 100%" ... mort de rire.
Réponse de le 14/02/2014 à 17:28 :
Si les prix baissaient de 100% les logements seraient forcément gratuits!
a écrit le 14/02/2014 à 14:07 :
La majorité des Français n'ont pas d'argent (ils sont lessivés par les taxes et impots), les prix de l'immobilier sont très élevés et les banques rechignent à prêter (ce qui est sage de leur part dans le contexte actuel de chomage de masse et de paupérisation de la population).
a écrit le 14/02/2014 à 11:04 :
Tout simplement la question des prix. Dans ma commune les prix d'appartements dans l'ancien (logement en bon état, quartiers calmes) varient entre 1300 et 1800 euros/m2, dans le neuf - 3000 euros/m2. Le choix est évident, ne est-ce pas?
a écrit le 14/02/2014 à 10:52 :
Article hélas parfaitement en ligne avec ce que les acteurs de cette activité constatent sur le terrain.
Petite remarque au rédacteur: vous auriez pu éviter la formulation
"L'année 2013 a été moins pire que prévue" Vous pouviez dire la même chose sans martyriser notre langue!
a écrit le 14/02/2014 à 9:50 :
Tout ce qu'EELV touche se transforme en or ... Ils vous disent qu'ils ont raisons, que vous avez tord car eux connaissent la vérité. Je ne discute pas de l'opportunisme des promoteurs mais force est de constater que cela ne fonctionne pas vraiment ... Je sens que les jobs verts promis lors de la transition énergétique vont se révéler être le prochain flop, à grand coup de subsides et d'augmentations masquées sur la facture d’électricité. Je dois reconnaître une qualité à EELV, être à ce point présent dans les décisions qui engage le pays tout en représentant 2 à 5 % des votes, l’efficacité énergétique fonctionne effectivement ...
Réponse de le 16/02/2014 à 20:47 :
L'efficacité écologique, ou plus exactement le "scénario facteur 4" qui vise à diminuer notre dépendance vis à vis d'une ressource en énergie fossile qui deviendra inaccessible d'ici 2050 reste une réalité.
La question est: comment financer cette transition technique et économique dont le coût est conséquent, aujourd'hui ??
EELV n'ont pas la réponse, ni personne d'autre d'ailleurs. Elle viendra du secteur des très hautes technologies qui prend déjà cette question au sérieux et qui viendra peu à peu prendre le relais de la promotion immobilière classique.
a écrit le 14/02/2014 à 9:49 :
C'est normal, les prix sont complètement délirants, avec mon mari nous cherchons un F3 dans du neuf. Il faut mettre sur la table environ 300000€ tout ça pour avoir à peine 65m2 sans garage ni balcon. A ce prix nous ne voulons pas acheter, les prix sont fous. Nous allons attendre que la baisse se poursuive.
a écrit le 14/02/2014 à 8:00 :
ca etonne qqun? ca fait au moins un an qu'on le sait peu ou prou, non?
Réponse de le 14/02/2014 à 9:35 :
Les spécialistres très pointus pouvaient le prévoir dès 2009.
Une petite partie des opérateurs le savaient en 2011
Et la grande majorité des promoteurs , en retard de 2 guerres s'est faite enfler par la baisse des prix et rendements en 2013.
a écrit le 14/02/2014 à 0:38 :
le petit francois avait annoncé 500000 logement par an lol !!!
Mme Duflot a fait sa petite loi de defiscalisation .elle ne reforme rien une vrai usine a gaz regarder l emission le scandale de l immobilier sur France 3 ouf !!!

le pire etant qu on continue d arroser n importe comment la soit disant obligation de contruire au endroit ou on a bessoin de logement est detourné


on a rien a envier au espagnol !!!
a écrit le 13/02/2014 à 21:12 :
Mais non, voyons !! Mme Dufflot est une experte : elle va relancer le logement et inciter les investisseurs a acheter des apparts pour les mettre a disposition gratuite et sans garantie pour les locataires (à titre gratuit)... bien entendu, ces investisseurs sont prêts à financer une garantie qui prendrait en charge le non paiement des loyers, les dégâts occasionnés, etc... NON ?? On est pas au pays des Bisounours ?? Bon, alors...Qui se dévoue pour l'annoncer à Mme le Ministre du logement ?
Réponse de le 13/02/2014 à 22:37 :
Mdrrrrrrrrrrrrr.
Réponse de le 14/02/2014 à 9:28 :
personne n'empêche le propriétaire d'imputer la garantie locative sur le montant du loyer... à hauteur de 2%, cela represente 20 euros pour un loyer de 1000 euros.... ce n'est pas ça qui fera reculer un locataire

par contre, le prix des logements neufs est déconnecté du marché de la location, c'est clair......
a écrit le 13/02/2014 à 20:39 :
Bonjour
C'est article révèle bien les lacunes de nos politiques.
À force de vouloir tout régenter il devient de plus en plus difficile et de plus en plus cher de proposer des logements.
Chaque ministre veut sa défiscalisation bien à son nom, et des normes intelligentes sur le fond (ex : accès handicapé ) rendues obligatoires pour tous la ou un % de logement serait suffisant.
Au final pas de stabilité fiscale, des lois rétroactives et des investisseurs qui partent à l'étranger comme deux de mes collègues qui viennent d'investir en Belgique et en Allemagne
a écrit le 13/02/2014 à 19:17 :
A force de repetrer en Coeur que c'est la crise, que les bailleurs sont des rentiers dodus, que les loyers doivent etre blocques que les prix de l'immo doivent baisser de 20, 30 et parfois 40%, qu'un impaye de loyer c'est seulement un pb social, etc Les candiats a l'investissement sont moins nombreux. Peut on s'en etonner?
Réponse de le 13/02/2014 à 22:38 :
Peut-on s'en plaindre ?
a écrit le 13/02/2014 à 19:16 :
Preuve que la "pénurie" de logement est totalement artificielle, gonflée à coup de subventions fiscales qui attiraient l'épargne vers l'immobilier au détriment du financement de l'industrie.
Réponse de le 14/02/2014 à 9:52 :
Tout à fait d'accord, la pénurie est artificielle. Le problème se sont les lobbys qui essayent de faire croire le contraire avec le soutien des médias. En France il y a un stock de logements vacants énorme
a écrit le 13/02/2014 à 19:14 :
Qu'ils arrêtent les normes 2012 et ça ira mieux. C'est normes qui sont faites pour gagner en valeur énergétique rendent le prix de construction inabordable et ce prix ne sera jamais rattrapé par les factures d'une famille durant toute ça vie... Imposer ces normes est gouffre économique et la ruine des constructeurs. Mais bon ils semble ne pas être vraiment au courant du mal que cette norme leur occasionne car le précédent gouvernement leur a imposé et eux n'ont rien dit...
a écrit le 13/02/2014 à 18:32 :
Encore la faute au socialisme, c'est vraiment le défoulement total.
Les promoteurs s'engraissent depuis les années 2000, il faudrait surtout qu'ils reviennent sur terre, leur qualité est minable pour le prix proposés.
Les promoteurs qui livrent à temps avec une qualité finie et des projets contemporains qui ont du sens, on peut les compter sur la main. C'est dommage pour les travailleurs du BTP , c'est vrai, mais leurs décideurs le cherchent. Ils devraient réfléchir à la responsabilité qu'ils ont dans le paysage du pays.
C'est encore plus lamentable quand on fait sous traiter à des gens très respectables soient ils pour pas les citer les turques ou les égyptiens afin de participer au gros oeuvre voir aux finitions.
Toutes ces statistiques sont du lavage de cerveau pour les écervelés rentiers.
Alors on va pas commencer à pleurer et agiter des mouchoirs en criant c'est la catastrophe. La corruption des promoteurs, le manque d'innovation et de sérieux dans le bâtiment oui ça c'est une catastrophe et les français le savent très bien, pas besoin d'agiter des mouchoirs.
Réponse de le 13/02/2014 à 21:17 :
Tiens, vous ne nous avez pas encore sorti le "c'est la faute à Sarkozy !!"...
a écrit le 13/02/2014 à 18:32 :
Encore la faute au socialisme, c'est vraiment le défoulement total.
Les promoteurs s'engraissent depuis les années 2000, il faudrait surtout qu'ils reviennent sur terre, leur qualité est minable pour le prix proposés.
Les promoteurs qui livrent à temps avec une qualité finie et des projets contemporains qui ont du sens, on peut les compter sur la main. C'est dommage pour les travailleurs du BTP , c'est vrai, mais leurs décideurs le cherchent. Ils devraient réfléchir à la responsabilité qu'ils ont dans le paysage du pays.
C'est encore plus lamentable quand on fait sous traiter à des gens très respectables soient ils pour pas les citer les turques ou les égyptiens afin de participer au gros oeuvre voir aux finitions.
Toutes ces statistiques sont du lavage de cerveau pour les écervelés rentiers.
Alors on va pas commencer à pleurer et agiter des mouchoirs en criant c'est la catastrophe. La corruption des promoteurs, le manque d'innovation et de sérieux dans le bâtiment oui ça c'est une catastrophe et les français le savent très bien, pas besoin d'agiter des mouchoirs.
a écrit le 13/02/2014 à 18:24 :
Je cite : "... a été moins pire que prévue "
Et vous n'avez pas honte de ne pas savoir parler français !!!
Réponse de le 13/02/2014 à 18:36 :
Mais non...ça va très bien avec dispositif fiscale !! :-)
a écrit le 13/02/2014 à 17:41 :
Bravo MMe Dufflot qui de toute les façons s'en moque bien , son rêve est de nous mettre tous en HLM.
a écrit le 13/02/2014 à 17:38 :
Bravo Cécile Duflot ! La nouvelle politique porte ses fruits! Il ne fait pas bon être propriétaire depuis 2012! Et je ne parle pas de la fiscalité!
Réponse de le 15/02/2014 à 9:49 :
Si tu veux gagner des sous tu te sors les doigts du derrière plutôt que de spéculer sur le logement , besoin vital.Une foi que l'état providence se barre tous les branleurs râlent un peu, c'est normal. Maintenant c'est cette orientation politique qui est prise de toute façon : le logement trop cher est un fléau pour la compétitivité des entreprises.
Réponse de le 16/02/2014 à 20:34 :
Pour info: la production de logements neufs est un concept en pleine mutation, les coûts liés à la construction continuerons à augmenter pour des appartements moins énergivores et plus autonomes d'ici à 2015. N'oublions pas que les années 2025 À 2050 seront marquées par le fin de l'exploitation des énergies fossiles.
Alors que faire pour agir sur les coûts de production???
Peut-être que reconsidérer les montants de TVA sur les terrains à bâtir et sur les ventes de logements neufs (20%) serait un début qui profiterait à tous.
a écrit le 13/02/2014 à 17:35 :
chute de la production industrielle, chute de la production de logement,chute des investissements etrangers,chute des recettes fiscales, hausse de la delinquance
ce gouvernement de charlots est l épisode le plus calamiteux de l histoire de la V ème, le socialisme est en train de flinguer ce pays, comme l angleterre des années 70
Réponse de le 14/02/2014 à 10:10 :
C'est sûr que ça n'avait pas commencé sous Sarkozy, d'ailleurs l'UMP est blanc comme neige.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :