Immobilier : le Portugal, nouvel eldorado européen ?

 |   |  624  mots
Lors du premier semestre 2014, les étrangers ont été à l'origine de 20% des transactions immobilières au Portugal.
Lors du premier semestre 2014, les étrangers ont été à l'origine de 20% des transactions immobilières au Portugal. (Crédits : reuters.com)
Les investisseurs étrangers affluent au Portugal depuis la mise en application d’un paquet fiscal très favorable.

Depuis maintenant plusieurs mois, l'immobilier portugais attire massivement les investisseurs étrangers. Que ce soit dans l'Algarve au sud ou bien dans la région de Lisbonne, ils sont beaucoup à se laisser tenter par le climat idyllique portugais. "Les étrangers ont été à l'origine de 20% des transactions immobilière au Portugal lors du premier semestre 2014 !", constate Pascal Gonçalves, président du spécialiste de l'immobilier portugais Maison au Portugal.

Si cette part est aussi importante, c'est avant tout parce que la demande locale s'affaiblit avec la crise économique et que les banques ferment le robinet du crédit.
Mais cela n'occulte pas le fait que, dans le même temps, l'afflux de capitaux étrangers est significatif. Le Portugal présente en effet toutes les caractéristiques d'un eldorado pour un investisseur étranger : le coût de la vie y est très faible -plus de 30% inférieur à celui de la France-, tout comme les prix de l'immobilier. "Lisbonne est l'une des capitales les moins chères d'Europe en 2013, avec un prix au mètre carré qui s'élève à 1.640 euros en moyenne", indiquait ainsi une étude de Deloitte publiée en juin 2014.

Des niveaux de prix bien inférieurs à ceux pratiqués en France

En parallèle, des avantages fiscaux pour les étrangers sont prévus. En accord avec Bruxelles, le Portugal a effectivement lancé un paquet fiscal appliqué depuis le 1er janvier 2013 pour attirer les investissements. Ainsi un "Golden Visa" a été créé en échange d'un investissement d'au moins 500.000 euros dans l'immobilier portugais : il permet à des investisseurs non communautaires de bénéficier d'une totale liberté de mobilité en Europe conférée par le permis de résidence portugais en zone Schengen. Les Chinois se sont notamment rués sur cette opportunité. Résultat, le Golden Visa a "jusqu'ici permis d'attirer 800 millions d'euros dans l'économie portugaise", explique Pascal Gonçalves.

Du côté des européens, ce sont principalement les retraités, français notamment, qui arrivent massivement, car ils y sont exemptés d'impôt sur le revenu pendant 10 ans sous conditions de vivre au moins la moitié de l'année au pays de Camoens, et de ne pas y avoir été résident fiscal ces 5 dernières années. Ce régime appelé "résident non-habituel" a encore un avantage supplémentaire: "il applique une imposition forfaitaire de seulement 20% applicable sur les revenus provenants de prestation de services et des salaires perçus au Portugal", ajoute Pascal Gonçalves.

Dynamiser une économie en berne

Pour le Portugal, l'intérêt de ce dispositif est clair : redynamiser un marché de la construction morose depuis le début du 21ème siècle. A l'inverse de l'Espagne, il n'y a en effet pas eu d'emballement sur l'immobilier au début des années 2000 au Portugal. Pour preuve, entre 2002 et 2006 la croissance portugaise n'a jamais dépassé les 2%, au contraire de son voisin ibérique. Le marché est en fait resté faiblement haussier et globalement sans à-coup depuis le début du 21ème siècle.

Visiblement, il a été trop atone au goût des dirigeants portugais qui ont donc décidé d'instaurer des avantages fiscaux pour les investisseurs étrangers. De quoi aussi accroître les revenus du tourisme, une des rares ressources de poids de l'économie portugaise, et pourquoi pas, attirer un public capable de développer le tissu économique local.

Du reste, de telles incitations risquent de tirer rapidement les prix à la hausse, notamment sur des biens de qualité qui plaisent davantage aux investisseurs européens. A terme, la formation d'une bulle n'est donc pas à exclure. Ce qui pourrait être très mal vécu par la population locale, qui subit déjà de plein fouet des mesures d'austérité d'envergure.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2014 à 2:57 :
Allez-y, précipitez-vous, bientôt Lisboa sera à 8000€ le m2
Réponse de le 17/09/2014 à 15:24 :
Clairement ! Lisbonne doit rattraper Madrid qui doit rattraper Marseille qui doit rattraper Lyon qui doit rattraper Paris qui doit rattraper Londres.
a écrit le 16/09/2014 à 16:21 :
Il faut des etrangers pour retaper le pays, car il y a un patrimoine immobilier qui ce degrade et seuls lesgens de culture le savent.
Je suis d'origine portugaise et j'ai honte des cons portugais surtout gouvernement qui brade tout: voir les peintures de Miro vendus pour trois fois.
Réponse de le 17/09/2014 à 13:54 :
arrête de dire tout es rien , l'immobilier trop chères de 50% , ils ne vendrons jamais, même dans 15 ans le prix acheter aujourd'hui , certains compare le Portugal à la Floride ,la bonne blague , c'est plus l’Afrique comme les salaires es l’économie, faite attention les futures retraiter
a écrit le 16/09/2014 à 5:30 :
Les retraités n'ont pas connu tous les avantages sociaux dont vous bénéficiez aujourd'hui; entrée dans la vie active, durée du temps de travail, des congés, allocations diverses, conditions de travail (sécurité, pénibilité). Renseignez vous. Ils ont participé aux financements via les impôts et taxes pour que vous puissiez naître et vivre dans de meilleurs conditions qu'eux. Aujourd'hui ils restent des consommateurs et paient des impôts. Ils aident les enfants, les petits enfants et la collectivité. Mais sont mal vus. Ils vont ailleurs où il fait bon vivre et où ils sont bien reçus, tout celà grâce à vos critiques.
Réponse de le 16/09/2014 à 8:12 :
Les pauvres choupinets dont le revenu médian est supérieur à celui des actifs, qui paient moins d'impôts, qui ont cotisé moins et moins longtemps, qui ont connu le plein emploi et l'immobilier abordable. "Ah les jeunes, il leur faudrait une bonne guerre."
Réponse de le 16/09/2014 à 9:40 :
Vous rigolez ? Les retraités actuels ont soit connu les trente glorieuses, soit ce sont des baby boomers avec le plein emploi et tous les avantages sociaux à la pelle. D'ailleurs, ces mêmes retraités en ayant voté pour des incapables, ont laissés la France dans un sale état. Bref, votre commentaire est complètement absurde.
a écrit le 16/09/2014 à 3:58 :
T
a écrit le 16/09/2014 à 0:25 :
c'est pour remplacer les 100 000 portugais qui fuit le pays chaque année pour manger , car ce pays na rien a manger pour le peuple ,l'immobilier es trop chère pour la vie du pays , les retraiter sont les bons pigeons pour les vampires de Lisbonne , les dirigeants
a écrit le 16/09/2014 à 0:07 :
Bravo pour ce beau projet où maintenant le moins disant est de mise...
a écrit le 15/09/2014 à 20:15 :
C'est super de voir nos retraités, ex soixante-huitards, partir dépenser ailleurs l'argent que nous leur donnons tous les jours par notre travail et nos impôts ! Ils dépensent leur retraite (= nos impôts) ailleurs, sans faire profiter notre économie de cet argent, ce qui aurait été pour nous qui sommes obligés de rester en France un juste retour sur investissement et une vraie solidarité...
Réponse de le 15/09/2014 à 20:36 :
+1
Réponse de le 15/09/2014 à 21:11 :
Moi je suis en retraite mais non payée par l'état français, un vrai indépendant, et je compte bien m'installer au Portugal, rien à battre des pleurnichards gaucho qui voudraient bien me piquer mon blé. allez vous faire voir ailleurs et vivaient dans cette France anti liberté que vous avez tant voulu.
Réponse de le 16/09/2014 à 4:03 :
@mercilesegoistes : les impôts ne servent pas aux retraités mais à payer les intérêts de la dette.il ne faut pas dire des choses que l'on ne domine pas
a écrit le 15/09/2014 à 19:45 :
Sont alors souvant les pays d'origine d'argent recus par l'emigrant, qui vont taxer le revenus.
Debit nulle.
a écrit le 15/09/2014 à 18:02 :
Il fallait s'attendre : une des banques principales qui craque par des histoires de corruption, un pays en éternelle récession au taux de chômage dans les nuages, un présidente de la commission européenne du pays.... alors il faut vite une petite campagne de marketing pour dorer la pilule de ce pays avant que celle-ci ne soit trop amère pour les autres.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :