Brexit : les loyers baissent à Londres pour la première fois en six ans

 |   |  425  mots
Le montant des transactions avait souffert d'un rythme d'affaires moins échevelé pendant l'été, ainsi que des incertitudes entourant le Brexit.
Le montant des transactions avait souffert d'un rythme d'affaires moins échevelé pendant l'été, ainsi que des incertitudes entourant le Brexit. (Crédits : Reuters)
En juillet, les loyers londoniens payés pour les nouveaux contrats de location ont baissé de 0,5% sur un an, selon une étude.

Les loyers payés pour les nouveaux contrats de location ont baissé à Londres en juillet sur un an, pour la première fois depuis novembre 2010, d'après une étude réalisée après la décision britannique de quitter l'UE.

Dans une étude mensuelle publiée lundi 15 août, le groupe Countrywide a mis en exergue un effritement de 0,5% du montant des loyers de ces nouveaux contrats dans la capitale en juillet, par rapport à ceux de juillet 2015.

Incertitude sur le marché des ventes

Johnny Morris, directeur des recherches chez Countrywide, a expliqué que de nombreux logements supplémentaires avaient été mis sur le marché de la location ces derniers mois, ce qui a tiré les prix des loyers vers le bas.

Il a évoqué une agitation particulière dans le secteur au tournant du printemps, lorsque de nombreux acheteurs se sont empressés de boucler leur transaction avant l'augmentation d'une taxe au mois d'avril - avant de mettre ensuite leur nouveau bien en location.

"En outre, l'incertitude sur le marché des ventes avant et après le référendum sur l'UE a poussé des vendeurs à se tourner vers le marché de la location", a-t-il expliqué.

Au plan national, les loyers des nouveaux contrats ont toutefois progressé de 1,5% d'une année sur l'autre.

Le prix de la pierre a atteint un pic avant le Brexit

La décision des Britanniques de quitter l'Union européenne a entraîné une vague d'inquiétude autour du marché immobilier au Royaume-Uni, particulièrement à Londres où il était en plein boom ces dernières années. Au moment du référendum, les prix de la pierre dans la capitale dépassaient de 54%, le pic atteint avant la crise financière internationale de 2008-2009.

D'après une étude distincte du site Rightmove, les prix à la vente dans l'immobilier résidentiel londonien ont à peine progressé en août, de 2,1% d'une année sur l'autre.

Rightmove a expliqué que le montant des transactions avait souffert d'un rythme d'affaires moins échevelé pendant l'été, ainsi que des incertitudes entourant le Brexit. "Le temps nécessaire à une vente à Londres s'est allongé de cinq jours entre mai et juillet", a noté le site.

Le prix moyen d'un logement vendu à Londres dépassait encore 619.400 livres en août (716.500 euros), a toutefois noté le rapport. Les prix ont été dopés ces dernières années par la propension des classes supérieures britanniques à placer l'argent dans la pierre ainsi que par un afflux d'investisseurs venus du Golfe persique ou encore de Russie.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2016 à 2:56 :
Ah bah! Le Brexit est finalement bon pour le britanique moyen: cela fait baisser les loyers!

Surement que quelques riches rentiers doivent réduire de quelques mètres la taille du yacht qu'ils comptaient commander pour noël, mais bon, qu'ils aient se faire mettre.
a écrit le 16/08/2016 à 11:57 :
Oui les mêmes baisses qu'à Monaco, au lieu de 30k euros le m² on passera à 29,5k euros pendant une semaine
a écrit le 16/08/2016 à 9:36 :
Encore une conséquence positive pour les citoyens anglais d'être sortie de l'EU, décidément on va finir par puissamment les envier.

On en sort quand nous de cette europe du fric et de ses milliardaires svp ?

Sortir de l'UE c'est sortir de cette crise sans fin.
Réponse de le 16/08/2016 à 21:58 :
Cette baisse est positive pour les citoyens anglais uniquement si tous les citoyens anglais sont locataires et qu'aucun n'est propriétaire. Sinon il y a des gagnants et des perdants, et rien ne dit que les anglais s'en tirent mieux que quiconque.

On a un peu trop tendance à oublier que les loyers sont un revenu pour les propriétaires, et qu'une baisse des prix est une baisse du pouvoir d'achat.
Réponse de le 17/08/2016 à 10:31 :
Plus on possède d'argent et moins on consomme il vaut mieux donc largement pour la croissance économique que ce soient les plus modestes qui soient avantagés car ils réinjecteront, par nécessité tout simplement, tout leur argent dans l'économie, les propriétaires ne faisant que thésauriser. A un moment il serait temps d'ouvrir les yeux ou bien d'arrêter de les fermer volontairement, merci.
a écrit le 16/08/2016 à 7:30 :
La bulle anglaise se degonfle, et c'est loin d'etre fini.
Le meme process sera a observer dans quelques mois sur Paris apres les elections et le retour de la droite..
Ceux qui esperent des "placements" sur la capitale francaise en seront pour leurs frais.
Les investisseurs quittants Londres pour finalement delocaliser a Francfort, Berlin ou Ailleurs.
Réponse de le 16/08/2016 à 10:45 :
Baisse à Paris? ça fait 20 ans qu'on l'annonce....faiblesse des taux pour l'épargne préférée des Français, faiblesse des taux d'emprunt, aversion viscérale pour la bourse, conjoncture chouillat meilleure, vois pas comment ça pourrait baisser...
Pour Londres c'est quand même un tour de force d'inverse une conjoncture pourtant bonne par un vote. Toute chose égale par ailleurs, c'est la révocation de l 'Edit de Nantes pour moi, en gros se tirer une balle dans chaque pied. Plutôt un pied d'ailleurs, parce que je ne suis pas convaincu qu'ils sortent. Quelle postérité pour Cameron...
On pourrait dire tant mieux pour les locataires, mais je pense qu ils vont dérouiller sévère dans les mois à venir...
Réponse de le 03/09/2016 à 3:06 :
Oui, les prix devraient baisser rapidement à Paris, car les taux sont au plus bas, et lorsque les taux sont bas, il faut vendre et surtout ne pas acheter.

Rappelons que pour une hausse de 1% des taux, les prix de l'immobilier baissent de 15% - toute chose égale par ailleurs.
Comment se fait t il que les prix aient baissé alors que les taux ont chuté? Parceque toute chose n'était pas égale par ailleurs. Parceque sans cette baisse de taux en France pour compenser la baisse du pouvoir d'achat des français, les prix auraient dégringolé... Les prix auraient du augmenter de plus de 20%, mais la démographie veillissante, le papyboom, le manque de jeunes, le chomage et la précarisation des emplois ainsi que le durcissement de l'accès au crédit poussent inlassablement les prix à la baisse. Les subventions cachés de l'Etat (PTZ, APL, Pinel/Défisc...) ne suffiront plus à maintenir artificiellement ces prix.

Ceux qui ne vendent pas maintenant, alors que les taux sont au plus bas, vont pleurer lorsque les taux remonteront.
En tant qu'acheteur, cela ne change rien. A la limite il vaut mieux acheter avec un taux très élevé et un prix très bas, car on peut toujours renégocier un taux s'il baisse, mais un prix est gravé dans le marbre.

Rentabilités négatives et moins values énormes garanties - l'immobilier français n'est plus un investissement, c'est l'exact contraire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :