Les charges de copropriété poursuivent leur ascension

 |   |  395  mots
Ingographie La Tribune
Ingographie La Tribune
La hausse des charges est confirmée par la Fnaim. Leur mode de calcul fait débat parmi les professionnels.

Alors que la baisse des prix immobiliers est quasiment acquise pour le début de l'année à venir, les charges de copropriété, elles, continuent de progresser. Selon les derniers chiffres de l'Observatoire des charges de copropriété de la Fnaim, elles ont augmenté de 3% entre 2009 et 2010, soit plus que l'inflation, qui s'est établie à 2,5% en novembre sur un an. Globalement, en 2010 en Ile-de-France, les charges constatées par lot se sont établies à 1.869 euros en moyenne.

La Fédération note que les principales hausses sont liées à des éléments extérieurs à la copropriété : coûts des gardiens salariés (3,5% pour les charges sociales et patronales) et surtout augmentation des primes d'assurance (5,2%). "Dans le détail, les immeubles - tous services collectifs - qui cumulent la présence d'ascenseurs, le chauffage collectif et la présence d'un gardien voient leurs charges de copropriété augmenter de 6%. A l'inverse, les immeubles ?services collectifs réduits ?ont connu une baisse des charges de 1,5%", précise l'Observatoire.

"Choix calamiteux"

Les charges d'ascenseurs ont faiblement augmenté (2,5% en moyenne) mais, dans ce domaine, ce sont surtout les immeubles haussmanniens qui tirent ce chiffre vers le haut, avec une hausse de l'ordre de 9%. Les honoraires de syndics, qui font éternellement débat, ont aussi progressé, de 2,5% avec, notamment, une poussée de 5,3% pour les immeubles postérieurs à 1960. L'Association des responsables de copropriété (ARC) nuance quelque peu les résultats de cet observatoire. Pour Fernand Champavier, président de l'ARC, c'est une déception. "Rappelons que les chiffres des charges sont ramenés - par tous les observatoires qui existent - à un chiffre par mètre carré habitable. Or, pour ne pas avoir à rechercher ou recalculer la véritable surface habitable totale des immeubles (qui n'est pas toujours disponible), la Fnaim a décidé de prendre en compte non la surface habitable mais la surface développée, c'est-à-dire la surface assurée indiquée dans les contrats d'assurance multirisques des immeubles et incluant les parties communes." Dans son communiqué, l'ARC précise que "ce choix est calamiteux, car il ôte tout son sens aux résultats obtenus". Pour l'association, la conséquence de ces choix est triple : des coûts au mètre carré minorés, des charges pas toujours prises en compte, et des comparaisons entre immeubles faussées. Et malgré cela, les charges moyennes progressent encore !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/12/2011 à 17:48 :
Les frais d'entretien d'un bien immobilier et ceux pour une voiture ne sont pas si différents. Durant leur vie leur "carburant énergie" peut facilement dépasser leur prix d'acquisition, surtout si ces biens ne sont pas économes.
D'où l'approche du modèle d'immeubles grünboX qui démontrent que ce n'est plus une fatalité dans l'immobilier, au contraire :
- 100 % nature : après la construction le terrain est entièrement restitué à la nature. Des potagers en toitures, des façades et des parkings végétalisés, des terrasses et des jardinières fleuries ?
- Un bâti respectueux et intelligent : en matière de performance énergétique, associant des techniques et des matériaux performants avec de belles finitions : sol chauffé, en pierre naturelle, très basse consommation en ressources (énergie, eau, entretien), bureaux convertibles en appartements et inversement?
- Un prix très attractif : le concept grünboX s?adresse au plus grand nombre et contribue au développement de solutions durables dans l?immobilier?
- Charges de copropriété très faibles : une organisation innovante d?espaces et de services communs partagés : buanderie pour les appartements, garage pour vélos /vélos électrique, des jardins partagés,?
- Convivialité entre voisins : accompagnement par un spécialiste du « bien vivre ensemble » pour promouvoir un voisinage harmonieux et actif facilitant les échanges de services et leur mutualisation et en plus "soigner le pouvoir d'achat".

Deux nouvelles réalisations de ce concept de logements et bureaux innovants, convertibles et éco-responsables, voient actuellement le jour en première couronne lyonnaise après le succès d'un premier immeuble de cette génération, conçu et réalisé par l?AGENCE RHEINERT, architectes franco-allemands, qui affichait déjà complet ? avant la pose de la première pierre !

Patrick Stefan Rheinert, architecte franco-allemand, récidive donc avec deux nouvelles opérations : 13 bureaux d?un côté et 13 appartements de l?autre. Le but : créer des lieux éco-responsables et à « synergies positives ». Livraison dès le 1er trimestre 2013.

En résumé, le concept grünboX, décliné ici en appartements et bureaux, privilégie un confort durable au sein d?un environnement convivial. Il favorise la réciprocité, les rencontres et le partage, dans un rapport profond et direct avec la nature. www.grunbox.fr

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :