Vers une meilleure maîtrise des charges de copropriété ?

 |   |  385  mots
Copyright Reuters
Les copropriétés pourraient être gérées de manière plus efficace avec des comptes séparés, selon une association professionnelle. Les syndics s'y opposent.

La baisse des prix immobiliers est une bonne nouvelle pour les futurs acquéreurs. Ceux-ci ne doivent cependant pas s'enthousiasmer trop vite car, une fois le bien immobilier acheté, d'autres frais peuvent, le cas échéant, survenir : les charges de copropriété. Et celles-ci prennent résolument le chemin de la hausse.

D'après une étude réalisée par le site AvendreAlouer, les propriétaires dépensent en moyenne 4.044 euros par an pour leur logement. Selon les derniers chiffres fournis par la Fédération nationale des agents immobiliers, les charges de copropriété ont augmenté de 3% entre 2009 et 2010, soit plus que l'inflation, qui s'est établie à 2,5% en novembre sur un an.

Mais la progression pourrait être encore supérieure ! L'Association des responsables de copropriété (ARC) dénonce en effet la méthode de calcul. Pour appréhender correctement la question, l'ARC propose plusieurs mesures. A commencer par l'obligation de comptes séparés pour chacune des copropriétés, ce que les représentants des syndics ne comprennent pas : "pourquoi vouloir priver les syndics des produits financiers que peut générer le placement, sur un compte unique, des trésoreries résiduelles de toutes les copropriétés ? Dans le cadre de comptes séparés, ces sommes ne rapportent rien aux copropriétés et ne profitent qu'au banquier !" En l'absence de ces revenus, les syndics menacent donc d'augmenter leurs honoraires.

L'ARC rétorque que le compte séparé peut rendre difficiles, voire totalement impossibles, certaines pratiques de gestion (paiements différés des factures aux entreprises, budgets surévalués...). D'ailleurs, selon leur calcul et en cas d'obligation généralisée du compte séparé, "la hausse des honoraires ne devrait représenter que 7 à 10 euros par lot principal. Il a été calculé que les gains directs et indirects sur les charges liées à l'abandon de compte unique, eux, représenteraient de 50 à 150 euros par lot principal selon le type de copropriété".

Propositions

Parmi les mesures complémentaires proposées figurent la maîtrise des honoraires de syndics, l'obligation de créer des "fonds de travaux", la mise en place des plans pluriannuels de travaux, celle d'un plan d'épargne de copropriété, ou encore le développement des aides à la rénovation énergétique dans les copropriétés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :