Immobilier : la dynamique va-t-elle se poursuivre  ?

 |   |  546  mots
L'année 2017 sera-t-elle aussi bonne que 2016 pour l'immobilier en France ?
L'année 2017 sera-t-elle aussi bonne que 2016 pour l'immobilier en France ? (Crédits : REUTERS/Charles Platiau)
Un sondage BVA fait craindre la remontée d'une forme de pessimisme chez les ménages qui souhaitent se loger en 2017.

Les performances exceptionnelles des marchés immobiliers en 2016 en France pourront-elles se reproduire dans les prochains mois ? Environ 850.000 transactions dans l'ancien ont été réalisées, le score le plus élevé depuis plus de 10 ans. Sur le marché du neuf, les mises en chantier et les permis de construire enregistrent des performances à deux chiffres. Une excellente année pour l'activité immobilière en France, donc. Mais 2017 pourrait s'avérer plus compliquée.

Cela dépendra en premier lieu de l'évolution des taux d'intérêt nominaux de crédits immobiliers qui ont, du reste, amorcé une légère hausse en décembre : après un an de baisse continue, les taux d'intérêt ont très légèrement augmenté en décembre à 1,34% en moyenne, a annoncé l'observatoire Crédit Logement/CSA. Même si ces taux ont « sans doute atteint un seuil historique, en-dessous duquel il sera difficile de descendre », relevait récemment à l'AFP Elix Rizkallah, président de Laforêt, ils « offrent aux emprunteurs un pouvoir d'achat qui dynamise l'ensemble du marché immobilier ».

Les Français plus pessimistes sur les conditions de logement

Un sondage BVA paru ce mardi sur le « climat de l'immobilier au second semestre 2016 » confirme que le niveau des taux d'intérêt de crédits immobiliers sera absolument déterminant en 2017 : « En plus de considérer le coût du crédit comme principal levier à l'investissement (avec 78% de réponses positives), les Français sont toujours plus nombreux à estimer « favorables » ce taux d'emprunt », note l'institut. Mais ils pourraient déchanter cette année. En effet, les Français se montrent plus pessimistes qu'avant lorsqu'il s'agit d'envisager l'évolution lors des douze prochains mois du coût pour se loger incluant le loyer, le remboursement des emprunts, la fiscalité, les charges dont l'énergie, l'eau, les assurances, les travaux.

« Cette perception, pourtant très stable tout au long de l'année 2016 (avec des scores allant de 54% à 55%), fait désormais face à une hausse significative (+8 points) et atteint un niveau jamais observé depuis 2015. » Par ailleurs, les ménages restent très pessimistes sur l'évolution de la situation financière de leur foyer. « Les Français sont toujours aussi peu nombreux à anticiper une amélioration de leur situation financière (20%), quand 49% envisagent une stabilisation et 31% une dégradation », note BVA.

Effet rattrapage en 2016

Ainsi « force est de constater que les Français se montrent à nouveau très prudents et que les conditions favorisant l'investissement ne sont pas entièrement réunies », estime BVA. Il faudra aussi prendre en compte le contrecoup de « l'effet rattrapage » de 2016, un année qui a vu se concrétiser des projets en attente lors des années 2012, 2013 et 2014, où l'activité fut morose : seulement 700.000 transactions de logements anciens ont été réalisées en moyenne.

La reprise a également été soutenue par des mesures politiques : l'instauration du dispositif Pinel dans le neuf fin 2014, et l'élargissement du prêt à taux zéro dans l'ancien début 2016, dont les termes pourraient dans l'absolu être remis en cause après l'élection présidentielle. Mais il semble tout de même que le juge de paix final de l'activité immobilière en 2017 sera le niveau des taux d'intérêt des crédits distribués par les banques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/01/2017 à 17:11 :
Le Service du 1er Ministre " France Stratégie " ( France Fiscalisme) intègre ce Matin 11/01, Macron, pour lui plaquer " son " programme de Fiscalisme Socialiste Obsessionnel. Macron va donc instaurer, Le L.F.S : Loyer Fiscal de Solidarité à l'ENCONTRE des " propriétaires " occupants de " leur " !! ? logement. Le meme MACRON, Fiscaliste de Hollande depuis 2011, qui a doublé l'impot sur les Morts,( ce qui reste après toute une vie FISCALISEE) masqué derrière "France Stratégie ", veut à présent les Quintupler. IMPOTS ! MACRON OBSEDE DE FISCALISME COMME TOUT SOCIALISTE ( excepté Valls )
a écrit le 11/01/2017 à 9:24 :
Oui c'est la phrase de l'année 2017: "attention si tu veux acheter profites en encore ensuite ce sera trop tard les taux remontent !"

Patatras qu'il va faire le marché de l'immobilier.
a écrit le 11/01/2017 à 9:20 :
C'est marrant, à écouter les pleureuses du secteur, Duflot a "tué l'immobilier en France", Pinel a "tué l'immobilier en France", les Socialistes ont "tué l'immobilier en France", et l'encadrement des loyers a "tué l'immobilier en France".
Et au moment de présenter leurs chiffres, les prix de vente restent à un niveau record historique (dans toutes les zones où il y a du boulot, inutile de me sortir la moyenne nationale de hausse très légère parce que ça inclut aussi les patelins dépeuplés de la Creuse), et les volumes aussi sont très élevés. Du coup, on nous aurait menti?
Réponse de le 12/01/2017 à 19:42 :
@alatar : bonjour vous me manquiez ! Et bien non ce ne sont pas les commentaires que je lis en permanence depuis 2008 : la bulle imobilière va exploser .Avouez qu à l époque il n y avait pas grand monde pour dire que l immobilier allait continuer d augmenter ( n est ca pas @churchill? Baisse de 60%) .L immobilier continuera à augmenter pour 3 raisons 1) parceque le prix d une tuile , d un labavo continue à augmenter ..et nos salaires 2)parceque la fiscalité explose ( 42 taxes sur l immobilier) avec comme exemple les taxes foncières ..je sais vous allez me donner l exemple parisien avec les impôts fonciers plus bas qu ailleurs en oubliant que paris est un cas particulier qui suit la même courbe que toutes les grandes metropoles du monde.3) à cause des normes de plus en plus lourdes et 4) parceque l immobilier sera toujours valeur refuge même si comme vous le préconisez il faut punir et surpunir pour que les gens se détournent de la pierre .Au fait : avez vous encadrer le loyer que vous pratiquer? Moi oui et vous le savez.
Réponse de le 13/01/2017 à 14:17 :
@Malcomprenant
"Et bien non ce ne sont pas les commentaires que je lis en permanence depuis 2008 : la bulle imobilière va exploser .
Avouez qu à l époque il n y avait pas grand monde pour dire que l immobilier allait continuer d augmenter ( n est ca pas @churchill? Baisse de 60%) ."
Effectivement, il n'y a pas eu d'effondrement. Il y a en revanche eu toute une foultitude de plans pour "sauver l'immobilier", des milliards d'Argent Public brûlés, et malgré cela il a fallu d'autres mesures.
Comme les gens étaient de moins en moins solvables au niveau actuel des prix, les primo-accédants et les jeunes sont éliminés. Le profil moyen de l'acheteur type est une personne de plus en plus âgée, de plus en plus riches par rapport au reste de la population.
Comme les gens étaient de moins en moins solvables au niveau actuel des prix, les banques ont continué la chute massive des taux d'intérêt. Ils étaient déjà très bas début 2016, en Avril ils avaient atteint "leur niveau le plus bas depuis 70 ans", et entre Avril et Décembre ils ont encore massivement baissé. Cette politique de taux bas généralisée pose d'ailleurs des problèmes à l'Economie, et n'est pas viable à long terme.
Comme les gens étaient de moins en moins solvables au niveau actuel des prix, les durées d'emprunt s'allongent. Les prêts à 20-30 ans se généralisent.
Comme les gens étaient de moins en moins solvables au niveau actuel des prix, les banques demandent de moins en moins d'apport. A mon époque en 2011, on me demandait 20-25% d'apport. Quelques années plus tard, on propose des prêts qui couvrent 100% de l'achat voire plus.
Oui, curieusement, si le marché était sain et fluide, pourquoi est-ce qu'il a fallu toutes ces choses? Que cherchait-on à éviter ou à provoquer?

"1) parceque le prix d une tuile , d un labavo continue à augmenter ..et nos salaires "
Ni le prix des lavabos, ni le prix de la construction n'ont pris 230% en 15 ans.

"2)parceque la fiscalité explose ( 42 taxes sur l immobilier) avec comme exemple les taxes foncières ..je sais vous allez me donner l exemple parisien avec les impôts fonciers plus bas qu ailleurs en oubliant que paris est un cas particulier qui suit la même courbe que toutes les grandes metropoles du monde."
Oui, comme vous dites, la fiscalité "explose" mais les prix augmentent dans les grandes métropoles où il y a du boulot. Dans les autres villes, la fiscalité "explose" aussi mais curieusement les prix ne bougent pas.
Oui, comme vous dites, les grandes villes françaises ont connu une hausse des prix massive, qui est selon vous dûe à la fiscalité française. Pourtant, sur la planète entière, on assiste à ce phénomène de "génération sacrifiée" qui ne peut pas se payer, avec des salaires de couples de cadres supérieurs, des appartements qu'avaient acheté il y a 20 ans des ouvriers avec femme au foyer. Dans tous ces pays qui n'ont pas une "fiscalité record confiscatoire", que ce soit l'Angleterre (Generation Rent), les USA, le Canada (#DontHave1Million), la Nouvelle-Zélande, partout. Quelle que soit la fiscalité.

"3) à cause des normes de plus en plus lourdes"
Il n'y a pas eu d'explosion des normes qui justifie de telles hausses de prix, et les normes s'appliquent de la même manière sur tout le territoire. Il est curieux de voir que là aussi, cet "effet inflationniste des normes" s'applique selon vous pleinement dans les grands bassins d'emploi et dans les zones de villégiature les plus prisées, mais n'a aucun effet dans le reste du pays.

"4) parceque l immobilier sera toujours valeur refuge même si comme vous le préconisez il faut punir et surpunir pour que les gens se détournent de la pierre ."
Vous parlez de "punir et surpunir", en réalité, cela consiste à faire rembourser par l'immobilier une infime partie de ce que la politique du logement cher coûte à l'Economie du pays. On est encore loin de rembourser pleinement les dégâts qu'ils font en saignant le pays.

Bref, il n'y a aucun facteur légitime qui justifie une telle hausse de prix, c'est un phénomène purement spéculatif, qui arrive dans de nombreuses grandes métropoles, et qui est en train d'égorger une génération entière.

"Au fait : avez vous encadrer le loyer que vous pratiquer? Moi oui et vous le savez."
Grand bien vous en fasse, en étant propriétaire de votre résidence principale finie de rembourser, ainsi que d'un studio fini de rembourser et pour lequel vous réalisez d'ores et déjà plus de 60 000€ de plus-value, vous affirmez "encadrer les loyers".
J'aimerais beaucoup être aussi nanti que vous, malheureusement il me reste encore plus de 20 ans d'échéances de remboursement de crédit pour le studio que je "possède" en location, et avec ma femme nous sommes locataires d'un deux-pièces hors d'âge de moins de 50m² (hors du périph et à 15mn à pied du métro, avant que vous nous accusiez de vivre au pied de la Tour Eiffel), le tout pour la modique somme de 1200€/mois. Je suis donc bien loin de pouvoir louer moins cher que le marché mon studio en meilleur état que 99% des biens sur le marché local, tout en continuant de payer un loyer abusif de mon côté.
Toutefois, je suis d'accord avec vous, et je voterai pour les candidats qui préconisent un encadrement des loyers dans toutes les zones tendues, et pas, comme vous le préconisez, un encadrement strict du loyer que moi, Alatar, je perçois personnellement, et une explosion perpétuelle des loyers que perçoivent tous les autres Français, y compris celui que moi, Alatar, je dois payer chaque mois.
Réponse de le 14/01/2017 à 10:59 :
Aller; malcomprenant fait son retour dans la provocation , et il faut à chaque foi lui réexpliquer la même chose.Tu devrais faire un copier collé.
Réponse de le 04/02/2017 à 18:08 :
C'est curieux j'ai acheté à Paris en 2004 et on parlait déjà de bulle. Heureusement que je n'ai pas écouté ceux qui me dissuadaient d'acheter. J'ai réalisé le meilleur placement de ma vie associé à la baisse des taux d'intérêt qu'il y a eu par la suite !
a écrit le 11/01/2017 à 9:15 :
si Fillon passe, l'immobilier s'effondrera a cause des multiples nouvelles taxes en préparation pour compenser la perte des 5 milliards d'€ de l'ISF !
a écrit le 11/01/2017 à 9:03 :
La baisse des taux est un fausse augmentation du pouvoir d'achat dans l'immobilier. En effet, la seule conséquence est que les vendeurs ont pu récupérer les énormes hausses des prix induits. Donc on a pu payer plus facilement la hausse énorme des prix dans les zones tendues.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :