Immobilier : de nouvelles mesures en perspective

 |   |  515  mots
Une nouvelle loi sur l'immobilier serait-elle en préparation en 2016 ?
Une nouvelle loi sur l'immobilier serait-elle en préparation en 2016 ? (Crédits : Reuters)
Après la loi Alur, la loi Hamon et la loi Macron, le gouvernement va lancer de nouvelles réflexions concernant le secteur de l'immobilier, qui pourraient aboutir avant la fin du mandat de François Hollande.

Encore de l'actualité pour l'immobilier ! La ministre du Logement Sylvia Pinel a annoncé au congrès de la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim) en ce début de semaine qu'elle lancerait plusieurs réflexions avec la profession immobilière. Celles-ci viseraient à modifier la Hoguet de 1970, qui régit les métiers de la transaction immobilière et de la gestion locative, notamment afin de mieux tenir compte de l'évolution du numérique et de l'arrivée de nouveaux acteurs.

Nouvelle réglementation pour les honoraires des agents immobiliers

Le président de la Fnaim Jean-François Buet croit par ailleurs savoir que les honoraires de transactions immobilières perçus par les agents immobiliers seront discutés. Le gouvernement compterait en effet définir une meilleure distinction, voire un encadrement, des honoraires payés par les vendeurs et les acheteurs de biens qui passent par des professionnels de l'immobilier.

Une telle mesure succéderait en fait à l'encadrement des tarifs des notaires intégré dans la loi Macron, afin donc d'assurer une équité de traitements entre les professions. Ces réflexions se mèneront sous l'égide Emmanuel Macron et Sylvia Pinel, et les consultations avec la profession immobilière commenceront en 2016, sait d'ores et déjà Jean-François Buet.

L'immobilier, une préoccupation de François Hollande

Sous le quinquennat de François Hollande, l'exécutif se sera donc occupé d'immobilier comme aucun autre auparavant. Il y a d'abord eu la loi pour un accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) portée par Cécile Duflot qui a modifié trois législations : la loi Hoguet de 1970, la loi de 1989 qui régit les rapports locatifs entre propriétaires et locataires, et la loi de 1956 qui pose un cadre à la copropriété. Beaucoup de décrets de cette loi ne sont, du reste, pas encore publiés.

Ensuite, le parlement a adopté la loi Hamon sur la consommation qui concerne notamment les contrats de vente d'immeubles et de location. Enfin, la loi Macron a tenté de simplifier certains dispositifs jugés inappropriés de la loi Alur.

L'inquiétude Airbnb

En intégrant les problématiques induites par l'arrivée de nouveaux acteurs du numérique, ces réflexions concernant l'immobilier devraient tout de même avoir leur utilité.
Elles contribueront peut-être à faire mieux réguler ce marché, et notamment la plateforme de locations saisonnières Airbnb, qui fait l'actualité. En effet, vendredi dernier, l'Assemblée nationale a voté un amendement qui demande à ce type d'acteurs de communiquer à ses utilisateurs les règles fiscales les concernant, afin de faire prendre conscience que les revenus tirés de la location saisonnière sont imposables au titre de l'impôt sur le revenu.

Une fois la prise de conscience généralisée, on pourrait attendre qu'il ressorte de ces discussions un encadrement plus précis de l'activité de ce géant numérique, qui inquiète car il n'est pas soumis aux mêmes contraintes administratives, normatives et réglementaires que les professionnels de l'immobilier et de hôtellerie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2016 à 7:18 :
c est de l abus, en France ça devient n importe quoi au lieu de trouver des idées pr s en sortir , on fait payer les gens qui sont honete et s=qui essayent de gérer leur vie;
au lieu de prévoir ça il faut laisser les gens partir à la retraite à 60 ans pr faire du travail aux jeunes, car c est eux qui ont besoin de pouvoir d achat pr s installer;ou créer des mi temps pr partager l espace de travail des préretraités ; des mamans avec de jeunes enfants; des gens malades ;, ds ce cas la ça réparti un peu pour tous....
ce n est pas normal que des gens ne trouvent pas de logement à ce jour,
l état ou les communes devrait participer pr remettre les logements vide en état
et du coup louer à petit prix ces logement le temps de récupérer leur frais
ca aiderait tout le monde et referai du travail
a écrit le 28/02/2016 à 18:58 :
Les politiciens sont justes là pour réparer les dégâts de plus en plus nombreux et grave causés par la défiscalisation massive des riches et très riches et des multinationales qui font que l'état n'est plus en mesure de proposer des relances via le pouvoir d'achat des ménages et donc est obligé de multiplier les économies ça et là de pacotilles afin quand même d'essayer de maintenir le paquebot à flot.

C'est du grand n'importe quoi.
a écrit le 21/12/2015 à 10:43 :
Evidement qu'à Paris les prix étaient justifiés en 2007... A l'époque il y avait beaucoup de travail, et bien payé.

Mais il est normal que le nombre d'acheteurs par vendeur ai été divisé par 5 à PARIS (je ne parle meme pas des autres endroits) dans notre conjoncture - chômage, papyboom, taxes en explosion.

Il est normal que l'on observe la baisse de l'immobilier depuis des années. Et il est même étonnant que les prix ne se cassent pas la figure alors que l'augmentation des taux se rapproche (l'europe copie toujours la FED avec un peu de retard).

L'immobilier n'est plus du tout un investissement, et même les familles devraient louer en attendant la vraie baisse (cyclique et d'environ 40%) de l'immobilier qui est désormais attendu de manière imminente. Acheter est clairement une très mauvaise décision juste avant l'éclatement de la bulle immobilière.
Réponse de le 21/12/2015 à 11:36 :
Euh, dites! Vous vous êtes renseignés sur les derniers chiffres notariaux pour avancer de tels arguments? Plus de 750 000 transactions dans l'ancien pour 2015 et un prix au m2 qui est repassé au dessus des 8000 euros pour Paris... Ça me fait penser à mon pharmacien qui me répond toujours que les affaires "vont comme ci, comme ça...", au volant de sa Porsche 991 à 100 000 boules ;-)
a écrit le 20/12/2015 à 16:23 :
Comme les investisseurs se cassent les futurs locataires rejoindront la liste des demandeurs des parcs HLM. À bref échéance, le prix des appartements parisiens se stabilisent.... C'est déjà ça pour les acquéreurs qui bénéficient de taux bas. Après la hausse reprendra car le territoire restreint de Paris, l'impossibilité de construire en hauteur, la centralisation des décideurs dans le privé comme dans le publique se fait sur PAris. Et cela, les investisseurs internationaux l'ont parfaitement compris.
Réponse de le 21/12/2015 à 10:46 :
Un taux élevé peut parfois être renégocié dans le futur. Et un taux élevé implique un prix de vente plus faible - un manque à gagner pour les vendeurs qui auront trop attendu pour revendre et qui subiront la hausse des taux.

Par contre, un prix d'achat ne se renégocie jamais dans le futur, une fois l'acte de vente signé.
a écrit le 17/12/2015 à 20:37 :
Une loi par an pour l'immobilier, c'est le bon rythme. On sent le dynamisme du gouvernement.
Les esprits chagrins se demanderont pourquoi les lois n°1, n°2 et n°3 n'étaient pas suffisantes, puisqu'il faut préparer une loi n°4. Peut-être parce que ça va être l'occasion d'inventer une nouvelle taxe ?
Réponse de le 18/12/2015 à 14:22 :
Avec cette instabilité permanente des lois, règlements, normes, en ce domaine, Fiscalité du Foncier Bati, et des revenus fonciers : fuir l'Immo !
a écrit le 17/12/2015 à 17:15 :
... L'indice iti, Friggit et compagnie qui portent sur des statistiques nationales alors que le marché ne l'est pas. Comment peut-on établir une moyenne française en mettant dans le même panier Paris où les prix ont de nouveau repassé le seuil des 8000 euros du m2 et des petites villes desindustrialisées où 3 maisons sur 4 sont à vendre? Bien sûr que la France ne manque pas de logements, il faudrait juste les déplacer la ou il y a de l'emploi. Je vous trouve de très belles maisons à Chateaulin pour 120 000 euros. Reste plus qu'à trouver un emploi...
Réponse de le 21/12/2015 à 10:52 :
Ce n'est pas parce que vous ne comprenez pas les implications que les autres ne les comprennent pas.

De tous temps, lorsque les bulles immobilières éclatent, les campagnes (où l'emploi est plus rare) sont touchés en premiers. Mais les grandes villes sont éventuellement touchées aussi... juste un peu plus tard.

De plus, à Paris, il y a de moins en moins d'emplois. (Depuis 3 ou 4 ans, il y a des centaines d'emplois qui disparaissent CHAQUE jour). Les gens ont de moins en moins les moyens de payer, encore moins ces prix.

L'Etat y met sa pression: hausse des taxes (et il n'a pas tort: l'immo n'est pas délocalisable et est facile à taxer).
a écrit le 17/12/2015 à 12:56 :
Ne cherchez pas: la seule logique qui vaille quand l'état est concerné peut se résumer à: augmenter son pouvoir, limiter celui des autres, créer des sinécures pour ses obligés, et un petit plus pour la traduction socialiste du thème, rendre le système le plus difficilement réformable ensuite pour empêcher la remise en cause de ce qui a été imposé. Donc à terme, la propriété privée deviendra l'exception. Tout le reste n'est que de l'habillage destiné à calmer les uns ou à détourner l'attention des autres.
a écrit le 17/12/2015 à 8:06 :
Je rejoins vos propos : encore une "mesurinette" d'une ministre qui comme par habitude dans notre pays, nous peigne la girafe.

La loi ALUR, et tout se "travail" pourquoi ?

Pour Rien !

Allez, peut être une meilleure visibilité pour un acquéreur quant aux charges. Et encore, c'est très discutable. Ah si, plus d'honoraires de location pour les agences de province (dont je fais parti). Donc Merci ! Et il va en être de même pour les honoraires de transaction. Encore mieux...

Je ne vais pas m'en plaindre, mais je trouve scandaleux qu'une loi nous fasse tout un foin pour REMPLACER "FAI" (note : Frais d'Agence Inclus) PAR, PRIX EN EUROS, DONT X% D'HONORAIRES AGENCE A CHARGE ACQUÉREUR (et rien de précisé si c'est charge vendeur). Utilité ? Je cherche encore

Nos "élites" ne savent plus quoi faire. Manque de courage, de jugeote, de talent. A part Macron peut être... Je crois que c'est le seul qui élève le niveau (qu'il se présente et je ferai mon premier vote à gauche !).

Ulcéré, dégoûté... Rien ne changera plus jamais
Réponse de le 13/01/2016 à 22:12 :
Tout à fait d accord
Plafonner les honoraires au nom de l équité avec les notaires !!! Ils ne sont pas soumis à la loi hoguet !!
a écrit le 16/12/2015 à 20:39 :
Encore un gadget qui fera plaisir à certains. Mais le problème vient, non pas des marchands, mais de la production. Si les contraintes réglementaires étaient moins étouffantes, il y aurait plus de logements et plus de négociations et plus de concurrence. Imposer des parking, des logements destinés à des handicapés, si ces contraintes étaient limites à 10% du parc neuf, cela suffirait au lieu d'imposer cela à tous. Mais notre bureaucratie soviétique et uniformisant les réponses est vraiment à côté de la plaque.... Pourvu que ça dure !!!!!
a écrit le 16/12/2015 à 16:20 :
Relancer l'immobilier, c'est simple et je ne fais pas de la démagogie. Avant l'arrivée de Monsieur Raymond BARRE en qualité de premier ministre, l'achat d'un bien immobilier à crédit (ce qui est d'ailleurs la meilleure manière d'investir dans ce secteur) permettait de déduire de l'IR ses charges (intérêts, taxe, charges diverses,etc) ce qui me semble normal dans la mesure où vous vous avez des revenus locatifs intégrés à l'IR. Depuis ce premier ministre, les charges ne sont déductibles que des revenus fonciers.
Il faut donc reprendre les anciens textes permettant de déduire son déficit foncier s'il existe de son impôt sur le revenu (IR)
a écrit le 16/12/2015 à 13:35 :
Passons les frais et taxes de mutation à 1%, comme nos voisins. Sur un bien immobilier pas du tout luxueux de 120000 euros, cela ferait une année d'impôt sur le revenu pour un acquéreur modeste, au lieu de 7 à 10 ans actuellement. Cela lui permettrait aussi de déménager à coût raisonnable quand il change d'emploi. Avec une demande accrue, le marché du logement se développerait. Mais notre administration avide préfère limiter chacun à la portion congrue et laisser le parc immobilier aux mains des gros propriétaires.
Réponse de le 16/12/2015 à 20:24 :
Avec l'explosion programmée de la taxe foncière ( multiplication par cinq ) en application juste après la présidentielle (révision des valeurs locatives ) Une C.S.G sur les revenus du patrimoine à 15.5% + L'impot confiscatoire sur les revenus ( fardeau intégral sur 47% des foyers ) qui serait assez fou pour " investir " dans l'immo, de plus avec des locataires qui ont plus de droits que les propriétaires et qui peuvent dégrader impunément ( que faire en réparations, avec seulement un mois de depot de garantie ) IL FAUT LAISSER L ETAT FAIRE SEUL DU LOGEMENT PUBLIC. Se défaire de son éventuelle résidence secondaire, et de ses taxes : plutôt voyager à travers France ou monde. Ne garder que sa résidence principale, vendre le locatif, et le placer en assurance vie. Chacun son métier : à l'Etat qui dissuade les bailleurs particuliers avec normes et taxes et impots en cascade, de fournir la construction de logement.
Réponse de le 17/12/2015 à 9:15 :
"à l'Etat qui dissuade les bailleurs particuliers avec normes et taxes et impots en cascade, de fournir la construction de logement."

et il a bien raison, attirer trop les investisseurs donc la demande sur le marché
1/à fait monter les prix
2/a fait augmenter le patrimoine de tout de beau monde qui vivent ainsi sur le dos des autres
3/n'a pas produit davantage de logement
4/a renchéri le cout des loyers
5/a fait baissé la compétitivité des entreprises
Réponse de le 17/12/2015 à 9:48 :
@@Boule
"Avec l'explosion programmée de la taxe foncière ( multiplication par cinq ) en application juste après la présidentielle (révision des valeurs locatives )"
Ce n'est que Justice! La taxe foncière est censée être alignée sur la valeur du bien. D'ailleurs, la plupart des pays (surtout les dictatures socialistes comme les Etats-Unis) appliquent un système plus juste qu'il nous faudrait en France : au lieu d'utiliser une obscure "valeur locative" dont personne ne sait exactement ce qu'elle est, chez eux la taxe foncière c'est 2 à 3% du prix du logement en question sur le marché.
Nos chers baby-boomers ont décidé qu'il était tout à fait légitime que leur studio acheté 100 000€ en 1997 devait se vendre 400 000€ en 2015 malgré aucun entretien, aucune amélioration, rien. Tant pis si les jeunes ne peuvent pas sortir des fortunes pareilles pour des passoires thermiques. "Qu'ils crèvent", nous dit-on, en jurant que leurs appartements à vendre valent tout à fait les fortunes qu'ils réclament.
A partir de là, l'Etat ne fait que les prendre au mot et les imposer à la mesure de leurs prétentions de vendeurs, d'où la hausse mécanique de la taxe foncière. Vous ne pouvez pas à la fois déplorer la hausse de la taxe foncière mais vous frotter les mains à l'idée que la nouvelle génération doit payer son logement 4 fois plus cher pour vous permettre de vous goinfrer.

"Une C.S.G sur les revenus du patrimoine à 15.5% + L'impot confiscatoire sur les revenus ( fardeau intégral sur 47% des foyers )"
Justement, une hausse des taxes sur le patrimoine permet de baisser les taxes sur le travail, ce qui correspond tout à fait à un modèle libéral.

"qui serait assez fou pour " investir " dans l'immo"
Justement, l'immo n'a pas à être un "investissement". Son but premier est de loger les gens pour un prix à peu près cohérent avec les salaires de la population. Dans les autres pays, on n' "investit" pas dans l'immo, mais dans les entreprises, dans le secteur productif, et ça va bien mieux. L' "investissement" immo doit être marginal dans une économie saine, en se faisant sur les biens encore disponible après que la majorité des habitants ait acquis sa résidence principale.

"Chacun son métier : à l'Etat qui dissuade les bailleurs particuliers avec normes et taxes et impots en cascade, de fournir la construction de logement."
Je risque de vous choquer, mais outre les "bailleurs" qui veulent que le logement reste un support rentier et spéculatif (je suis moi-même bailleur mais je ne le souhaite pas), il existe toute une autre catégorie de Français qui pourrait avoir envie d'acquérir des logements (neufs si possible, ancien sinon). Ce sont des gens étranges qui vivent de leur travail et non de leur rente. Et ils veulent faire des drôles de choses avec les logements qu'ils achètent, comme par exemple habiter dedans. Donc non, si les "investisseurs" disparaissent, cela ne signifie aucunement que plus personne n'achètera de "biens" en France, mais au contraire que ça redeviendra ce que cela aurait toujours dû être : un marché grand public!
Réponse de le 17/12/2015 à 19:14 :
ton exposé est au top niveau alatar
a écrit le 16/12/2015 à 12:36 :
Alors ces élections ne donnent rien! On continue à bricoler au lieu de mettre les choses à plat et de les restructurer à fond. En Hollande dans les 2 semaines on peut vendre une maison ou appartement et avoir changé officiellement les propriétaires. En France entre le sous-seing et la signature définitif pour un appartement, il m'a fallu 5 mois pourtant il n'y avait aucune complication juste la loi Duflot! Quelle honte!
Réponse de le 16/12/2015 à 15:21 :
En principe, c'est 3 mois, 2 mois si vous payez comptant
a écrit le 16/12/2015 à 11:41 :
C'est le même parcours que pour l apprentissage
Des lois idiotes faites par des gens en dehors du monde réel
Et comme on ne veux pas trop y touche pour ne pas vexé les auteurs alors on bricole
Resultat
On a fait reculer l apprentissage et casse le bâtiment

Mais bien-sûr on continue à claironner que c'est la priorité
a écrit le 16/12/2015 à 11:36 :
Pour prédire les évolutions de l'immobilier, il y a 3 cas de figure.

CAS1: Lorsqu'il y a 5 vendeurs et 100 acheteurs, le prix du marché, c'est celui des 5 acheteurs les plus riches.
CAS2: Lorsqu'il y a 100 vendeurs face à 100 acheteurs, les acheteurs les plus riches prennent les plus "belles" maisons, et les plus pauvres prennent les plus "moches".
CAS3: Lorsqu'il y a 100 vendeurs face à 5 acheteurs, alors il n'y a plus de concept de prix du marché. Seuls les vendeurs les plus désespérés vendent.

Actuellement l'indice iti donne le nombre d'acheteurs par vendeur (Cherchez "indice de tension immobilier - indice iti") en France est de 0,4. Il y a presque 3 fois plus de vendeurs que d’acheteurs!!! On est de plus en plus dans le CAS#3.
De plus, le papyboom, le chomage, les emplois précaires, la fuite des investisseurs, la baisse des loyers, la montée des taxes proprio, la fuite des retraités à l'étranger (Portugal, Thailande, Belgique...), la baisse de la vente de crédits (cherchez "accord de Bâle III") la remontée de la courbe de dépendance des français, poussent à anticiper une situation dégradée pour les vendeurs.
Et je ne parle même pas des taux qui pourraient augmenter. Century21 annonce qu'une hausse des taux de 1% fera mécaniquement baisser les prix de 15%. Cela fera un grand manque à gagner pour les vendeurs. (Cela ne changera rien pour les acheteurs qui devront donner plus à a la banque et moins au vendeur).
a écrit le 16/12/2015 à 11:36 :
Vous doutez encore de l'éclatement de la bulle immobilière?

Chacun des éléments ci dessous suffit à faire baisser les prix, alors en cumulé, on peut s'attendre à une vente panique dans les mois à venir:

Chômage. Emplois précaires. PapyBoom. Baisse des loyers. Hausse des taxes proprio. Baisse de la rentabilité locative. Fuite des investisseurs de l'immobilier qui n'est plus un investissement viable pour de longues années à venir. Engorgement supplémentaire de l'offre. Indice de tension immobilière (dit "iti") en chute libre (0,4 en France). 2,5 vendeurs par acheteur. Encadrement des loyers. Hausse annoncée des taux d'emprunt (manque à gagner pour les vendeurs qui n'auront pas vendu avant). Taux réel non intéressant pour les acheteurs (taux d'emprunt moins inflation). Fuite des retraités "aisés" à l'étranger (Portugal, Thaïlande), Fuite des jeunes actifs à l'étranger (USA, Canada, Australie). Engorgement supplémentaire de l'offre par rapport à la demande. Century21 annonce 15% de baisse "mécanique" par 1% de hausse des taux d'emprunt, tout effet de conjoncture mis à part. Courbe de dépendance de la population française en hausse. L'Etat vend en pagaille ses biens. Le comité de Bâle 3 va limiter les crédits (les solvables pourront emprunter moins qu’avant)...
Ceux qui n'auront pas vendu très bientôt verront la situation se dégrader pendant la durée du papy-boom (30ans)...
Il ne fera pas bon être propriétaire..
Réponse de le 16/12/2015 à 15:27 :
Non, il n'y a pas un, mais DES marchés immobiliers. La bulle, c'est une vue de l'esprit . Le marché est constitué par l'accord entre un vendeur et un acheteur sur la chose et le prix. Votre baisse "mécanique", on l'attend toujours. Vous avez choisi de rester locataire. Très bien, mais n'essayez pas de vous convaincre du bien fondé de votre choix en rassemblant autour de vous des groupies !
Allez essayer de louer un appart en Ile de France quand vous êtes retraité, sauf à être fonctionnaire, c'est sportif !
Réponse de le 17/12/2015 à 3:21 :
@chass-appart et Batman

Il n'y a que la vérité qui blesse.
L'immobilier est surévalué de 40% à Paris, et les ventes explosent face à des acheteurs toujours insuffisants.
Je ne parle même pas du fait que les retraités veulent tous vendre pour empocher leur soit-disant capital-immobilier pour voyager et vivre mais qu'au final c'est impossible, faute d'acheteurs. Les jeunes imaginent qu'ils voudront vivre à Paris une fois retraité, mais dans la pratique, c'est plutôt la fuite de Paris dès que possible.

Batman je suis d'accord avec toi, mais l'effet kisscool, c'est qu'une génération d'acheteurs 2011-2020 va se faire défoncer financièrement par la chute des prix, la hausse des taxes et de la fiscalité. Il ne faut pas s'en réjouir, même s'ils ont parfois acheté avec la vague lueur d'espoir avare de faire une plus value ou d'être gagnant par rapport à la location. Ce sont juste des victimes des agents immo et des promoteurs immobiliers, ils ne sont pas tous forcément mauvais, juste mal informés.
a écrit le 16/12/2015 à 9:52 :
Pathétique. Quel gâchis! Quand vont-ils s'arrêter? Réguler, réglementer, taxer, anéantir. Si tous ces gens n'avaient rien fait du tout depuis 2012, que serait le nombre de chômeurs?
a écrit le 16/12/2015 à 9:14 :
sinon, la photo, quel rapport ?
a écrit le 16/12/2015 à 9:13 :
Encadrement des frais d'agence en cas de vente? On va avoir droit à un étalage de beauferie pour se plaindre que l'Etat Français tue l'immobilier. Mais le fait est que c'est révélateur de pourquoi il faut encadrer en France.
Chez nos voisins Anglais, les frais d'agence en cas de vente sont de l'ordre de 3% maximum. Chez nos autres voisins guère plus. En France "sans encadrement", ça monte à 7%, voire 10%, et des agences se présentent comme "à frais ultra-réduits" parce qu'elles sont gentilles au point de ne prendre que 4% de com.
Donc oui l'encadrement de ces frais est nécessaire parce que les Français ne comprennent que ça. Certes, ça pourrait initier une purge dans le secteur (mince, on n'aurait plus une agence immobilière tous les 3 numéros dans chaque rue), mais même pour la profession, les charlatans qui sont là uniquement pour la com juteuse en mourront, les autres resteront, 3 fois moins nombreuses, mais avec 3 fois plus de mandats de vente.
Réponse de le 16/12/2015 à 15:34 :
OK, chez nos voisins les frais d'agence sont moindres, MAIS, ils ont des mandats exclusifs. Ici, non. Donc si un bien est vendu par 3 agences, les 3 font le boulot, une seule sera payée, les 2 autres auront eu des frais, normal que celui qui paye paye aussi pour les fois où cela n'a pas marché. Imaginez que votre patron vous dise, nous n'avons pas eu la commande de Tartenpion, donc c mois-ci, vous ne serez pas payé !C'est ce qui passe, alors assez tapé sur le AI
Réponse de le 17/12/2015 à 9:00 :
Je ne suis pas d'accord avec votre raisonnement, le système anglais est ce qu'il est mais en France le marché immobilier est tout autre et ses acteurs sont hétérogènes. Ne me dites pas que pour vous une personne qui bosse 50 heures par semaines qui se forme qui donne du sien doit être payée la même chose que quelqu'un qui ne fait rien. Vous parlez de commission, derrière, vous avez soit de vrais conseillers intègres soit des portes clefs donc ne mettez pas tout le monde dans le même panier. Une agence qui fait de la pub partout qui prend responsabilité qui rédige les avants contrats ne doit pas être confondue avec une personne qui ouvre une porte et qui donne rdv à tous chez le notaire pour l'avant contrat. Pour exemple un bien à 100000 euros si vous prenez 3% soit 3000 euros ttc donc 2500 euros ht moins frais de pub de fonctionnement et risque de ne pas vendre c'est soit un travail gratuit soit un maximum de 800 euros de salaires car charges...
Réponse de le 17/12/2015 à 9:28 :
@chass-appart
"OK, chez nos voisins les frais d'agence sont moindres, MAIS, ils ont des mandats exclusifs"

@Valentin
"en France le marché immobilier est tout autre et ses acteurs sont hétérogènes. Ne me dites pas que pour vous une personne qui bosse 50 heures par semaines qui se forme qui donne du sien doit être payée la même chose que quelqu'un qui ne fait rien"

Donc selon vous messieurs, la France est le seul pays au monde qui ne pratique jamais les mandats exclusifs, et le seul pays au monde où les agents immobiliers travaillent beaucoup et sont bien formés... Je ne sais qu'en penser.

Par ailleurs Valentin, ces agents immobiliers vertueux que vous citez sont ceux qui justement ne seront pas éliminés par la purge à laquelle j'appelais, puisqu'ils offrent une réelle valeur ajoutée. Ils resteront en place, et apprécieront l'éradication des 8 agences de charlatans toutes installées dans la même rue qu'eux à quelques numéros. Donc sur ce point nous sommes d'accord. Je n'ai pas appelé à l'éradication totale de la profession mais à celle des parasites bien trop nombreux qui ternissent son image.
a écrit le 16/12/2015 à 8:07 :
Les socialiste ont tué l'investissement locatif et donc le bâtiment premier employeur de France. En effet cela a commencé avec la Loi du 22 juin 1982 Roger QUILLOT (oui un socialiste déjà) puis bien d'autres Lois. Mais la pire la Loi D U F L OT. Avec celle loi c'est "touché coulé".
Il faut fuir l'investissement locatif et en particulier tout les montages fiscaux dont on voit la publicité faite.
De plus l'immobilier locatif, celui de locataires ou de propriétaires, devient la pompe à TAXES, IMPÔTS LOCAUX, RÉGIONAUX etc...... pour ce gouvernement au même titre que la VOITURE, LES CARBURANTS. On voit déjà les Régions, Départements, communes déjà le faire.
Réponse de le 16/12/2015 à 15:37 :
Faux, archi-faux ! Que faites-vous des réductions fiscales (Pinel, Duflot et consort ... financées par les autres au profit des investisseurs. Vous êtes mal-venu à vous plaindre
a écrit le 15/12/2015 à 20:55 :
allez !! un effort !
l'immobilier bouge encore un peu , mais avec une ou deux autres lois d'ici 2017 il est possible de le tuer complètement.
a écrit le 15/12/2015 à 19:16 :
Encore une loi à la con , qu'attendre d'autre du parti ringardiste ?
a écrit le 15/12/2015 à 19:11 :
Les locataires vont encore en prendre un coup bien sur .
Réponse de le 16/12/2015 à 15:40 :
Pour le moment, les locataires ont plutôt bénéficié de la loi Alur et du gouvernement socialiste, donc ils ne sont pas légitimes à râler !
a écrit le 15/12/2015 à 18:49 :
J'ai peut être tort, mais ma perception est que nos députés essayent de compenser un blocage structurel du marché de Paris par des lois. C'est contreproductif.
Il y a beaucoup de demande et peu d'offre, d'où le blocage. Il n'existe pourtant que deux solutions, accroitre l'offre (construire des tours de logements), ou diminuer la demande (délocaliser les emplois vers la périphérie ou la province). Toutes les lois qui visent à encadrer le marché, les propriétaires, les tarifs ou la construction sont contreproductives car elles complexifient le problème. Quand un moteur bloque, on ajoute de l'huile, pas du sable !
Réponse de le 16/12/2015 à 11:44 :
Faux.

En France, il y a 2,5 vendeurs par acheteur. Et ce chiffre est en augmentation.

Il y a donc BEAUCOUP plus d'offre que de demande.

Cherchez l'indice de tension immobilière de votre région sur google. Vous serez surpris. Sachez qu'afin que les prix immobiliers se maintiennent, il faut 2 à 3 acheteurs par vendeur, et que le contexte dégrade ce chiffre. Nous sommes à 0,4 acheteur par vendeur... Et si vous voulez parler de Paris, ville "légende où ca ne baissera jamais", sachez qu'il y a 3 ans, il y avait plus de 5 acheteurs par vendeur à Paris, et qu'aujourd'hui, nous n'en avons plus que 1, ce qui explique aussi la baisse des prix à paris (l'inertie se met en place, le chomage empire, les salaires diminuent, le babyboom va débuter, les ponctions fiscales augmentent, les investisseurs fuient, et l'état a bientôt fini sa campagne de vente immo)

Ne relayez pas bêtement les mythes des lobbies immo et des promotteurs immobiliers.
Réponse de le 17/12/2015 à 22:55 :
Je comprends votre point mais je vais persister dans mon interprétation. Je suis diplômé de Montréal en ingénierie. Cohorte d'amis français, et d'amis québecois.

Tout ceux à Montréal ont conjoints, enfants et un bien immobilier (ou plus)
Tout ceux en France sont à Paris avec conjoints (pour l'emploi) et ont ni enfants ni bien immobilier. Pourquoi : pas les moyens de se loger ! Tous sans exception. Et on parle de CSP en cdi.

Pourquoi l'iti est faible? Les initiatives comme Alur découragent les investisseurs locatifs qui quittent le marché tandis que les jeunes ménages n'ont pas les moyens d'acheter ou attendent de pouvoir quitter l'idf car ils savent qu'ils ne pourront jamais s'y loger décemment. L'iti n'est qu'un indicateur, tandis que le logement est un problème réel de tous les jours. La vérité reste qu'il y a beaucoup de monde en idf, peu de logements, et que le problème existe toujours malgré un indicateur en berne car tout le marché est bloqué.
a écrit le 15/12/2015 à 18:26 :
un choc de simplification!
Réponse de le 16/12/2015 à 15:53 :
En France, peut-être, mais cette moyenne n'a aucun sens. Il n'y a pas un , mais DES marchés immobiliers. Il y a effectivement des endroits (pas chers, mais qui n'interressent personne) où l'offre excède la demande et d'autres (très demandés, om c'est l'inverse)
Baisse des prix à Paris, c'est comique, allez sur le site de la chambre des notaires ;: -1% sur un appart de 50 m² à 9 000€ le m² , cela paye à peine les rideaux. Non, les baby boomers ne vont pas fuir la capitale, certains, nombreux préféreront être à proximité de leurs enfants et petits-enfants plutôt qu'au bot du monde, isolés, obligés de revenir 15 ans après vivre en ville
Délocalisez les emplois : pourquoi pas. Prenez votre baton de pèlerin, allez à la Défense essayez de convertir toutes les grosses boites de s'installer au fin fond de la pampa. La moitié des salariés ne suivraient pas. Si M. est salarié d'une boite qui délocalise, que fait Mme ? Si vous perdez votre job, impossible d'en retrouver un localement. C'est bien pour cela que les fermetures d'usines en campagne sont dramatiques
Come on disait autrefois : avec des "si", on peut mettre Paris en bouteille !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :