Le Pinel et le PTZ prolongés pour 4 ans... dans certaines zones

 |   |  465  mots
Le gouvernement estime que la prolongation recentrée du Pinel pendant 4 ans contribuera à hauteur de 6,9 milliards d'euros à la construction de logements neufs.
Le gouvernement estime que la prolongation recentrée du Pinel pendant 4 ans "contribuera à hauteur de 6,9 milliards d'euros à la construction de logements neufs". (Crédits : Stephane Mahe)
Quatre ans de sursis. Voilà ce qui est accordé aux dispositifs "Pinel" et PTZ, visant à inciter les particuliers à investir dans l'immobilier neuf. En revanche, ces dispositifs seront recentrés sur les zones où le marché immobilier est le plus tendu.

La crainte, chez certains professionnels de l'immobilier, de voir le prêt à taux zéro (PTZ) et le dispositif Loi Pinel disparaître au 31 décembre 2017 est définitivement levée. Dans le cadre de la présentation du Budget 2018, le gouvernement a confirmé mercredi que ces deux dispositifs seraient maintenus pendant quatre ans. C'est déjà ce qui avait été annoncé lors de la présentation de la stratégie logement du gouvernement la semaine dernière.

Lire aussi : Logement : le "choc foncier" au cœur de la stratégie du gouvernement

Le Pinel, pour détendre les zones tendues

Le Loi Pinel sera ainsi prolongé jusqu'en 2021 mais sera recentré sur les zones tendues. Ce dispositif permet aux particuliers de récupérer jusqu'à 21% de l'argent investi via des réductions d'impôts. Il est octroyé pour l'achat de logements neufs destinés à être mis en location, avec des loyers plafonnés, pendant une durée minimale de 6,9 ou 12 ans.

Toutes ces conditions ne changeront donc pas l'an prochain, mais la zone d'application du Pinel sera réduite : il ne concernera que la zone A, Abis et B1. Elles correspondent à Paris, l'Île-de-France, la Côte-d'Azur, l'outre-mer, toutes les métropoles de plus de 250.000 habitants ainsi que quelques zones très touristiques (Annecy, Bayonne, les îles non reliées au continent, etc.).

Ces zones sont celles où le marché immobilier est considéré comme "tendu", c'est-à-dire là où la demande est nettement supérieure à l'offre de logements. Recentrer ce dispositif sur ces zones-là permet, selon le gouvernement, de concentrer son action là où il est le plus utile. Le gouvernement estime que cette prolongation recentrée du Pinel pendant 4 ans "contribuera à hauteur de 6,9 milliards d'euros à la construction de logements neufs".

Le PTZ, "pour revitaliser les zones détendues"

Autre dispositif, même décision - à peu de chose près. Le prêt à taux zéro (PTZ) est lui aussi prolongé pendant 4 ans sur les zones où l'immobilier est tendu (A, Abis et B1), mais cela ne concerne que la partie "neuf" du PTZ. Le PTZ servant à l'acquisition de logements anciens (avec impératif de rénovation énergétique) est de son côté prolongé jusqu'au 31 décembre 2021 dans les zones non tendues (B2 et C), afin de "soutenir la revitalisation des secteurs détendus, notamment les villes moyennes". Ces zones-là bénéficieront encore du PTZ dans le neuf jusqu'au 31 décembre 2019.

Lire aussi : Immobilier : le PTZ dans l'ancien... ça marche

Pour mémoire, le prêt à taux zéro permet à un particulier de financer jusqu'à 40% de son acquisition immobilière sans se faire prélever d'intérêts. Si les fonds sont débloqués par l'Etat, ce sont les banques qui sont chargées de transmettre ces sommes aux emprunteurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2017 à 21:54 :
Bonjlur....si je comprend bien!le ptz est prolonge dans les zone B2 et C pour l aquisition d une construction jusque decembre 2019???🤔
Merci pour vos reponses!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :