Les nouvelles technologies vont-elles enfin révolutionner l’achat immobilier ?

 |   |  859  mots
L'immobilier neuf s'empare de la réalité virtuelle.
L'immobilier neuf s'empare de la réalité virtuelle. (Crédits : Reuters)
Mieux vaut tard que jamais... Le secteur de l'immobilier français semble enfin se décider à utiliser les nouvelles technologies pour faciliter la démarche d'achat immobilier. L’adoption est toutefois prudente, le besoin de concret se faisant toujours sentir dans ce genre de situation.

Visiter son prochain appartement avec un casque de réalité visuelle sur la tête, voici l'expérience proposée par Cogedim dans son nouveau Store situé à Bercy Village, dans le 12e arrondissement de Paris. Le mariage entre la réalité virtuelle et l'immobilier neuf semble évident, tant elle aide le futur propriétaire à rendre réel un logement qui était jusque-là uniquement virtuel... Pourtant, le secteur de l'immobilier français, neuf compris, a longtemps eu "un peu de retard sur la digitalisation", comme veut bien l'admettre Thomas Penet, directeur général adjoint marketing et publicité de Cogedim, en charge de faire visiter le Store. Reste à savoir à quoi ce retard est dû...

"Rassurer les clients"

En plus du gadget de réalité virtuelle, le Store Cogedim offre également la possibilité aux acheteurs de modéliser entièrement leur appartement en 3D, en y intégrant les revêtements et meubles qu'ils auront pu choisir grâce aux échantillons proposés à quelques mètres de là. A terme, ils pourront le visiter virtuellement ainsi configuré. L'objectif de ces dispositifs ? "Rassurer les clients pendant la période qui précède la livraison" assume Thomas Penet. Cette période peut en effet s'avérer stressante et longue, jusqu'à trois ans dans certains cas, "une phase où on vous annonce uniquement des mauvaises nouvelles : retard de livraison, surcoût de travaux, etc." ajoute-t-il. Le futur propriétaire peut ainsi déjà se projeter dans son appartement, chose qui fait souvent défaut lors d'une vente en état futur d'achèvement (Vefa).

Galerie des choix Cogedim Store

Si l'implantation de Cogedim, accompagné de ses nouveaux jouets, en plein cœur de la capitale est un signe fort en matière d'innovation, l'entreprise n'est pas pionnière en la matière. La start-up toulousaine Visiolab a ainsi mis en place un outil de visite virtuelle pour deux promoteurs immobiliers : Green City et le groupe Carrere. La solution, qui utilise le fameux casque de réalité virtuelle Oculus Rift, a été présentée en mars 2015 au salon du logement neuf de Toulouse.

La visite virtuelle, avec ou sans casque, commence donc à séduire de nombreux acteurs de l'immobilier, y compris dans l'ancien. Ainsi, en se promenant sur les sites de petites annonces, il n'est pas rare de se voir proposer la visite virtuelle d'un logement. Cette généralisation a été bien aidée par la démocratisation des outils de captation à 360°.

Un besoin de concret difficilement surmontable

Dans le store Cogedim de Bercy, la pièce dédiée à la réalité virtuelle ne prend toutefois qu'une toute petite partie des 600 m2 du lieu. Le reste est occupé par deux appartements témoins, un deux pièces et un trois pièces. Détail surprenant, ce dernier est doté de 4 salles de bains. "On peut ainsi montrer au client les différents solutions d'aménagement que l'on propose pour nos salles de bains" explique Thomas Penet. Au final, une « vraie » salle de bains parlera donc toujours plus au client qu'une salle de bain en 3D et cela démontre qu'il sera difficile de remplacer le réel dans la démarche d'achat immobilier.

Appartement Cogedim Store

Cogedim a poussé le sens du détail au maximum, en installant l'eau courante dans ces multiples salles de bains, en installant toute une gamme de meubles, également proposée à la vente, et même en recréant les parties communes que l'on peut trouver dans certaines réalisation de l'entreprise.  "Toutes nos parties communes sont réalisées par des architectes d'intérieur", tient à préciser Thomas Penet. Le virtuel n'est donc, dans le cas du Cogedim Store, qu'un outil parmi tant d'autres permettant aux futurs acheteurs de se sentir déjà un peu chez eux.

Des applications pour aider l'acheteur à choisir

Les nouvelles technologies auront donc probablement du mal à se substituer totalement à l'humain et au concret dans l'immobilier. Un acheteur aura toujours envie de voir un logement « en vrai » avant de l'acheter. Dans le neuf, il voudra aller voir le lieu dans lequel se déroule la construction, pour découvrir les alentours. Mais même dans le choix du quartier, des solutions digitales se développent pour accompagner l'acheteur. Ainsi, une application mobile comme Aroundme (voir ci-dessous) vous permet de voir en un coup d'œil tous les commerces, cinémas, bars, hôpitaux ou encore restaurants présents à proximité du bien que vous comptez acheter. La plupart des sites de promoteurs immobiliers proposent également une carte dotée de ces informations sur le site internet dédié à leur programme neuf.

Capture d'écran site Nexity

Avec l'application City Gardens, l'utilisateur peut trouver tous les espaces verts à proximité de son futur logement. Dans la démarche plus générale d'achat, Bien Visiter résumera toutes les questions à poser à l'agent immobilier (ou à l'actuel propriétaire) lorsque vous aurez accès à l'appartement convoité.

Le secteur de l'immobilier s'empare donc assez tard des nouvelles technologies offertes par notre époque. Une fois la frilosité passée, les différents acteurs ont bien saisi que la pertinence de certains de ces outils pour faciliter le processus d'achat ne devrait pas remettre en cause leur rôle. Du moins, pour l'instant...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2016 à 15:43 :
Je pense réellement que cela peut avoir un impact sur les ventes immobilières, encore faut-il que l'on puisse visiter chaque logement, ce qui ne se fait pas partout. Chez Gizmo.immo, les promoteurs et constructeurs peuvent faire visiter tous les lots de leurs programmes. Là, l'intérêt est réel !
a écrit le 22/08/2016 à 1:47 :
Toutes les infos sont bonnes à prendre.
a écrit le 21/08/2016 à 11:27 :
Encore un artifice de ces vendeurs de béton qui ne pense qu'à engranger des gros profit il suffit d'aller voir le bilan de ces promoteur il y a mieux à faire notamment sur le marché de l'immobilier ancien des sites et des applications pourrait être créé afin de mettre en relation des personnes recherchant des biens sur une même ville ainsi des dizaines centaines de personnes pour échanger des informations sur les biens qu'elles ont déjà visité mais qui leur conviennent pas tout à fait et qui pourrait convenir à d'autres c'est le airbnb de Immobilier je ne suis pas sûr que cela plaise beaucoup Oh agents immobiliers
a écrit le 20/08/2016 à 18:44 :
Ces outils ne vous renseignerons jamais sur vos voisins : bruyants ou pas , jeunes ou agés , avec enfants en bas age ou non , ni sur l'environnement visuel et sonore de votre bien de jour comme de nuit . Un simple outil d'aide à la décision , bien moins utile que les infos sur le conseil syndical , le syndic , etc ...
a écrit le 20/08/2016 à 8:04 :
Oui belle couillonade, je ne me vois même pas louer un lieu dans lequel je vais vivre comme si j'étais dans un jeu video - fric dépensé inutilement - concerne ceux qui sont des héros du jeu
a écrit le 19/08/2016 à 23:28 :
A la place des nouvelles technologies les acheteurs d'appartements eussent préféré que les sommes investies (dans ce qu'il faut bien appeler des "couillonnades") le soient dans les matériaux de construction et posés par de vrais professionnels....
a écrit le 19/08/2016 à 15:32 :
Le problème est le nombre d'agents immobilier, impossible de visualiser l'ensemble de l'offre, sans parler de Paris, où près d'un milliers d'acteur se partage le gâteau (tout ça pour finir chez le même notaire).
En plus, a quoi sert vraiment un agent immobilier?
J'ai beau chercher, je ne voie pas.
L'idéal serait que ce soit un monopole d’État (ou pour faire simple, que ce soit les notaires), comme ça tout serait transparent (on pourrait enfin trouver un logement à coté de son travail), et il y aurait moins de charlatant comme aujourd'hui. De plus, les notaires étant déjà rémunéré, on pourrait imaginer cela 'gratuit'.
Je sais, c'est à contre courant, le libéralisme-n'importe-quoi, c'est tellement mieux (avec la promesse bidon du meilleure prix).
Réponse de le 20/08/2016 à 1:52 :
Le travail de l'Agent immobilier, c'est de trouver les Acheteurs du bien que lui confie le vendeur et de sécuriser tout l'aspect légal et administratif. Le problème en France c'est qu'il n'y a pas de fichier unique et exaustif des biens à vendre comme le MLS au Canada, avec en face le nom du courtier qui le vend. Cela pourrait être fait par les notaires ou toute autorité de ce type.. Et donc le marché Francais manque completement de transparence. Duflot aurait dû, dans son grand élan réformateur, mettre cela en place....
a écrit le 19/08/2016 à 15:14 :
La "révolution" serait que les professionnels de l'immobilier soient capables d'indiquer une surface au centimètre carré prés, au lieu de donner des surfaces avec le qualificatif "environ". Au prix du mètre carré, un mètre carré d'écart cela représente parfois une petite fortune. Et ce n'est pas le seul reproche, pour inciter à l'achat, il suffit de comparer une annonce immobilière en France avec une annonce aux Etats Unis ou au Canada.
a écrit le 19/08/2016 à 13:09 :
Magique... :-) Moi qui visite toujours un logement avec un marteau pour savoir si les murs sont en brique ou en carton...
a écrit le 19/08/2016 à 13:01 :
Bon, maintenant il faut arreter d'employer révolution, révolutionner pour des accessoires de cuisine.

La révolution c'est quand (bientôt) certaines personnes en capture d'autres, les tortures ou/et les découpes en morceaux.
Vous voyez c'est quand même très différent, il va falloir arrêter de parler schtroumpf.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :