La Tribune

Faut-il opter pour un mandat exclusif lorsqu'on vend son bien en agence ?

Claude-Olivier Bonnet, directeur de Drimki  |   -  300  mots
Claude-Olivier Bonnet, directeur de Drimki, compare les deux méthodes de vente

Lorsqu'on vend un bien, le mandat simple est un contrat qui, au premier abord, présente plus de facilités car il permet à la fois de vendre directement à un particulier et de mettre en vente dans plusieurs agences. Mais cette flexibilité comporte des effets pervers. D'abord, vous aurez affaire à plusieurs interlocuteurs et les visites vont être multipliées sans être pour autant qualifiées. Ensuite il y a ?paupérisation du bien? car l'acheteur le verra trop souvent en vitrine : il en déduira souvent que le bien doit être trop cher ou en vente depuis longtemps.

Négocier les frais

Enfin, les prix seront différents d'une agence sur l'autre (les commissions diffèrent). Ce qui va pousser le client à plus négocier. Vendre de son côté n'a pas non plus que des avantages : selon la chambre des notaires, 40 % des compromis de vente réalisés de particulier à particulier ne sont pas transformés.

Lorsque le mandat est exclusif (une seule agence), en revanche, la promotion sera meilleure et mieux canalisée : panneau à vendre, mise en avant sur les sites d'annonces, actions locales, etc. En outre, accorder un mandat exclusif est un bon moyen de négocier avec l'agence les frais de diagnostics, de plus en plus coûteux. Avoir un seul interlocuteur permettra aussi de confier plus facilement ses clés et d'avoir un meilleur suivi des actions commerciales. Ce qui n'empêche pas l'agent de travailler avec des confrères locaux, s'il fait partie d'un réseau par exemple. Le seul risque est que, sachant qu'il détient l'exclusivité, le professionnel s'endorme sur ses lauriers. La solution ? Accorder un mandat exclusif d'une durée limitée (trois mois par exemple), et surtout mettre en place un compte rendu hebdomadaire avec le professionnel que vous avez choisi.

Réagir