La Tribune

Nouveau record pour les prix de l'immobilier français

Copyright Reuters
latribune.fr  |   -  276  mots
Le groupe De Particulier à Particulier a enregistré au 1er décembre un record depuis la création de son indice PAP en 2001.

Jusqu'où grimperont-ils ? Les prix de l'immobilier français continuent sur leur lancée, du moins à en croire l'indice publié par PAP. Celui-ci n'a jamais été aussi élevé depuis sa création en 2001.

Côté méthodologie, cet indice ne prend en compte que les transactions enregistrées sur le site De Particulier à Particulier.fr, et circoncrites aux huit premières agglomérations françaises : Paris et sa vaste banlieue (75, 77, 78, 91, 92, 93, 94 95), Marseille et trente-sept autres communes des Bouches-du-Rhône (13), Lyon et cent communes du Rhône et de l'Ain (69 et 01), Lille et soixante-huit communes du Nord (59), cinquante communes de la Côte d'Azur dont Nice, Bordeaux et la Gironde (33), Nantes et vingt communes de Loire-Atlantique (44).

Selon l'indice, les prix des appartements ont augmenté de 5,92% par rapport au même mois de l'année dernière, de 5,07% depuis le 1er janvier et de 0,29% par rapport au mois précédent.

Les maisons sont, quant à elles, plus chères de 13,36% comparé au mois de novembre 2009, leur prix a augmenté de 11,59 % depuis le 1er janvier et de 0,53% par rapport au mois d'octobre.

Autre enseignement, qui n'est pas de nature à rassurer les acheteurs : les vendeurs sont moins enclins à négocier. C'est ce que révèle le taux de négociation, qui estime la différence entre le prix affiché et le montant final de la transaction après négociation. Il passe de 5,29% à 5,06% pour les appartements et de 7,33% à 7,21% entre octobre et novembre.

Pour le dernier mois de l'année, le spécialiste de l'immobilier table sur une faible activité. Sur 2010 le prix des appartements aura donc augmenté de plus de 5% et ceux des maisons enregistré une forte hausse : près de 12%.


 

Réagir

Commentaires

panther  a écrit le 07/12/2010 à 6:14 :

Pour repondre a La Tribune, journal économique référence en France, a quand une analyse poussée et objective sur la situation du marché immobilier ?
Plutot que le copier / coller de publi informations, ce serait tellement plus intéressant pour les lecteurs et valorisant pour La Tribune....

Latribune.fr  a répondu le 07/12/2010 à 8:19:

Mais La Tribune le fait régulièrement. Si vous lisez notre journal, vous le savez. Le site Internet GRATUIT de La Tribune ne donne, lui, que les informations de flux. Les analyses de la rédaction sont réservées le plus souvent - nous faisons des exceptions - à nos lecteurs payants. C'est notre modèle économique (et celui de nombreux journaux dans le monde).

Ah ok  a répondu le 07/12/2010 à 9:56:

Ok, donc demain si vous recevez de la publi-information de fast food, on aura le droit à de multiples articles internet sur les vertus nutritionnelles du hamburger ?

Lobby  a écrit le 06/12/2010 à 20:06 :

Combien les journaux sont-ilx payés pour faire passer ces messages publi-informations de la part du lobby immobilier ? Va t'on nous laisser enfin tranquille avec ce matraquage médiatique sur l'immobilier ? A quoi cela sert-il de nous faire un lavage de cerveau au sujet de l'immobilier ? Nous pousser à acheter comme des moutons le plus vite possible pour engraisser les promoteurs et leurs alliés ?

Latribune.fr  a répondu le 07/12/2010 à 3:12:

A vous de vous faire votre opinion mais vous avez tort de nous accuser de publier des informations en répondant à on ne sait quel lobby de l'immobilier ou vouloir vous pousser à acheter. La Tribune est indépendante et le restera. Mais elle continuera à diffuser les estimations sur l'immobilier issues de toutes les parties, aussi controversées ou discutables, PaP, Fnaim et autres. Ne serait-ce que pour alimenter le débat.

Oui mais  a répondu le 07/12/2010 à 8:15:

Ok, mais un peu d'analyse et de prospective ne vous ferait pas de mal, et vous êtes là pour ça..."Diffuser" les estimations tel que vous le faites revient effectivement à servir la soupe au lobby immobilier : le prix et l'évolution des prix sont les principaux arguments de vente du secteur depuis quelques années. Sans analyse de votre part, sans prospective, vous ne faites que de la publi-information. Comparez vos articles à ceux que l'on trouve dans la presse immo (internet, visite-immo, logic-immo, etc...) et vous comprendrez ce que vous reproche vos lecteurs.

UFFA92  a écrit le 06/12/2010 à 15:34 :

Ce que je constate avec PAP c'est que le nombre de nouvelles annonces a diminué par rapport à il y a un an et plus. Donc, comme ce qui est rare est cher, il est possible que les prix soient à la hausse mais certainement pas partout et pas pour tous les biens. D'autre part, PARIS et les grandes agglomérations "tirent" les prix vers le haut car les acheteurs sont principalement des investisseurs, c'est à dire des gens qui spéculent sur la valeur des logements.

chris  a répondu le 09/12/2010 à 6:54:

.les prix remontent très fort et ce n est qu un debut

UFFA92  a écrit le 06/12/2010 à 15:34 :

Ce que je constate avec PAP c'est que le nombre de nouvelles annonces a diminué par rapport à il y a un an et plus. Donc, comme ce qui est rare est cher, il est possible que les prix soient à la hausse mais certainement pas partout et pas pour tous les biens. D'autre part, PARIS et les grandes agglomérations "tirent" les prix vers le haut car les acheteurs sont principalement des investisseurs, c'est à dire des gens qui spéculent sur la valeur des logements.

UFFA92  a écrit le 06/12/2010 à 15:32 :

Ce que je constate avec PAP c'est que le nombre de nouvelles annonces a diminué par rapport à il y a un an et plus. Donc, comme ce qui est rare est cher, il est possible que les prix soient à la hausse mais certainement pas partout et pas pour tous les biens. D'autre part, PARIS et les grandes agglomérations "tirent" les prix vers le haut car les acheteurs sont principalement des investisseurs, c'est à dire des gens qui spéculent sur la valeur des logements.

JC  a écrit le 06/12/2010 à 14:57 :

C'est une mauvaise nouvelle, cela veut dire que les investissements se sécurisent sur Paris car les riches non plus confiance en l'avenir. Le fait que les prix augmentent n'est pas spéculatif car vous ne revendrez pas votre "bien" 2 fois plus cher dans 5 ans, on est vraiment dans l'investissement de panique, il vaut mieux convertir quelques millions en "bien" sur Paris que de garder un peu de cash qui peu disparaitre à la moindre grosse crise.

doubi  a répondu le 12/12/2010 à 15:17:

Panique - c'est le bon mot !

Baratin  a écrit le 06/12/2010 à 14:18 :

Echantillon peu représentatif et données fausses (prix de présentation vs prix de vente...). Avec la remontée des taux qui s'amorce enfin, il ne faut pas se leurrer sur l'évolution prochaine des prix et ne pas tromper les futurs vendeurs.