Prix de l'immobilier parisien : une dernière hausse pour la route...

 |   |  568  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
En septembre, les notaires annonçaient une baisse des prix dans la capitale constatée cet été. Et ce mardi 25 octobre, ils affichent... une légère hausse entre juillet et août. Explication de texte.

Alors, ils baissent ces prix, oui ou non ? A regarder rapidement, on a du mal à comprendre ce marché immobilier parisien. Alors que, en septembre, les notaires parisiens évoquaient une première baisse des prix intervenue en juin dernier, l'indicateur de ces mêmes notaires publié ce mardi fait état d'une légère hausse entre juillet et août : le prix des appartements à Paris a atteint 8.350 euros en août 2011 en progression de 0,8% (contre 1,5% sur la même période en 2010).

Selon les notaires, "la décélération est également très nette par rapport au pic atteint en mars 2011 où les prix avaient progressé de 2,5% en un mois". Sur douze mois, bien entendu, la flambée reste conséquente : +21,3% fin août 2011 à Paris. Mais elle se calme un peu par rapport aux mois précédents : en juin, par exemple, la hausse annuelle s'élevait à 23%.

Si l'on regarde à la fois les appartements et les maisons sur l'ensemble de l'Ile-de-France, l'augmentation des prix s'est établie à 0,9% entre juillet à août, contre 1,1% l'année précédente. Soit une hausse annuelle de 13,1 % en un an à fin août.

Alors, pourquoi les prix ne baissent-ils pas ?

Les notaires se seraient-ils trompés dans leur analyse de septembre ? Non. En réalité, les chiffres de baisse annoncés en septembre dernier portaient sur les "avants-contrats" (promesses de vente) signés au mois de juin. Autrement dit, sur des ventes qui seront effectivement actées en octobre. Alors que les chiffres dévoilés ce mardi portent sur les actes de vente de juillet dernier. Les notaires n'étant pas revenus sur leurs estimations, il faudra donc encore patienter deux petits mois pour obtenir les chiffres définitifs des notaires portant sur le mois d'octobre. Chronique d'une baisse annoncée, donc...

Accélération de la baisse ?

Si la première baisse intervient bel et bien en octobre, elle pourrait s'accélérer ensuite. Depuis que le gouvernement a annoncé une réforme de la fiscalité des plus values sur les résidences secondaires et investissements locatifs, certains propriétaires se précipitent dans les agences et chez les notaires pour conclure leur acte de vente avant l'entrée en vigueur de la loi. "Pour l'instant, ils ne sont pas prêts à baisser leur prix. Mais comme ils souhaitent coûte que coûte vendre avant la réforme, ils devront y venir" analyse Thierry Delesalle, notaire à Paris, pour qui il est toutefois encore un peu tôt pour estimer l'ampleur du phénomène.

En banlieue, la situation semble un peu différente. "Sur le terrain, dans le 92, je ne vois pas de signes de baisse. Mais il est vrai que nous avons peu de propriétaires de résidences secondaires et d'investisseurs locatifs" estime Maître Frédéric Labour.

Troisième mois de baisse pour certains professionnels

Le site Meilleursagents.com est beaucoup moins optimiste... Leur dernier baromètre, publié le 19 octobre, et qui analyse les promesses de vente, affiche une évolution des prix négative en Ile-de-France pour le troisième mois consécutif. A Paris, la baisse est de 1,1% entre le 1er septembre et le 1er octobre. "En trois mois, les prix à Paris sont revenus au niveau de février 2011" estime Sébastien de Lafond, le fondateur du site Internet. C'est en Seine-Saint-Denis qu'il constate la plus forte chute mensuelle (-2.5%) alors que les Hauts-de-Seine font exception (+0.5%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/10/2011 à 22:23 :
Il suffit d'une loi limitant la durée de l'emprunt à 15 ans pour que les prix s'effondrent.
Il faut être fou pour acheter en haut de bulle, particulièrement dans une année d'élection présidentielle.
a écrit le 30/10/2011 à 22:21 :
Ca ne peut que baisser : personne n'est jamais obligé d'acheter (on peut louer). Par contre, nombreux sont ceux qui sont obligés de vendre (séparation, décès, impossibilité de faire face aux échéances, retraite, mutation, succession, divorce, surendettement...)
a écrit le 27/10/2011 à 15:08 :
Tout investissement immobilier demande un minimum de connaissances ( urbanisme) et de travail ; ceux qui se font pièger sont ceux qui font confiance aux promoteurs et pire à notre bison futé ministre Apparu entouré de ses technocrates parisiens qui décident que tel secteur est plus porteur qu un autre ( zonage scellier par ex) et cela a une incidence sur les prix .
a écrit le 27/10/2011 à 7:30 :
Je ne comprends plus rien: dans la précédente publication des notaire, le prix moyen annoncé sur Paris était de +/- 8650 euros. Aujourd'hui, il est à 8350 euros. Alors où est la hausse?
Réponse de le 28/10/2011 à 18:39 :
Dans un an, les prix seront en hausse de 4%, à 7500 euros...
a écrit le 26/10/2011 à 10:54 :
Mon pronostic : 1) d'ici quelques mois, la France risque de perdre son AAA, ou tout au moins d'être attaquée sur le marché des dettes d'état, puisque c'est de l'avis de beaucoup la cible suivante, après les "PIIGS". 2) Cela se traduira par une montée des taux OAT. 3) Ceci fera mécaniquement monter les taux immobiliers, qui se basent sur l'OAT, d'autant plus que les banques sont fragilisées et cherchent à reconstituer leurs marges. 4) Ceci devrait pousser les prix immobiliers à la baisse. 5) Ne pas oublier que le gouvernement n'a plus les moyens de subventionner le marché immobilier aussi généreusement que par le passé, avec des lois Scellier à 25%, des PTZ, déductibilité des intérêts d'emprunt, etc, donc cette diminution des subventions de l'état devraient aussi pousser les prix à la baisse.
Réponse de le 29/10/2011 à 14:56 :
s'il n'y a plus de subvention pour l'investissement locatif neuf, il y aura moins d'acquéreurs et donc moins de logements "sociaux" haut de gamme donc une rarefaction de l'offre immobiliere
a écrit le 26/10/2011 à 9:20 :
Les prix commencent a baisser, il faut juste attendre la fin de 2012.
a écrit le 26/10/2011 à 8:59 :
Cette baisse ne devrait pas être durable, et restera plutôt une accalmie dans un trend haussier (cf. http://www.ideas4tomorrow.eu/2011/07/logements-paris-une-hausse-durable-des.html?m=1 )
a écrit le 25/10/2011 à 22:10 :
En tous cas sur se loger, les prix des annonces baissent (raisonnablement). Et je ne pense pas que ce soit manipulé, car c'est un algorithme qui calcule ces prix au jour le jour.
Réponse de le 26/10/2011 à 7:46 :
et le Père-Noël existe bel et bien.

seloger n'est qu'une vitrine des prétentions déraisonnées des vendeurs et de leurs intermédiaires, les agents immobiliers.
En aucun cas cela ne reflète un vrai prix de vente, réaliste, concret et fiable.
Réponse de le 26/10/2011 à 10:50 :
Certes ce ne sont que les prix des annonces, comme je l'ai dit. Mais, en cela, c'est ce qu'on appelle un "indicateur avancé", avec ses défauts, dont vous parlez, mais son avantage principal qui est qu'il permet de déceler une tendance plus vite que les indicateurs plus fiables comme les prix des notaires, mais qui ont, eux, l'inconvénient d'avoir 3 mois de retard.
a écrit le 25/10/2011 à 16:28 :
Eclairez-moi!

La loi sur les plus values s'appliquent aux ventes à partir du 1er février. Il faut donc signer la promesse avant début novembre pour avoir une chance de vendre à temps...

Pas assez de temps pour rendre ce phénomène significatif, non?
Réponse de le 26/10/2011 à 5:18 :
Il est deja trop tard pour les logements locatifs occupés ou pour les terrains à batir pour les quels il faut un certificat d urbanisme . Je rajoute que PARIS est un marché
spéculatif et le restera tout simplement parce que PARIS n est pas la ville la plus chère du monde et de loin ( jamais classée premiere dans les diff classements). En province surtout dans la france rurale les prix ont baissés .
Réponse de le 26/10/2011 à 6:15 :
Paris resterait chère faute d'être un marché spéculatif ?
Un marché spéculatif ne baisserait donc jamais ?
La bourse archétype du marché spéculatif, se porte au mieux ?
Seul le marché le plus cher du monde peut baisser ?
Seriez-vous agent immobilier ?
Réponse de le 26/10/2011 à 10:51 :
Je ne suis qu un simple proprio désirant investir dans la pierre ( retraite) et comme beaucoup je renonce a tout investissement immobilier type scellier en france et regarde sur PARIS ou les prix continueront toujours à monter compte tenu de son rayonnement international , compte tenu de la non décentralisation... je rajoute pas dans le cadre d un investiisement locatif , peut être et c est grave : logement non occupé !
Réponse de le 26/10/2011 à 13:07 :
cher proprio, je prédis que vous allez vous faire plumer, tel le mouton que vous êtes. Vous achetez un actif parce qu'il a monté, beaucoup monté par le passé, et ceci vous rassure... Vous êtes l'exemple type du mouton, qui achète au sommet de la bulle, et que les financiers plus avisés tondent avec beaucoup de plaisir. Ils vous tendent ce piège, parfois avec la bourse (bulle internet), parfois avec l'immobilier, parfois avec d'autres actifs (les bulbes de tulipe en Hollande au XVIIe siècle), mais toujours les moutons attirés par la hausse tombent dans le panneau sans réfléchir et se font tondre.
Réponse de le 26/10/2011 à 13:11 :
Vous serez donc un des derniers moutons à être tondus. Les spéculateurs vous remercient de la porte de sortie que vous leur offrez.
Réponse de le 26/10/2011 à 16:16 :
sachez chèr berger que depuis 35 ans j investi dans l immobilier peut être que tout simplement parce que je suis ex cadre bancaire !! Je vous donne RV dans quelques années pour constater les prix sur PARIS .
Réponse de le 27/10/2011 à 6:39 :
Depuis 35 ans...Si vous le faisiez depuis 5 ans, ça ne serait pas aussi rentable...
Réponse de le 30/10/2011 à 22:10 :
Paris n'est pas la ville la plus chère du monde... mais elle est plus chère que Manhattan où les salaires sont sensiblement plus élevés et où la pénurie est réelle (c'est une île).
En Europe seules Londres et Genève sont plus chères mais ce sont deux centres mondiaux de la finance et des paradis fiscaux comparés à la France.
A Berlin, le m2 vaut 3000 euros, un peu moins de 4000 à Rome.
Maintenant, je ne peux pas vous dire avec certitude si ça va augmenter ou baisser mais de toute évidence la marge de hausse est faible (le m2 moyen ne dépassera jamais 9000 euros, faute d'acheteurs) tandis que les perspectives de baisse sont vertigineuses (le m2 peut parfaitement redescendre sous 6000 euros).
a écrit le 25/10/2011 à 13:10 :
non mais ils ont fait une erreur dans l'article, ils voulaient parler de l'immobilier à Lyon!!
a écrit le 25/10/2011 à 13:06 :
Pour tous ceux qui envisagent d'acheter un bien immobilier, j'ai trouvé un site qui donne des astuces pour faire diminuer les frais de notaire.
Voici le lien : http://caissier.perso.sfr.fr/
Réponse de le 25/10/2011 à 14:24 :
Ceci est une pub Ceci est une pub Ceci est une pub Ceci est une pub Ceci est une pub
a écrit le 25/10/2011 à 12:45 :
Alors si je comprend bien, c?est vraiment le moment d?acheter car :
le mois dernier, les notaires m?ont dit que ça baissait donc je vais acheter moins cher
et aujourd?hui, ils disent que ça monte, donc je vais pouvoir revendre plus cher que je ne l?ai acheté
mais, comme ils le disent, il faut que je me dépêche pour réaliser une belle plus-value afin de ne pas être taxer
tout ça, sans pour autant brader mon bien que j?ai acheté moins cher et que je compte bien revendre plus cher !

j?ai bon ?
a écrit le 25/10/2011 à 12:09 :
C'est curieux, une photo de Lyon pour illustrer un article sur l'immobilier parisien ??
Réponse de le 25/10/2011 à 14:05 :
La photo est prise du chemin qui conduit à Fourvière et arrivé à la basilique vous pouvez prier pour que les prix baissent !
Réponse de le 25/10/2011 à 17:39 :
@pierre2. non je pense que vous faites erreur, la prière n'est pas nécessaire. Il suffit d'attendre quelque peu et les prix des tas d'or que les gens possèdent (l'immo) pensent-ils, auront largement baissé et ceci sans prière; simple loi du marché, pas de pognon pas de conso même immobilier.
Réponse de le 25/10/2011 à 20:40 :
a non : sans méchanceté cela fait 8 ans que des gens comme vous dises d'attendre et à l'arrivée cela fait 8 ans que cela monte. Si on avait acheté il y a 8 ans en contradiction avec vos dires aujourd'hui même avec une baisse de 15 % on fait encore une plus-value à 2 chiffres dans les pourcentages?? et entre temps en moyenne on aura remboursé 50% de son bien (prêt de 20 ans)?? bref je pense que chacun voit midi à sa porte
Réponse de le 25/10/2011 à 21:53 :
Chacun voit midi à sa porte comme vous dites... une petite pensée pour ceux qui sont arrivés depuis 2005 sur le marché du travail. Eux n'ont pas pu faire le choix d'acheter ou non lorsque les prix étaient raisonnables.
a écrit le 25/10/2011 à 12:05 :
Ce que l'on peut aussi noter c'est que la hausse est peut-être aussi due à ce que les biens vendus sont de plus en plus des biens haut de gamme ce qui sur-pondère la hausse comparé à un marché normal où les types de biens sont mieux répartis.
La hausse cache sans doute un décrochement structurel plus profond.
mais ce n'est que mon avis.
Réponse de le 25/10/2011 à 17:40 :
@metacr.... avis que je partage bien volontiers.
a écrit le 25/10/2011 à 11:49 :
mettez au moins une photo de Paris... tout le monde reconnait la ville de Lyon sur la photo !
Réponse de le 26/10/2011 à 8:24 :
Pff.......... coupole du Printemps ou de l'opéra de Paris
Réponse de le 28/10/2011 à 7:08 :
La photo a été changée devant l'insistante ces internautes. Auparavant, on voyait Le Crayon et toute la ville de Lyon.
Réponse de le 28/10/2011 à 17:15 :
Oui, merci à tous pour avoir fait la remarque. Mea culpa !
a écrit le 25/10/2011 à 11:46 :
Comment voulez vous qu un investisseur vende un bien locatif avant fevrier 2012? Pour vendre son bien ou il le vend loué ,très difficile et cela engendre une forte décote , ou il le vend libre mais il a des délais à respecter . Les primo accedants n ont aucun intéret a acheter aujourd hui si le marché baisse .Bref nous allons tout droit vers un blocage du marché immobilier en 2012.
a écrit le 25/10/2011 à 11:44 :
La photo rappelle plutôt Lyon....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :