La Tribune

Impôt sur le patrimoine : ce qui attend les contribuables

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Anne Eveno avec latribune.fr  |   -  529  mots
Supprimer ou transformer l'impôt de solidarité sur la fortune, tel est le choix sur lequel le gouvernement et la majorité vont plancher dans les semaines à venir. Découvrez les arbitrages déjà rendus et les pistes suivies.

Connu pour son goût des chiffres, Bercy sera, ce jeudi, le ministère du verbe. Pas moins de trois ministres - François Fillon, Christine Lagarde et François Baroin - vont se succéder pour faire la pédagogie d'une réforme qui se traduira au printemps par la suppression du bouclier fiscal et par la refonte en profondeur, voire la disparition, de l'impôt de solidarité sur la fortune. Quelle qu'en soit l'issue, cette réforme devra répondre à un cahier des charges fourni. Elle devra aboutir à la suppression du bouclier fiscal, devenu un boulet politique pour la majorité, et être indolore pour les caisses de l'État. Elle ne devra affecter que des personnes actuellement assujetties à l'ISF, ce qui conduit à exclure certaines pistes. Exit donc la création d'une tranche supplémentaire de l'impôt sur le revenu et la taxation accrue de la résidence principale (lire ci-contre). Les impôts locaux, donc le foncier bâti, sont exclus du champ de la réflexion. Enfin, le dispositif sur lequel s'arrêtera le choix du gouvernement devra répondre à trois critères : être simple, juste et efficace économiquement. L'équation est donc ambitieuse.

Le constat posé par le gouvernement est que l'ISF est un impôt qui a mal vieilli et ce, aux deux extrémités de son barème. Si le nombre d'assujettis a doublé depuis dix ans, c'est en effet parce que la moitié des contribuables pris dans les filets de l'ISF l'ont été en raison de la hausse des prix de l'immobilier. Par ailleurs, si en 1982, avec un rendement des OAT autour de 15 %, un taux marginal de l'ISF à 1,5 % paraissait acceptable, la situation est bien différente aujourd'hui avec des OAT à 3,6 % et un taux marginal à 1,8 %. Selon Les Echos, le plan du gouvernement prévoit de permettre à 300.000 contribuables de ne plus acquitter l'ISF car ce dernier ne commencerait qu'à partir de 1,3 million d'euros de patrimoine.

Dans un premier temps, certains avaient imaginé une première ébauche de réforme a minima qui se serait traduite par un simple relèvement du seuil d'entrée dans l'ISF et la restauration du plafonnement Rocard, mais l'idée en a été vite abandonnée. Aujourd'hui, il ne reste plus que deux scénarios sur la table (lire ci-dessous) : la réforme en profondeur du barème qui reviendrait à maintenir une taxation sur le stock de capital ou, plus innovant mais aussi plus complexe à « vendre » aux Français, la taxation de la variation du patrimoine. Celle-ci ne porterait donc ni sur le stock, ni sur le revenu de ce stock, mais sur des sortes de plus-values latentes. À l'issue du colloque organisé jeudi à Bercy, la réponse à ce débat ne sera pas tranchée. L'essentiel des arbitrages ne sera rendu au plus tôt qu'à la mi-avril, soit après les élections cantonales. La sensibilité de l'opinion publique sur ces sujets n'a pas incité l'exécutif à accélérer son calendrier. Mais attentif à ne pas braquer les contribuables à faibles revenus qui, jusqu'ici, pouvaient bénéficier du bouclier en raison de la valeur de leur foncier, l'exécutif s'engage déjà à trouver un dispositif de compensation.

Réagir

Commentaires

PESTIFER  a écrit le 17/12/2011 à 17:21 :

Lorsque " l' abominable " Président Sarkozy a révisé la constitution, le congrès s'est bien gardé d'imposer cette clause: " la nationalité le droit de vote sont consubstantiels à l'impôt, tout citoyen français, où qu'il vive dans le monde, doit l'impôt à la France ". tout partis confondus nul n'y songea . Bizarre, bizarre, vous avez dit Bizarre !!!!

revolte  a écrit le 27/03/2011 à 11:50 :

Français de souche, ça me fait marrer le débat sur l'Identité nationale,
avec toutes ces réformes fiscales, auparavant trés respectueux de nos institutions je n'ai plus que du mépris pour mon pays la France qui combat fiscalement ses propres compatriotes.... Comme on ne peut pas prendre le bouclier et le glaive, j'ai décidé dans un premier temps de ne plus me rendre aux urnes, de ne plus consommer ici, d'abandonner la nationalité française et surtout de trouver un pays plus accueillant, plus protecteur....
La france fiscale, la france Politique c'est comme le ricard je la degueule....
Comme dit Maurice parti depuis 15 ans "Je ne suis pas prêt de revenir en France"...
S'il y a une révolte n'hésitez pas à me contacter sur ce forum...
facebook c'est pas mal non plus pour organiser une révolution....

EVIDENCE  a écrit le 25/03/2011 à 19:48 :

Petit redevable de l'ISF sans bouclier fiscal y a du suicide dans l'air, va t'il falloir s'immoler pour attirer le regard de l'opinion
publique, tout ça me semble tout aussi injuste que les évenements du maghreb, c'est un sujet plus qu'explosif pour l'état, acculés les gens les plus pacifiques sont prêts à passer à l'acte ou soumis vivre en clochard.

DJAMEL  a écrit le 25/03/2011 à 18:17 :

Si tu gagnes à l'euro million ce soir toi aussi tu devras payer l'ISF
tiens c'est injuste ! tu viens de changer d'avis maintenant !
Ben oui ce sentiment de jalousie vient de disparaitre en sentiment d'injustice - l'ISF c'est ça ....

Antoine  a écrit le 25/03/2011 à 3:05 :

Supprimer l'ISF comme tous les autres Etats de l'Europe, voilà la solution. Mais nos élus ont toujours l'art de fabriquer des usines à gaz ou de faire des réformettes. C'est la raison pour laquelle le pays va de mal en pire. Ces gens là sont incapables et dépourvus de bon sens. C'est aussi la raison pour laquelle le peuple ne veut plus de ces gens là. L'étendue du désastre se passe de commentaires. Bientôt, par leurs fautes, c'est 90 % de la population qui va se retrouver au restos du coeur.

frottefort  a écrit le 04/03/2011 à 16:45 :

pas étonnant que Sarkozy ne veuille pas toucher aux haut revenu.
l l'a dit lui-même page 28 de l'ouvrage de Denis Jeambar "portrait craché" " je n'effectuerai qu'un mandat après je ferai du fric;"
je confirme maintenant je suis sûr il ne fera qu'un mandat et après il fera du fric
démerdez vous avec ce qu'il a laissé

frottefort  a écrit le 04/03/2011 à 16:45 :

pas étonnant que Sarkozy ne veuille pas toucher aux haut revenu.
l l'a dit lui-même page 28 de l'ouvrage de Denis Jeambar "portrait craché" " je n'effectuerai qu'un mandat après je ferai du fric;"
je confirme maintenant je suis sûr il ne fera qu'un mandat et après il fera du fric
démerdez vous avec ce qu'il a laissé

mimosa  a répondu le 04/03/2011 à 16:56:

d'ailleurs Sarko a fait du "fric" en faisant monter l'immobilier et en créant une "croissance virtuelle" ! de belles rentrées fiscales avec les droits de mutation en hausse et les plus values ! chaque année de nouvelles personnes sont ainsi assujettis à l'isf sans le vouloir- tout simplement parce que les prix grimpent à Paris ou ailleurs !

frottefort  a écrit le 04/03/2011 à 15:54 :

super le dispositif;
Aussi alambiqué que les discours de celui qui l'a inventé.
On parlait de la complexité de l'ISF par rapport à l'évaluation de l'immobilier.il faudra expliquer comment évaluer la plus-value de chaque immeuble pour chaque contribuable chaque année car même dans un même département voire même dans un même quartier les valeurs sont même assez disparates
on voit bien que l'on a affaire à des incapables très éloignés de la vraie vie
vive les politiques. quelle honte.

zegzam  a écrit le 04/03/2011 à 9:18 :

Il faudrait déjà commencer par taxer les biens en France des exilés fiscaux .

Politiquement incorrect  a répondu le 04/03/2011 à 10:01:

Cher Zegzam, excellente idée. Il se trouve qu'elle s'applique déjà. Les exilés fiscaux sont assujettis en France à l'impôt sur le revenu sur les revenus fonciers afférants à d

zegzam  a répondu le 04/03/2011 à 10:46:

Normal mais il faudrait que les exilés fiscaux soient beaucoup plus taxés que les autres , notamment sur leur résidence secondaire en France .

JACK;Malaga  a répondu le 06/03/2011 à 0:39:

cher monsieur, les vrais gestionnaires ont tout vendu, ou "donné", quand ils sont partis... Soyez rassuré ils ne reviendrront pas

Maurice  a répondu le 27/03/2011 à 8:58:

Génial comme cela tous ceux qui ont quatre sous partiront (comme moi depuis déjà 15 ans !) et les français se retrouveront tous entre Rmistes, chômeurs et clochards. Le rêve. Et croyez-moi je ne suis pas prêt de revenir en France. Allez, zegzam les restos du coeur ont de beaux jours devant eux, bientôt 90 % des français mangeront ainsi gratis !

Dard  a écrit le 04/03/2011 à 9:06 :

Pourquoi les pauvres critiquent les riches?
Pourquoi les pauvres jouent au loto ou au pmu, s'ils gagnent, ils vont devenir riches et être critiqués! Bizarre le français!

fh  a écrit le 03/03/2011 à 21:03 :

Le gouvernement va compenser par l'augmentation des droits de succession pour les patrimoines importants. C'est la seule solution possible et d'ailleurs celle dont ils parlent le moins, taxer la variation de patrimoine n'arrange rien sur le côté intrusif de l'ISF il faut toujours produire l'information qui permet de se faire taper sur les doigts. Par contre taxer au moment où c'est le plus facile, lors de la transmission d'un patrimoine, et de façon la plus juste, sur les transmissions importantes, sera la mesure qui mettra le moins à mal la sarkozyland en 2012 (surtout que le bouclier même supprimé, 3 ans après le point culminant de la crise, ne sera pas oublié si facilement par les électeurs).
Par contre il est vrai que rien ne peut-être fait sans une lutte sans faille contre l'évasion fiscale mais gageons que la crise aura au moins servit de révélateur du potentiel destructeur de richesse intérieure des paradis fiscaux.

Anti-illuminati  a écrit le 03/03/2011 à 14:20 :

Ne paniquez pas, en 2012 vous aurez DSK et tout va rentrer dans l'ordre !!

je plaisante bien sur :D

les riches continueront leurs magouilles aidé de leur cher président quel qu'il soit, la gauche ferra encore semblant de ne pas être de droite, les extrêmes serviront encore et toujours le gouvernement en place pour diviser les français, tout est parfait, la France ne changera pas, parce que les Français ne comprennent toujours pas que ce n'est pas les urnes qui leur rendront justice mais la révolution.

Le ménage doit être fait pas le peuple et pour le peuple, laisser un autre le faire pour vous conduit toujours à la trahison.

mémoire  a écrit le 03/03/2011 à 13:39 :

un certain NS s'est fait élire par cette phrase admirable:
"Je ne serait pas le président de l'augmentation des impôts!"
que cahcun regarde ce qu'il a déjà payé en plus depuis son début de règne et commence à calculer ce qu'il va payer en sus avec les dernières" innovations" fiscales!
suppression de l'avantage jeunes mariés (tout le monde n'est donc plus égal devant la loi, les jeunes vous ne trouvez pas d'emploi et bien si vous décidez de vous marier, voue en baverez encore plus!)
revenus de l'épargne 1,2% de plus de taxes
plus values mobilières 1,2% de plus de prélèvements et fin du seuil de session.
plus value immobilières + 3,2%
niches fiscales rabotage de 10%
etc, etc
et dire que certain comme garibald prétendent que c'est la gauche qui augmente les impôts!!!
sans parler des suppression de charges sociales, qui alourdissent la dette et qui n'ont pas créé d'emploi, comme aussi la réduction de la TVA pour la restauration d'ailleurs.avec le manque à gagner de cette TVA, on aurait pu embaucher 4 ou 5 fois plus!

pieds sur terre  a répondu le 03/03/2011 à 19:24:

l'immobilier gagne de trop, donc 3;2% ce n'est que justice quant aux niches fiscales, elles n'auraient jamais dû exister, alors 10% est 1 moindre mal 25% aurait été mieux, ceux qui ont de l'immobilier ou des niches fiscales ont les moyens de palier à cette situation, et ce sera plus efficace que l'ISF, ça frappe où ça fait mal

terre à terre  a répondu le 05/03/2011 à 11:20:

pieds sur terre
franchement votre raisonnement me laisse pantoi.C'est vraiment du terre à terre!

pieds sur terre  a répondu le 06/03/2011 à 0:45:

terre à terre à, est ce sincère ou 1 moquerie, je parle en mon intime conviction mais il est rare que celle ci soit partagée, néanmoins, si c'est sincère, je vous en remercie, je me sentirais moins seul

pieds sur terre  a répondu le 06/03/2011 à 0:45:

terre à terre à, est ce sincère ou 1 moquerie, je parle en mon intime conviction mais il est rare que celle ci soit partagée, néanmoins, si c'est sincère, je vous en remercie, je me sentirais moins seul

Jedi64  a écrit le 03/03/2011 à 13:31 :

Pourquoi payer tous ces élus à chercher la solution qui est décrite maintes fois dans les commentaires ci-dessous !
ON IMPOSE LES FLUX : Revenu , salaire, retraite, plus value, héritage, etc mais pas la détention d'un bien qui ne génère pas forcément un Flux , ça parait évident , non ?
l' ISF à la poubelle !

garibald  a écrit le 03/03/2011 à 11:46 :

demandons donc à la gauche pourquoi elle ne moufte pas sur les impôts qu'elle compte ponctionner à tous les français en cas de succès au présidentielles.
quant au nouveau seuil ISF proposé , c'est une erreur de plus puisque l'immobilier continuera son ascension jusqu'en 2016 au moins ;et il faudra alors encore faire des romans autour du même problème. il faut purement et simplement le supprimer cet impôt . et passer à autre chose.

fuchs  a écrit le 03/03/2011 à 11:26 :

D'ou : "comment tortiller de l'arrière train" pour chier droit.

Il est certain qu'abréger les discussions et supprimer purement et simplement serait nettement plus productif.

Pour cela il faudrait que nombre d'élus acceptent de ne pas profiter de cette pub gratuite autour d'un débat qui n'en est pas un.

burnouf  a écrit le 03/03/2011 à 11:23 :

Encore une usine à gaz qui va se mettre en route.La seule richesse qu'il faut imposer:C'est le REVENU quelqu'en soit son origine et sans distinction(travail ou revenu du capital).On maintient donc les taux d'imposition des tranches les plus faibles et on passe le taux le plus fort de 41% à 50% et plus d'ISF plus de bouclier, plus de...

mimosa  a répondu le 04/03/2011 à 16:58:

Sarko refuse de c réer une à deux tranches d'impôts supplémentaires sur le revenu
comme en Allemagne ....

goufio  a écrit le 03/03/2011 à 11:18 :

Le président NS veut supprimer l'ISF, il l'a dit le 14 février dernier. Son ministre du budget, FB ne veut pas, pour raison de perte de recettes fiscales.Il faut donc remplacer cet impôt par un autre impôt, où est l'innovation? A t-on besoin d'un personnel plétorique pour ça (577 députés, 328 sénateurs payés à prix d'or)?
En 30 ans la dette publique sous leurs excellentes gestions a été multipliée par 25, pour la croissance et l'emploi, (résultat 1,5% de croissance, 2 700 000 chômeurs de catégorie A et les autres, plus les pauvres 8 millions!!!) alors que le PIB n'a été multiplié que par 1,74 sur la même période. Quelle efficacité!
Mélenchon a raison,"qu'ils s'en aillent tous", lui compris.

JACK MALAGA  a répondu le 06/03/2011 à 0:45:

8 millions de pauvres? jaurai plutot pensé 15, et une belle tranche au delà qui ne roule pas sur l'or non plus...

HRV  a écrit le 03/03/2011 à 10:57 :

Le problème: dès que l'on touche à la fiscalité ce n'est jamais neutre: il y a toujours des gagnants et des perdants. Une ou des nouvelles tranches d'IR auraient pu règler le problème des 4 Mi d'? à trouver. mais le grand chef ne le veut pas! . Donc Bercy va nous monter une fois de plus une de ses usines à gaz dont elle a le secret pour résoudre le problème. Résultat une complexité accrue des incertitudes juridiques cela va encore faire la fortune des avocats fiscalistes! Et en définitve on en arrivera à la conclusion classique en Sarkozie tout le monde paiera pour que les riches amis du Président ne soient pas pénalisés. Toujours ce sens admirable de la justice fiscale chère à notre président et surtout cher pour les petits et moyens contribuables!

maxdici  a écrit le 03/03/2011 à 10:50 :

Il est clair pour moi que maintenir l'ISF, impôt stupide, contre productif, imbécile conduira la droite a perdre toute chance en 2012, même face à une gauche en totale errance et sans projet crédible ! Espérer prendre des voix à la gauche en conservant un bout d'ISF est une illusion. N. Sarkozy doit aller au bout de sa logique avec courage : il récupérera bien plus de voix de son électorat traditionnel qui lui sera reconnaissant de son courage, car en politique comme ailleurs, seul le courage paie ! A bon entendeur.

sergio  a écrit le 03/03/2011 à 10:11 :

le gouvernement pousse vraiment les contribuables à s'expatrier....BRUXELLES est à 1h40 de PARIS....

fernand  a écrit le 03/03/2011 à 9:33 :

Les très riches et très pauvres continueront à ne pas payer d'impôts, conclusion ce sont les classes moyennes qui vont ont travailler toute leur vie qui vont trinquet comme d'habitude, c'est cela le travailler plus pour gagner plus.En France il y a trop d'assistanat pour une catégorie de gens

Adriana Karambar  a écrit le 03/03/2011 à 9:17 :

La Droite, c'est les impôts, la pagaille et les magouilles. La Gauche, c'est pareil. Il faudrait se débarasser des toxines dans ce pays. Il en crève.

nero51  a écrit le 03/03/2011 à 9:14 :

si le gouvernement se contente de mettre le premier palier de l'isf à1,3 millions d'euros,cela sera encore une demie mesure de plus ,une injustice et cela mecontentera tout de meme les jaloux,les demago et les pro-isf.je demande du courage et une abolition totale de cet impot inutile.n'importe comme ce n'est pas parcequ'on à 1,3 millions d'euros,que l'on fuie la france.si le demie mesure était confirmé,il s'agirait tout simplement d'une mesure electoraliste mais certainement pas d'une mesure de bon sens.

SAMARINDA  a répondu le 03/03/2011 à 9:44:

Croyez vous encore que l'ensemble de la classe politique a du sens, même pas du bon mais le plus simple du b a ba de la réflexion intelligente?
La classe politique française est d'une médiocrité que ne peutpas nous jalouser le monde.

Lelondrès  a écrit le 03/03/2011 à 9:02 :

En maintenant l'ISF, le gouvernement s'aliènera définitivement la classe moyenne supérieure, ponctionnée par cet impôt inique. Réduite à verser des sommes considérables peu compatibles, pour nombre de nous, avec leurs revenus, cette classe est contrainte, pour maintenir plus ou moins son capital, à vivre de manière étriquée, sans jamais pouvoir profiter des biens acquis par leur dur labeur. Une seule solution pour eux : partir à l'étranger. Sinon, point de salut.

SAMARINDA  a écrit le 03/03/2011 à 8:59 :

Le gouvernement qui sur le fond n'a plus la gestion du pays par son accord au pacte de stabilté voulu par l'Europe dite du nord se trouve confronté à changer son régime fiscal mais cela a une conséquence politique dans les urnes que le gouvernement tente de déminer.Car d'un côté trop taxer les riches vient à renier sa parole de 2007 d'un autre côté vouloir donner aux riches pour PRENDRE aux classes moyennes est de fait la perte des élections de 2012 avec à la clé les pauvres qui veulent voir les riches taxés de plus en plus.Pour répondre aux classe concernées cet à dire à l'ensemble des français ce n'est pas de la pédagogie mais d'accepter comme en Allemagne de perdre les élections présidentielle et de l'assemblée.

goufio  a répondu le 03/03/2011 à 11:01:

D'où tenez-vous l'information comme quoi les pauvres veulent voir taxer les riches?
Ont-ils été consultés par référendum?
C'est troublant de lire que les uns pensent comme ça, sans leur demander leur avis.
En Suisse les citoyens sont consultés régulièrement, ils appellent cela la démoncratie populaire, résultat ils savent ce que leurs concitoyens pensent.
En France, comme disait Coluche, certains s'autorisent à penser à notre place.
Merci ce votre source.

marc  a répondu le 03/03/2011 à 13:26:

Samarinda a raison.
d'abord le Français est jaloux.
Ensuite il est d'accord pour les réformes s'il n'est pas cncerné.
Enfin il accepte toujours les augmentations d'impots quand il n'est pas concerné.

samarinda  a répondu le 03/03/2011 à 18:26:

Bonsoir @goufio
tout d'abord je regrette que la France politique refuse les référendums le traumatisme politique, suite au référemdum voulu par le général de Gaulle ou pour le traité de Lisbonne ont montré qu'ils sont le contraire des choix des politiciens.
Pour ce qui du souhait (souhait respectacle mais peut-^tre plus idiologique que réaliste) des plus pauvres pour que les riches soient taxés au maxi il correspond aux sondages lors de la mise en place du bouclier fiscal.
Bonne soirée

sirius  a écrit le 03/03/2011 à 8:00 :

Il y a deux jours Bercy parlait de "transformer ou supprimer" l'ISF, ce qui sentait le manque de courage politique...Aujourd'hui, Bercy maintient l'ISF. Ca sentait donc bien le manque de courage politique.
Il est à craindre que le Président actuel, élu sur de mauvaises mesures fiscales soit battu dans un ans à cause de mauvaises mesures fiscales...

Guems  a écrit le 03/03/2011 à 7:53 :

taxez les résidences secondaires et il y aura moins de maison fermée 90% du temps.
Avoir deux résidences c'est aussi un luxe

matgui  a répondu le 04/03/2011 à 8:39:

completement d'accord.

onnissoit  a répondu le 11/04/2011 à 13:10:

Reponse à GUEMS et à MATGUI du 03-03-2011

Qu'il y ait moins de résidences secondaires, je ne vois pas en quoi cela peut vous concerner,
c'est un probleme qui ne concerne que ceux qui en ont une et dont l' interdiction ou la disparition
ne créera pas du logement supplémentaire!
Au contraire, ces residences secondaires placées dans des regions touristiques ou campagnarde donnent
du travail aux artisans locaux et à leurs ouvriers qui, sinon irairent pointer au chomage, mais....vous
êtes tout simplement JALOUX, comme vous devez souffrir!!

stop  a écrit le 03/03/2011 à 7:33 :

"... la taxation de la variation du patrimoine.."
Innover ou mer...d..oy....er un peu plus !
Une fois encore l'on donne du travail au expert fiscaliste !
Une fois encore l'on devra payer des sommes foles sur la base d'estimation (immobilières) fantaisistes !! (Et oui, personne ne peut vraiement dire d'ou sorte les estimations de hausse ou de baisse!)
ASSEZ ! IL EST PLUS QUE TEMPS D'EN FINIR !
SUPPRIMEZ L'ISF !

bouchy  a écrit le 03/03/2011 à 7:30 :

Le problème est que ce ministre ne sait que raisonner en statique: il me manquera 3 M. d'euros, il faut que je les trouve ailleurs.Vision à très courte vue, car elle n'envisage pas l'avenir.
Un gouvernement avec une vision d'avenir raisonnerait de manière dynamique: combien vont me rapporter les autres impôts (TVA, irpp etc) et combien cela va rapporter au pays (investissements, soutiens aux entreprises, donc baisse du chômage) si je supprime cet ISF.
Cela tous les économistes l'ont bien compris, eux qui réclament cette suppresson pour sauver le pays du déclin.
Tous l'on bien compris, même le Président, mais pas le ministre du budget, incapable de voir le pays plus loin que 2012!

kiki 67  a répondu le 04/03/2011 à 10:24:

qu'attendez-vous Bouchy pour aller bouter le Baroin hors de Bercy et le remplacer. Vous paraissez très doué comme Ministre des finances ;-)

utopie fiscale  a répondu le 04/03/2011 à 15:56:

c'est pourtant vrai cela s appelle un audit:

avant de reformer on calcul on analyse combien rapporte tel impot? combien il coute à percevoir? en allant plus loin combien de point de croissance il ampute ou permet????

Combien coutent les niches et autres subvention? combien elles rapportent???

Notre cher president l avait promis aussi ca et l arrivée du prelevement à la source sur tous les revenus.... on attend toujours....

Mais bon quand on reforme en pensant juste à: "si je supprime ca il me manque ca pour boucler le budget actuel..."

il etait certe plus aisé de reforme en periode de croissance, mais les deficits sont deja abyssaux alors un peu plus ou un peu moins pendant 2/3 ans si ca relance la machine....quelle lacheté politique

JACK MALAGA  a répondu le 06/03/2011 à 0:56:

Bouchy est moins inepte que vous ne le pensez et il pose le vrai probleme et la vraie solution: en supprimant purement simplement cette iditiotie fiscale francaise, une parmi tant d'autres, si l'Etat francais "perd" 3 M de recettes, il ne comptabilise pas les augmentations de perception de TVA sur les éventuels retours fiscaux, ou ceux qui ne partiront plus, sans parler des gains au titre de l'attractivité fiscale, ceci sans meme évoquer le fait que dans ce débat peu productif on évite d eparler d'économie, mais uniquement de protection de recettes. 3 M en moins, c'est 1,3% du budget, ca devrait etre donc 1,3% de depenses en moins et autres allocations diverses et personnel politique et territorial pléthorique......

Louis  a écrit le 03/03/2011 à 7:28 :

C'est lamentable !
Après l'annonce du chef de l'etat de la suppression de l'isf !
5 Mois après on en est toujours à ne pas savoir ce que l'on veut faire ! Et il faudra encore attendre 6 mois pour éventuellement voter une loi, qui videra la réforme de sa moelle, si elle en a une, par des dogmatiques !!

Contribuable  a écrit le 03/03/2011 à 7:25 :

Parlez messieur, communiquez, gagnez du temps, Continuez, surtout ne vous posez pas de questions !
Car en attendant : ON PAIE !

UMPomme  a écrit le 03/03/2011 à 7:22 :

A l'UMP, nos points communs avec les communistes, c'est qu'on prend ce que les gens ont, qu'on les plonge dans la misère. Et pendant ce temps là, nous, au pouvoir, on se sert grassement.

villeroy  a écrit le 03/03/2011 à 6:52 :

Le titre de votre article aurait du être "Ce qui attend les recettes fiscales"....

administration  a répondu le 03/03/2011 à 7:22:

Miam, miam ,
Alors combien de milliards vais je pouvoir gaspiller cett année ?