Quel est le pire paradis fiscal du monde ?

 |   |  566  mots
Pour réaliser son top 15 des pires paradis fiscaux, Oxfam a commencé par répertorier tous les pays figurant sur les listes de pays ayant des pratiques fiscales dommageables, qu'elles aient été établies par le gouvernement américain, le FMI, la BRI, les Nations Unies ou encore la Commission européenne.
Pour réaliser son top 15 des pires paradis fiscaux, Oxfam a commencé par répertorier tous les pays figurant sur les "listes de pays ayant des pratiques fiscales dommageables", qu'elles aient été établies par le gouvernement américain, le FMI, la BRI, les Nations Unies ou encore la Commission européenne. (Crédits : Statista*)
Certaines îles ne sont pas paradisiaques que pour leurs paysages... En effet, le classement des pires paradis fiscaux du monde, réalisé par l'Oxfam, est trusté par des îles et archipels.

Peu d'impôt sur les sociétés, des avantages fiscaux démesurés et une certaine tendance à ne pas coopérer aux efforts internationaux de lutte contre l'évasion fiscale... Voici les critères requis pour prétendre au titre de pire paradis fiscal du monde ! Oxfam vient en effet de publier le mardi 13 décembre 2016 son nouveau classement des 15 pires paradis fiscaux, et voici sans plus attendre le grand vainqueur de ce titre peu enviable...

Stingray City (Îles Caïmans)

Découvrez le Top 5 des pires paradis fiscaux en images

L'archipel des Bermudes est donc le pire paradis fiscal pour l'année 2016 selon Oxfam. Souvent citées comme paradis fiscal, les Iles Caïmans se placent sur la deuxième marche du podium. L'identité du troisième pays est en revanche beaucoup plus surprenante, car cette place est occupée par les Pays-Bas. Viennent ensuite la Suisse (4), Singapour (5), l'Irlande (6), le Luxembourg (7), Curaçao (8), Hong Kong (9), Chypre (10), les Bahamas (11), l'île de Jersey (12), la Barbade (13), l'Île Maurice (14), et les Îles Vierges Britanniques (15).

On constate que les îles et archipels sont sur-représentés dans ce top, et en particulier les îles dépendantes de la couronne britannique, au nombre de 3 avec les Îles Caïmans, Jersey et les Iles Vierges Britanniques. Cela porte le nombre de pays et territoire européens du classement à huit, soit plus de la moitié du top...

Quels critères ont été retenus pour déterminer le "pire" paradis fiscal

Pour réaliser son top 15 des pires paradis fiscaux, Oxfam a commencé par répertorier tous les pays figurant sur les "listes de pays ayant des pratiques fiscales dommageables", qu'elles aient été établies par le gouvernement américain, le FMI, la BRI, les Nations Unies ou encore la Commission européenne. Ainsi, 59 pays pouvant être qualifié de paradis fiscal sont ressortis. l'Oxfam est ensuite passé de 59 à 19 pays en se basant sur trois critères :

  • le taux d'imposition des sociétés en vigueur dans le pays. N'ont été retenus que ceux dont le taux était "égal ou inférieur à la moitié de la moyenne mondiale pour les dix dernières années", soit 12,5%.
  • Le nombre de multinationales américaines présentes dans le pays. Si ce critère peut sembler un peu arbitraire, voire gratuit, il est en réalité significatif de "la facilité avec laquelle un pays permet le transfert artificiel de bénéfices", selon l'Oxfam.
  • Un passif intra-groupes excessif. Permettant également d'évaluer la facilité de transfert des bénéfices, le passif intra-groupes mesure donc les transferts entre les filiales d'un même groupe situées dans différents pays.

Pour arriver au Top 15, l'Oxfam a ensuite affiné son classement en prenant en compte des notions comme l'absence de retenue à la source, la mise en place d'avantages fiscaux "agressifs", c'est à dire démesuré au regard des finances de l'Etat, ou encore un contrôle trop lâche des sociétés étrangères s'installant dans le pays. Ainsi, les Pays-Bas ont été épinglés pour leur incitation fiscale baptisée "boîte à innovation", qui "coûtera plus de 1,2 milliard de dollars en 2016, soit 7,6% des recettes fiscales issues de l'imposition des entreprises aux Pays-Bas", précise l'Oxfam. Du côté de l'Irlande, c'est évidemment la présence des géants américains du numérique, Google et Facebook en tête, qui a pesé dans la balance...

*Graphique réalisé par Statista

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/12/2016 à 13:28 :
Impressionnant ! Vous pensez vraiment que tous les maux français sont du aux fonctionnaires ? Vives les milices privées, vive les hôpitaux privés et supprimons la sécu pour laisser place à la santé à la carte. Plus besoin de police, de militaires et autres parasites de la fonction publique. Tout cela, car c'est bien connu, ces fainéants de fonctionnaires sont si bien estimés et payés qu'ils profitent à mort de ces magnifiques paradis fiscaux pour y placer les sommes folles qu'ils volent aux autres travailleurs (ou pas d'ailleurs) français. Sus aux fonctionnaires…
a écrit le 14/12/2016 à 4:43 :
Les pires ? Non les meilleurs ! Pays-Bas 3ème du classement. Que la france s'aligne, abolisse des impots et taxes, et en plafonne les autres CONSTITUTIONNELLEMENT assurant enfin stabilité-visibilité. Grace à un afflux de capitaux, et des taux faibles sur une assiette énorme, la france se redressera très vite.
Réponse de le 14/12/2016 à 23:55 :
Si votre baratin était vrai et possible tout le monde l'aurait fait depuis longtemps. Vous semblez complètement oublié que la FRANCE n'est pas le seul pays concerné par les paradis fiscaux.

Les paradis fiscaux ne sont là que pour capter des richesses produits ailleurs par des gens compétents, comme les salariés de ces différentes entreprise, qui se retrouvent floués.
a écrit le 13/12/2016 à 21:46 :
Ben nous avons les notres, les fameuses com, qui décident des impôts ou autres et sont les paradis des milliardaires.
Ca pose juste une question, si les entreprises délocalisent leurs sièges sociaux, n'y a t'il pas un problème avec l'impôt?
Les gpuvernements ne se gaveraient t'ils pas un peu trop?
Rien que chez-nous, plus de la totalité de la tva sert à rémunérer les fonctionnaires qu'on devrait renommer TPF, taxes pour payer les fonctionnaires.
a écrit le 13/12/2016 à 19:11 :
pourquoi ..." pire " ...? parce qu'ils sont très surveillés ?
a écrit le 13/12/2016 à 14:31 :
"Pire" paradis fiscal ?? C'est quoi cette nauséabonde propagande ? Un paradis peut-il être "pire" ? Surtout s'il est fiscal ? Les soi-disant paradis fiscaux ont non seulement toute leur utilité et toute leur légitimité, mais également toute leur pertinence face à ces états-voyous que l'on peut sans conteste qualifier d'enfers fiscaux. Les trois pays qui, au monde, taxent le plus les revenus sont, dans le désordre, la belgique, la france et le danemark. Voilà pour le vrai "pire" ! Surtout lorsque l'on voit ce que les gouvernements de ces pays font de concret pour leurs populations : mauvais soins de santé, enseignement qui part à vau-l'au, insécurité, infrastructures moyenâgeuses, administration préhistorique, politique énergétique complètement dépassée et criminogène etc etc. L'impôt sur le revenu - qui est aussi inutile que contre-productif - ne permet qu'une chose : inciter les "responsables" (??) à toujours gaspiller plus, à dépenser toujours plus mal et à favoriser leurs petits copains du monde industriel. Par contre, l'impôt sur le revenu - qui est un impôt supplémentaire puisque tous les cons-tribuables en payent déjà tout le temps, sur tout et sous toutes les dénominations possibles, dont la tva qui n'est rien d'autre qu'un impôt sur la consommation - bride et détruit le pouvoir d'achat des ménages. Par voie de conséquence logique, l'impôt sur le revenu détruit la consommation intérieure, provoque les fermetures de magasins/usines/entreprises, augmente le chômage, provoque une insécurité croissante etc etc. Légitimes et très utiles, à utiliser sans la moindre mauvaise conscience, les paradis fiscaux - qui existeront toujours et c'est heureux - doivent être utilisés au mieux et dans la plus large mesure possible. Je sais de quoi je parle : je ne paye aucun impôt sur le revenu en france mais utilise sans fausse honte et sans la moindre hypocrisie, un "paradis" fiscal. Parce que je refuse de me faire truander, parce que la priorité est mon bien-être et celui des miens, parce que je ne cautionne pas le racket fiscal et que je refuse aussi de cautionner les gabégies étatiques plus ou moins mafieuses. Alors oui, les paradis fiscaux sont une vraie nécessité. Parce que personne de sensé, d'honnête, de responsable et de conscient accepte de se laisser racketter sans rien faire, ni n'accepte de mettre son avenir (financier, mais pas seulement : études, soins de santé corrects...) et celui des siens en danger. Cela devient de lé légitime défense, fut-elle fiscale !
Réponse de le 13/12/2016 à 18:20 :
La concurence dans l'impot est une bonne chose.
Financer la flemme de france et les pistonnés dans les administrations cela suffit.
Défendons nous!
Réponse de le 15/12/2016 à 18:54 :
Votre commentaire est incomplet. On aimerait savoir comment avez-vous été formé professionnellement, où sont formés vos enfants, où vous faites-vous soigner, votre plan de retraite, etc...
Réponse de le 21/12/2016 à 13:16 :
Oui gegemalaga ... Et non gegemalaga ;-) Oui les états ont besoin de ressources pour financer "le bien commun" : routes, sécurité sociale, retraites, orchestres de musique classique et autres TNP's among others. Et oui pour gérer tout cela il faut des fonctionnaires. Et oui le ration 'civil servants'/personnes ne activité est peu glorieux pour la France. Mais non ce système de ponction n'est pas à réduire "dictatorialement" sous le fallacieux prétexte que le taux de prélèvements français et X fois plus élevé que le taux britannique par exemple. Une image valant mieux que ce long discours, allez donc photographier les seniors 70+ sans dents balayant les rues de Londres. Tiens, un aspect "post-Thatcher" peu abordé à Malaga ;-)
a écrit le 13/12/2016 à 11:42 :
A quand le palmarès des enfers fiscaux ?
a écrit le 13/12/2016 à 11:28 :
...Le Delaware n'aurait-il pas été "oublié"?
Il faut virer de l'UE l'Irlande, les Pays-Bas et le Luxembourg dont il n'est pas inutile de rappeler que le Président de la Commission est un Luxembourgeois qui fut en son temps ministre des finances. L'UE, gouvernée par un PPE fortement libéral ne fera rien contre les paradis fiscaux. Anti-démocratique, elle ne se hasardera jamais à organiser un référendum pour demander aux peuples de valider l'entrée ou le maintient d'un pays dans l'Union.
a écrit le 13/12/2016 à 10:16 :
Premier critère de définition du " pire " paradis fiscal : un taux d'imposition inférieur à 12,5 % .
Quel chance avons nous ! la France n'est pas prête de devenir un paradis.
Visiblement pour certain l'enfer fiscal est préférable .
Surprenant!
a écrit le 13/12/2016 à 10:10 :
Pour mémoire les meilleurs artisans de cet état de fait occupent les plus hauts postes de l'UE : Juncker (Luxembourg) et Dijsselbloem (NL) où ils ont été imposés par Schaüble ...
a écrit le 13/12/2016 à 9:42 :
Le pire ! 😂 il fait bon vivre en suisse !
La france devrait être classe dans les enfers ! 1,5 millions de fonctionnaires en trop par rapport à la moyenne européenne 😏
Fillon est un enfant de cœur 🙄
a écrit le 13/12/2016 à 9:36 :
Nota bene : Les Bermudes, les Bahamas et la Barbade ont aussi pour chef d'Etat la Reine Elizabeth II. Ce qui porte à 6 sur 15, soit 40% de la liste, les paradis fiscaux britanniques, et donc à 11 sur 15 les paradis fiscaux "européens".
Ajoutons quand même que Singapour, Hong Kong, Chypre et l'Ile Maurice ont pour point commun d'avoir été des colonies britanniques, jusqu'à très récemment pour certaines.
a écrit le 13/12/2016 à 9:09 :
Qui paye les impôts des entreprises? 1° les clients, 2° les salariés, 3° les fournisseurs.
Qui perçoit les recettes fiscales? En majorité les fonctionnaires et politicards.
a écrit le 13/12/2016 à 8:53 :
Pays Bas, Suisse, Luxembourg et Chypre dans les dix premiers donc et bien voilà ma foi un classement qui nous fait comprendre que c'est pas demain la veille que ces parasites de l'économie mondiale vont disparaitre.

Merci beaucoup pour cette information.
Réponse de le 13/12/2016 à 10:17 :
Vous avez bien raison mon ami. D'autant plus qu'en 2017, nous allons perdre le chevalier blanc François qui était en lutte acharnée contre son ennemi la finance !
Réponse de le 13/12/2016 à 11:33 :
Vous devriez arrêter les obsessions c'est très mauvais pour les raisonnements et qu'est-ce que c'est ennuyant.

N'hésitez pas par contre à continuer d'écrire cela un peu partout hein surtout mais vous n'êtes vraiment pas obligé de me répondre pour dire la même chose que vos commentaires.

J'ai passé l'age de changer les couches, merci.
a écrit le 13/12/2016 à 8:52 :
"... en particulier les îles dépendantes de la couronne britannique, au nombre de 3 avec les Îles Caïmans, Jersey et les Iles Vierges Britanniques...".
Je cite : "Les Bermudes constituent un archipel d'Amérique du Nord membre associé de la communauté caribéenne et un territoire britannique d'outre-mer. Les habitants sont appelés Bermudiens. Découvert par les Pays-Bas, l'archipel est un territoire outre-mer britannique dont l'économie repose en grande partie sur les finances à cause de son statut de paradis fiscal." (dixit Wikipedia)
Donc, cela fait quatre, logiquement..
a écrit le 13/12/2016 à 8:51 :
il faut changer le titre... au vu des criteres, il s'agit plut ' des meilleurs paradis'

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :