Mobilier régional : cap sur le terroir

 |   |  534  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Longtemps délaissé, le meuble de province retrouve (un peu) de son attrait. Les prix restent encore très accessibles. Mais déjà, les plus belles pièces font l'objet de surenchères.

Pour les amateurs de mobilier, le terme régional peut autant désigner un meuble rustique considéré comme courant et un meuble mouluré réalisé par un ébéniste provincial reconnu. L?offre est particulièrement variée mais aussi très éparpillée et parfois de qualité quelconque. Il faut donc bien examiner la pièce avant l'achat, car les restaurations, souvent hâtives, déprécient un meuble qui déjà n'est pas excessif. Beaucoup d' enchères n'ont pas toujours lieu dans la région d'origine. Les marchands le savent, et ont tendance à acquérir un meuble régional dans une autre province, les prix étant alors nettement moindres, car les acheteurs locaux préfèrent acquérir un produit local, qui ne dépareille pas une demeure typée.

Les meubles basiques régionaux sont divisés en deux catégories. On trouve les modèles incontournables du trousseau de mariage, ornés de décorations propres à la région : coffres, lits et parfois armoires. Puis s'ajoutent ceux qui les complètent selon l'aisance du couple : buffets, vaisseliers, bahuts, commodes, tables et chaises. Ces meubles longtemps méprisés ? et laissés aux brocanteurs par les antiquaires ? sont, effet de mode, crise et résidences secondaires obligent, à nouveau appréciés, mais restent encore très abordables, de 150 à 3.500 euros.

Ce n'est pas le cas des ?uvres d'artistes locaux. Certaines villes, Lyon, Bordeaux, Grenoble, Aix-en-Provence, Nantes, notamment ont été au XVIIIème siècle les foyers d?une ébénisterie raffinée, appréciée jusqu?à Paris et qui atteignent désormais des prix soutenus. C?est le cas des Hache de Grenoble : une commode marquetée de Thomas, le père, atteint 100.000 euros et une autre plus sobre de Jean-François, le fils, s'adjuge autour de 45.000 euros. Autre région notable, Bordeaux d?où proviennent les meubles de port en acajou massif destinés aux riches armateurs. Une gigantesque armoire galbée, posée sur des pieds dogues et munie de deux placards latéraux vaut autour de 75.000 euros. La commode bordelaise ventrue tourne autour de 15.000 euros, un peu plus que la nantaise, moins chargée.

Chaque région a ses caractéristiques : en Alsace, les meubles sont massifs aux façades monumentales ; en Auvergne, on aime l'aspect sévère et les bahuts à plusieurs portes ; dans le Pays basque, on apprécie le décor sculpté et les coffres ; en Bretagne, ce sont les meubles droits aux motifs sinueux qui sont caractéristiques, dans le Nord, dominent les corniches opulentes et les lingères moulurées ; en Normandie (photo), on décline des proportions en harmonie avec un décor richement sculpté? D'une manière générale, ls décors sont sobres en Vendée ou Lyonnais, équilibrés en Lorraine ou Bresse, exubérants en Provence ou en Normandie.Avec pour toutes ces provinces, une règle commune  : le bois utilisé est de préférence local, chêne en Ile-de-France, sapin en Lorraine, châtaignier dans le Sud-Ouest, merisier rouge en Picardie, noyer blond en Périgord?

Chaque semaine, on trouve de nombreuses vacations régionales ; renseignements sur www.ivoire-france.com ou www.interencheres.com

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :