Sotheby's adjuge une montre de George Daniels à 1,438 million d'euros

 |   |  600  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Peu réputé hors du cercle des amateurs d'horlogerie, cet Anglais décédé l'an dernier a bouleversé l'industrie de la montre en créant le mécanisme de l'échappement co-axial, aujourd'hui utilisé par Omega dans toutes ses productions. Le montant total de la vente a atteint 9,44 millions d'euros.

Lorsque des montres de George Daniels apparaissent dans les salles de vente, le monde des amateurs de montres et d'horloges s'agite. Si ce nom ne vous dit sans doute pas grand-chose, cet Anglais décédé l'an dernier à 85 ans dans sa résidence de l'île de Man était sans doute l'horloger le plus réputé au monde. Né en 1926, il suit un parcours relativement traditionnel avec des études au Collège polytechnique de Northampton (situé dans le centre de Londres) qui font de lui un réparateur qualifié. Sa découverte à 34 ans des montres anciennes va pourtant bouleverser cette trajectoire. Il plonge dans l'empire du maître français Bréguet, devient l'agent londonien de l'entreprise et se voit même proposer la reprise de l'entité. Il aurait refusé parce que «Daniels, London» sonne mieux que «Bréguet, Paris»...

Alors que la production d'une montre nécessite normalement l'intervention de trente-quatre personnes aux qualifications différentes, George Daniels se lance dans la fabrication d'une montre à complication entièrement réalisée à la main et par lui seul. Au bout d'un an de travail, en 1969, cette montre de poche à tourbillon avec échappement à détente pivotée est achevée. Il est sans doute la première personne à avoir jamais intégralement construit sa propre montre à complication, y incluant son boîtier et son cadran. Les amateurs se pressent alors pour acquérir ses raretés; il ne réalisera que trente-sept montres lui-même.

Au-delà de son livre La Montre: Principes et méthodes de fabrication, véritable bible destinée au fabricant éclairé, sa principale contribution au monde de l'horlogerie réside dans la mise en place d'un nouveau mécanisme. L'échappement co-axial, créé en 1974, élimine l'utilisation d'huile dans les montres et les rend donc plus fiables. L'époque n'est pourtant guère à l'acceptation de sa technologie par une industrie suisse laminée par les montres automatiques japonaises et du coup réticente aux innovations venues de l'étranger. Approché par Patek Philippe, puis par Rolex, il intègre son mécanisme à leurs montres pour leur prouver sa fiabilité et son adaptabilité. Ils rejettent néanmoins son idée. Il faudra attendre 1994 et l'approche d'un jeune technicien d'ETA, la plus grande manufacture suisse de mouvements de montres, pour que l'idée fasse son chemin en Suisse. Cinq ans plus tard, la marque Omega lance sa première série de montres à échappement co-axial, une technologie qui figure aujourd'hui dans toutes ses montres.

La montre Voyageurs de l'espace adjugée à 1,438 millions d'euros

Dans une ambiance électrique et une salle bondée, la vente de 134 lots organisée par Sotheby's a dépassé les attentes de la fondation Georges Daniel, qui en recevra les bénéfices afin de financer l'apprentissage d'horlogers, d'ingénieurs et de médecins : elle a rapporté 9,44 millions d'euros. Ses plus beaux exemplaires concernent ses premières productions, notamment la réplique d'une horloge Bréguet, des montres à gousset et des horloges de plusieurs fabricants historiques, dont Bréguet, mais aussi ses réalisations à gousset plus récentes. L'une d'elle a réalisé la plus grosse vente : la montre Voyageurs de l'espace, est partie à plus du double de son estimation haute à 1,438 million d'euros. Si la montre la Grande Complication n'a pas dépassé ses estimations hautes, elle a tout de même été vendue 975.858 euros, et toutes les autres montres réalisées par le maître les ont surpassées. Preuve de l'hystérie autour de son nom, une montre électronique bas de gamme de 1983 lui ayant appartenue est partie pour près de 800 euros.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2012 à 7:40 :
Elle donne l'heure ?
a écrit le 06/11/2012 à 22:51 :
rien ne vaut une bonne bouteille de Jack Daniels !
a écrit le 06/11/2012 à 21:24 :
rien ne vaut une bonne submariner ..
a écrit le 06/11/2012 à 16:47 :
Une montre à 1 million.... Et le pire c'est que certains vont trouver ça normal...
Réponse de le 06/11/2012 à 17:21 :
La montre la plus chère du monde est une Patek Philippe qui a été vendu à 16 millions de dollars... Dans la haute horlogerie d'aujourd'hui toute grande marque a une grande complication à plus d'un million d'euros dans son catalogue... Et sans diamants et autres superflus inutile à l'horlogerie...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :