61.000 euros reversés à la Croix-Rouge grâce à la vente de 28 toiles de Miró

 |   |  309  mots
C'était un artiste 24 heures par jour et 365 jours par an, se souvient le petit-fils du peintre.
"C'était un artiste 24 heures par jour et 365 jours par an", se souvient le petit-fils du peintre. (Crédits : Reuters)
Le petit-fils du peintre Joan Miró a mis aux enchères 28 toiles de son grand-père. Les bénéfices seront reversés à La Croix Rouge pour aider les migrants.

Vingt-huit toiles du peintre Joan Miró ont été mises aux enchères par son petit-fils, Joan Punyet Miró jeudi 19 mai à Londres. La maison Christie's qui organisait l'événement, espérait récolter 50.000 euros. Finalement, 61.600 euros ont été récoltés au profit de la Croix-Rouge pour aider les réfugiés.

"Je me considère comme l'exécutant de ses volontés et j'aspire à faire ce que lui-même aurait fait s'il était toujours vivant", a déclaré Joan Punyet Miró, le petit-fils du peintre catalan à l'AFP.

Exilé à Paris pendant la guerre civile espagnole entre 1936 et 1939, Miró, sympathisant républicain, avait suivi de près le sort des réfugiés espagnols, fuyant le régime de Franco. "Il a toujours voulu aider les personnes défavorisées, les réfugiés et les exilés", a raconté son petit fils lors de la vente aux enchères.

Un médecin de la Croix-Rouge avait sauvé la jambe de la fille de Miró

Si Joan Punyet Miró a décidé de reverser la somme à la Croix-Rouge, c'est aussi parce que l'association, avait secourue sa mère.

"Lors du réveillon du Nouvel An 1965, à Mont-roig, sur la côte catalane, elle traversait la voie ferrée en voiture, en plein brouillard. Un train l'a frappée, elle a survolé le sommet d'un arbre, et s'est brisé la jambe à cinq endroits", raconte Joan Punyet Miró dans une interview accordée à la maison Christie's.

Le peintre a fait preuve d'une grande générosité envers la Croix-Rouge durant toute sa vie. Il avait également offert une de ses tapisseries à l'association. "Pour lui, c'était un moyen emblématique de représenter le rôle immense que les associations humanitaires peuvent jouer dans des moments de grandes souffrance, comme celui auquel nous assistons en Syrie en ce moment", poursuit Joan Punyet Miró.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :