Les jeunes pourraient travailler plus longtemps…et moins profiter de leur retraite

 |   |  473  mots
Profiter de la retraite pour les jeunes générations pourrait s'avérer très compliqué
Profiter de la retraite pour les jeunes générations pourrait s'avérer très compliqué (Crédits : Reuters)
Le recul de l'âge de départ à la retraite à taux plein risque d'être un thème central de la prochaine campagne présidentielle. Pourtant, comme le montre une étude de l'Insee, laisser la durée de cotisation augmenter au rythme actuel suffirait à défavoriser les jeunes générations...

Les générations futures risquent de l'avoir mauvaise... En effet, selon un dossier de l'Insee sur l'espérance de vie en retraite, faisant partie du portrait social de la France publié le 22 novembre 2016, les personnes nées en 1990 pourraient travailler plus longtemps que celles nées en 1960, pour vivre moins longtemps à la retraite (sans incapacité). C'est en tout cas ce que prévoit un des scénarios de l'étude, en faisant l'hypothèse que le mécanisme d'allongement de la durée de cotisation prévu par la réforme des retraites de 2014 se poursuive sur le long terme.

Comment arrive-t-il à cette conclusion ? A l'heure actuelle, dans un souci d'équilibrer le financement des retraites, l'âge légal de départ à taux plein à la retraite ne cesse d'augmenter. Ainsi, "l'âge moyen de départ en retraite des hommes devrait être plus élevé de deux ans pour ceux nés en 1990 que pour ceux nés en 1960". L'argument d'une augmentation de l'espérance de vie est souvent invoqué pour justifier l'allongement de la durée de cotisation.

On se retrouve donc dans une situation qui octroie aux personnes nées en 1990 légèrement plus d'espérance de vie en retraite (sans incapacité sévère) qu'à celles nées en 1960. En réalité, si l'espérance de vie continue d'augmenter comme actuellement, les hommes nés en 1960 bénéficieront de 17,2 années de retraite sans incapacité et les femmes de 21 années. Pour les gens nés en 1990, le niveau passe à 18,4 et  21,3 années, soit une augmentation très contenue.

Des années de travail en plus pour 5 mois de retraite en moins

Là où la tendance devient négative, c'est lorsque l'Insee prolonge sur l'horizon le "rythme d'augmentation de la durée [de cotisation] mise en place par la réforme de 2014". Pour l'instant, la réforme des retraites de 2014 allonge la durée de cotisation d'un trimestre tous les trois ans, pour les personnes nées entre 1955 et celles nées en 1973.

Une personne née en 1955 doit donc cotiser pendant 166 trimestres (41 ans et 6 mois) et une personne née en 1973 devra cotiser 172 trimestres (43 ans). Si l'on s'en tient à cette réforme, toutes les personnes nées après 1973 seront donc logées à la même enseigne et devront cotiser 43 ans. Dans ce cas de figure, l'espérance de vie en retraite sera celle évoquée plus haut.

En revanche, si la durée de cotisation continue de s'allonger d'un trimestre tous les trois ans jusqu'en 1990, les hommes et les femmes nés cette année là verraient alors leur "espérance de vie en retraite sans incapacité" diminuée de 5 mois. Ce qui reviendrait donc, à travailler plus longtemps, pour profiter moins longtemps de sa retraite...

Lire aussi : Le système de retraite à l'équilibre en 2030 ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2016 à 21:18 :
À quand une vrai réforme fiscale et une nouvelle répartition des richesses. Qui aura le courage de reviser l'assiette fiscale par ?D imposer les retraites élevées de ceux qui ont tout eu: La croissance à 2 chiffres, le plein emploi, les résidences secondaires, l épargne, La facilité de faire carrière etc. , etc.
a écrit le 07/12/2016 à 11:38 :
Travailler plus, c'est faux. Nous la génération d'avant les baby boomers de 68, avons travaillé 47, 48 ... même 50 ans
Les jeunes ne travaillerons jamais aussi longtemps
Pas de manipulation s'il vous plait
Réponse de le 10/12/2016 à 12:09 :
bouaf! Sûr certains d'avant le baby boom ont beaucoup bossé et longtemps mais j'ai un oncle et une tante nés en 45 et 49 et ils ont pris leur retraite à 55 balais avec tous les "honneurs" et ils n'ont pas bossé 40 ans (l'un était flic l'autre infirmière dans le privé). Leur credo : "après moi le déluge"... alors ça va deux minutes les vieux schnocks!
a écrit le 29/11/2016 à 15:53 :
Je fais partie de la génération de ceux qui payent tout ce que les baby-boomers nous ont laissé en France et ailleurs: du chômage, des dettes affolantes, de la précarité, un immobilier totalement inabordable, et j'en passe. C'est cette génération qui a voté pour tous les magouilleurs de droite comme de gauche, qui nous ont mis dans cette situation, pour gagner des élections. Nous, on essaye de survivre, on ramasse, on enchaîne les CDD, sans congés pour certains, corvéables à merci, etc. etc. Et tous ceux de mon âge le savent déjà, la retraite y'en aura pas, pas avec les régimes actuels. On s'est tapé des études, un apprentissage de langues étrangères, tout ça pour ramasser des miettes, que vous, les planqués qui partez faire des croisières, nous avez laissées. Et les perles comme les 35h, c'est vous qui les avez voulues, à un âge où nous n'avions pas le droit de vote. Alors arrêtez de nous jouer les violons, l'état lamentable de la France et de l'Europe en général, c'est à vous, les baby boomers, qu'on le doit. Et certainement pas à nous.
a écrit le 27/11/2016 à 10:22 :
Vous savez les jeunes français souhaite déjà avoir un travail, dans le respect du code du travail avec un salaire correcte.... pour le reste moins de prélèvement, de bon contact, avec des conditions de licenciement juste pour tout le monde.... tous le reste ils ons d'autre préoccupations, vivre déjà correctement, actuellement ce n'est pas simple.....
a écrit le 27/11/2016 à 8:36 :
Il faut financer les retraites par un prélèvement sur la consommation (TVA sociale ou taxe sur l'énergie) et non sur la production, pour favoriser la compétitivité des entreprises sur le plan international.
a écrit le 26/11/2016 à 16:03 :
On dit qu'avec ce genre de mesures on ne réduit pas les retraites.

Mais tous ceux qui perdent leur emploi à 58 ou 60 ans pour des raisons diverses et qui ne retrouvent pas un emploi, se verront de fait amputer de 20 ou 40 trimestres avec une retraite misérable à la clé en conséquence.

Tous le monde est d'accord ou presque pour continuer à travailler plus longtemps, si le travail est agréable, valorisant au niveau de la qualité et du revenu que cela procure ( ce n'est pas le cas par exemple si l'employé n'est qu'un bio-robot chargé de taches ingrates et inintéressantes et soumis à la dictature des codes et des procédures informatisées) et si des aménagements d'horaires sont réalisés.

On pourrait alors instaurer un régime à la finlandaise, où en même temps l'intéressé y gagne en temps de travail, en revenu et en points de retraite, l'employeur ne paye que des charges réduites et la caisse de retraite y trouvent tous leur compte.
Sans doute impossible en France vu le nombre invraisemblables de caisses de retraite , dont on se demande à qui elles profitent.
Réponse de le 27/11/2016 à 11:20 :
les pèriodes de chomage valident des trimestres ; tenez en copmte pour votre raisonnement.
a écrit le 26/11/2016 à 8:31 :
Titre racoleur qui cache en fait l'incapacité de nos décideurs , politiques et experts en tout genre à imaginer un nouveau modèle de financement des retraites ...alors par lâcheté ils ne trouvent rien d'autre que de dresser les pauvres jeunes générations contre les vieux nantis .....à 1.300 €/mois de retraite moyenne !!!
Mais c'est une tendance de fond : les csp+ des centres villes contre la banlieue et classes populaires des citées , les fonctionnaires contre le privé ,les jeunes contre les vieux etc... En fait les corporatismes font obstruction à toute évolution ( surtout ne pas prononcer le mot réforme!!! )
Réponse de le 26/11/2016 à 22:16 :
C'est la triste réalité, hélas.
a écrit le 26/11/2016 à 7:57 :
arretez ses fadaises , et regardez plustot l'evolution de l'esperance de vie ...! ets i ce travail vous paraissait trop laborieux , je pense que simplement en comparant votre cas perso à celui de vos parents , vous devriez avoir une vision moins dogmatique de la question .
Réponse de le 28/11/2016 à 22:27 :
Parce que vous connaissez le cas de mes parents ! et leurs années de vie
Je comprends pourquoi vous ne comprenez pas
Et le respect, ou la simple politesse vous ne connaissez pas ?
a écrit le 25/11/2016 à 21:30 :
Cette comparaison est fausse. Née en 1941, ai travaillé 47 ans pour ne pas avoir une retraire trop ridicule.
Pourquoi comparer avec ceux né en 1960, et les autres ? tous morts pour la tribune?
Cela ressemble à de la manipulation comme pour le thème du logement
a écrit le 25/11/2016 à 21:04 :
J'ai un mot a dire pour notre jeunesse, " tout va bien, ne craignez pas l'avenir, tout va bien, le chômage baisse, la dette se réduit, les finances sont bonnes"... "ayez confiance en l'avenir". Regardez nos politicards-journaleux et les "excellents économistes" sont tous d'accords, LA FRANCE VA BIEN. Alors hein!!!
a écrit le 25/11/2016 à 16:38 :
Les robots doivent cotiser aussi. Pour ce qui est de leur retraite, on en discutera le moment venu avec leurs représentants élus...
Réponse de le 26/11/2016 à 8:00 :
c'a ...c'est la bombe à venir ! bien sur , il ne faut pas en parler ...: les adversaires du changements des bases de cotisations veulent l'omerta ...! et pouratnat , comme vous dites : les robos ne cotisent pas ...
Réponse de le 26/11/2016 à 9:10 :
Perso, je suis pour la civilisation des loisirs, je vais me balader ou à la plage, les robots bossent pour nous et nous avons le revenu universel qui augmente fortement tous les ans: c'est ça le vrai progrès: social et technologique !
a écrit le 25/11/2016 à 15:43 :
Un jour les jeunes comme les islamistes se compteront , et prendront démocratiquement le pouvoir et les lois qui vont avec . Et remettront la retraite à 60 ans .
Les papys boum l ont fait !!! c est donc possible .
a écrit le 25/11/2016 à 15:22 :
2 commentaires non validés sans rien dedans de condamnable ça fait beaucoup...
Réponse de le 26/11/2016 à 11:41 :
idem, incompréhensible, la censure !
a écrit le 25/11/2016 à 14:20 :
Le régime général de retraite sera facilement très excédentaire. Le but de la retraite à 65 puis 67 ans étant de verser de petites retraites grace à un manque d'annuités : chomage puis R.S.A ( à la charge des impots locaux) de 50 à 65 ans au lieu de 50 à 60 ans
Réponse de le 25/11/2016 à 15:46 :
un peu caricatural mais pas faux.Mieux vaut baisser les pensions des retraités actuels, c 'est à dire les bloquer et prier pour l'arrivée de l'inflation.
Réponse de le 25/11/2016 à 21:13 :
Oui il vaut mieux s'en prendre aux plus faible. 44,5 années de cotis finir handicapé et touché 1250€ net par mois, il me reste un petit mois et je vais vivre normalement mais a l'étranger avec le soulagement de te savoir combatif pour le redressement du pays. Moi je vais me morfondre en Catalunya et continuer durement ma retraite.
Réponse de le 26/11/2016 à 8:17 :
je crois que la réalité est l'inverse de ce que vous dites : en " remettant " la retraite à 60 ans , F.H. a declaré qu'il donnait la liberté au salariés ...; mais il a oublié de dire que cette liberté ( de partir plus tot ) etait au prix d'un pourcentage de baisse de leur retraite ...et , c'est là , qu'il y a des retraites + petites , et pas pour ceux qui auront bien leurs trimestres .
D'autre part , je lis le commentaire de ...patoche ..., et je ne peux que compatir avec lui : retraité à l'etranger , je n'aurait plus les moyens de vivre en France .
a écrit le 25/11/2016 à 13:33 :
C'est bien pour ça qu'il faut augmenter l âge et/ou la durée de cotisation, le plus rapidement possible. Pas de raison que ce soit les jeunes qui supportent tous les efforts, d'autant que ce qui n'est pas dit dans l'article, c'est que la démographie étant ce qu'elle est, on "cotise" (je me marre) comme des malades pour des droits que nous n'aurons jamais. C'est de l'extorsion en bande très bien organisée.
Mais ce n'est pas tout, comparativement à nos voisins le taux de remplacement salaire/pension est très nettement supérieur. Donc blocage des retraites pour une durée indéterminée, en ménageant tout de même les plus pauvres, et alignement de la CSG.
Evidemment on peut compter sur nos dirigeants gérotoncrates élus par les "vieux"pour faire ça. Après on s'étonne que nos jeunes veulent se barrer...
a écrit le 25/11/2016 à 12:10 :
Il faut bien rembourser les dettes de nos parents. Merci beaucoup, les gauchistes, par contre vos leçons de morale, vous savez ce qu'on en fait j'espère :)
Réponse de le 25/11/2016 à 13:50 :
c'est bien connu, les retraités votent à gauche
Réponse de le 25/11/2016 à 14:10 :
Ce qui est bien connu c'est que la génération de parent à largement voté à gauche mais qu'aujourdhui elle vote à droite pour nous faire éponger leurs dettes. Ca vous fait mal de l admettre ? C'est pourtant la réalité.
Réponse de le 25/11/2016 à 14:35 :
Si on touche notre retraite aujourd'hui ,c'est qu'on a bouffé du travail comme des malades toute notre vie,sans rechigner!Les 35 heures on connaissait pas,la pénibilité on en parlait pas du tout.Alors notre retraite on l'a bien méritée,et j'ajouterai qu'elles sont souvent trop basses par rapport a ce qu'elles devraient etre!
Réponse de le 25/11/2016 à 15:39 :
reprenez votre histoire de la V république et vous me direz qui a le plus gouverné. Les torts sont bien partagés, n'en déplaise à votre mythe d'une droite bonne gestionnaire.
Quant au mr de la RATP, il n'a qu'à regarder comment ça se passe dans les autres pays européens, il sortira peut être de son déni (j'en doute). C'est juste une hérésie que les retraités aient en moyenne un revenu supérieur aux actifs et je lui rappelle que lui il cotisait pour des gens qui mourraient plus vite arrivaient à l'âge de la retraite d une part et qu'ils étaient beaucoup plus nombreux relativement à cotiser d'autre part.
Ce système est mort.
Réponse de le 25/11/2016 à 16:10 :
@retraité RATP
"Si on touche notre retraite aujourd'hui ,c'est qu'on a bouffé du travail comme des malades toute notre vie,sans rechigner!Les 35 heures on connaissait pas"

Effectivement, les baby-boomers ont bossé plus que quiconque. Plus que les serfs du Moyen-âge, plus que les mineurs de Germinal, plus que les générations qui ont traversé deux guerres mondiales et ont ensuite reconstruit l'Europe entre 1945 et 1960, et plus que les générations actuelles qui essayent désespérément de convaincre un employeur cupide de convertir leur quatrième "stage" ou leur 6ème année de "CDD" en CDI qui leur permettrait au moins de quitter la maison familiale pour aller vivre dans un un studio... en payant la rente d'un baby-boomer qui l'a acheté pour une bouchée de pain et qui le vend/loue une petite fortune.

Non non, vraiment, aucune génération avant ou après les baby-boomers n'a connu le vrai travail. C'est d'ailleurs pour ça qu'ils méritent d'être la première génération dans l'Histoire qui a à la fois un niveau de vie supérieur à celui des générations précédentes, et un niveau de vie supérieur à celui des générations suivantes.
Réponse de le 26/11/2016 à 20:32 :
Les dettes de nos parents ont été creusées par la droite. Ce sont eux qui ont été le plus longtemps au pouvoir ces 40 dernières années. Pendant les 20 dernières années avant Hollande et de façon continue, c'est bien la droite qui a gouverné.
a écrit le 25/11/2016 à 12:03 :
Ben oui, les générations du Babby Boum sont les grands gagnant du fameux "modèle sociale" qui fonctionne si parfaitement. Et les prochaines générations vont payer les pots cassés.
Cela fait 30 ans qu'on dit que les déficits du moment seront un jour payés par les générations futures, ça y est cela se matérialise.
Oui, les jeunes financent les dettes passées du modèle social. Il faut bien que les pigeons payent
Réponse de le 28/11/2016 à 16:19 :
...sauf qu'il ne pourront pas, occupé à payer la survie du chômeur potentiellement travailleur un jour que du retraité qui ne le sera plus jamais (travailleur). Il faut avoir le sens des priorités quand les sous seront rares. Vu l'ardoise en cours, il faudrait caper max les retraites de tout le monde pour éviter une explosion de dette. Mais bon les élus en piste sont plus clients de voir la jeunesse s'offrir façon "sugar daddy" pour survivre que de demander les efforts aux plus riches (et majorité votante) de ce pays... et les élus qui viennent veulent approfondir ce sillon. Du courage en politique... fort avec les faibles, faibles avec les forts. Tous.
a écrit le 25/11/2016 à 11:03 :
Il y a la retraite de la sécu qui est plafonnée à 1200 euros autant dire complètement insuffisante pour vivre. Ensuite il y a les complémentaires Arco et Argic pour les cadres.
Les retraites sont gelées depuis 3 ans car le système ne fonctionne plus. La moyenne
des retraites versées est de 1400 euros par mois. Partir à 60, ou 65 ans avec des retraites si minables , c'est vivre confiné sans rien pouvoir faire.
Un conseil aux jeunes générations. ne pas compter sur l'état et se constituer sa propre retraite en épargnant, immobilier , actions etc... c'est le seul moyen pour quitter la vie professionnelle quant on veut et vivre décemment.
Réponse de le 25/11/2016 à 12:41 :
"Un conseil aux jeunes générations. ne pas compter sur l'état et se constituer sa propre retraite en épargnant, immobilier , actions etc..."

Épargner avec des salaires de plus en plus bas ?

On voit que vous êtes pas concerné par le truc vous hein...
Réponse de le 25/11/2016 à 13:37 :
Confinés sans rien faire ? Vous trouveriez normal des retraités qui partent en vacances à l'étranger et enchainent les restaurants alors qu'on a un déficit pareil et un taux de chômage dément ?
Quand on est jeune, on a rien, faut tout acheter, et on a des enfants à charge. On a besoin d'une voiture pour aller bosser. On est confinés sans rien faire dans le auto-boulot-dodo.

Faudrait prendre conscience de la réalité, du taux de chômage, de la galère de la caissière au smic et à temps partiel chez Auchan qui gagne 600€ par mois alors que les Mulliez sont milliardaires et que vous êtes confinés avec le double de ce qu'elle a pour élever ses enfants !
a écrit le 25/11/2016 à 10:58 :
ca fait sourire
agirc et arcco, avec leurs pbs respectifs viennent de fusionner! pour eviter a l'un d'etre en faillite en 2018 et l'autre en 2028 on a fusionne comme ca la messe sera dite en 2023 si rien ne change
et vu le niveau des cotisations, on sait ce que veut dire ' changement'...........
alternative juste et solidaire, confisquer les 30 milliards de la formation et les mettre a dispo des regimes de retraite
Réponse de le 25/11/2016 à 11:41 :
Je n'ai pas vu que ces deux caisses avaient fusionner , c'était quand ?.Je ne suis pas certain d'ailleurs que ce soit une bonne nouvelle pour les non-cadres.Les retraités cadres en particulier de la génération baby-boom extremement nombreux ont des niveaux de retraite à faire pâlir bon nombre d'actif d'aujourd'hui ,ils ont vidé leur propre caisse vitesse grand V ,faute de l'avoir rempli suffisamment au fil des années.Et ce ne sont pas les robots qui remplacent les ouvriers qui vont cotiser dans les caisses .
Réponse de le 25/11/2016 à 11:47 :
je vous invite a relire le scandale de l ircantec sous fillon en 2010 , ou comment on a ponctionné 6 milliards d euros dans les régimes privés arcco et agirc pour donner aux postiers qui venaient du public ceci avec tous les syndicats signataires et les politiques du moment ,qui c est les baisés ? . un peu de mémoire a certains viendrait mettre un peu de verité .
Réponse de le 25/11/2016 à 13:39 :
@churchill. j avais pas compris que vous étiez fan de l'assistanat...c'est le degré 0 de la pensée économique, mais qu attendre d'autre d un vieux rentier...ponctionner la formation, c'est oblitéré notre croissance et l'employabilité pour qu on subventionne vos vacances à Marrakech. Les vieux c'est une plaie! Coup de rabot sur vos retraites plutôt!
a écrit le 25/11/2016 à 10:45 :
Il faut compléter le financement des retraites par une taxe sur l'énergie. Point final!
a écrit le 25/11/2016 à 10:35 :
Je ne vois aucune solution. Même les fonds de pensions et autre ont prouvé leur incapacité à garantir la rémunération et à encaissé des crises. En temps que jeune actif, je ne crains qu'une chose : le maintien de charges sociales lourdes sans les prestations promises (Ass maladie et vieillesses, prestations familiales) afin de rembourser les dettes, l'obligation légale de souscrire à des contrats "mutuelles" de droit privé sans garanti, et, in fine, de me faire intégralement avoir. Quant à l'investissement en bourse, ou sur des supports d'épargne, aucun choix entre entrer à un plus haut sur des marchés actions face à des ordinateurs, des assurances vie risquée car rendements supérieurs aux taux directeurs. Reste l'immobilier, mais au ticket d'entrée élevé.

Et puis, en bon informaticien, serai-je bon à rien passé 40 ans ?
Réponse de le 25/11/2016 à 11:29 :
Les mutuelles privées sont une véritable escroquerie c'est un fait mais comme tout ce qui touche aux assurances et aux banques dans un plus large sens.
Réponse de le 25/11/2016 à 13:43 :
constat que je partage, on se fait plumer pour rien au bout. Arrivé là, je préfère sans hésitation arrêter de cotiser et me débrouiller tout seul quelque soit les risques, c'est mieux que d'avoir la certitude de se faire racquetter. J'accepte volontiers d'aider les plus fragiles, les autres ils se démerdent comme moi.
a écrit le 25/11/2016 à 10:29 :
Je ne vois aucune solution. Même les fonds de pensions et autre ont prouvé leur incapacité à garantir la rémunération et à encaissé des crises. En temps que jeune actif, je ne crains qu'une chose : le maintien de charges sociales lourdes sans les prestations promises (Ass maladie et vieillesses, prestations familiales) afin de rembourser les dettes, l'obligation légale de souscrire à des contrats "mutuelles" de droit privé sans garanti, et, in fine, de me faire intégralement avoir. Quant à l'investissement en bourse, ou sur des supports d'épargne, aucun choix entre entrer à un plus haut sur des marchés actions face à des ordinateurs, des assurances vie risquée car rendements supérieurs aux taux directeurs. Reste l'immobilier, mais au ticket d'entrée élevé.

Et puis, en bon informaticien, serai-je bon à rien passé 40 ans ?
Réponse de le 25/11/2016 à 12:05 :
Allons, allons, pas de déprime, à 40 ans on pète la forme. Et avec le réchauffement climatique, la charge des retraites sera supportable si on interdit la clim dans les maisons de retraite !
a écrit le 25/11/2016 à 10:08 :
C est un peu tirer des plans su rla comete. Les gens qui ont 20 ans aujourd hui vont commencer par travailler gratuitement (stagiaire) puis paye au lance pierre tout en devant payer au prix fort pour se loger (eh oui, politique du logement cher oblige). Et bein sur ils deront payer de plus en plus pour les soins medicaux et les pensions des retraites actuels. Comme le systeme n ets pas viable a long terme, il aura explosé avant 40 ans -> ils auront paye pour rien.
Enfin pas tout a fait pour rien, ils auront financé des gens qui sont ravis de leur cracher dessus et de voter pour qu ils travaillent plus et gagnent moins (curieusement les LR proposent d augmenter le temps de travail des actifs mais en aucun cas de baisser les pensions de retraites ...)
Réponse de le 25/11/2016 à 11:50 :
Evidemment, aucun parti ne propose de réduire les retraites les plus élevées (celles des ministres, cadres etc) ce serait suicidaire (+65 ans = 25% de la population et ça augmente). Je connais de très nombreux cadres retraités si riches qu"ils partent 2 à 3 fois par ans en voyage à l'étranger, ont un bateau, une résidence secondaire, des placements.... Ils sont aussi obligés d'aider leurs enfants et petits enfants qui galèrent....

Il faut que le système de retraite soit un système de solidarité pas un système qui garantisse un maintien du revenu pour les plus riches.
Quand la maison est payée, les enfants sont partis, c'est pas normal d'avoir des revenus élevés payés par un jeune cadre qui remplace 3 anciens cadres Baby boomers en touchant un salaire inférieur. (Au passage lui ne pourra pas épouser sa secrétaire et en faire une femme au foyer, il n'y en a plus et vivre à Paris sur un salaire d'ingénieur de nos jours...)

Et qu'on ne me réponde pas qu'on a beaucoup cotisé, qu'on a beaucoup travaillé (avant la 5eme semaine de CP et les 35h) a cette époque on avait un rythme moins frénétique et plus humain qu'aujourd'hui à l'heure de l'internet mondialisé et des fausses 35h.
a écrit le 25/11/2016 à 9:54 :
Il est illusoire de croire dans ce systeme "par repartition" en France aujourd'hui.
Ce montage a la Ponzi pouvait fonctionner a l'epoque de la reconstruction du pays apres le second conflit mondial. BCP de travail , peu de monde.
Les periodes de travail regulier disparaissent. On balance les gens a 40, 50 ans. En ce cas pas assez de trimestres et en fin de compte une misere dans le meilleur des cas. Demain, exit les contrat de travail. Le symptome est clairement identifie. Trop de monde, trop de competences acquises et par consequent une lutte a la production pour des tarifs les plus bas. En France le combat est perdu depuis longtemps, il n'y qu'a voir les montants de retraites alloues, quelqu'un qui touche 2000 euros est un nantis. La plupart arrivent a 800/1200 E. Comment vivre avec ca ? Bonne question, merci de me l'avoir pose. C'est tout simplement indecent. Les politiques se tamponnent de la question. Ils ne se preocupent que de pomper l'argent du contribuable a leur profit sans aucuns scrupules.
Aux USA il est tres frequent de voir de tres vieilles personnes travailler dans les walmart faute de retraite suffisante, ils vivent tres difficilement, d'ou la creation de l'Obama care, des millions de pauvres dans les etats (+ de 40 millions)
En France, meme chez les baby boomer, des gens touchent peanut. Ils sont au RSA ou au minimum vieillesse, c'est a dire pas grand-chose.
Ce qui existe aux US sera demain en Europe, n'en doutez pas. Que faire alors ?
Au choix, le suicide assiste ou non, la deglingue totale, etc...
En resume : Travailler et esperer toucher une retraite dans le cadre du systeme actuel est stupide, c'est du racket tout simplement: Illich a largement debattu du sujet des retraites dans les annees 70. Il vaut mieux epargner son fric, c'est la seule alternative et sortir de ce systeme foireux que propose la SS.
Réponse de le 25/11/2016 à 10:50 :
Autrement dit, financer les retraites par un prélèvement sur la consommation et non sur la production. D'accord! et encore mieux, sur la consommation d'énergie. Merci.
a écrit le 25/11/2016 à 9:52 :
C'est ce qui fait la différence entre les politiques de Gauche et de Droite.
La Droite a une approche strictement comptable, anti-sociale. Pourvu que les choses se passent bien pour ceux qui sont dans les tranches supérieures, ça roule pour eux.
Les coûts ne sont pas un problème. Financièrement à l'aise, ils peuvent se soigner, financer les études de leurs enfants et assurer leur retraite, et tant pis pour les autres.
La Gauche sociale-démocrate, bien que moins sociale aujourd'hui du fait des contraintes liées à la mondialisation due à une approche économique ultra-libérale limite les dégâts sociaux.C'est tout ce qu'elle peut faire... et c'est déjà pas si mal.
Réponse de le 25/11/2016 à 10:42 :
... négliger les contraintes comptables c'est se forger un destin à la grecque, c'est à dire, au lieu de lâcher un peu, avoir la certitude de tout perdre à terme. C'est à dire, sous prétexte de limiter les dégâts sociaux et de refuser l'approche comptable aujourd'hui, mettre en place des bombes thermonucléaires pour demain. L'exemple type c'est la retraite à 60 ans, dont certains, même à gauche (Rocard et Delors notamment), avaient dit clairement qu'elle était intenable dans la durée, ce dont plus personne ne doute maintenant. Si c'est ça la gauche sociale démocrate, il vaut mieux pour tout le monde (et pas seulement pour les riches qui eux ne comptent pas sur leur retraite par répartition pour vivre) qu'elle soit définitivement écartée du pouvoir. Un système de retraites par répartition n'est viable que si on ajuste ses paramètres (durée de cotisation, niveau des cotisations, âge de départ et niveau des pensions) en permanence pour assurer son équilibre. C'est la loi qui devrait imposer cet équilibre, toute année de déficit constaté devrait imposer un ajustement immédiat des paramètres pour retrouver l'équilibre (et ça peut marcher aussi dans l'autre sens).
Réponse de le 25/11/2016 à 10:57 :
Je ne suis pas certain que la "gauche" soit mieux éclairée que la "droite"; les retraites sont gérées par les syndicats de gauche; c'est pour cela que Macron veut reprendre la gestion des charges sociales. Nous en reparlerons. Merci.
Réponse de le 25/11/2016 à 12:58 :
@bruno_bd
Supposons qu'il faut effectivement repousser perpétuellement l'âge de départ à la retraite (chose que je n'admets pas, même si elle est communément admise par cet électorat de droite constitué en majorité de baby-boomers partis en pré-retraite à 53 ans). Supposons que ce soit nécessaire, ce n'est même pas le sujet aujourd'hui. En effet, il est au mieux débile, au pire criminel, de repousser l'âge de départ à la retraite si on n'a pas résolu en amont les deux problèmes suivants :
1) L'emploi des seniors. Pour nombre de nos braves entreprises françaises, un salarié est "trop vieux" au delà de 35 ans. Donc là, parler de demander à des sexagénaires de se faire embaucher, ça implique BEAUCOUP de travail en amont.
2) La pénurie d'emploi en général dans le pays : suite aux gains de productivité, puis à l'automatisation, la robotisation et l'informatisation, le besoin de travail humain disparaît de plus en plus. A l'heure actuelle, en France, on en est à 5 millions de chômeurs pour 400 000 emplois vacants (et encore, il faut voir la tête de ces "emplois", pour la plupart vacants pour d'excellentes raisons), et pour plus de 30 milions d'actifs. Le constat est sans appel : au delà des discours de comptoir de PMU sur les "Français fainéants", les statistiques disent que quand il y a du travail, les Français le prennent. Le problème est plus une pénurie d'emplois. A supposer que cette problématique ait une solution qui implique de faire davantage des humains, il faut la résoudre avant de prolonger le nombre d'années de travail nécessaires à la retraite de plusieurs années et donc augmenter mécaniquement le nombre de chômeurs.

Quand ces deux problèmes en amont auront été résolus, on pourra rouvrir le débat de la nécessité de repousser une nouvelle fois l'âge de la retraite. Mais même si vous êtes favorable à une telle mesure, vous êtes bien obligé d'admettre que l'adopter à la hussarde sans avoir résolu en amont ces 2 gros problèmes de fond n'apporte rien de bon.
a écrit le 25/11/2016 à 9:15 :
Et encore, l'article n'évoque pas l'inégalité dans l'esperance de vie en fonction des métiers exercés pendant sa carrière .Les ouvriers qui vivent en moyenne 6 à 7 ans de moins qu'un cadre.
a écrit le 25/11/2016 à 9:13 :
@Kermao1800

Et accessoirement, c'est la première génération DANS L'HISTOIRE à vivre à la fois mieux que les générations précédentes ET mieux que les générations suivantes, le tout en nous laissant un monde en ruines et des pays surendettés.
Mais il ne faut surtout pas en parler, ni leur demander de contribuer à quoi que ce soit, sinon ils crient à la "guerre de générations".
a écrit le 25/11/2016 à 8:51 :
Qu'importe la génération EGO a eu sa retraite tôt, n'a pas cotisé à hauteur de ce qu'elle consomme, a pu s'acheter à coups de subventions appartements et résidences secondaires à la mer et à la montagne, ...
Et en sus elle a un poids électoral important...
What else ?
Vive les baby-boomers...
Réponse de le 25/11/2016 à 9:57 :
@Kermao 1800
Vous n'avez certainement jamais travaillé sur un chantier, à la chaîne dans une usine, fait des travaux pénibles ou salissant, dangereux.
Les profiteurs ne sont ceux que vous croyez.
Réponse de le 25/11/2016 à 12:44 :
Il y avait la croissance, faible taux de pauvreté,des augmentations salariales generales qui permettaient de suivre le coût de la vie ( et non individuelle comme aujourd'hui et donc aléatoire) ,le plein emploi, peu ou pas de délocalisation dans les pays à bas coût,des formations internes à caractere promotionnelle dans les entreprises qui permettaient d'évoluer même avec un faible niveau d'entrée , combien ont fini cadre de cette façon, ils ont pu partir à 60 en retraite voir 55 en pré-retraite ( près de deux millions entre 90 et 2000 ) ou mis en disponibilité dès 52 ans jusqu'à leur retraite effective à 60 souvent payé par le gel des augmentations salariales des actifs restants.ils sont majoritairement proprietaire .Sans oublier leur présence massive dans les nouveaux métiers de la culture et de la communication dont certains sont toujours la aujourd'hui .Beaucoup sont actionnaires et participent donc à la deliquescence de nos emplois et des hausses salariales .Le sort des baby-boomers doit être replacé dans le sillage de la génération précédente, née dans les années 20 et 30 qui, lorsqu’elle avait survécu à la guerre a reconstruit le pays et non ceux nés entre 45 et 55 ( voir 42 pour certains historiens) qui ont juste profité de la situation .En 2007, sarkozy a récolté 65% des voix de cette génération.
a écrit le 25/11/2016 à 8:26 :
Pourquoi utiliser l'espérance de vie sans incapacité ?
Vous pensez que les personnes en situation d incapacité de touchent pas de retraite ?

Proposeriez vous de les euthanasier ???

Et
Réponse de le 25/11/2016 à 9:47 :
C'est au contraire intéressant car on parle ici d'incapacité sévère c'est à dire avec entrave majeure pour la vie quotidienne et l'autonomie. Dans ce cas, on ne profite pas vraiment de sa retraite.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :