Une carte d'identité biométrique très controversée

 |   |  383  mots
Copyright Reuters
L'opposition dénonce un fichage général de la population française par le ministère de l'Intérieur.

Si la future carte d'identité biométrique fait les affaires des industriels comme Gemalto, Oberthur et autres fournisseurs de l'Imprimerie nationale, elle suscite en revanche une vive controverse sur le plan de la protection des données personnelles. Adoptée en première lecture par l'Assemblée nationale en fin de semaine dernière, la proposition de loi relative à la création d'une carte d'identité biométrique implique le recensement des informations (noms, prénoms, sexe, date et lieu de naissance, adresse, taille, couleur des yeux, empreintes digitales, photo) concernant les 45 à 50 millions de détenteurs d'une carte d'identité au sein d'une base centralisée, appelée TES (Titres électroniques sécurisés).

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a invoqué la nécessité de lutter contre les usurpations d'identité en confrontant les données inscrites sur les cartes d'identité avec celles figurant dans la base TES. Mais des membres de l'opposition, comme le député Serge Blisko, ont dénoncé « un fichage général de la population », dans le cadre duquel figureraient dans la base de données du ministère de l'Intérieur non plus les seuls criminels et délinquants mais également « la grande masse des Français honnêtes ». « La France n'a créé qu'une seule fois un fichier général de la population, c'était en 1940 », a asséné Serge Blisko à Claude Guéant.

L'opposition pointe également du doigt le risque d'élargissement du fichier TES « à des recherches en matière criminelle ». De fait, TES ne sera pas un simple fichier administratif puisqu'il pourra être consulté sur réquisition de la justice dans le cadre de recherches criminelles. Ce que le Sénat avait refusé lorsqu'il avait adopté la proposition de loi en première lecture, fin mai.

Compte tenu de l'importance des problématiques soulevées par la future carte d'identitié biométrique, Serge Blisko estime que celle-ci aurait dû faire l'objet, non pas d'une proposition, mais d'un projet de loi, ce qui aurait nécessité l'avis du Conseil d'État et une étude d'impact. Serge Blisko fustige ainsi « la volonté de faire voter un texte en catimini ». D'autant que la proposition de loi a été votée en session extraordinaire dans la nuit de jeudi à vendredi en présence de... onze députés. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/07/2011 à 17:24 :
Pourtant la carte VITALE fait presque aussi bien !
a écrit le 12/07/2011 à 13:38 :
un fichier tout dépend ce que vous voulez en faire....et surtout les personnes qui y ont accès , que vous soyez de droite ou de gauche étant donné que l'on trouve autant de dictateurs dans un camp que dans l'autre vous avez une chance sur deux d'y réchapper!!! Arrêtons de nous faire peur
a écrit le 11/07/2011 à 22:44 :
Petite vidéo sur la séance en question:
http://www.dailymotion.com/video/xjszqr_les-traitres-en-action_newsundefined
a écrit le 11/07/2011 à 17:04 :
ah enfin j'ai cru que cette loi etait passé inapercu. Je tiens a rappeler que dans toute son histoire la france n'a possede qu'une seul fois un fichier de ce genre et c'etait sous vichy... Ensuite a quand une loi interdisant de vote une loi avec moins de 50% des deputé present???
a écrit le 11/07/2011 à 10:44 :
L'UMP a la longue de vouloir draguer les voix de l?extrême droite fini par en appliquer si bien les méthodes... Le fichage biométrique de toute une population plus l'implantation du puce servant de signature numérique pour les moyens de paiement... cette "carte d'identité" n'a plus qu'à intégrer une puce GPS (qui sait) pour que le gouvernement sache en permanence toute la vie de tous les citoyens. La liberté n'est plus qu'un mot creux. Imaginé un tel outil pendant l'occupation en 40 pour protéger les bons français des méchants parasites juifs, ou tziganes, ou autre religion (et culture) un peu exotique au goût du gouvernement... Le gouvernement fait vraiment de plus en plus n'importe quoi ! et qui s'en aperçoit... STOP plus d'humanisme est nécessaire...
a écrit le 11/07/2011 à 8:56 :
Honte à ces 11 députés.Sous n'importe quel prétexte on met de la surveillance à outrance. Arrêtons les dégâts.
Réponse de le 11/07/2011 à 10:57 :
En fait, y'en a que 6 qui ont voté pour, 4 contre et 1 abstention
a écrit le 11/07/2011 à 8:12 :
Il est incroyable que l'etat puisse faire n'importe quoi avec notre vie privé sans aucune protection!!

En echange de ces donnees, à quand les francais auront droit aux chambres et bureaux de nos politiques, en commencant par Claude Guéant ?
a écrit le 11/07/2011 à 7:33 :
Et en 40 c'était du bricolage! Mais croire que tenir toute une population en fiches assure plus de sécurités, c'est ne pas comprendre le pouvoir néfaste de l'homme à se détruire. Le nazisme, le stalinisme,... ce n'est pas si loin.
Réponse de le 11/07/2011 à 8:03 :
...atteint ! Félicitation !
Réponse de le 11/07/2011 à 11:46 :
Je crains que non...
a écrit le 11/07/2011 à 6:42 :
Mais qu'ils arretent avec le fichage qui va nous empecher de vivre soi-disant : nous ne devons pas craindre d'etre répertoriés ,cadastrés car cela devrait permettre une diminution des fraudes ,vols .La grande majorité des Français n'ayant pas de vie à cacher ,cela ne la touche donc pas .....
Réponse de le 11/07/2011 à 7:02 :
La grande majorité des français à quelque chose à cacher à l'Etat : sa vie privée. Derrière cette expression "rien à cacher" pointe la suspicion : "auriez-vous fait quelque chose de mal ?"

Or, avoir quelque chose à cacher ne signifie pas être malhonnête. Cela signifie par exemple, avoir une vie privée, qui ne concerne ni l'Etat ni les entreprises de services publics (type RATP avec Navigo par exemple). J'ose espérer ainsi que, vous même, avez quelque chose à cacher, quelque chose de personnel dont vous n'avez pas envie que cela soit exposé au vu de tous, sinon c'est triste.


Il faut être vigilant sur ce fichier. Il n'est pas démontré que c'est une mauvaise chose, mais il faut évidemment être vigilant sur l'utilisation qui pourrait en être faite.
Réponse de le 11/07/2011 à 14:36 :
@ moutarde: commentaire totalement surréaliste. Si on fiche les gens, c'est pas parce qu'ils ont quelque chose à se reprocher, mais pour savoir qui ils sont et ce qu'ils font. Cela permet entre autres de les arrêter si leurs idées sont contraires à celles du parti. Staline n'a qu'à moitié réussi, mais espérons qu'il n'y a pas trop de béotiens comme toi pour nous empêcher de penser et de vivre tout simplement !!!!
Réponse de le 11/07/2011 à 15:34 :
Patrickb,Watt :je dois etre vraiment naif car ,il est vrai que ce que vous me répondez m'avait échappé l'esprit .Pour Watt , j'ai été toute ma carriere professionnelle controlé ,fiché mais , cela avec droite ou gauche au gouvernement et je n'ai jamais été enfermé ni ma famille .Pour ma part , lorsque je régle mes courses dans les grandes surfaces , je me demande bien pourquoi ils me disent que je posséde un crédit si je veux alors que là , je n'ai jamais rien demandé !qu'est ce donc que cela ?
a écrit le 11/07/2011 à 5:35 :
les députés ne sont plus représentatifs de la population surtout quand ils ne font pas leur boulot ! des trop payés,
Onze présent , une honte et honte a ces lois qui ne sont là que pour surveiller la masse afin qu'elle ne pique pas le pouvoir à ceux qui nous asservissent depuis des générations .
a écrit le 11/07/2011 à 5:35 :
les députés ne sont plus représentatifs de la population surtout quand ils ne font pas leur boulot ! des trop payés,
Onze présent , une honte et honte a ces lois qui ne sont là que pour surveiller la masse afin qu'elle ne pique pas le pouvoir à ceux qui nous asservissent depuis des générations .
Réponse de le 12/07/2011 à 8:20 :
Nouvel ordre mondial...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :