Samsung déclenche une nouvelle offensive anti-iPad

 |   |  480  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Plus grande, moins chère, la Galaxy Tab deuxième génération a plus de chances de réussir que la première, écoulée à 70.000 exemplaires en France.

La guerre des tablettes, épisode 2. Samsung s'apprête à lancer sur le marché français la nouvelle génération de son arme anti-iPad, la Galaxy Tab, qui fonctionne sous Android, le logiciel de Google. La filiale française du fabricant sud-coréen vient d'annoncer que ses deux nouvelles tablettes seront disponibles le 8 août à partir de 459 euros, un prix en ligne avec celui de la star de ce segment naissant, l'iPad qui continue de dominer le marché, avec une part de 84 % en 2010 et de 68 % estimée cette année selon le cabinet Gartner.

Le marché s'est avéré « plus difficile que prévu pour les nouveaux entrants », reconnaît sobrement le fabricant sud-coréen. La première version « s'est écoulée au total à un peu moins de 70.000 exemplaires sur le marché français depuis le lancement, en deçà de nos objectifs », confie Jean-Philippe Illarine, le directeur marketing de la division télécoms de Samsung en France. « Le plus gros des ventes à Noël dernier a été réalisé sur des modèles uniquement wifi et chez les spécialistes comme la Fnac et Darty, or nous n'étions présents que dans les boutiques des opérateurs avec des modèles 3G », analyse-t-il. Un écran trop petit (7 pouces soit 18 cm contre 9,7 pouces pour l'iPad) et un prix trop élevé (299 euros au lancement avec subvention, 699 euros sans abonnement, plus cher que l'iPad) ont dissuadé les consommateurs.

Numéro un en volume

« Nous sommes plus confiants cette année, nos produits sont plus adaptés et seront commercialisés aussi chez les multispécialistes », fait valoir Jean-Phillipe Illarine. Le groupe sud-coréen a récemment déclaré vouloir quintupler ses ventes de tablettes dans le monde par rapport à l'an passé, sans préciser combien d'exemplaires avaient été écoulés en 2010 (moins que les 2 millions livrés aux revendeurs). « Beaucoup de fabricants ont commis la même erreur que lors de leur première riposte à l'iPhone, en se concentrant sur les caractéristiques matérielles plutôt que sur les applications et l'expérience utilisateur », observe Carolina Milanesi de Gartner. Samsung s'est précipité pour sortir un concurrent de l'iPad, espérant se différencier avec un modèle permettant aussi de téléphoner, donc vendu chez les opérateurs. La nouvelle version, équipée de la dernière mouture d'Android, Honeycomb, adaptée aux tablettes, a des contenus enrichis (partenariats avec Relay, VideoFutur, etc).

Encore en retard dans les tablettes, Samsung est en revanche numéro un en volume en France dans les smartphones, devant Apple, depuis quelques mois, avec plus de 2 millions écoulés au premier semestre. Il devance même le californien en valeur ces toutes dernières semaines, grâce au succès du Galaxy SII, une position qu'il espère confirmer d'ici à la fin de l'année, malgré la sortie attendue du nouvel iPhone en septembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :