Les marchés mettent la pression sur le Portugal

 |  | 512 mots
Lecture 3 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le rendement de l'emprunt portugais à dix ans a atteint un niveau record. La BCE est intervenue entraînant un repli. De son côté, le Premier ministre portugais assure que l'Union européenne prépare une riposte.

Le rendement de la dette portugaise à dix ans a atteint jeudi 7,656%, un niveau sans précédent depuis la création de l'euro, les investisseurs s'interrogeant sur la capacité des pays européens à se mettre d'accord sur une solution globale à la crise de la dette. "Les marchés ont dans doute de quoi être déçus après la dernière réunion de l'UE. Les marchés se sont peut être emballés et si nous ne percevons pas de résolution ou des propositions fortes, il pourrait y avoir un creusement plus fort encore sur la périphérie", a déclaré un trader.

Le gouvernement confiant

Le gouvernement portugais a néanmoins dit qu'il restait confiant dans sa capacité à se financer lui-même sur les marchés et que la hausse sensible du rendement de la dette du pays ces derniers jours ne reflétait pas les fondamentaux de son économie."Il n'y a aucune raison de penser que le Portugal ne réunit pas les conditions pour continuer à faire appel aux marchés. C'est plutôt l'inverse", a déclaré le ministre de la Présidence Pedro Silva Pereira, qui condamne les attaques spéculatives faisant grimper les rendements portugais.

"Le problème vient des marchés obligataires et ne concerne pas seulement le Portugal mais les taux à l'échelle européenne, tous victimes de mouvements spéculatifs qui attaquent l'euro", a-t-il souligné, ajoutant que l'Union européenne préparait une réponse. "C'est un problème qui se pose à l'Union européenne, à la zone euro dans son ensemble et qui exige une réponse concertée (...) Nous sommes satisfaits de voir que des instruments supplémentaires pour faire face la situation sont en train d'être créés à l'échelle européenne, même si cela avance moins vite qu'on pourrait le souhaiter", a-t-il ajouté.

Le gouvernement a insisté sur le fait que le Portugal n'avait besoin d'aucune aide étrangère alors que bon nombre d'économistes estiment qu'il sera le prochain à demander l'aide de l'Union européenne. Le ministre a également indiqué que l'exécution du budget de cette année montrait jusqu'ici des signes "extrêmement positifs" du côté des recettes, le Portugal cherchant à ramener son déficit public à 4,6% du PIB cette année contre environ 7% en 2010.

Intervention de la BCE

Après avoir atteint un niveau historiquement élevé, les rendements portugais se sont repliés grâce des achats de la Banque centrale européenne, ont indiqué des traders. Selon eux, la forte hausse de ces rendements a contraint la BCE à reprendre son programme d'achat de titres de dette des pays les plus fragiles de la zone euro, ce qui a ramené le niveau des rendements à 7,404%.

Ils ont précisé que la BCE avait principalement acheté de la dette portugaise et pour des montants relativement peu élevés par rapport aux achats réalisés lors du lancement du programme. La BCE avait déclaré lundi qu'elle avait acheté 76,5 milliards d'obligations souveraines depuis mai 2010, mais aucune au cours des deux dernières semaines.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :