Pas si cher de financer une agence de notation européenne...

 |   |  294  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Autour de 300 millions d'euros. Tel serait le prix, d'après un membre du cabinet Roland Berger, pour réduire l'influence de Standard & Poor's, Moody's et Fitch en créant une agence de notation européenne.

Créer une agence de notation européenne devrait coûter des centaines de millions d'euros, selon le magazine allemand "Capital". Le mensuel cite des propos de Markus Krall, membre du cabinet de conseil Roland Berger, qui mène campagne auprès des gouvernements et entreprises de l'Union pour récolter les soutiens nécessaires au lancement d'une nouvelle agence de notation de crédit. "D'ici la fin 2011, nous aurons formé un consortium d'au plus 25 participants, et chacun d'entre eux investira 10 millions d'euros", a déclaré Markus Krall dans un article de "Capital", version allemande.

Le magazine précise que la nouvelle agence créée pour contrer le pouvoir tant décrié des principales agences de notations actuelles (Standard & Poor's, Moody's et Fitch) facturerait ses notations de crédit aux entreprises trois fois moins cher que les trois principales agences existantes, et que les frais seraient réglés non par les émetteurs de dette, mais par les investisseurs.

La semaine dernière, le Handelsblatt rapportait que Rainer Brüderle, chef de file du groupe parlementaire du Parti libéral-démocrate (FDP), avait proposé de fonder une nouvelle agence de notation, soutenant implicitement, d'après le journal allemand, l'initiative de Roland Berger.

Par ailleurs, trois sources au fait de la situation ont rapporté à Reuters que de riches familles allemandes se tenaient prêtes à soutenir un autre projet, celui de créer une agence de notation basée en Suisse, afin de lui assurer une plus grande indépendance politique. Cette nouvelle agence se contenterait dans un premier temps de noter les crédits des entreprises, ont précisé les sources.

De son côté, Michel Barnier avait déclaré vouloir réduire la trop forte dépendance vis-à-vis des notations, vendredi dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2011 à 17:35 :
Une agence de notation européenne à la botte des politiques, de l'Europe, ou (et) des financiers ? C'est de l'argent jeté par la fenêtre car elle aura aucun crédit, et donc aucun client.
a écrit le 19/08/2011 à 10:32 :
un nouveau thermomètre ne va pas faire baisser la fièvre à moins que nos politiques ne le manipulent ; mais cela ne peut pas arriver...
suis-je bête nous sommes en démocratie la désinformation n'existe pas....
a écrit le 22/07/2011 à 13:47 :
pas si chère ! mais sera-t-elle impartiale et juste ?
a écrit le 22/07/2011 à 12:52 :
Tribune laisse sous-entendre un nombre de fois que les politiques devraient intervenir dans le rating des dettes Europeenes, avec un certain parti-pris.

C'est tout simplement ridicule et digne d'une republique corrompue bananiere.
a écrit le 19/07/2011 à 9:26 :
Non merci, pas d'agences control"e par des politiques.
Réponse de le 20/07/2011 à 1:53 :
Au point où nous en sommes, le conflit d'intérêt n'est qu'un détail
a écrit le 19/07/2011 à 8:02 :
A quand une agence de notation de nos politiques!!moi je veus bien etre président a titre gratuit
a écrit le 18/07/2011 à 21:02 :
On a déjà une agence de notation européene: Ficht Group No 3 mondial, filiale à 60% de Fimalac, socièté française...alors pourquoi veut-on encore dépenser 300 millions ? pour caser quelques centaines de fonctionnaires supplémentaires ?
Réponse de le 19/07/2011 à 10:43 :
Le problème, c'est que l'agence est payée par celui qu'elle note. En ce sens, la proposition de nouvelle agence est innovante.
Mais en ce qui concerne les "notations" souveraines, le FMI est spécialiste, et il ne s'en tire pas si mal. Donc limiter la nouvelle agence aux entreprises est intéressant.
a écrit le 18/07/2011 à 17:33 :
Les notations de cette agence aurait la meme valeur que les tests de stress de l'Autorite Bancaire Europeenne, alors pourquoi depenser 300 000 000 d'Euros? ET AUGMENTER LE NOMBRE DE FONCTIONNAIRE A bRUXELLES.
Réponse de le 18/07/2011 à 18:55 :
Once again, sorry...auraient.
Réponse de le 19/07/2011 à 15:37 :
La valeur des notations des 3 grandes agences est certainement très bonne à voir leurs jugements passés sur les 'subprime', celle-ci pourrait difficilement faire pire. La question est pourquoi sont-elles autant écoutées à l'aune de leurs résultats passés ???
Réponse de le 20/07/2011 à 1:51 :
Tout simplement parce que les investisseurs investissent et les notations notent. En d'autres termes, si les agences de notation sont tant écoutés, c'est parce qu'elles sont sencées être les plus aptes à évaluer la solvabilité. Chacun son boulot. Et puis en bourse, la retrospective n'est pas un critère de choix... pire l'amnésie est le leitmotiv.
a écrit le 18/07/2011 à 17:12 :
Si cette agence, comme il est probable, se comporte à la manière de l'organisme qui a organisé les stress tests des banques, elle ne trompera pas plus que lesdits stress tests et on aura simplement, une fois de plus, gâché de l'argent.
a écrit le 18/07/2011 à 16:17 :
on pourrait alors noter les banques chinoises dont les prets pourris sont l'equivalent de ceux des banques japonaises avant la deconfiture...

on pourrait aussi noter les usa, qui demandent a goldmann sachs, ups, pardon, ' au marche', de mettre le focus sur la grece pour pas qu'on voit que le 2 aout ils sont en faillite (contrairement aux grecs...)

drole
a écrit le 18/07/2011 à 16:07 :
choette!!! un thermometre avec un étalonnage optimiste.
indispanssable en temps de crise!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :