Malgré Moody's, l'Italie et l'Espagne trouvent de l'argent

 |   |  341  mots
Les décisions de Moody's concernant la dégradation de six de ses Etats membres n'ont pas affecté leur capacité à se financer auprès des investisseurs. Photo : Reuters
Les décisions de Moody's concernant la dégradation de six de ses Etats membres n'ont pas affecté leur capacité à se financer auprès des investisseurs. Photo : Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Au lendemain de leurs dégradations annoncées par l'agence de notation, les deux pays ont passé avec succès un nouveau test sur les marchés, levant plusieurs milliards d'euros à des taux à nouveau en baisse.

L'Europe avait rendez-vous avec les marchés ce mardi. Et force est de constater que les décisions de Moody's concernant la dégradation de six de ses Etats-membres n'ont pas affecté leur capacité à se financer auprès des investisseurs. Ainsi, l'Etat italien a-t-il emprunté pour 4 milliards d'euros à trois ans à un taux de 3,41%, un niveau qui n'avait plus été observé depuis mars 2011. Les prêts bon marché de la BCE - 489 milliards d'euros de prêts à trois ans octroyés à 1% - soutenant toujours la demande sur le marché de la dette. La dernière émission comparable, il y a un mois, s'était soldée à un taux de 4,83%. 

L'Espagne - qui figure aussi parmi les six pays de la zone euro déclassés lundi soir par l'agence Moody's - et la Belgique ont également vu leurs coûts de financement se replier lors d'une série d'adjudications réalisées dans la matinée. Madrid a adjugé 5,4 milliards d'euros de bons du Trésor à 12 et à 18 mois à un taux de 1,9%, en baisse, lors d'une émission de dette sursouscrite plus de deux fois, malgré un abaissement de deux crans de sa note souveraine, tandis que le rendement moyen du papier belge à un an est ressorti à moins de 1%, à un plus bas depuis septembre 2010.

35 milliards déja placés par l'Italie

L'Etat italien a adjugé au total 6 milliards d'euros de dette à moyen terme (2014, 2015, 2017), un montant qui se situe tout en haut de la fourchette annoncée. Le ratio de couverture de l'adjudication, c'est-à-dire la demande rapportée au montant effectivement émis, s'élevait au minimum à 1,4, contre 1,2 un mois plus tôt et pour un montant moindre. Depuis le début de l'année, l'Italie est déjà parvenue à placer 35,4 milliards d'euros d'obligations. "Le surplus de liquidités émis par la BCE falsifie les fondamentaux (...) c'est pourquoi, selon nous, l'Espagne et l'Italie s'en tirent ainsi de ces adjudications", analyse Lyn Graham-Taylor de Rabobank. "Nous pensons que cela n'est pas viable et que les effets du LTRO ('long term refinancing operation') vont commencer à s'émousser."

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/02/2012 à 10:07 :
Ce qui prouve que les agences ne dirigent pas l'Economie. Elles donnent leurs opinions, tout comme les politiques et les investisseurs decident. L'important est que les agences conservent leurs independances car nous savons que tout politique est infeode au suffrage universel et que sa priorite n'est pas l'interet de son pays mais son propre interet et la prochaine election
a écrit le 14/02/2012 à 23:45 :
Et si c'était le commencement de la fin, je serais tellement content. Qui sait....?
a écrit le 14/02/2012 à 19:42 :
Maudit soit MOODY'S, C'est tout
a écrit le 14/02/2012 à 18:13 :
Plus les dégradations tombent ,plus les pays s'en fichent. La spirale est amorcée, vivement que tous les acteurs du marché se mettent d'accord pour oublier ces agences qui disent et font n'importe quoi.
En fait les trois principales agences sont ...............américaines . Cherchez à qui profite le crime????
a écrit le 14/02/2012 à 17:47 :
C'est n'importe quoi ! C'est la BCE qui inonde le marché avec de l'argent-papier tiré de l'air qui souffle dehors et qui prête aux pays agonisant à cause de l'euro. Situation totalement schizophrène.
a écrit le 14/02/2012 à 15:46 :
Tant que les États ne se financeront pas avec les banques centrales de leurs pays respectifs , ils seront toujours les otages des marchés et des investisseurs ....

QUand les américains n ont plus de pognon, ils font tourner la planche à billet ...
Si c'est utilisé de manière à financer un État à bas taux et non pour payer les dettes d'un État caviar ... je ne vois pas où est le problème.

Pour cela que je ne comprends pas les pro-européen comme Con-Bandit , les umpiens et les socialhope ..... Ils ont des actions dans le secteur privée ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :