Les réformes de l'université n'ont pas convaincu les Français

 |  | 442 mots
Lecture 2 min.
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
Une majorité de Français pense que les réformes de l'université n'ont pas été efficaces. Mais une personne sur deux reste convaincue que les universités françaises peuvent concurrencer les grandes écoles ou encore les meilleures universités internationales.

Les Français estiment que les réformes des universités du quinquennat n'ont pas porté leurs fruits en termes d'échec en licence et d'insertion professionnelle. Il considèrent également que les budgets n'ont pas été assez augmentés, selon le premier baromètre d'image des universités rendu public jeudi. Les 15-24 ans ont cependant une vision plus positive que l'ensemble des Français, qui restent par ailleurs opposés à la hausse des frais d'inscription et à la sélection à l'entrée à l'université, selon ce sondage Ipsos pour le site EducPros.fr (L'Etudiant) et l'agence Campus communication.

Alors que l'insertion professionnelle a été inscrite dans les missions des universités par la loi LRU sur l'autonomie, 46% des sondés jugent que l'université fait "moins bien qu'il y a cinq ans" en terme d'insertion, pour 36% "mieux" (mais 48% des 15-24 ans) et 3% "beaucoup mieux". Quelque 72% affirment même qu'on ne trouve pas "facilement du travail" avec un diplôme d'université de grade master, contre 24% disant le contraire.

58% pensent que les budgets n'ont pas été assez augmentés

Pourtant, selon une enquête nationale lancée par le ministère de l'Enseignement supérieur, 91% des diplômés de master ont un emploi 30 mois après avoir obtenu leur diplôme. "Des statistiques sans doute encore trop récentes pour modifier l'image de l'université dans son rapport à l'emploi et à l'insertion", écrivent les initiateurs du baromètre.

Alors qu'un plan "Réussir en licence" a été lancé fin 2007, les sondés ne sont que 40% à juger qu'"on réussit mieux qu'avant" à ce niveau (mais 50% pour les 15-24 ans), alors que 44% ne sont "pas d'accord" avec cette affirmation. Par ailleurs, 58% des personnes interrogées estiment que les budgets des universités n'ont pas été assez augmentés (contre 27% qui pense qu'ils l'ont suffisamment). "Les différents chantiers ouverts par le gouvernement et les milliards d'euros annoncés pour leur mise en oeuvre n'ont pas suffi à convaincre les Français", commentent les initiateurs du baromètre.

L'université capable de rivaliser à l'international

En revanche, 50% des sondés pensent que les universités françaises sont en mesure de rivaliser avec les meilleures universités internationales, 51% que la place de l'université dans la recherche publique est plus importante qu'il y a cinq ans et 62% qu'"il existe à l'université des formations capables de rivaliser avec les grandes écoles". Enfin, les Français restent opposés à la sélection des étudiants à l'entrée de l'université (64%) et à la hausse des frais d'inscription (81%).

Sondage réalisé par téléphone les 17 et 18 février auprès de 1.008 individus âgés de 15 ans et plus, sélectionnés selon la méthode des quotas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2012 à 11:23 :
les écoles d'ingénieurs en France (commerce, scientifique et bio) ont très bonne réputation justement grâce à une autonomie de leur dirigeants. Il est évident qu'il faut faire la même chose coté Université.
Réponse de le 09/03/2012 à 13:46 :
Si c'était si simple...
Dans ce cas quel serait l'avantage comparatif des grandes écoles réservées à moins de 5% des élèves/étudiants?
Leur réputation est le résultat de leur sélectivité et comme le dit "la théorie" tout ce qui est rare est cher... même si ce n'est pas toujours justifié!
a écrit le 09/03/2012 à 8:28 :
Pour un master 2 universitaire avec mention une année de prépa 1580? mois sur 13 pour 39 heures semaine réelles 45 heures, refus de la Direction de payer des heures sup mais ma conscience pro m'interdit de faire moins et par respect pour le client. Et oui j'ai pas la chance de sortir de ce que la France nomme une grande école car là peu importe la compétence seul compte le NOM du "formateur"
L'université ne sera jamais reconnue en France car les managers et souvent les politiques sortent des moules identiques et se coptent entre eux, laissant à l'université le bas de l'échelle autant dans le monde du travail que des moyens pour étudier.La réforme est vant tout du tape à l'oeil car au bout rien ne change
Réponse de le 09/03/2012 à 10:49 :
C'est pour ça que l'écart entre l'Allemagne et la France se creuse et devient si grand, mais Samarinda il existe des entreprises performantes en France notamment dans le entreprises de taille intermédiaire ou les PME qui apprécient les qualités des universitaires. Et puis je te rassure je connais des jeunes gens qui sont sortis d'HEC ou d'écoles du même type mi 2011 et qui n'ont pas encore vraiment trouvé un job en ligne avec leurs prétentions même réduites. Tout évolue, tout change, par contre un conseil, anglais et/ou allemand courant obligatoire.
a écrit le 09/03/2012 à 7:57 :
La masturbation cérébrale est excellente pour la santé, mais nettement défavorable pour trouver des partenaires économiques qui vous embaucheront.
Sans ouverture au monde et sur le monde, l'université ressemblera à l'Académie Française, noble institution mais dont l'efficacité reste à prouver!
a écrit le 09/03/2012 à 0:16 :
La réforme de l'université a aligné les cursus universitaire sur les standard étrangers (Licence à Bac+3, Master à Bac+5 et Doctorat à Bac+8). C'est plutôt une bonne chose. Mais le problème de l'université reste le même: l'université se borne à former et ne considère pas que sa mission soit de démarcher les entreprises pour y placer leurs étudiants. Les écoles ont une vision différente et font jouer à fond les réseaux (y compris et surtout en entretenant les relations entre anciens d'élèves). Or la majorité des recruteurs de jeune diplômés sont des grandes entreprises qui confient cette tâche à des RH qui s'y connaissent autant en ingénierie ou en informatique que Poutou en physique nucléaire, et je n'exagère rien! Bref, hors des réseaux, l'emploi se fait à la tête du client, indépendament du niveau de formation...
Réponse de le 09/03/2012 à 9:57 :
Oui et non, en theorie oui on est passe à Bac+3 sauf que BTS/DUT se font toujours en 2 ans, d autant plus grave et verifie pour l avoir experimenté apres le mien en 2001 est que ce que les autres font en 3 ans, avec 2 stage un en seconde année et un plus long en 3eme année ce que nous faisont toujours en 2ans. donc avec obligation de passer une licence en plus pour avoir la reconnaissance bac+3, rien que cela c est deja une hérésie.
Deuxieme chose au jour d aujourd hui le systeme educatif Francais dans son ensemble reste assis sur une vision préhistorique, ou on base toute la selection sur les Maths..... Donc la réforme n est pas allée assez loin, c est tout le procecus qui est a revoir........Mon petit frere fait medecine, et durant ses 2 premieres années il a quand meme eu 1/3 de son cursus consacrée à la physique et physique nucleaire.....Aujourd hui en internat lui comme les autres ont oublie tout ca.....Alors les vieux vont nous sortir, enferme justement dans cette vision rétrograde, que cest la culture, mon c.... oui c est de la pire betise, les autres pays selectionnent autrement et ne s en portent pas plus mal......
Mais bon c est sur en faisant echouer masses de momes, en rallongeant artificiellement de cette maniere les durées d etudes, ca permet aussi de diminuer artificiellement le nombre de chomeurs......
a écrit le 08/03/2012 à 23:26 :
Les jeunes sont apathiques, lâches et tout simplement sur une autre planète. On l'a vu avec la réforme des retaites qui va les heuter de plein fouet quand ils y arriveront et maintenant avec l'université. Il serait temps qu'ils se réveillent, parce que c'est leur avenir, pas le mien, qui est en jeu.
Réponse de le 09/03/2012 à 8:38 :
Je suis assis devant votre commentaire dire que nos jeunes sont lâches mais dans quel monde vivez vous avez vous des enfants et si leur éducation est au niveau de votre commentaire je les pleins car dire à ses enfants qu'ils sont lâches laissent peu d'espoir pour leur avenir. Reprenez vous et soyez heureux d'avoir une jeunesse qui dans bien des cas est de grande qualité.
J'ai des enfants je suis fier de leur parcours qui est complétement opposé et du respect qu'ils ont des autres. Quel bonheur de ce pays qui voit beaucoup de jeunes "se décarcasser" pour vivre et qui n'ont pas peur de travailler malgré ce que l'on raconte sur eux. Votre avenir n'est peut-être pas enjeu mais votre devoir envers nos enfants est votre OBLIGATION et pour commencer par le respect.
Réponse de le 09/03/2012 à 9:42 :
On l'a vu avec la réforme des retaites qui va les heuter de plein fouet quand ils y arriveront: rien que cette phrase me fait doucement rigoler, je fait soit disant partie de ces jeunes que vous qualifier de feignant pauvre vieux c......Sauf que j ai un bac+3 que je bosse depuis 10 ans, et au contraire on est conscient du fait que la retraite ne sera pas pour nous la meme que vous avez.... Nous sommes responsable quant à ne pas la faire payer à nos enfants comme vous le faites aujourd hui, nous sommes ouvert a la nécéssité de réforme quand vous restez enferme dans des certitudes d un autre age....Prenez le probleme a l envers, peut etre que certains jeunes y regardent à 2 fois avant d accepter un poste c est parce qu ils commencent à connaitre le systeme et qu ils savent qu' à leur revenu brut ils savent qu il doivent retrancher environs 1/3 pour financer nottement vos retraire.... Et ils savent eux que cet argent ils n en reverrons jamais la couleurs et que la leur de retraite n est pas assurée vu que depuis 30/40 votre generation vit à crédit sur le dos des ses enfants......
a écrit le 08/03/2012 à 23:09 :
Etes-vous sûr des 30 mois de durée pour trouver un emploi? Ca ne serait pas plutôt 3 mois parce que 30 mois ça fait 2 ans et demi ce qui n'est pas de nature à conforter les français sur la réforme....
a écrit le 08/03/2012 à 19:51 :
Encore un sondage pour rien.
Une grosse proportion de français n'ayant pas fait d'études supérieurs, on se demande quelle est la pertinence de leur avis à ce sujet.
Bientôt des sondages sur la couleur du ciel?
a écrit le 08/03/2012 à 19:37 :
moi j'ai demandé à mon maçon ce qu'il pensait de la réforme des universités. Il m'a répondu qu'il n'avait la compétence pour oser porter un jugement sur quelque chose dont il ignore....................tout, ceci m'a semble très judicieux, car pour "la majorité de Français pense que les réformes de l'université n'ont pas été efficaces. " est ce sérieux?
a écrit le 08/03/2012 à 19:21 :
les Français sont des pères tranquilles qui refusent les réformes, depuis 30 ans que les vraies réformes se font attendre ils n'en comprennent pas la nécessité. Il leur faut un homme à leur image à la tête du pays... Flamby sera parfait !
Réponse de le 08/03/2012 à 23:30 :
@liogic: pour bouger les choses, les jeunes doivent se révolter au lieu de lire les sondages...mais cela demande un courage qu'ils n'ont de toute évidence pas :-)
a écrit le 08/03/2012 à 18:31 :
Sinon, à priori, y'a l'même au dessus...

Faudrait essayer de surveiller, m'sieurs-dames...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :