Lagarde entrevoit la fin de la crise en Europe et aux Etats Unis

La directrice générale du FMI a indiqué que les économies développées devaient poursuivre leurs mesures de soutien macroéconomique et viser une politique budgétaire équilibrée. Celles-ci doivent être combinées à des réformes financières et institutionnelles pour réparer les dégâts de la crise et restaurer leur compétitivité.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)

 Dans un discours à Pékin, Christine Lagarde, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), a indiqué que des signes de stabilisation émergent de la zone euro et des Etats-Unis apparaissaient. "L'économie mondiale est peut-être sur le chemin de la reprise, mais il n'y a pas une très grande marge de manoeuvre et pas de place pour les erreurs de politique", a-t-elle indiqué.

"Grâce à ces efforts collectifs, l'économie mondiale a évité le pire et nous avons des raisons d'être plus optimistes. Mais l'optimisme ne doit pas nous bercer dans l'illusion de la sécurité. Il y a encore des vulnérabilités économiques et financières majeures que nous devons affronter", a déclaré Christine Lagarde. Elle a cité trois risques majeurs pesant sur l'économie mondiale. Le premier : la fragilité persistante des systèmes financiers, plombés par des niveaux élevés d'endettement privé et public. Elle a estimé que les besoins de financement du secteur public et des banques de la zone euro représentaient environ 23% du produit intérieur brut (PIB).
"Deuxièmement, la hausse du prix du pétrole est en train de devenir une menace pour la croissance mondiale. Et, troisièmement, il y a un risque croissant que l'activité des économies émergentes ralentisse à moyen terme", a-t-elle ajouté.

Poursuivre les réformes pour assainir les finances publiques

Elle a répété que les économies développées devaient poursuivre leurs mesures de soutien macroéconomique et viser une politique budgétaire équilibrée, combinée à des réformes financières et institutionnelles, pour réparer les dégâts de la crise et restaurer leur compétitivité. De leur côté, les pays émergents doivent savamment doser leurs politiques macroéconomiques de façon à se protéger des retombées du ralentissement des économies développées tout en évitant les risques de surchauffe, a souligné Christine Lagarde.

Dans un discours distinct également prononcé dimanche, la directrice du FMI a estimé que le yuan pourrait devenir une devise de réserveà l'avenir, soulignant que la Chine devait, pour y parvenir, oeuvrer à un taux de change plus fort et plus flexible. Elle a cité trois priorités pour le pays : soutenir la croissance, orienter l'économie davantage vers la consommation intérieure et moins vers l'exportation, et enfin mieux répartir les richesses. "Nous sommes tous interconnectés, et tous affectés par les politiques des uns et des autres. Nous devons nous préparer ensemble pour le succès. Si nous agissons ensemble, le tout sera plus que la somme des parties", a-t-elle plaidé.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 02/04/2012 à 7:23
Signaler
""Deuxièmement, la hausse du prix du pétrole est en train de devenir une menace pour la croissance mondiale. Et, troisièmement, il y a un risque croissant que l'activité des économies émergentes ralentisse à moyen terme" A propos de pétrole, à signa...

à écrit le 02/04/2012 à 6:13
Signaler
Parfait, de l'oxygène dans les finances au moment du coup de volant social, ce pays va redevenir fréquentable...nous qui, honteux depuis 5 ans, pensions déjà au maquis voire... à LONDRES !

à écrit le 01/04/2012 à 22:35
Signaler
La crise n'est pas finie et on ne voit pas d'issue sûre pour l'instant ! l'espagne va très mal - il me semble malhabile de parler de fin de crise alors que la croissance est partie ..

à écrit le 21/03/2012 à 13:30
Signaler
Cette dame est visionnaire et clairvoyante, elle devrait se transformer en lampadaire car on peut l'éteindre le jour levant.

à écrit le 19/03/2012 à 13:19
Signaler
Bonjour, Et une fois la crise terminée, elle et ses copains vont pouvoir se goinfrer un peu plus ou alors ils se goinfrent déjà? Bonne journée

le 19/03/2012 à 16:36
Signaler
tien:elle voit donc quelque chose!

à écrit le 19/03/2012 à 10:38
Signaler
N a t elle pas parle de stabilisation??? traduit par fin de crise...Pas tout a fait pareil... Chute stoppee pour combien de temps?

à écrit le 19/03/2012 à 9:03
Signaler
Au debut du probleme Grec, alors qu'elle etait Ministre des Finances, elle faisait confiance a la Grece pour s'en sortir toute seule alors ce qu'elle dit maintenant doit etre relativise. Ou elle n'y connait rien ou elle est capable de mentir comme e...

à écrit le 19/03/2012 à 8:29
Signaler
Ha ! Les BILDERBERG veulent arrêter leur fiasco, les uns disaient provoquer une crise majeure pendant 5 ans, d'autres une crise mineure pendant 10 ans, donc 2008 + 5 ans on arrive à 2013, bon encore deux ans à en prendre pour notre grade, merci Sarko...

à écrit le 19/03/2012 à 1:34
Signaler
C'est la loi des séries, après le Sarkosy qui nous a seriné de bonnes intentions sur la fin de la crise, voilà qu'une autre Française s'y met aussi, ils se sont donnés le mot? Ce n'est pas une hirondelle qui fait le printemps, je ne vois vraiment pa...

le 19/03/2012 à 5:31
Signaler
...officielle, relayée par BFM, TF1, France 2 etc...nous dit que la crise est terminée, et vous n'avez pas le droit de dire le contraire. Sinon, gare au camp de redressement intellectuel !

à écrit le 19/03/2012 à 0:11
Signaler
A force de raconter des conneries, elle ferait mieux de se taire. Elle nous a coûté cher avec l'affaire Tapie et l'arrangement à l'amiable sur le dos des contribuables français. Dont 45 millions au seul titre du préjudice moral (sans doute le moral ...

à écrit le 18/03/2012 à 20:52
Signaler
Ah nous voilà rassurés, on a eu peur un moment que tous les analystes économiques européens et américains aient raison et soient de vilains alarmistes !

à écrit le 18/03/2012 à 20:19
Signaler
Cette dame n'est qu'une menteuse. Tous les fondamentaux en Europe du sud sont au rouge. Qu'elle arrête donc de dire n'importe quoi : ceci nuit à sa crédibilité !

le 18/03/2012 à 21:13
Signaler
elle part quand en retraite la gr mere du fmi

à écrit le 18/03/2012 à 17:41
Signaler
Mouloud lui entrevoit une agravation de la crise, et pire encore, l'effondrement total du système économique ... et Mouloud depuis que je le connais, il s'est jamais trompé !

le 18/03/2012 à 17:50
Signaler
@boby: Mouloud, c'est celui qui a le profil du bâteau de Tabarly et qui peut fumer sous la douche :-)

à écrit le 18/03/2012 à 17:15
Signaler
Elle est certainement visionnaire , en juillet 2008 elle disait "la crise est derrière nous " ... elle devait parler de celle 1929 !

le 18/03/2012 à 17:39
Signaler
@pmxr: elle finira par avoir raison, parce qu'après la pluie, ce sera forcément un jour ou l'autre le beau temps :-)

à écrit le 18/03/2012 à 17:02
Signaler
ce qui est curieux c'est que l'europe dans les voix de merkel et sarkozy prônent la discipline budgétaire et rigueur sans mettre au menu des mesures de relance ! mme Lagarde on ne vous comprend pas ...........

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.