Travailler jusqu'à 75 ans deviendra-t-il demain la norme ?

 |   |  472  mots
La hausse prévisible du nombre des seniors âgés de plus de 65 ans au travail obligera les entreprises à anticiper et à investir pour offrir plus de flexibilité et de confort au travail, ainsi que pour développer le télétravail et la formation.
La hausse prévisible du nombre des seniors âgés de plus de 65 ans au travail obligera les entreprises à anticiper et à investir pour offrir plus de flexibilité et de confort au travail, ainsi que pour développer le télétravail et la formation. (Crédits : sleepinyourhat)
Selon une étude de The Economist Intelligence Unit parrainée par le cabinet Towers Watson, les grandes entreprises françaises sont moins bien préparées que leurs voisines européennes au vieillissement de la population active.

"Is 75 the new 65 ?". C'est le titre d'une étude de The Economist Intelligence Unit parrainée par le cabinet Towers Watson publiée cette semaine. Quatre cent quatre-vingts dirigeants d'entreprises de plus de 2000 salariés dans 30 pays européens (dont 33 dirigeants français) ont été interrogés sur leur perception des enjeux du vieillissement sur le travail.

Face au vieillissement de la population active, le rapport étudie les enjeux pour les grandes entreprises d'ici 2020 et montre qu'une large majorité des grands groupes interrogés (77%) s'attend à voir augmenter la part des seniors dans leurs effectifs.

En France, seulement 59% des 33 entreprises sondés croient à ce changement. La France semble donc assez nettement en retard par rapport au reste de l'Europe sur la gestion de l'âge au travail : la réalité du vieillissement de la population active fait l'objet d'une prise de conscience plus faible dans notre pays, l'un de ceux où le taux d'emploi des seniors est d'ailleurs le plus faible.

L'étude bat pourtant en brèche les idées reçues: les seniors ne sont jugés ni moins productifs, ni moins compétents, ni moins motivés que les jeunes !

Quand on observe comment les employeurs comptent faire évoluer leur gestion managériale afin de répondre aux besoins futurs de leurs salariés, les réponses montrent que dans l'Hexagone, on reste en retrait sur l'anticipation de ces évolutions. En effet, si un dirigeant européen sur deux place la « redéfinition de l'offre en avantages sociaux » et « un choix plus vaste offert aux salariés» comme prioritaires, les employeurs français sont plus réservés : seuls 39 % (contre 52% européens) anticipent de faire évoluer leur offre en avantages sociaux et à peine 1 dirigeant sur 4 imagine offrir plus de choix dans cette offre à ses employés (27 % contre 50% européens).

« De plus, si 46 % des employeurs interrogés en Europe prévoient d'ici 2020 de généraliser la remise à niveau des compétences de leurs employés seniors, en France, ils ne sont que 36 % à se projeter dans cette direction, confirmant ainsi que les employeurs français sont moins proactifs sur cette question centrale pour l'avenir de leur entreprise », souligne Mourad Bentoumi, Directeur du département Retraite et Avantages sociaux de Towers Watson France.

Ce qui est sûr, c'est que la hausse prévisible du nombre des seniors âgés de plus de 65 ans au travail obligera les entreprises à anticiper et à investir pour offrir plus de flexibilité et de confort au travail, ainsi que pour développer le télétravail et la formation. La demande de protection sociale sera aussi accrue. Sans compter sans doute une plus grande difficulté à gérer les conflits de génération et à promouvoir les jeunes, dont une récente étude de la CCI Paris Ile-de-France a montré que la tendance à partir à l'étranger s'accélère.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/08/2015 à 16:24 :
Les employeurs français ne comptent pas anticiper de confort pour leurs salariés seniors puisqu'ils les virent à 50 ans.
a écrit le 19/03/2014 à 8:53 :
Dans certains métiers de bureau pas fatigants , il faut les faire travailler jusqu'à 80...
Comme ça , ils ne s'ennuieront pas.
a écrit le 17/03/2014 à 15:28 :
on veut faire bosser les vieux jusque à 75 ans quand dans le même temps on interdit aux jeunes de 18 ans ou en formation de monter sur un escabeau, chercher l'erreur...
Réponse de le 17/03/2014 à 16:21 :
c est pour que les vieux montent sur l escabeau et .....!boum c est pas bete .
a écrit le 17/03/2014 à 14:53 :
inutile de rechercher d autre solutions a ce jour aucune mesure pour réduire les inégalités en vue ....la solution de reprise est la ...
a écrit le 17/03/2014 à 13:16 :
Et si on rapproche cet article avec celui-ci paru le même jour "Climat social: la lassitude des salariés face à la crise pèse sur la compétitivité", on comprend qu'on est mal barré !
a écrit le 17/03/2014 à 13:08 :
mon père est mort à 74 ans, après la guerre de 39-45, et travail officiel jusqu'à 65 ans puis il a ouvert une cordonnerie à un autre nom tout en continuant à travailler et à gérer la boutique en patron. Moi, j'envisage de travailler jusqu'à 66 ans, mais 75 ans vous rigolez
a écrit le 17/03/2014 à 12:21 :
Avant de parler travail à 75 ans, faut déjà avoir de l'électricité sur les lieux de travail... on lit obsolescence des usines.
a écrit le 17/03/2014 à 12:15 :
Peut-on expliquer à nos jeunes en CDD de 3 mois, que sur les aiguilleurs du ciel dans le rapport de la Cour des comptes c'est moins de 100 jours travaillés par an, pour 6 500 € de salaire mensuel après dix ans d’ancienneté, et le système est tellement opaque que seuls les chefs de bureau savent dire les heures réellement travaillées par ces agents très spéciaux...
a écrit le 17/03/2014 à 12:03 :
Travaillez jusqu’à 75 ans veut dire donc plus de retraite et donc plus de cotisation!
Réponse de le 17/03/2014 à 12:08 :
ou plutôt moins de retraite et moins de cotisations ... ?

blog : http://adsapientia44.blogspot.fr/
a écrit le 17/03/2014 à 11:39 :
Il faudrait déjà être certain de pouvoir bosser après 50 ans, je vous rappelle que l'on est senior à 45 ans !
Pour peu que vous ayiez fait des études jusqu'à 25 ans vous aurez du mal à avoir vos 41 annuités, sauf si vous êtes réellement très bon et avec de la chance : pour les autres c'est parti pour un appauvrissement général.
Mon job : le recrutement ....
Réponse de le 17/03/2014 à 13:11 :
@Tsagud. Ben j'ai 59 ans, et j'ai successivement retrouvé un job à 50, 53, et 57 ans! Bon, soyons honnête: le dernier job, c'est en Suisse que je l'ai trouvé. Parce qu'en France, bonjour les préjugés sur les plus de 50 ans! Mais ce ne sont pas les recruteurs les responsables. Ce sont les employeurs, qui aveuglés par leurs préjugés, ne veulent pas embaucher ni un moins de 35 ans, ni un plus de 5¨! Et l'on s'étonne que la France va mal... Avec une telle mentalité, dont la conséquence est les les entreprises sont en partie privées des bonne compétences, difficile d'évoluer et de faire face aux défis que nous rencontrons!
Réponse de le 17/03/2014 à 16:23 :
hé oui il reste le loto .....
a écrit le 17/03/2014 à 11:37 :
Sur la question du travail, on fait deux poids deux mesures. Parait-il qu'un commerçant fait 70h et certaines catégories de fonx 25h. Certains se payent une carrière à vie, d'autres ont droit au chômage à vie... 61% de nos diplômés, toutes écoles confondues. C'est récurrent dans le sud de l'Europe et l'indignation est naturelle. C'est une discrimination! De plus certaines catégories ont droit à la retraite à 55 ans, d'autres, les jeunes seraient à 75 ans? On ne fait pas de croissance depuis 7 ans, le PIB stagne, on est dans un système anti-jeune! L'Europe annonce des aides, seulement on paye les gens en demi-salaires. Les salariés précaires ont peur alors que le chômage n'est pas traité. Pourquoi alors on nous parle d'emplois en double? Vous nous dites 80% ne croient pas trouver de travail avant la fin de l'année... mais même à 1% de chômage augmente, il faut 2,5%... On nous publie les
artisans sacrifiés, et tous ceux qu'on sort des écoles et qui n'ont rien? On nous annonce des baisses d'emploi publics, mais combien encore de foyers on va dégommer? On tire sur les chômeurs, les jeunes, et on laisse les grandes fortunes s'évader, c'est de l'escroquerie! On apprend qu'on va vers 25 ANS DE DEFLATION à la japonaise. Pourquoi ne pas faire une pétition diplômés indignés! On propose à des bac+5 de distribuer des tracts dans les boites aux lettres et aucune possiblité de logement... Pour la croissance, faut-il rembourser une partie de la dette?
a écrit le 17/03/2014 à 10:10 :
Comme ça on pourra continuer à bosser pendant que nos jeunes seront devant des écrans à ne rien foutre car la loi nous obligeras à les garder, donc le message est "ne faire plus d'enfants", si on ajoute les robots en tout genre même faire le ménage, la bouffe, les courses, ... ne sera plus utile. Génial, magnifique avancée et si possible il faut être divorcé 3 fois avec une queue de cheval et un téléphone greffé dans le bras pour bien faire djeuns de 70 ans. En gros la différence avec le 15 ièm siècle elle est ou ?
Bonne retraite à tous !
a écrit le 17/03/2014 à 10:08 :
Quel formidable progrès social... je ne tiendrai pas aussi longtemps, sauf si le travail change, ce dont je doute... On pourra opter pour l'euthanasie à 70 ans ?
a écrit le 17/03/2014 à 9:27 :
une seule solution se preparer sa retraite car si on compte sur l'etat on est mal barré
Réponse de le 17/03/2014 à 9:47 :
méfiez-vous car l’expérience montre que l'état sait compter sur l'argent mis de coté pour la retraite.
a écrit le 17/03/2014 à 8:58 :
Et les jeunes ils vont au boulot quand ?.
a écrit le 17/03/2014 à 8:15 :
a la solution : retraite à 52 ans et sans avoir bossé à la mine !
a écrit le 17/03/2014 à 7:56 :
La question c'est: qui va paier votre retrait future en France?
Parceque la caisse est vide, et les entreprises au bord de naufrage.
Parez vous pour des circonstances Grecques donc un peu ou rien.
a écrit le 17/03/2014 à 5:34 :
Va falloir assouplir les arrêts de travail... La plupart des maladies longue se déclarant a partir de 60 ans, les entreprises vont y perdre. Du coup on sera viré avant l'âge de la retraite et on ne touchera rien... Génial comme prévisions !
a écrit le 17/03/2014 à 0:39 :
Il faut une"intelligence unit" pour retourner en esclavage? Monde d'idiot qui ne peut exister que si nous nous laissons faire!
A méditer soigneusement
a écrit le 16/03/2014 à 20:18 :
Il faudra prévoir le cimetière à côté de l' entreprise, et les branquards dans l' entreprise !!!!!!!!
Réponse de le 16/03/2014 à 21:41 :
Trop cher et pas rentable. Une usine de production de "minerai humain" pour nourrir la jeunesse devrait être construite, au moins rien ne se perd et les antibiotiques sont compris. ;-)
a écrit le 16/03/2014 à 20:07 :
Ben tiens. Mourir à la tâche non merci
a écrit le 16/03/2014 à 20:04 :
Braves gens , vous avez le bonjour de la future maire de Paris

lol
a écrit le 16/03/2014 à 19:23 :
Pas pour les fonctionnaires Français bien sur!!!!
Réponse de le 17/03/2014 à 5:30 :
Et bien qu'est ce que tu attends pour entrer dans la fonction publique ?
Réponse de le 17/03/2014 à 8:13 :
Tout le monde ne peut pas réussir dans la vie, moi aussi j'ai échoué dans le privé
a écrit le 16/03/2014 à 18:14 :
En fait, on peut se poser la question : pourquoi s'arrêter à 75 ans ? le travail à perpétuité est la meilleure solution pour optimiser les gains des entreprises et le PIB. Ce sont les deux seuls indicateurs valables. Non ? Trabajo o muerte !
Réponse de le 16/03/2014 à 18:50 :
D'ailleurs pourquoi payer l'oisiveté des congés? Progrès "social" ou gouffre économique pour les entreprises au même titre que les 35 heures? A croire qu'une entreprise dispose d'une planche à billet pour financer les exigences sociales des populistes "de gauche".
Réponse de le 16/03/2014 à 20:23 :
pourquoi ne pas faire travailler les jours pairs ceux qui ont une date de naissance pairs , et les jours impairs ceux qui ont une date de naissance impairs, c' est pas une bonne idée ça, attention que nos écologistes ne se saisissent pas de cette idée, ils en seraient capables ?????
Réponse de le 16/03/2014 à 22:20 :
Je me permets néanmoins de vous rappeler qu'un pauvre rentier n'a AUCUNE retraite. Ni même de congés. Cela est complètement injuste. Il FAUT une loi pour sauver cette catégorie de défavorisés.
a écrit le 16/03/2014 à 18:06 :
L'espérance de vie en bonne santé a diminué pour les femmes de 3 mois et stagné pour les hommes. Je vous invite à vérifier ces chiffres qui brisent dans l'oeuf l'argument principal des néolibéraux.
Réponse de le 16/03/2014 à 18:30 :
Si on tient compte des progrès de l'espérance de vie selon les chiffres de l'INSEE (+8 ans depuis 1982 [loi Auroux]), l'âge de départ devrait être en 2014 de 68 ans. Nous en sommes encore loin du compte... ce qui devrait impliquer nécessairement une décote des pensions actuelles!
a écrit le 16/03/2014 à 16:56 :
non, le travail jusqu'à 75 ans ne deviendra pas la norme

on leur aura coupé la tête bien avant...
Réponse de le 16/03/2014 à 18:07 :
+ 1
Réponse de le 16/03/2014 à 19:04 :
+10 000
a écrit le 16/03/2014 à 15:08 :
sauf les regimes spéciaux ....50 ans ou 55 ans ...avec leurs acquits ......belle FRANCE ..pour les proteges
Réponse de le 17/03/2014 à 15:14 :
passez un concours au lieu de pleurer
a écrit le 16/03/2014 à 14:35 :
d'ailleurs les seniors sont de plus en plus démarchés par les associations pour travailler pour elles. Ils y trouvent un sens à leur quotidien qui n'existe pratiquement plus dans l'exercice de leur emploi m^me s'ils ne sont pas "placardisés. Et les associations l'ont bien compris.
Par ailleurs, et pour ma part, suite à de nombreux post que j'ai lu ici, j'espère que nous garderons longtemps notre système de retraite par répartition, que les financiers convoitent pour le transformer à leur seul intérêt en retraite par capitalisation. Il a bien sûr ses limites aussi, mais pour l'instant c'est le seul à tenir la route. Voir à diversifier un peu comme l'allemagne et la Belgique avec un zest de capitalisation.
blog : http://adsapientia44.blogspot.fr/
a écrit le 16/03/2014 à 13:43 :
Nos sénateurs et nos députés donnent l'exemple depuis longtemps : ils se crèvent la paillasse jusqu'à presque 90 ans.
Réponse de le 16/03/2014 à 14:22 :
Tout le monde n'a pas la change d'avoir le Sénat comme maison de retraite.
Réponse de le 16/03/2014 à 15:01 :
... c'est surtout que la "maison" est bonne avec eux. Malgré ce qu'avait décrié Debré quand il était président de l'assemblée "aucune mesures de retraite plus favorable pour les députés tant que je serais le président de cette assemblée (ou quelque chose d'approchant)", c'est pourtant ce qu'il a fait voter, très rapidement juste avant de laisser sa place à Ollier.
Donc ils peuvent "tirer" autant qu'ils le peuvent, rien ne les en empêche, quand le reste de la population doit elle se serrer la ceinture de partout pour tenter de partir en retraite avec un minimum (1500€ en moyenne nationale), eux n'ont qu'à rester en poste pour multiplier leurs "gains" !
De quoi les motiver effectivement à tenir le plus longtemps possible !
Réponse de le 16/03/2014 à 15:16 :
des oisifs cupides et incompétents ! OUSTE! dehors !!
Réponse de le 16/03/2014 à 20:28 :
les pauvres !!! regardez les à l' assemblée nationale comme ils dorment bien, ou bien ils s' amusent avec leur portables ou tablettes à faire des jeux !!!!! Le soir ils ne sont pas fatigués, donc ils peuvent aller jusqu' à 100 ans !!!!!
a écrit le 16/03/2014 à 13:42 :
Les néolibéraux se masturbent beaucoup pour tenter de faire passer leurs désirs à la réalité, y compris à coup d'études téléguidées et totalement déconnectées de la réalité, il n'y a pas lieu de s'en étonner. Que les entreprises françaises soient réfractaires c'est bien normal, aucun patron ne veut embaucher après 55 ans, alors d'ici à devoir dégager des cadavres momifiés toutes les semaines...
a écrit le 16/03/2014 à 11:59 :
Sauf qu'on oublie qu'une grosse partie des retraités continuent de travailler à travers les associations,les clubs de sports amateurs,etc...., sans eux y'aurai quasiment plus de vie associative en France et mine de rien ça crée de la richesse aussi.
Réponse de le 16/03/2014 à 13:07 :
Pas faux !
Réponse de le 16/03/2014 à 14:00 :
Jack, exact, mais si moi j'ai pris ma retraite à 60 ans, j'ai des collègues qui l'ont prises à 55 ans, je suis allé aux obsèques d'un ex collégue qui avait pris sa retraite à 55 ans DCD à 61 ans. Pour ceux qui travaillent voir à l'âge qui l'ont prises ? ce qu'ils faisaient . En associations les horaires sont flexibles et puis il n'y a pas
les inconvénients de grande responsabilité, la responsabilité tue aussi !
a écrit le 16/03/2014 à 11:05 :
Moi je suis solidaire avec moi même et s'il en reste, avec les autres.
a écrit le 16/03/2014 à 11:05 :
75 ans,,
Quand on entend des jeunes,geindre sur les conditions de travail,il y a du souci à se faire;
après 60ans la pénibilité doit être le facteur de mise en retraite systématique.
après 65 ans ,sur base de volontariat,il peut y avoir semi-retraite,avec temps de travail aménagé,et transmission du savoir.
La retraite,doit être une décision du salarié ,en concertation avec son employeur,et fonction des pensions obtenues.
reste LES JEUNES,qui ont un état d'esprit déplorable,et un slogan,nous voulons la retraite avant de travailler,car l'emploi est pourri!!!
Réponse de le 16/03/2014 à 12:02 :
ce n'est pas l'emploi qui est pourri (quoique souvent payé et ne permettant pas de vivre décemment !), mais l'AMBIANCE qui est pourrie, dans certains emplois pourrie à mort! et vous pensez aller travailler comment? avec la boule au ventre, et sans être "hyper chochotte, croyez moi !
Réponse de le 16/03/2014 à 12:16 :
Les jeunes aimeraient déjà avoir un emploi et si possible a hauteur de leurs qualifications
Réponse de le 16/03/2014 à 13:42 :
@Pierro

Il est inutile de raisonner un soixant-huitard car la génération gâtée ne se soucie que d'elle-même. Leur leitmotiv "après nous, le déluge"...
Réponse de le 16/03/2014 à 15:14 :
on se rend compte que vous n'aimez pas les 68ards comme vous dites, ni les parents retraités ", ça revient comme un leitmotiv" très justement...Vraiment bizarre..personne ne vous rend service, vous vient en aide, vous dépanne etc, comme le font énormément de ces sales égoïstes de 68 ards. avec leurs enfants dans la panade?...y en a qui n'ont pas de bol !
Réponse de le 16/03/2014 à 15:14 :
c'est légitime
Réponse de le 16/03/2014 à 15:49 :
"LES JEUNES,qui ont un état d'esprit déplorable"
Propos qui sent l'aigreur et mérite les réponses ci-dessus auxquelles je souscris.
Réponse de le 16/03/2014 à 16:55 :
@Raymond

Les soixant-huitards n'aident personnes (sinon eux-même), et lorsqu'ils prétendent le faire ce n'est certainement pas avec leur pognon... mais plutôt avec celui qu'ils ont rackettés aux jeunes.
Réponse de le 16/03/2014 à 17:02 :
@ Raymond à michel

Il faut arrêter avec vos "éléments de langage" sur les vieux qui aident les jeunes. C'est d'un lassant... Dans un pays normal, ce sont les actifs qui aident les inactifs, pas l'inverse...
Réponse de le 16/03/2014 à 18:11 :
que de "pisse vinaigre" ici, rancoeur de jeunes ! @ JOJO 17 02 "dans un pays normal, avec un président normal", vous avez tout faux, hélas ..
Réponse de le 16/03/2014 à 23:37 :
"comme le font énormément de ces sales égoïstes de 68 ards. avec leurs enfants dans la panade?" : Tous les jeunes ne sont pas dans la panade et certains sont en position d'aider leurs parents, frère et soeur ou concubin(e). Ceux là remarque qu'ils ne peuvent pas avec deux bons salaires acheter le moindre logement correct que ces pauvres retraités de la génération 68 achetaient avec un seul salaire. Ils se demandent combien de temps ces guignols vont pouvoir jouer les paons sur leur tas de pierre et leurs acquis en leur racontant que les jeunes veulent "la retraite avant de travailler"... Parlez pour vos gosses dans la panade, les mêmes qui défendent les retraites indexées sur l'inflation, payées par les enfants des autres...
a écrit le 16/03/2014 à 10:35 :
il y a deux sorte de travallieurs les manuels et les intelectuels ;.A 60ANS les manuels sont case seul les intellectuels peuvent pretendre continue a travaillez? CE n est pas en gardent les vieux aux travail que l on donneras du travail aux jeunes??? SINON faut arretez d avoir des enfant ??? C EST UN CHOIX DE SOCIETE???
a écrit le 16/03/2014 à 9:59 :
Ce type d’interrogation n’existe que parce qu’on n’a pas bien résolu (et clarifié) d’une part quel doit être le financement du revenu primaire qu’est la retraite par répartition (et qui peut en bénéficier), et d’autre part comment on garantit que le revenu de base qu’est le minimum vieillesse est équitablement distribué (c'est-à-dire en fait garanti à tous).
La première clarification vient du fait que tout le monde croit que parce que la retraite est une résultante des cotisations sur salaire (et non un revenu de base financé par l’impôt solidaire), alors elle est nécessairement financée par celles-ci. Rien n’est plus faux. Le problème général auquel on est confronté est de verser des retraites aux anciens salariés de chez Renault ou PSA alors qu’on construit aujourd’hui des voitures à Valenciennes avec des robots et alors qu’on en importe plus qu’avant…ou encore de verser des retraites aux anciens vendeurs en boutique alors qu’on commande aujourd’hui par internet…Financer les retraites avec les cotisations en ayant la certitude que ça converge reviendrait à fonctionner en capitalisation. Or il n’est pas possible maintenant de reconstituer le capital nécessaire. La seule solution viable est donc de choisir une ressource indépendante de l’évolution technologique et représentative de la consommation des français, la TVA par exemple…et de répartir cette ressource au prorata d’un calcul de points simulant la capitalisation. Pour garantir que le pouvoir d’achat des seniors s’alignera toujours sur celui des actifs il faudra gérer une règle plafonnant le pourcentage des français éligibles à la retraite à hauteur du taux de TVA moyen qui la finance (22% par exemple si on s’aligne sur la TVA suédoise et si on reconfigure l’ensemble des prélèvements autrement pour refinancer la TVA actuelle). Cette règle peut tenir compte (comme le calcul des points) d’une espérance de vie théorique calculée selon les emplois occupés (l’exercice d’un emploi pénible faisant baisser mécaniquement l’espérance de vie théorique proportionnellement au temps). Ensuite la retraite ainsi versée est un revenu primaire comme un autre et on peut lui appliquer une grande CSG finançant le revenu de base (allocation universelle) dont un cas particulier est le minimum vieillesse concernant les seniors.
Si on fait cela, on aura mécaniquement au travail les seniors qui souhaiteront ou pourront travailler. Les autres vivront quand même décemment.
Réponse de le 16/03/2014 à 11:03 :
Chacun ne devrait cotiser que pour sa pomme puisqu'il existe un minimum vieillesse,. Ceux qui se sont satisfait de vivre dans l'oisiveté ne devrait pas avoir se plaindre.
Réponse de le 16/03/2014 à 17:52 :
Ce serait bien si on pouvait repartir comme ça. Mais ceux qui arrive maintenant à la retraite n'ont pas cotisé pour eux-mêmes. Donc on ne peut pas réinitialiser le système...C'est ça le problème.
Réponse de le 16/03/2014 à 23:42 :
"Mais ceux qui arrive maintenant à la retraite n'ont pas cotisé pour eux-mêmes. Donc on ne peut pas réinitialiser le système... " : On peut tout à fait cesser de distribué plus d'argent qu'il n'en rentre! Nous sommes dans un système par répartition, ça veut dire qu'on distribue les cotisations, pas que l'on enfume les générations suivantes en garantissant des pensions sur l'inflation quand les salaires, donc les cotisations, ne suivent plus! Il est un peu facile de voter pour des avantages et pour le massacre de l'économie au profit de la rente immobilière (retraite par capitalisation en France) pour venir jouer les victimes quand l'escroquerie devient manifeste : Les revenus des plus de 65 ans ont dépassé ceux des actifs, c'est assez inédit!
a écrit le 16/03/2014 à 9:55 :
Le nec plus ultra serait de faire travailler les vieux jusqu'à la mort. Dans ce schéma, il n'y aurait pas besoin de constituer des fonds de retraite. Car c'est bien de cela qu'il s'agit, limiter les charges des entreprises par tous les moyens, et en particulier les cotisations retraites...l'éternel refrain étant: " Au profit de la finance, des actionnaires, des banques". La finalité de la vie serait donc l'esclavage jusqu'à un épuisement si possible le plus proche de la fin de vie. L'entreprise du futur, les nouveaux camps de concentration moderne.
a écrit le 16/03/2014 à 9:36 :
Pourquoi pas, mais déjà qu'il est dur de travailler aujourd'hui après 50ans !
A moins que cela ne soit une façon de réduire massivement les pensions ......
a écrit le 16/03/2014 à 9:28 :
Ben voyons : l'espérance de vie est de 79 ans pour les hommes et 85 ans pour les femmes, mais avec un départ à la retraite à 65 ans. Retarder le départ à la retraite pourrait impacter cette espérance de vie et au oins pour les hommes cela signifierait travailler toute sa vie. En gros, qu'ils le disent tout de suite : ils veulent supprimer la retraite (sauf celle par capitalisation qui ne profiterait qu'aux assureurs et la partie de la population qui survirerait jusqu'à 75 ans).
Réponse de le 16/03/2014 à 10:58 :
Vous avez raison. C'est bien pourquoi les femmes devraient travailler plus longtemps puisqu'elles ont une espérance de vie bien supérieure ; et quoiqu'on en dise, elles ont beaucoup plus de chance de toucher la pension de leur mari que le contraire.
Réponse de le 16/03/2014 à 12:05 :
ben, tiens, encore un matcho! avec ce que font déjà les femmes à la maison, elle travaille 2 fois plus que les mecs, faut être sérieux!
Réponse de le 16/03/2014 à 13:39 :
@Manon

Vous seriez crédible au siècle dernier mais à l'ère de la femme "moderne", des produits surgelés et des smartphones... votre discours féministe est tout bonnement RIDICULE.
Réponse de le 16/03/2014 à 14:07 :
@Juste

Pire encore, elles bénéficient plus souvent de la pension de reversion de leur ex-conjoints... plus la majoration de leur pension retraite pour l'élevage d'enfants sauvages.
Réponse de le 16/03/2014 à 14:47 :
houla, je donnais des indications d'espérance de vie des deux sexes pour être complet. Ne vous inquiétez pas dans le nouveau monde merveilleux de la retraite à 75 ans, en fait très vite l'espérance des vie des femmes rattrapera celle des hommes, c-à-d mourir avant l'âge de la retraite. Il ne faut pas se tromper de combat. Tout le monde est concerné par le recul des droits sociaux.
Réponse de le 16/03/2014 à 15:19 :
vous michel, ne l'êtes pas toujours à vous plaindre des gens égoïstes " qui vous prennent tout jusqu'à votre avenir " !PATHETIQUE!
Réponse de le 16/03/2014 à 16:20 :
Michel, rancune pas seulement envers les "vieux", mais les ex...vous devriez consulter, on ne peut rien pour vous, ici...dommage.. surpris comme "rryv" par vos démonstrations que l'on sent colériques, diront nous...bonne soirée !
Réponse de le 16/03/2014 à 17:14 :
@Valentin

Personne n'est parfait... pas même la "vierge" Marie. Je ne suis pas client du bal des hypocrites "tous contre le patronat" car c'est avec cette stratégie que la petite bourgeoisie a manifestement entubé les paysans français sous la Révolution.
Réponse de le 16/03/2014 à 19:23 :
Elles le font en toute connaissance de cause et ne peuvent prétendre l'ignorer avant le mariage puisque c'est comme cela depuis Eve. Alors le coup du double emploi, à d'autres...
Réponse de le 17/03/2014 à 5:38 :
Si vous estimez que vous occuper de vos enfants en rentrant chez vous doit être considéré comme un emploi, alors pourquoi en avoir fait ? Si vous étiez célibataire, croyez vous que vous n'auriez pas à faire un minimum chez vous ???
Réponse de le 17/03/2014 à 6:17 :
@gg

C'est le problème de l'éducation de "princesse" des petites filles. On leur apprend dès leur plus jeune âge à se faire servir par un "prince charmant" si bien qu'une fois avoir obtenu de leur conjoint bijoux, lingerie, mariage, maison, enfants, elles trouvent anormal de faire le ménage, la cuisine, .... voir même travailler. Nombre de femmes sombrent dans l'alcool ou la dépression après une séparation et cela peut se comprendre!
a écrit le 16/03/2014 à 9:27 :
Et les 50% de jeunes dans les banlieues,qui ne trouvent pas du travail, et les ressortissants des DOM qui de 20 ans à leur retraite ne vivront que du RSA? Bref la sociologie de la France nous met hors de ces bonnes idées toutes faites qui prétendent qu'il y aura du travail pour tous. Hélas il n'y aura plus assez de croissance dans les années à venir pour offrir une chance aux "résidents" du vieux continent .
a écrit le 16/03/2014 à 9:18 :
le blème, les séniors d’aujourd’hui ne méritent pas leur retraites, ils sont de spost soixante huitards, allez au boulot les boulets !
Réponse de le 16/03/2014 à 9:26 :
et pourquoi dk
a écrit le 16/03/2014 à 9:05 :
moi qui a maintenant 80 ans, je continue a travailler a mon rythme et je crois que cela me permet de rester en forme
Prendre sa retraite en sifflet serait une chose a etudier
Réponse de le 16/03/2014 à 12:06 :
et en trombone, "aussi ! pfffffff
a écrit le 16/03/2014 à 8:06 :
pourquo pas , a condition d etre actionnaire de la boite comme moi .....
a écrit le 16/03/2014 à 7:49 :
Johnny, eddy dutronc.....
Réponse de le 16/03/2014 à 12:29 :
houlà ! ça craint! presque pathétique....
a écrit le 16/03/2014 à 7:20 :
Je trouve hallucinant de voir de tels propos édités. Ceux qui se permettent d'écrire cela devrait commencer par se mettre au travail avant de suggérer de laisser les ouvriers se tuer à la chaîne jusqu'à ce que mort s'en suive ou des cadres pour que ce soit le stress qui les éliminent pour ne pas payer les retraites.
Au lieu de chercher à faire travailler 30% de la population et payer des retraites aux jeunes de 20 ans avec toutes les aides créées pour les fainéants, il serait bien plus intelligent de les mettre au travail et transmettre de le savoir inter-générationnel.
Mais que pouvons-nous atteindre de la part de bureaucrate qui, au nom du peuple, décide de ce qui est bon pour les ouvriers à la chaîne (alors qu'ils n'ont absolument aucune idée de ce que c'est), de subir le stress de prises de décision qui vont coûter fort cher si elles ne sont pas prises dans les 10 s, ... ? Il suffit de voir le changement des rythmes scolaires pour se rendre compte qu'ils sont déconnecter de la réalité, entre autres sujets.
Réponse de le 16/03/2014 à 12:39 :
Pour une majorité des fainéants, ils ont envoyé des 10aines de CV sans aucunes réponses.... quelques problèmes dans votre raisonnement je pense.
a écrit le 16/03/2014 à 1:40 :
"Travailler jusqu'à 75 ans", oui, mmm, je vois pas bien l'intérêt, étant donné les taux de chômage qui touchent absolument tous les pays. La pénurie de main d'oeuvre c'est pas pour demain la veille. Se poser ce genre de question est tout à fait ridicule, à moins qu'ils aient voulu faire dans le registre de la blague, je sais pas...
Réponse de le 16/03/2014 à 6:35 :
Pas d'accord, par exemple dans nos ateliers de pâtisserie, nous avons besoin de main d'oeuvre en senior pour sucrer les fraises.
Réponse de le 16/03/2014 à 7:31 :
Je reformule : pour préserver la retraite par répartition des boomers, il faut faire croire aux cotisants que le système par répartition peut tenir à coups de réforme(tte)s. Or tout comme le système d'endettement généralisé, on est dans un schéma de Ponzi. Conclusion : les cotisants auront raqué toute leur vie et devront assumer la triple peine à l'âge du soit disant départ en retraite : pensions minables (un taux de remplacement de 25 % sera considéré comme extraordinaire - je parle des retraités du privé bien entendu) - soins de santé hors de prix pour des pathologies de plus en plus lourdes du fait de l'empoisonnement généralisé de l'environnement et des aliments (mais vous aurez l'euthanasie...) et soutien tant que faire se peut de la jeunesse (enfin celle qui n'aura pas eu la chance de s'expatrier sous des cieux plus cléments). Merci les papy boomers de 68 ! La seule génération de l'histoire moderne à avoir spolié ses anciens et escroqué les générations suivantes pour "jouir sans entraves" !
Réponse de le 16/03/2014 à 8:53 :
SYLVIE @, de préférence atteint de la maladie de Parkinson ? Je plaisante car j'ai plus de 71 ans. Jadis je me chauffais au bois et j'arrivais à faire dix stères dans ma journée, un samedi avec mon épouse nous avons scié vingt stères (en 2) pour la chaudière, maintenant lorsque j'en ai scié trois, il me faut deux jours pour récupérer.. je n'ai pas attendu les écolos pour faire du jardin bio, lorsque j'ai bêché 3 heures je suis Chaos.. mon médecin me dit que je suis bien conservé :!
Vous auriez pu prendre votre retraite à 7O ans ? Je lui dit pourquoi ne pas supprimer les retraites et leurs cotisations ? Dois je payer pour ceux qui ont usés leursvies par les deux bouts ?fumés , picolés ? N O N
Réponse de le 16/03/2014 à 10:54 :
@die welt : Je suis d'accord avec. Mon commentaire était volontairement provocateur, parce qu'aujourd'hui les reculs sociaux sont votés par les mêmes qui les ont mis en place. Je préfère en rire, même si tout cela est bien triste.
a écrit le 16/03/2014 à 1:17 :
Un recruteur pense en général qu'à 50 ans vous avancez avec un déambulateur (je fais encore 1h32 au semi marathon:le trentenaire flamboyant que j'ai en face et que j'ai googlelisé est à un gentil 2h20..), ignorez quasiment tout de l'informatique (évidement nous ,quinquas, en sommes encore au tam tam.."vous connaissez quelle version ?" "ben,la dernière...! ah ? il a l'air de trouver cela bizarre..), aurez du mal à vous intégrer à une équipe multiculturelle ("vous avez déjà voyagé ? .."un peu..environ 40 pays"..là, il la ferme en faisant bien,bien..et il doit croire que bien sûr c'est en camping car ou en voyage organisé..) ou composée de personnes d'âges très différents (notre ego insurmontable qui nous empêche de reconnaître la compétence des jeunes probablement..) ..Quand au fait que vous souhaitez changer de secteur à 50 ans, il ne comprend pas,( pour lui vous allez être jardinier dans votre potager dans quoi ? un an ou deux..alors que théoriquement et au bas mot il vous reste 15 ans..le paradoxe ne l'effleure pas..).. J'imagine donc aisément retrouver un type pareil à 60 ans ou 65 ans : tant que les recruteurs "spécialistes" des RH vivront avec des références de performances des années 60 je vois mal l'intégration des seniors se faire dans de bonnes conditions..Mais il paraît que quelques aventuriers commencent à imaginer que le cerveau humain ainsi que le physique peuvent encore fonctionner après 50 ans..
Réponse de le 16/03/2014 à 13:55 :
Après 50 ans cela fonctionne toujours mais dur dur pour popol de remonter la pente... :-D
Réponse de le 16/03/2014 à 18:16 :
vous oubliez le miracle des petites pilules bleues.......
a écrit le 16/03/2014 à 1:05 :
Bonjour,
S'il est une preuve que The Economist essaye de faire passer en force des idées libérales du 19ème siècle, elle est bien décrite dans cet article.
Il est volontairement occulté que le papy boom observé en France actuellement n’est que le retour de manivelle du baby boom des années d après-guerre tout simplement. Le taux de renouvellement de la population s'étant depuis longtemps stabilisé à environ 2 enfants par famille, j'ai envie de dire que ce n'est qu'un cap à passer. La génération du baby-boom disparue dans 25 ans permettra un équilibre simple et sain de notre système de retraite par répartition qui est tout de même bien plus fiable que le système par capitalisation qui a été détruit par la crise et qui fait continuellement l'objet de chantage à l'emploi aux USA et au UK.
Il est hors de question de mourir au travail comme c'était le cas au 19ème siècle. Il vient un moment ou le chantre de la croissance à tout pris doit se clamer. Étant donner que la croissance n'est plus à deux chiffres il faut donc supprimer les avancées sociales qui sont d'ailleurs devenues des normes pour continuer à enrichir une minorité ? C'est le terreau des conflits et des révoltes une telle idéologie subversive qui nous renvoie d'ailleurs au pire heures de notre histoire sociale du 19ème siècle. jean Jaurès doit se retourner dans sa tombe ... . La fin d'un ère d’extrême profits et d’extrême capitalisme est en train de se refermer avec la fin du pétrole et ces chantres essaient de survivre à tout prix en répandant des thèses malodorante et en rétablissant le travail subit ... .
Réponse de le 16/03/2014 à 10:08 :
Remettons les choses au point : un ouvrier aujourd'hui s'il avait le choix entre le viager et le système de cotisation par répartition choisirait le viager. En remboursant un prêt immobilier plutôt que de cotiser et en vendant sa maison en viager à 60 ans, le niveau de vie obtenu serait supérieur après 60 ans. Donc il y a bel et bien un pb dans notre mécanisme actuel.
Réponse de le 16/03/2014 à 19:10 :
>Théophile

Je crois que tu es un peu con: un ouvrier a une espérance de vie en bonne santé en moyenne de 61,9 ans... Alors son viager, il va pas en profiter en moyenne bien longtemps...

http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/default.asp?page=dossiers_web/dev_durable/esperance_vie_et_vie_bonne_sante.htm
a écrit le 16/03/2014 à 0:30 :
A partir du moment où l'euthanasie sera dépénalisée, la notion même de pension de retraite n'aura plus de raison d'être.

Le recul de l'âge de la retraite sera la contrepartie d'une mort sans douleur.

On n'arrêtera pas le progrès.
a écrit le 16/03/2014 à 0:14 :
Nos vaillants sénateurs et nos non moins vaillants députés donnent l'exemple depuis longtemps !
a écrit le 15/03/2014 à 23:45 :
Non.

Vu la pollution galopante, on sera mort à 55.
a écrit le 15/03/2014 à 23:23 :
A marche forcée l'ère du travail subit est entamé pour la continuité du profit d'une minorité au nom d'une pseudo liberté de régulation. Bon le mur n'est pas loin, vivement que cette folie se termine et que l'on reconstruise une autre manière d'exister sur terre.
Réponse de le 15/03/2014 à 23:43 :
IL serait temps en effet ! il y a trop longtemps que l'on nous fait marcher sur la tête !
a écrit le 15/03/2014 à 22:55 :
Toujours ces deux vieilles caractéristiques de ce torchon d' "Economist": 1- ultra réactionnairel, l'Economist propage une idéologie morbide du XIXème s. d'esclavage et de mort au travail : pas d'horaires, pas d'éducation publique, pas de congés, pas d'âge légal, pas de santé publique, pas d'assurance chômage, pas de droit ou de minima social, emploi à la journée, salaire sous le seuil de pauvreté par mise en concurrence d'une main d'oeuvre de toute façon beaucoup trop abondante : les individus n'appartenant pas aux familles possédantes sont esclavagisés par un chantage permanent à la simple survie et n'ont aucune possibilité d'accéder à un quelconque confort ou "bonheur". 2. Hostilité à la France et au français. Quasiment chaque semaine, l'Economist pratique le French Bashing.
Réponse de le 15/03/2014 à 23:49 :
Tout a fait d'accord !
a écrit le 15/03/2014 à 21:38 :
Je suis pas con puisque je suis journaliste.
Réponse de le 16/03/2014 à 0:22 :
...et moi, j'suis pas con, puisque j'suis douanier !...
a écrit le 15/03/2014 à 21:38 :
Déjà qu'on n'est pas capables de donner du travail aux jeunes, même diplômés, et que les "vieux" de plus de 50 ans sont trop souvent placardisés ou éjectés.
a écrit le 15/03/2014 à 21:35 :
" O Brave New World...!!! "
Tout ceci a été écrit il y a 50 ans...
Qu'est ce que vous faisiez pendant tout ce temps-là ?
Vous n'y avez pas cru...?
Bienvenue dans le Meilleur des Mondes...
a écrit le 15/03/2014 à 21:20 :
Bref on ne mourra plus chez soi ou à l' hôpital mais sur le lieu de travail, un vrai progrès n'est ce pas bel idée en tous cas peu jus fin XVIIIe siècle, dire que certain que le progrès est en marche, ça me tue...Enfin pas tout de suite, je vais attendre de reprendre le boulot
Réponse de le 16/03/2014 à 12:15 :
si l'on ne bouge pas, et ne pas penser à en plaisanter, d'ici quelques décennies, on refera "Germimal", Zola etc...que de progrès ! que du bonheur !
a écrit le 15/03/2014 à 21:05 :
Les 1 pour cent les plus riches sont en train d'orchestrer le retour aux conditions du XIXe siècle ! Quant aux 75 ans, il faut savoir qu'un tiers de la population française n'y parvient pas... surtout les plus pauvres, dont l'espérance de vie est moindre. Pas de vie, pas d'argent, on est juste des animaux domestiques pour les maîtres du monde.
Réponse de le 15/03/2014 à 22:10 :
Pas pour les maîtres du monde, seulement pour vos "parents". Cela fait quoi de savoir qu'on se faire rouler dans la farine par sa propre famille? Beaucoup ne l'admettrons pas!
Réponse de le 15/03/2014 à 23:29 :
NON!! pas par nos" parents", mais par les patrons voyous et les 1% plus riches qui se partagent les richesses du monde ! qu'est ce que vous avez après vos parents? cette rengaine revient sans arrêt dans vos coms? ils vous ont fait quelque chose enfant? vous ont délaissés? c'est pathologique chez vous !
Réponse de le 16/03/2014 à 0:01 :
Absolument inconcevable de voir ce qui se prépare, ce que nous subissons et subirons, sans que personne ne veuille se défendre, se révolter.....on a l'impression , que l'on accepte de se laisser mener en quelque sorte à l'abattoir, résignés, sans réaction...Cette attitude n'est pas normale !
Réponse de le 16/03/2014 à 0:15 :
Les patrons et les 1% plus riches.

Moi je dirais plutot l'etat et son systeme qui pourrit la vie des patrons, et non pas des patrons qui gagne une fortune, mais les patrons de petites entreprises qui representent quand meme plus de 80% de l'effectif total du patronat...
Réponse de le 16/03/2014 à 8:19 :
ça n'enlève rien qu'il y ait des patrons sadiques et voyous! c'est un fait, et par les temps qui courent, comme un air chronique, il y en a pas mal !! Un patron sérieux et quelque peu "humain", c'est rare, encore mieux on n'en trouve plus !!
Réponse de le 16/03/2014 à 13:27 :
La hausse permanente des cotisation retraite par effet d'âge ou de taux de prélèvement c'est pour celle des patrons peut être? Ce qui est récurrent ici c'est plutôt la génération gâtée qui crache au visage de leur descendance en leur ponctionnant toujours plus leur labeur pour se la couler douce à la retraite. Marre des soixant-huitards!
a écrit le 15/03/2014 à 21:04 :
Si les gens sont "obsolètes" à(avant) 60 ans, pourquoi les emploierait-on jusqu'à 75 ?? On leur conseillera, vu leur immense bagage de créer leur entreprise. C'est pas l'âge administratif légal qui crée de l'emploi de ces gens là. Quand on débauche quelqu'un, on ne s'inquiète pas de son devenir, c'est pas le soucis de l'entreprise (qui n'est pas l'Abbé Pierre). Anticiper les besoins pour "recycler"(formation) le personnel, ça doit être trop complexe pour les DRH.
a écrit le 15/03/2014 à 20:46 :
.....et la jeunesse, elle glandera pendant ce temps? les vieux crèveront au boulot et la jeunesse se fera dorer le nombril? quel monde de fous !!
a écrit le 15/03/2014 à 20:42 :
Pourquoi vouloir travailler jusqu’à 75 ans puisque l'on ne cotisera plus et qu' il n'y aura plus d'age pour partir en retraite?
a écrit le 15/03/2014 à 20:36 :
A ce train là, plutot que d'en arriver à mendier, vaut mieux boire le bouillon de "onze heures", ainsi tout sera réglé !
a écrit le 15/03/2014 à 20:26 :
Avec les taux de chômage existant, cela m'étonnerait que les employeurs fassent un effort quelconque vis-à-vis de qui que ce soit (jeunes et vieux compris). Les gens travailleront plus longtmeps par obligation dans des petits boulots. On voir déjà ce qui se passe en Amérique du Nord et au Japon où les retraites sont quasi inexistantes et où donc les gens doivent gagner leur pain quotidien à faire n'importe quoi, voire mendier !!!
Réponse de le 15/03/2014 à 20:35 :
Une perspective de vie sur de vieux jours formidable! si on ne régresse pas tous azimuts, ça s"appelle comment cette infâmie?? !
Réponse de le 15/03/2014 à 23:14 :
@Patrickb: je ne dis pas que c'est bien, je constate. J'habite une partie de l'année au Canada et je sais de quoi je parle. Je crois que cette mentalité anglosaxonne va nous engloutir si nous n'y prenons garde, parce que la vie c'est pas uniquemntn le fric (que l'on a jamais puisqu'ils augmentent les impôts et taxes pour nous maintenir au raz des paquerettes).
Réponse de le 15/03/2014 à 23:47 :
on est bien d'accord! merci pour la réponse..
a écrit le 15/03/2014 à 20:24 :
ce sera comme ça plus simple, sortie du boulot, direct cimetière où nous pourrons, enfin, nous reposer " Ici repose une vie entière de labeurs"....et puis ainsi l'état sera gagnant...Tout le monde sera content...
a écrit le 15/03/2014 à 20:04 :
Déjà à 45 ans, mes cv ne sont même plus lus ...
Réponse de le 15/03/2014 à 22:16 :
Rassurez-vous à l'aube des "ressources humaines" plus aucun CV n'est lu, ce sont des machines informatiques qui font la sélection (ou discrimination) sur critères...
a écrit le 15/03/2014 à 18:48 :
Comme disait Bismark « A quel âge faut-il fixer l’âge de la retraite pour qu’on n’ait jamais à la verser ? ». Nous y sommes et je doute que les entreprises conservent des vieillards.
Réponse de le 15/03/2014 à 20:05 :
effectivement. D'ailleurs les entreprises ont déjà du mal à embaucher des quinquas. Elles n'auront donc pas de vieillards dans leurs effectifs.
a écrit le 15/03/2014 à 18:22 :
Avant de devoir travailler jusqu'à 75 ans, il va déjà falloir POUVOIR travailler après 50 ans. Car on en est loin à ce jour. Comme vous l'aviez publié dans un précédent article, les seniors sont plus nombreux au travail qu'il y a quelques années mais ils sont encore ceux qui sont le plus longtemps en période de chômage de longue durée.

blog : "donne-t-on les moyens aux seniors qui le souhaitent de vouloir et de pouvoir travailler plus longtemps ?" lien : http://adsapientia44.blogspot.fr/
a écrit le 15/03/2014 à 18:13 :
75 ans pour 800€ , yes for The Economist Intelligence Unit. C'est quand même beau l'intelligence économique.
Réponse de le 15/03/2014 à 20:27 :
quand on voit que certains sont déjà perclus d'arthrose à + de 60 ans(eh! oui, ça existe malheureusement ! ), on se demande comment être productif à 75 ans !!! ah, mais si, avec un déambulateur , ce serait une solution!
Réponse de le 16/03/2014 à 15:27 :
@anonyme

Même un handicapé peut travailler dans les nouvelles technologies alors pourquoi pas un senior... à condition de se former.
a écrit le 15/03/2014 à 17:28 :
Logique on travaille jusqu'à la mort, donc on supprime les cotisations retraite pour les employeurs (pas pour les employés à qui on fait croire qu'elle existe toujours, sinon fini les fonds de pension), tout benef pour les actionnaires,
l’espérance de vie en bonne santé étant de 65 ans c'est bien le diable si dans les dix ans qui suivent le travail forcé n'exterminent pas ceux qui souffrent du coeur, des artères ou du cerveaux...En toute générosité
Pour la plus grande gloire du capitalisme triomphant et des quelques privilégiés qui vont présurer le monde et les peuples jusqu'à leur fin.
Réponse de le 15/03/2014 à 20:30 :
excellente et enthousiaste perspective, non? !
a écrit le 15/03/2014 à 17:11 :
c'est un problème de mentalité , en France on apprend dès le plus jeune âge que le travail , c'est mal ... comment voulez vous que une fois adulte ils soient motivés au boulot !
Alors qu'en fait le travail c'est la santé .. dites moi les pourfendeurs en tout genre , que feriez vous de vos longues journées si vous n'aviez pas de job ?
Toujours pas compris que le travail c'est un équilibre personnel et un exemple pour les jeunes ? pathétique .
Réponse de le 15/03/2014 à 17:33 :
Toi tu dois travailler dans la sidérurgie ou le bâtiment (style maçon) ou être agriculteur, mineur ou souffleur de verre, voir ouvrier sur une chaine de montage tout métier qui entretiennent une excellente santé (j'en passe)
Réponse de le 15/03/2014 à 17:43 :
Etymologie du mot Travail:
Le mot latin populaire "tripalium" désignait un instrument d’immobilisation (et éventuellement de torture) à trois pieux. On appelle encore "travail" un appareil servant à immobiliser les chevaux rétifs pour les ferrer ou les soigner. Le mot "travail" désignait autrefois l’état d’une personne qui souffre (ce sens est toujours utilisé en obstétrique). Il a été étendu ensuite aux occupations nécessitant des efforts pénibles, celles des "hommes de peine", puis à toutes les activités de production /////// Ahhh si nous étions dans un monde de partage plutot que de profit et de chacun pour soit .Nous pourrions travailler Nous divertir et vivre décemment sans se faire exploiter et sans essayer d'écraser sont voisin.
Réponse de le 15/03/2014 à 20:32 :
+ 1000
Réponse de le 15/03/2014 à 23:17 :
"que feriez vous de vos longues journées si vous n'aviez pas de job ? "

Eh bien je ferais exactement comme toi, je glandouillerais toute la journée sur internet en racontant n'importe quoi sur les forums ! :)
a écrit le 15/03/2014 à 16:56 :
Oui pour ceux qui siègent à l' assemblée nationale !!!! A les voirs à la télé dormir sur leurs bancs, ils ne sont pas fatigués, alors pour ces incompétents oui pas de retraite du tout !!!
Réponse de le 15/03/2014 à 18:27 :
Vous avez raison mais il faut leur trouver une circonstance atténuante, ils ont à midi bouffé comme des cochons.
Réponse de le 15/03/2014 à 20:09 :
ho les pauvres elus nourries au caviar et champagne vous etes trop dur avec eux quoi que je sache apres un repas bien arrosé vous faites aussi la sieste et comme cela fait des annes qu ils vivent ce calvaire sur notre dos en sacrifice de leurs existances on les fais se reposer sur des fauteuil de velours ou de brocards pour eviter d abimer leures petites fesses vous etes trop dur avec les hommes politiques caviar saumon fuméé champagne cigare de havan c est dur a vivre tous les jours nous oui on a une vie saine juste assez a manger pour eviter de grossir tout industriel premier prix alors arrettez de dire que nos hommes politiques dorment dans leurs fauteuil c est pas juste
a écrit le 15/03/2014 à 16:31 :
Franchement encore un truc de fou, un étude faite par des A..... instruits.
La population augmente, l' industrie source de richesses et d' emploies file sous nos yeux.
Mais que va t' il rester pour nos jeunes si l' on garde tous les anciens au boulot!
l' égoïsme humain est à son comble et on en a l' exemple même avec nos politiques, nos acteurs, nos économistes, dont la plupart ne lâche jamais rien, prêt à tout pour garder leur rang. Heureusement que nous sommes des mortels!
a écrit le 15/03/2014 à 16:27 :
Le peu de pertinence de ce type d'étude vient de ce formatage du travail présenté comme un "emploi". Or, il devient évident que la mise en place d'une retraite dès 60 ans est indispensable pour permettre aux récipiendaires de continuer à travailler hors l'emploi formaté, toute leur vie! Il est en effet nécessaire que la liaison se fasse alors que le retraité nouveau ait le temps de préparer sa retraite travaillée au moins 5 ans avant l'échéance et dispose de l'énergie indispensable pour la mise en oeuvre durant 8 ans de cette activité qui pour l'essentiel se fera autour d'une création ou reprise d'entreprise. Toutes les grandes et moyennes entreprises sont demandeuses de passionnés et compétents capables de développer des activités modestes qu'elles ne souhaitent pas poursuivre mais qui dispose d'une base de clientèle. Cette demande se décline dans tous les métiers et peut bien entendu donner lieux à la composition de teams de retraités venant de différentes entreprises et pouvant embaucher normalement du personnel. dans d'autres secteurs, c'est un ralentissement progressif de l'activité organisée par transfert de savoir-faire et adjonction de nouvelles méthodes. Il faut penser la retraite active et professionnelle même si l'activité est partielle. Les pseudo experts restent bien rigides face à la réalité.
a écrit le 15/03/2014 à 16:20 :
soit mais à condition de le pouvoir ! j'ai 65 ans et pas mal de "problèmes de santé" !
comment travaillerai je ? sinon à coups d'arrêts maladie justifiés ; je me traîne......
Réponse de le 15/03/2014 à 20:42 :
comment être productif à 75 ans? quand justement on est fracassé pour certains à la soixantaine? bonne question ! mais, il n'y a qu'à voir de vieilles reliques au sénat, qui n'en foutent pas une, de 80 balais quelquefois, bon pied , bon oeil pour ne rien faire, ainsi on peut même aller "bosser" centenaire !! Pauvres de nous!faut foutre dehors tous ces oisifs !!!
a écrit le 15/03/2014 à 16:11 :
Mais oui bien sûr, encore un de ces articles abracadabrantesques sur le travail des seniors. Pourquoi faire travailler des jeunes dans la misère alors qu'on pourrait faire travailler les vieux jusqu'à la mort ? Plus de retraites à payer, magique!
En fait je crois que les patrons ne seront vraiment satisfaits que quand la plèbe passera sa vie à bosser, disons de 14 à 75 ans, pour 1 euro de l'heure, 1 semaine de congés payés et plus de congés maladie. On sait qui a gagné la lutte des classes alors autant aller jusqu'au bout de la logique.
Réponse de le 15/03/2014 à 16:27 :
Vraiment d'accord avec Freud
Les riches ont gagnés sauf une vraie et dure revolte
Réponse de le 15/03/2014 à 20:38 :
bah j'croyais que l'immigration était la solution???
Réponse de le 15/03/2014 à 20:49 :
Tout à fait d'accord !
Réponse de le 16/03/2014 à 6:37 :
oui
Réponse de le 16/03/2014 à 19:18 :
Oui, d'autant plus que les débiles légers de The Economist oublient juste le seul chiffre intéressant pour la population:

L’espérance de vie en bonne santé pour les hommes est de 61,9 ans
...
Source:
http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/default.asp?page=dossiers_web/dev_durable/esperance_vie_et_vie_bonne_sante.htm

Je serais patron, moi, j'embaucherai pas un mec qui va attraper son cancer dans les 2 ans ou son Alzheimer dans les 5 ans.

Si on a un minimum de bon sens, et à en voir la moyenne des commentaires, c'est le cas de l'essentiel des intervenants du thread, ce genre d'étude part direct à la poubelle...

Donc voilà, il faut juste être un autiste vivant uniquement dans son petit monde social sans contact avec d'autres milieux pour croire au blabla de The Economist.

Ou alors, il faut être journaliste.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :