Le fonds stratégique français de 20 milliards d'euros sera dirigé par Jean-François Dehecq et Patricia Barbizet

 |   |  376  mots
Nicolas Sarkozy annonce une "politique pragmatique" pour soutenir les entreprises stratégiques. Avec un fonds dédié pour les investissements qui sera filiale de la Caisse des Dépôts.

Le Fonds d'investissement stratégique français, destiné à soutenir les entreprises pendant la crise, sera doté de 20 milliards d'euros, a annoncé ce jeudi Nicolas Sarkozy. "Puisque les banques sont frileuses et n'investissent pas, nous on financera", a-t-il ajouté, précisant qu'il engageait une "politique pragmatique".

"Face à la crise, deux stratégies: soit on reste cloîtré chez soi, soit il y a du gros temps, et on y va de façon offensive", a continué le chef de l'Etat. "On renforce les moyens dans les entreprises, on renforce les universités, on met de l'argent au service du développement, plutôt que dans des politiques dites sociales qui ne font que retarder le drame". "La meilleure politique sociale, c'est celle qui permet de continuer à investir dans l'industrie, on met l'économie au service du social".

Le chef de l'Etat a précisé que le comité d'investissement du fonds serait présidé par Patricia Barbizet, administrateur-directeur général d'Artemis. Et Jean-François Dehecq (Sanofi-Aventis) en est nommé président du conseil d'orientation. Augustin de Romanet, le directeur général de la Caisse des dépôts (CDC) sera président de ce fonds qui sera d'ailleurs filiale de la Caisse des dépôts. "Dans ce fonds souverain à la française, on est prêt à avoir des alliances avec des fonds souverains européens ou même étrangers, à partir du moment où c'est transparent, où on connaît et que ça fait effet de levier pour développer encore l'investissement", a déclaré le chef de l'Etat.

Le président s'exprimait en marge de la visite d'une usine de l'équipementier aéronautique Daher dans le Loir-et-Cher, qui sera la première à bénéficier de ce fonds à hauteur de 85 millions d'euros.

Il avait annoncé le 23 octobre la création de ce fonds qui investira dans des entreprises françaises jugées stratégiques. Il serait destiné à soutenir les entreprises hexagonales qui seraient en difficulté face à la crise, avait alors expliqué Nicolas Sarkozy, pour "stabiliser des entreprises qui pourraient être des proies pour les prédateurs". Le fonds serait aussi chargé d'investir sur le long terme pour financer des projets industriels, en prenant notamment des participations dans les entreprises stratégiques, petites ou grandes.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Arretez moi si je ne m'abuses...mais les centaines de milliards débloqués destinés au secteur bancaire n'avaient ils pas pour objectif de permettre à ces même acteurs financiers de soutenir l'économie "REELLE" en ne bloquant pas les prêts aux acteurs de cette meme économie...Ne me dites pas que finalement les banques se sont servies, ont compensé leurs pertes et désormais émettent des réserves à prêter aux acteurs de l'économie réelle, eux même à la source ( Impots & taxes...) de ces centaines de milliards débloqués... Y a comme une "incohérence" dans l'approche..
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
maintenant que notre Président annonce des mesures, quel va être le comportement de la gauche, je pense de nouvelles critiques, mais quand tout va mal cette même gauche au lieu de soutenir le pays à bout de bras tourne le dos de façon à ne pas perdre son auditeur, et de faire comme l'autruche se cacher le visage, dommage car notre pays est sûrement plus grand ne serait ce que par son histoire.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
l'argent n'a pas été versé !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
l'argent n'a pas été versé !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La Caisse des dépôts était déjà l?outil financier du gouvernement. Cette caisse est déjà par le passé intervenue de nombreuses fois pour soutenir des entreprises qui se trouvaient en difficultés face à des prédateurs supposés. Alors pourquoi crée un fond qui ne sera qu?une filiale de la caisse des dépôts. Une explication serait de penser que les marges de réserves dont le gouvernement dispose encore ne suffisent plus car la crise économique s?amplifie. Le président de la république cherche à attirer des fonds souverains étrangers qui eux apporteront des fonds nouveaux. Les fonds étrangers ne pouvant pas entrer dans le capital de la caisse des dépôts, on leur propose ce fond souverain à la française. Pour faire simple on peut conclure qu?après avoir vidé les tiroirs caisses, on vend les bijoux de famille.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tout a fait d'accord mais que ce fond reste sous le contôle de l'état français qu'il prenne une minorité de blocage afin que nos entreprises restent sous le contrôle du pays car en regardant les forums boursiers on voit bien que le nombre d'"OPAbles" augmente rapidement et si les droits de vote vont à l'étranger on aura une croissance exponentielle du chômage et malheureusement ce sera faire le lit du pouvoir de la rue.
Trop de pauvreté renforce les convictions expliquer avec tout l'art de la terre ne suffira pas, on ne stoppe pas l'inondation du siècle avec des digues en argile.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Afin de prolonger encore un peu, un système inéquitable et opaque mais pourtant légal, qui permet à quelques individus de faire leur beurre sur le dos de quelques millions d'autres, nous savons que notre très cher gouvernement vient de faire un beau cadeau aux banques, alors qu'elles sont les principales responsables de la crise actuelle pour avoir triché autant qu'elles ont pu le faire et qu'elles continuent
A cette annonce, la question des "caisses vides" a refait surface.D'où sortent ils le fric, si les caisses sont vides. Réponseofficielle apportée :
"on va emprunter sur les marchés" ou encore
"c'est un investissement sur l'avenir, l'état récupèrera ses billes avec en plus des intérêts"...
Du baratin politique et mensonger comme d'habitude !
On apprend , qu'encore une fois on nous a menti et que le peuple une fois de plus a été roulé dans la farine. Cet argent n'a pas été emprunté sur les marchés, mais bel et bien piqué sur le livret A, l'unique ou principale méthode du Français moyen qui a encore les moyens de faire quelques économies et de les placer à l'abris. Butin :
30 milliards d'euros !!!
Bien entendu, ceux qui ont un livret A ne se doutent de rien, mais ils ont pourtant de grandes chances d'y laisser leurs économies.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Très mauvaise idée ce fond, voir article de l'économiste Kavaljit Singh:
http://www.voxeu.org/index.php?q=node/2585
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
et la censure est passée par là !!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :