Le Medef propose aux syndicats une "délibération sociale" sur le licenciement économique

La présidente du Medef, Laurence Parisot, qui s'exprimait ce jeudi devant la presse avant que ne démarre l'assemblée générale de l'organisation patronale, a proposé aux organisations syndicales d'entamer une "délibération sociale" sur une nouvelle modernisation du marché du travail, qui pourrait inclure une réforme du droit de licenciement.

3 mn

La présidente du Medef, Laurence Parisot, a proposé ce jeudi aux organisations syndicales d'entamer une "délibération sociale", moins formelle qu'une négociation, sur une nouvelle modernisation du marché du travail, qui pourrait inclure une réforme du droit de licenciement.

L'objectif, selon "Le Figaro", serait triple: rendre les licenciements économiques plus rapides, les sécuriser juridiquement pour limiter les recours devant les prud'hommes et permettre aux entreprises de licencier avant même d'être en difficulté financière.

Priée de dire si une telle proposition n'était pas susceptible de provoquer la colère des syndicats, elle a répondu qu'elle ne jetait "absolument pas d'huile sur le feu". "C'est une vraie provocation", a déclaré Olivier Besancenot, le dirigeant du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), sur France Inter, estimant que l'objectif était de "faire en sorte qu'on ait de moins en moins recours aux prud'hommes".

Laurence Parisot a également proposé une délibération sociale sur le paritarisme patronat-syndicats, "sur ce qui doit relever ou pas du rôle des partenaires sociaux, sur son fonctionnement" (gouvernance, financement, modalités de contrôle, méthodes de gestion).

La méthode de la délibération sociale, "proposée il y a un peu plus de deux ans", "a porté ses fruits", a-t-elle déclaré. "Cela permet, sans engagement de part et d'autre, d'avoir une réflexion partagée et si possible un diagnostic commun, de hiérarchiser les problèmes et de se dire oui ou non nous sommes prêts à négocier".

Laurence Parisot a jugé également ce jeudi lors de l'Assemblée générale du Medef que les entreprises françaises se montraient "admirables" dans la crise. "C'est dur, mais on tient le coup. Et qu'on ne vienne pas nous dire que nous profiterions de cette affreuse tempête, de ces vents adverses, pour délocaliser ou licencier", a-t-elle déclaré.

Pointant à l'inverse "la part de responsabilité des Etats", Laurence Parisot a notamment fustigé "la trop grande légèreté avec laquelle les politiques ont laissé s'installer des normes comptables tout simplement néfastes".

L'intervention publique dans la crise n'est "ni un cadeau aux entreprises ni un sauvetage qui légitimerait des interventions tous azimuts", a-t-elle estimé, appelant l'Etat à "laisser l'entrepreneur entreprendre" et à "ne pas s'immiscer" dans la gestion des entreprises. Auparavant, elle avait jugé qu'il n'était "ni normal ni souhaitable que l'Etat décide des rémunérations des chefs d'entreprises", alors que le président américain Barack Obama a annoncé un plafonnement des salaires des patrons qui recevraient l'aide publique.

Un nouveau conseil exécutif pour l'organisation patronale

Le Medef a également renouvelé ce jeudi une partie de son conseil exécutif, chargé de définir la politique générale du mouvement. Quatorze nouveaux membres ont rejoint ce conseil, qui en compte 45. Parmi eux figurent Robert Durdilly, président de l'Union française de l'électricité (UFE), Franck Esser, président de la Fédération française des télécoms, deux nouvelles fédérations adhérentes du Medef, ou encore Christine Pujol, présidente de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih). Toutes les personnalités proposées par la présidente du Medef, Laurence Parisot, ont été réélues, notamment la dirigeante d'Areva, Anne Lauvergeon, ou le président de BNP Paribas, Michel Pébereau.

  (retrouvez le discours complet de Laurence Parisot)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Vertu et vierges blanches Et bien comme aux Guignols de l?info sur Canal+, dont on a pu se demander par moment tout de même s?ils ne devaient pas faire aussi leur Grenelle de l?humour, en particulier à la fin de l?été dernier. En ce qui concern...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Laurence, faire tourner les patrons avec des carottes gigantesques comme les bonus et les superbonus relève d'une part de l'indécence et d'autre part déroute ces dirigeants de leur voie naturelle qui consiste à gérer une entreprise sur les 3 termes ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
un seul commentaire INDECENT dans la situation actuelle.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Faciliter les licenciements économiques pour sauvegarder la compétitivité des entreprises ? Il ne faut jamais séparer les deux membres de phrase. Sauvegarder la compétitivité des entreprises, cela signifie s'aligner sur les concurrents moins-disant o...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Après l'UNEDIC et la diminution du temps et du montant des indemnisations voici la suite du programme MEDEF comme le dit madame Parisot laissez nous gérer nos sociétés comme il nous plait. Pas besoin des politiques, sauf pour les subsides et les réd...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Chaque fois que j?entends ou vois une déclaration du MEDEF je ne peux m empêcher de penser aux films les visiteurs avec parisot dans le rôle de jacqouille la fripouille et ernestantoine seillière dans le rôle du comte godefroy. Toujours les mêmes dis...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.