Nouvelle polémique autour des prix des produits de grande consommation

A la veille d'une réunion à Bercy sur des prix "trop élevés" dans les hypermarchés, l'Institut national de la consommation (INC) montre que sur les sites internet aussi, les étiquettes des produits de grande consommation flambent.

Le mensuel de l'INC (Institut national de la consommation)  "60 millions de consommateurs", à paraître mardi, publie une étude montrant que sur 1.430 produits de grande consommation de marques relevés sur cinq sites internet, 707 ont vu leur prix augmenter et 690 baisser entre août 2008 et janvier 2009. Des baisses ont été notées dans toutes les familles de produits, les plats préparés pour bébé, les yaourts ou la lessive. Cependant, "nous nous attendions à plus de baisses, et à des baisses plus conséquentes, au vu de la chute des cours des matières premières ces derniers mois", a relevé Marie-Jeanne Husset, rédactrice en chef de 60 millions de consommateurs.Les cours des céréales ont en effet baissé de 51% en 2008 par rapport à 2007, ceux des oléagineux de 38% et les oeufs de 12,4%, selon l'Institut national de la statistique.

Les hausses les plus nombreuses ont été relevées sur les produits du petit déjeuner (céréales, confiture, café, thé): 116 références sur 170 relevées ont augmenté. La même tendance a été observée pour l'épicerie sucrée, notamment les biscuits. Concernant les pâtes, dont les prix avaient explosé en 2008, l'étude montre que sur quatre paquets différents de deux marques concurrentes, trois ont augmenté entre 10,2% et 12,5% au cours des six derniers moins, alors qu'un seul a baissé, de 6,3%.

Dans les magasins, si les prix des produits alimentaires ont commencé à baisser depuis décembre, le reflux reste timide, déplorent les associations de consommateurs. En janvier, ils ont reculé de seulement 0,1% par rapport à décembre, mais ils ont augmenté de 2,4% sur un an, selon l'Insee. "Il y a un manque de répercussion de la baisse des prix agricoles sur les prix à la consommation, qui peut s'expliquer par des constitutions de marges", a estimé Marc Touati, économiste chez Global Equities.

Les cabinets Nielsen et Iri ont récemment montré de légères baisses de prix depuis décembre, de 0,2% sur un mois, mais sur un an certains produits comme le riz ou la farine ont vu leur prix grimper de plus de 10%. Les négociations qui ont lieu actuellement entre les distributeurs et les industriels sont cruciales, car elles détermineront l'évolution des prix dans les grandes surfaces pour les 12 mois à venir.

Or, certains industriels proposent des hausses de "tarifs supérieures à 15% alors que le prix du blé a baissé", a dénoncé jeudi Luc Chatel, secrétaire d'Etat à la consommation. Il va se réunir la semaine prochaine - en principe mardi - avec ces industriels. Luc Chatel va aussi réunir les distributeurs après le 1er mars, afin de s'assurer qu'ils répercutent bien les baisses de tarifs obtenues auprès des industriels.

Une étude réalisée il y a 12 mois par l'INC avait mis en exergue une flambée des prix des produits laitiers et céréaliers sur internet, qui avait suscité une polémique et incité le gouvernement à mettre en place un Observatoire des prix et des marges. Cependant, l'Observatoire se limite à publier les prix dans la grande distribution et reste silencieux sur les marges.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
même si les prix sont élevés; les gens continuront d'acheter. alors pourquoi les baisser ???

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Nul doute que les prix augmentent suite aux directives des dirigeants qui veulent justifier leurs salaires exorbitants et décrocher bonus et superbonus. Le capitalisme actuel est bien la maximisation individuelle du profit au dépens du peuple qui est...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
REVOLUTION !!!!

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
réponse à Leclerc : constat : même si les prix augmentent les gens continuent à acheter réponse : si tu n'achètes plus, tu ne bouffe plus et tu finiras par crever (de faim) dugland !

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Quand les céréales baissent de moitié en 2008 et que le prix de pâtes, du pain dont la farine est le principal composant ne baissent pas il est clair que le marché ça ne marche pas si ce n'est pour quelques petits malins qui en profitent qui poura di...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
La venue de Wall Mart ou Tesco donnerait un bon coup de pied à ce marché défaillant. Le manque de concurrence et les monopoles, voila ce qui vole le porte monnaie du citoyen.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Wall Mart et Tesco, voila ce qu'il nous faut pour donner un bon coup de pied au marché. Ententes, manque de concurrence et monopoles, voila ce qui vole le porte monnaie des citoyens.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Pourquoi faire semblant d'ignorer que les centrales sont en paradis fiscaux, elle accumulent les profits et revendent au grandes surface qui font un petit bénéfice.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Visiblement mon commentaire sur TESCO et Wall Mart ne plaît pas. Les lobbys commandent La Tribune?

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
boycottage des produits les plus chers!! c'est le consommateur qui a les cartes en mains!! il n'utilise pas cette opportunite!! regardez les chariots repmlis à ras bord de merde!! sodas! buiscuits, surgeles, merdes diverses, chocolat!cremes desser...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Pour info, un même vin de table rosé "Côtes du rousillon"suivi,acheté chez Lidl (discount)situé en banlieue sud, payé 1,45? la bouteille de 75cl jusqu'à samedi dernier 22/2 est passée à 1,59? ce matin (+9,6%)après une 1ere augmentation il y a environ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
L'indice: ni représentatif ni crédible. Lorsque l'argent vient à manquer , repli général point c'est tout. Il serait temps de revenir aux valeurs saines et arrêter de se gargariser avec des chiffres qui ne représentent rien.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Faisons donc comme en iralie un boycott actif : une journee par semaine sans courses...ca m'etonnerait que cela ne marche pas!

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
La règle capitaliste est bien là. N'en déplaise à tous mais si la consommation diminue, faut bien préserver les marges. Donc plutôt que diminuer les prix pour attirer plus de monde, on les augmente pour préserver la marge. CQFD. La marge est sauf.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Trop d'abus? Que ceux qui le peuvent cultivent leur bout de jardin, cela permet déjà d'économiser substantiellement sur les fruits et légumes... et de faire baisser les ventes chez les distributeurs, donc aussi les prix. Vérifié dans la région où j'h...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
ma femme travaille dans un shopi et a partir de lundi prochain augmentation de plus 450 produits en epicerie et 250 en frais ,voila la frais verite, on nous prend vraiment pour des cons

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Il faut s'appeler Mr Luc Chatel (et vraisemblablement ne pas faire ses courses: d'ailleurs connait-il le prix du pain: j'en doute) pour penser que les prix baissent. Malgré la baisse des matières premières et de l'énergie je n'ai pas vu le prix du pa...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
boy cott!!!!!

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
RAZ le bol de la main mise et le hold up de la grande distribution qui se gave sur le dos du consommateur ET des producteurs ... mais forcement pour le bien du consommateur ! belle hypocrisie ! La pression sur les PME/agriculteurs qui sont opprese...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
La concurrence et encore la concurrence, c'est la seule chose de valable lorsque les monopoles de la grande distribution veulent bloquer les prix.Mais là il faut arrêter le vilain jeu des Politiques qui s'opposent dans les conseils municipaux a cela....

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Ce gouvernement n'est pas capable de libéraliser la vente des médicaments alors qu'en attendre pour le reste?

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Commentaire "disparu" 3 fois !!!... BIZARRE !!!

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
J'ai faim !

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
j'avais déjà donné ma version des faits hier dans les tribunes, qu'ils arrêtent de nous prendre pour des nuls, ils ne comprennent rien à la grande distribution, sauf lors des autorisations d'ouvertures.....là je n'en dit pas plus, car c'est un autre ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
la consommation de masse c'est fini; les profits en masse également! nos grandes surfaces le savent et se débatent dans le filet. consultez les prix des produits de saison en magasin bio vous serez surpris!soyons maitres de nos porte-monnaies .et bon...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.