Les remèdes très libéraux de l'OCDE pour la France

 |  | 564 mots
Suppression du mécanisme d'ajustement automatique du Smic, assouplissement des procédures de licenciement ou augmentation des droits de scolarité dans l'enseignement supérieur figurent parmi les réformes prônées par l'OCDE, ce mardi, pour élever le niveau de vie en France.

Le bas niveau du taux d'emploi, surtout pour les jeunes et les seniors, de même que la durée annuelle moyenne de travail, "relativement faible", représentent la majeure partie de l'écart de PIB (produit intérieur brut) par habitant de la France par rapport aux pays les plus performants comme les Etats-Unis, explique l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) dans son rapport "Objectif Croissance 2009" publié ce mardi.

"Plusieurs réformes ont été réalisées ces dernières années pour accroître l'incitation au travail et offrir plus de possibilités à certaines catégories, mais de nouvelles mesures sont nécessaires," estime-t-elle.

Voici les priorités d'action énumérées dans le rapport de l'OCDE. En matière de coût du travail, l'OCDE préconise de continuer de limiter la hausse future du salaire minimum de façon que le coût minimum du travail diminue en termes relatifs. Il conviendrait aussi, selon elle, de créer une commission indépendante chargée de formuler des recommandations sur le salaire minimum, en mettant fin ainsi au mécanisme d'ajustement mécanique. Et, en outre, de tirer parti de l'introduction du revenu de solidarité active pour intégrer le dispositif actuel (la prime pour l'emploi), afin qu'il n'y ait qu'un crédit d'impôt unique ciblant plus efficacement les bas salaires.

En matière de législation, l'OCDE estime que la procédure complexe et stricte de licenciement des travailleurs en contrat à durée indéterminée décourage l'embauche en CDI et contribue au dualisme du marché du travail, avec des conséquences négatives pour la productivité à long terme. L'OCDE recommande donc de poursuivre le double effort d'assouplissement de la législation protectrice de l'emploi et de meilleure prévisibilité des coûts de licenciement.

Par ailleurs, l'OCDE se félicite de l'adoption, en 2008, de la loi de modernisation de l'économie qui a créé une nouvelle autorité de la concurrence, assoupli les conditions d'implantation des distributeurs et leurs négociations avec les fournisseurs. Elle demande de veiller à ce que la nouvelle autorité de la concurrence ait des moyens suffisants et les pouvoirs d'enquête nécessaires pour agir "efficacement et en toute indépendance, avec pour seul objectif le bien-être des consommateurs". Elle demande aussi d'éliminer la procédure d'autorisation spéciale pour la création d'un point de vente et d'assouplir les restrictions à l'ouverture dominicale des magasins. Elle recommande enfin de mettre fin au numerus clausus dans un certain nombre de professions, notamment dans les services juridiques et médicaux.

Pour le travail des seniors, l'OCDE prône des incitations financières pour poursuivre l'activité au-delà de l'âge légal de la retraite (60 ans) et recommande en particulier d'assouplir les restrictions concernant le cumul d'une pension de retraite et de revenus du travail.

Enfin, pour l'enseignement supérieur, l'OCDE demande d'élargir l'autonomie des universités au-delà de ce qui a été réalisé en 2007, surtout pour la gestion budgétaire, le recrutement et la rémunération du personnel. Elle prône aussi de nouvelles mesures pour favoriser le financement privé des universités, en augmentant les droits de scolarité mais en proposant en parallèle des prêts étudiants remboursables en fonction du revenu ultérieur.

(retrouvez le communiqué de l'OCDE et son rapport "Objectif croissance")

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Fabjacky est un C.. avec un C majuscule! je lui conseille d'aller travailler aux USA et ailleurs dans le monde, comme je l'ai fait moi-même, cela lui evitera de proférer un tissu d'inepties.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'ocde est a la solde des usa et ne sort que des mesures ultralibérales qui aggravent la crise...!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le problème est qu'à force de compresser les salaires, on va aboutir à un mécontentement qui ne va faire qu'enfler.
Combien de temps, les gens vont-ils accepter de voir des milliards d'euros de soutien pour les banques sans recevoir
eux, des augmentations de salaires?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
» par rapport aux pays les plus performants comme les Etats-Unis,

Un volontaire pour informer l'OCDE que la performance, elle s'est pris un sacré coup dans le bas-ventre ?





a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
il est temps de refaire la revolution et de resortir la guillotine pour tous ces pourfendeurs de droits sociaux qui ont prouvé leur incapacité à gérer les finances.L'etat à leur yeux est seul bon à boucher les trous des banques et des financiers véreux ou incapable. Les bénéfices pour les ultraliberaux, la misère sociale et les déficits à boucher pour 99% des personnes. Comment la tribune peut diffuser un tel article sans etre ironique et méprisant.
Jean-Luc
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Messieurs Casimir et MAN vos opinions relatent bien l'ultra collectivisme français ambiant.
Il se s'agit pas de conseil politique de la part de l'OCDE mais uniquement de conseils de ce qui marchent à l'étranger. Plus de flexibilité dans le travail et les licenciement créent plus d'embauches et donc moins de chomeur et plus de PIB pour tous. Vous devriez applaudir si le soucis du bien du peuple primé. Mais nous il vaut mieux faire des raccourcis avec les PRETS, et non des dons, accordés aux banques, avec lesquels d'ailleurs l'état va toucher 1.4 M? cette année.
Le libéralisme juste et créateur de richesse pour tous dans une économie de marché mondiale crée de la richesse et de meilleurs salaires, regardez ceux dans lesquels le libéralisme a lieu. Alors que la masse salariale française est mal payée parce qu'il y a trop d'état, de syndicat mafieux et de fonctionnaires il se trouve encore des gens qu'ils pensent qu'il ne faut pas changer de méthode et poursuivre encore plus d'état, d'assistanat, et d'ultra collectivisme.
Relisez Bastiat de grâce !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"(...)aux pays les plus performants comme les Etats-Unis". Je ne pense pas que l'on puisse dire que les Etats-Unis soient plus performants en ce moment que la France, n'est-ce pas... Et ce n'est pas le moment de faciliter les procédures de licenciements non plus... Je suis étonné que l'OCDE ne demande pas que les banques mettent en place les prêts "subprime" tant qu'on y est....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Vivement qu'une autre opinion que celle des ultra collectivistes puisse se faire entendre en France !! Vive le libéralisme humaniste qui seul est créateur de richesse contrairement à la politique bolchevique française. Oui le libéralisme crée de la richesse et de meilleur salaire et augmente le PIB d'un pays. Malgré la crise, due à l'interventionnisme de l'état américain dans l'économie libérale à son détriment, le modèle anglo saxon est le meilleur car il y a beaucoup de chômage, de dette et un PIB supérieur à celui de la France..et ce depuis des décennies !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'OCDE est en retard d'une guerre nucléaire économique.
Sinous suivons ses directives au mieux nous serons dans l'état des USA ou des GB, au pire dans celui de l'ISLANDE.
A plus les passagers du TITANIC.....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'OCDE ferait mieux de donner des conseils aux USA ! Ici ça va mieux que là bas ;)
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et encore un organisme qui n'a rien vu venir mais qui conseille guère mieux qu'une agence de notation. Parler de concurrence dans un pays ou l'entente illicite est monnaie courante = se moquer du consommateur. Ce qui paraît évident la dissolution de cet organisme qui comme beaucoup ne sert à rien sauf payer des penseurs d'un autre monde. Allez Messieurs ayez le courage d'aller travailler sérieusement.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il faudrait donc toujours plus de précarité pour les salariés a qui on devrait refuser sécurité et services publics pour que les nantis puissent avoir toujours plus de profits. Bien sûr ces riches nantis sont les premiers à demandé le secours exceptionnel de l'Etat et de la solidarité nationale pour leur venir en aide pour réparer leurs bêtises... L'OCDE en prônant ces mesures se ridiculise car c'est uniquement grâce à la solidarité nationale autour d'un Etats fort et volontaire que l'on sortira de cette crise. Tiens ! c'est justement la politique pour laquelle Obama a été élu et qu'il met en application (cf : élargissement protection santé aux USA) et c'est pas lui qui est à a tête de "la puissance la plus performante" du monde ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il faudrait voir les recommendations d'origine pour juger les propos de l'OCDE. Mais de ce que j'en vois rapporté par la Tribune, les préconisations présentées sont risibles (au niveau des universités ou du travail dominical).
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Encore un organisme qui n'a rien vu mais qui donne des leçons d'économie. Allez M.le Directeur FITOUSSI soyez humble annoncez la dissolution de votre organisme aussi incompéten qu'une agence de notation. Vous osez parler de concurrence dans un pays où l'entente illicite est un sport de tous les jours.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tu parles d'un pays performant en ce moment les états-unis ! Quel modèle, allez licencions, supprimons les fonctionnaires, les syndicats mafieux, tant qu'on y est Mr Fabjacky on pourrait aussi supprimer les vieux (dont je suis presque) ça ferait économiser des retraites...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mais qu'est-ce qui fait qu'on ne pense pas comme les autres et qu'on se plante, dis donc?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La crise est-elle la faute des banques ?
Il faut être bien naïf pour croire qu'un pays comme les US qui fait la guerre depuis des années et qui délocalise à outrance tout en constituant une dette immense va s'en tirer sans dommage. Ce que l'on appelle la crise des "subprimes" n'est que la manifestation par laquelle ces déséquilibres gigantesques se sont révélés et notamment la grave recession qui frappe ce grand pays et qui dans sa "chute" nous entraîne tous.

Alors de grâce, rangez ces diatribes imbéciles contre les banques en faisant passer les "états" pour des bons acteurs, eux qui sont responsables des dégâts que l'on subit aujourd'hui !
L'OCDE, fait un constat tout haut que l'on fait depuis longtemps tout bas lorsque l'on sort un peu de l'hexagone : employer français est beaucoup moins facile qu'employer ailleurs - et cela tient aux rigidités qui existent chez nous.
Il faut quand même que cela traverse l'esprit des pourfendeurs du libéralisme que c'est la sécurité de l'emploi des uns qui se fait au prix de la précarité des autres (ceux qui sont chômeurs ou qui le deviennent en ce moment).
Tout cela a pour conséquence chez nous plus de précarité et plus de chômage !
L'OCDE dit donc qu'en ré-introduisant plus de flexibilité - on réduira le niveau de précarité dans notre pays - et j'ajouterai, avec encore moins d'état (au sens large) on aurait plus d'emploi et beaucoup moins de chômeurs.
Cela ne vous choque-t-il pas que l'on annonce aujourd'hui que l'on va augmenter les fonctionnaires cette année alors que le chômage se répand comme l'éclair en ce moment ?
Il est là le scandale !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@MAN : Racourci facile, si l'Etat te donnait au même condition qu'il a donné aux banques tu dormirais sous un pont a l'heure qu'il est. En effet l'Etat n'a pas donné mais a prêté et en prenant une com en plus des taux du marché.
@"lesantiultralibéraux": Pour commencer "ultralibéral" est un mot qui n'est utilisé qu'en France et qui fait rire le reste de la planète. Les Etats Unis sont en crise et bien plus touchés que la France. Le PIB par habitant reste 40% plus élevé la bas. Ca veut dire qu'en termes de richesses les Américains sont aux Français ce que le Polonais sont aux Français et encore... Si le mot Etats Unis vous donnes des boutons, cultivez-vous et étudiez les exemples Danois, Suédois, Finlandais et dans une moindre mesure Canadien. On peut garder la meilleure protection sociale du monde qui nous rend bien service en ce moment et dynamiser l'économie avec les mesures de l'OCDE. Rien n'est dû, rien est acquis et rien n'indique que le monde de demain sera moins concurrentiel, loin de la.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
on croit rever...ou cauchemarder.
Comment ceux qui n'ont rien vu venir osent encore publier de telles c...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le plus serait de connaitre les recommandations de l'OCDE pour les autres principaux acteurs comme l'Allemagne (notre premier partenaire), la Grande Bretagne, l'Espagne (au hasard ...) et les USA.
On pourrait alors mieux comprendre nos atouts :) puisque ne sont évoquées que nos faiblesses et notre paresse. On pourra mesurer un peu l'efficacité des politiques passées chez les autres. La France est singulière et seule en crise ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Poursuivre après la retraite c'est ce que j'ai fait pour gagner plus. J'ai trouvé un petit boulot qui m'a rapporté 10000 ? en 2007, sur ces 10000? les impôts m'en ont pris 3000~de plus et comme je suis en HLM lorsque j'ai déclaré mes revenus j'ai eu en prime un augmentation (surloyer) de 50? par mois (600?) pour les faibles revenus il n'y a pas de bouclier fiscal c'est plein pot.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Serait-ce Mme Parisot qui a soufflé ce programme à l'OCDE ?
Tant qu'à faire autant supprimer le SMIC et les CDI.
En plus le libéralisme en ce moment, s'est pris les pieds dans le tapis.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les Etudes supérieures coûtent de plus en plus cher. Il faut compter 800 euros en moyenne par étudiant à la charge de la famille. Avec pour résultat, le chômage à la sortie des études. Autre possibilité : travailler comme OS chez Peugeot pour 1300 euros net par mois avec prime de chaleur incluse si on travaille en Forge ou en Fonderie. C'est plutôt sympa et je m'imagine que l'enfer doit ressembler à cela avec des hommes gesticulant dans le feu et les flammes
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il conviendrait de savoir au nom de qui l'OCDE parle et ce qu'elle représente? S'agit d'une instance sous controle international démocratique où d'un club de technocrates ultralibéraux imbus de leur pouvoir et de leurs prérogatives?. Sous la pression de la crise de nombreux citoyens et pays s'interrogent sur les dérives du libéralisme. Pendant ce temps l'OCDE arrive avec ses solutions ultralibérales qui ne bénéficient qu'à un minimum de riches qui s'enrichissient de plus en plus au détriment des classes moyennes avec comme variable d'ajustement les plus démunis que l'on ménage ou jette en fonction des besoins. Pour l'OCDE le pays modèle c'est la Chine: pas d'élection tout pour l'économie et le commerce international et des millions de salariés précaires corvéables à merci. Est ce le modèle que souhaitent les français?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cher Fabjacky, victime muselée (comme on peut le constater chaque jour) de notre système bolchevique ultra collectiviste, je voudrais vous adresser cette lueur d?espoir.
Il est un pays merveilleux, terre de fantasmes pour les experts de l?OCDE, sans code du travail ni smic, sans assedic ni sécurité sociale, avec une administration réduite à sa plus simple expression (seule défaut : mal payée ? réduction d?impôts obligent ? elle est vénale), où les plus riches sont ceux qui paient le moins d?impôts, où les mouvement sociaux sont réprimés dans le sang, où nul carcan réglementaire n?entrave la liberté d?entreprendre. Ce pays de cocagne existe : c?est le Bengla Desh. Juste une chose : pourquoi n?est-il pas la première puissance économique mondiale ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
bravo mr fabjacky continuons dans l ultra liberalisme et on voit ou cela mêne aujourd hui.Heureusement que les syndicats sont la pour garantir encore quelques droit aux travailleurs qui eux créent la richesse, contrairement aux actionnaires qui s enrichissent sur le dos des salariés.Alors les conseils de l ocde on s en passe
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Que l'OCDE cesse de se regarder le nombril et qu'il ouvre les yeux sur la misère qu'à engendré l'ultral-libéralisme.
Assouplir les mesures de licenciement? et faciliter les ouvertures dominicales? Bien sûr!
Pourquoi ne pas abroger le code du travail et supprimer le salaire minimum pendant qu'on y est???
En suivant la logique de l'OCDE, on exploserait la croissance française dans ces conditions!!! des millions d'individus travailleraient 7j/7 pour toucher quelques centaines d'euros par mois, et nous serions le nouveau pays avec un croissance à 2 chiffres, laissant loin derrière nous les pays émergents dont notamment la chine et l'Inde....
Du grand n'importe quoi en somme.

Monsieur fabjacky, avant de donner des leçons apprenez à écrire correctement, et prenez quelques cours d'économie, c'est un minimum pour espérer avoir un tant soit peu de crédibilité.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'OCDE ne pense qu a sa propre survie. au risque de vivoter comme un vieux qui radote sur un coin de route.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@"les antiultralibéraux":Etes vous déja sorti de France, ne serait-ce que 2 minutes? Ce qui transparait de vos posts c'est votre nombrilisme et votre conservatisme. Avoir une très bonne protection sociale n'empêche pas d'introduire plus de flexibilité pour que l'ensemble du système en profite. Par exemple quand on est SMICARD l'important c'est : Comment je décolle du SMIC (réponse : formation et un envirronnement économique dynamique)? Et non pas : augmentez mon SMIC coute que coute, je me fous des gens qui se font virer car leur boite ne peut pas suivre.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bravo Fanjacky, ce son ceux qui vous attaquent qui auraient bien besoin de prendre des cours d'économie.
Et on voit ressortir ce serpent de mer "ultralibéralisme". Et les actionnaires qui s'engraissent sur le dos des salariés.
En ce qui concerne les actionnaires, je peux leur dire que le rendement des actions ne dépasse guère 4 à 5%,soit à peine plus que le livret A. Quant à la valeur du portefeuille elle a diminué de 40% en quelques mois. Alors les actionnaires sont aussi à la peine. Je pense aux petits porteurs qui ont placé leurs économies, ou une partie de celles ci, en Bourse.

Ce que l'on constate dans les pays où les licenciements sont plus faciles que chez nous, c'est qu'un employeur n'hésite pas à embaucher des salariés dans la mesure où il sait qu'il pourra les licencier si le volume de ses affaires baisse. Dans ces mêmes pays, la durée du chômage est très courte car le marché du travail est fluide. Je connais quantité de chefs d'entreprises français qui auraient besoin d'embaucher et ne le font pas dans la crainte de ne pouvoir licencier en cas de besoin. Cela fait naturellement les affaires des sociétés d'intérim et des ANPE!
Et je ne compte pas les chefs d'entreprises, surtout des PME qui n'embauchent pas faute de trouver sur le marché du travail les compétences dont ils ont besoin. Ce sont ainsi plusieurs centaines de milliers d'emplois (300000, si je me souviens bien) qui ne sont pas pourvus faute de candidats!
De plus, notre fameux système de protection sociale nous coûte une fortune et diminue la compétivité des entreprises.
Contrairement à l'ignorance des inventeurs des 35 heures, le travail n'est pas un gâteau qu'il faut partager mais un flux qui, comme un stock, tourne en produisant de la richesse, le travail engendrant le travail.

Je pense que j'aurai droit aux mêmes insultes que Fanjacky, seul argument des crétins!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La France est encore très loin des recommandatiosn et conseils de l'OCDE.L'antilibéralisme de SARKOZY en est la principale cause.C'est un Néoconservateur style BUSH.Tourt le monde sait que le maintien des bas salaires est la cause principale du retard de la France en matière de travail.La paupérisation et l'attribution de pansements sociaux est constante tant que ce Gouvernements continuera dans sa politique d'Assistanat.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@Fabjacky, Salut je te reconnais une sincère envie d'améliorer le sort de la collectivité (même si c'est probablement un gros mot pour toi). Pourtant, pas besoin d'avoir bac+10 en économie pour comprendre que tant que le capitalisme a su augmenter le pouvoir d'achat des classes moyennes, le système a fonctionné.... Aujourd'hui, l'ultra libéralisme conduit partout dans le monde à l'appauvrissement des classes moyennes et va donc droit dans le mur. Le surendettement des ménages n'a fait que différer le problème.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :