"La crise, ce n'est pas la mort", selon Laurence Parisot

 |   |  494  mots
"Ce qui est important, c'est qu'on va s'en sortir", a déclaré la présidente du Medef ce lundi au sujet de la crise économique. Elle a par ailleurs sévèrement critiqué l'action du gouvernement en Guadeloupe.

Dans "Le Parisien" de ce lundi, la patronne du Medef s'est montrée optimiste sur la résolution de la crise financière actuelle : "Ce qui est important, et je veux insister, c'est qu'on va s'en sortir (...) La mutation de nos sociétés est en cours et elle ne manquera pas de produire ses premiers effets visibles et positifs d'ici un an ou deux."

Si un jeune veut se lancer dans la création d'entreprise, "c'est génial" : "il y a de nouveaux besoins que la crise fait émerger (...) Donc, s'il a un projet en phase avec cette évolution, il peut le lancer ! La crise, ce n'est pas la mort", a renchéri Laurence Parisot.

"Ce que la crise actuelle signe, c'est la faillite de l'administration Bush", a-t-elle également déclaré alors qu'elle répondait à une question sur la "faillite du système libéral".

Laurence Parisot s'est en revanche montrée mitigée sur l'action de l'Etat.  "Le gouvernement n'a pas suffisamment pris la mesure du nombre de faillites prévisibles au premier semestre 2009. Il va y avoir, je crains, des catastrophes en chaîne", a-t-elle déclaré. "Seul un plan de relance européen aurait eu un réel impact sur les économies nationales."

"A cause du poids des charges sociales et fiscales, les entreprises françaises [...] sont entrées dans la crise plus faibles et plus fragiles que leurs voisins" européens, a-t-elle accusé. "Nous avons les charges les plus élevées au monde. Mais personne ne veut nous croire." Par ailleurs, "des secteurs entiers continuent à embaucher", a affirmé Laurence Parisot, comme "l'énergie, la banque, le bâtiment ou le tourisme".

Quant aux banques, "la situation est difficile pour beaucoup de PME, et ce que j'appelle la petite maltraitance des banques à leur égard [...] est parfois très contrariante." Toutefois, a ajouté Laurence Parisot, en France "nous avons la chance d'avoir eu des banques qui ont su garder leur rigeur" et "aucune n'a prêté chez nous [...] à des ménages non solvables".

En Guadeloupe, "l'Etat n'a pas joué son rôle d'arbitre"

"Dès le début du conflit, les autorités publiques à Pointe-à-Pitre ont accordé une importance cent fois plus grande aux propos tenus par le LKP", le collectif à l'originie du mouvement social sur l'île, a dénoncé Laurence Parisot, dont l'organisation a refusé de signé l'accord qui a mis fin à la grève.

"On y lit (dans le préambule de cet accord, Ndlr) que l'économie de la Guadeloupe serait une "économie de plantation", cela veut dire une économie esclavagiste, comment voulez-vous que les chefs d'entreprise [...] cautionnent une telle assertion ? L'esclavage est un crime contre l'humanité", a expliqué Laurence Parisot.

Elle a également critiqué les méthodes du LKP, selon elle "une organisation gauchiste, très politisée, qui milite pour l'indépendance de la Guadeloupe et n'hésite pas à user de menaces et de pressions qui sèment un véritable climat de terreur".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Si Madame, c'est la mort annoncée d'un système injuste.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mme PARISOT se croit encore en 1900 ces idéees sont vraiment depassées quand changeront nous ces mentalités ringarde ???
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je ne sais pas pourquoi on appele cette dame...elle est dépassée par les évennements...
Bref, le syndicat patronal utilise les mêmes méthodes que les syndicats ouvriers....alors pourquoi vous écouter.... et écouter votre démago...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mme PARISOT, VOUS DITES DE GROSSES BETISES, rendez votre mandat, vous ne comprenez rien à la situation...vous etes incapable de contribuer au redressement, vos amis sont les acteurs de la dégradation.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"l'énergie, la banque, le bâtiment ou le tourisme" : ce sont les derniers secteurs la ou il y a encore un peu a ronger car ce sont les passages obligatoires de la survie de notre espece apres signatures des traites Europeens. Le travail de l'individu et les valeurs familiales ne sont plus mentionnes car c'est la "valeur" moins-disante communautaire qui doit l'emporter.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je reste pantois devant de tel propos. Mme PARISOT montre une fois de plus sa déconnection de la crise. D'ailleurs nous ne l'avons JAMAIS entendu parler de SOLIDARITE devant cette crise. Mme parisot IRRESPONSABLE. J'espère que les PME vont monter au créneau pour demander des excuses PUBLIQUES mais également le gouvernement et l'ensemble de la société. Mme vous êtes une insulte pour ceux qui sont en difficulté.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la guerre non plus c'est pas la mort ma bonne dame ,mon grand pere qui a fait 4 ans sur le front 14/18 s'en est sorti avec un poumon voile ,ses copains sont morts eux ??forcement apres l'orage le beau temps .et quant les banquiers seront ils defferer devant la justice au lieu de plastronner sur le perron de l'elysee,car la crise fait faire du degat et des morts par desespoir!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Laurence ne s'est pas encore rendue compte que nous venons de subir un grand séisme et que des changements profonds vont s'opérer dans les semaines et les mois qui viennent. Il faut qu'elle se dote d'un équipement de survie car la tempête va souffler très fort, trop fort pour elle.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je me demande si c'est du culot, de l'outrage, de l'inconscience qui anime les propos de lolo et je me demande si elle a pratiqué la meme ecole que les beques de nos iles
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Indépendance vite !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je crois que dame Parisot; si l'on peut appeler cela une dame, aime la PROVOC...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Faut savoir, l'Etat ne joue pas son role quand ca vous déplait? et sinon, pas d'ingérence dans les affaires des entreprises hein?J'en ai plus que marre de ces discours hypocrites.

Privatisation des gains et mutualisation des pertes. Merci le patronnat. Des caricatures ces patrons.

Vivement qu'une autre association que le MEDEF existe, une association qui represente vraiment cette frange d'entrepreneurs qui ne jurent pas que par les méthodes ultra-libérales apprises en MBA. Cette partie des entrepreneurs qui croient encore en l'homme. Et qui construisent sur le long terme pour autre chose que le FRIC en tant que fin en soi. Le Medef ne represente PAS les petites boites.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le propos de Madame Parisot : "Vivement que la crise passe pour que tout recommence comme avant".
Jusqu'à la prochaine crise?

Par ailleurs, s'il est vrai que les gens du LKP sont des gauchistes, la grève en Gaudeloupe n'aurait pu durer si longtemps s'il n'y avait un consensus populaire sur les injustices dans cette île. Le LKP a récupéré et canalisé des mécontentements préexistant. Il ne faut pas se voiler la face, tout comme d'autres DOM-TOM, la Guadeloupe n'a pas soldé la période n'a pas soldé l'héritage colonial.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ou sont les toilettes les plus proches ?
les propos de cette dame déclenche une irrépressible envie de ......."gerber" pas étonnant après cela que le ptit entrepeneur à son compte que je suis soit considéré comme un enfoiré de patron taillable et corvéable à merci !
je suis d'accord avec pbill commençons par faire le ménage de tous ces MBA qui nous suce le sang et de leur idéologie qui nous rend pire qu'un alligator ! (ledit alligator ayant au moins une utilité dans la chaine écologique)
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"Ce qui est important, et je veux insister, c'est qu'on va s'en sortir ..."
Oui, elle a raison, je n'ai aucun doutes sur le fait que "on" vont s'en sortir ...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La sénilité de Mme Parisot n'est que le reflet des gouvernants qui sontacorchés aux pouvoirs, comme Ballamoux qui faix de la resistansex, La France va vraimant mal avec ces pantins... ALLEZ EN CURE DE DESINTOXICATION FINANCIERE... VOTRE ADDICTION A LA BETISE FAIT PITIE a voir
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le patronat n'est pas grandi par Mme PARISOT, vraimant mr Seillere a une très mauvaise succession, quelle cauchemare !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les riches ne risquent pas la crise mais ils devraient se méfier quand même des affamés et autres exclus et comme personne n'est à l'abri, tout peut arriver alors un peu de compassion ne ferait pas de mal.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pour certains c'est la mort... un peu de modestie Mme Parisot !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bravo Madame Parisot, je suis tout à fait d'accord avec vous. La France écrase ses entreprises avec de telles charges sociales. Oui certains secteurs recrutent en ce moment. Et tout à fait d'accord sur votre analyse concernant ces ultra collectivistes de Guadeloupe et sur leurs menaces contre les entreprises et les Békés !! Ce sont des méthodes scandaleuses qu'a laissé faire ce gouvernement dans un état soit disant de droit, mais en fait à la botte de toutes les mafias syndicales d'ultra gauche.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La crise ce n'est pas la mort, mais c'est la mort sùre.
M. Parisot, cela est évident que pour les plus aisés, cela
ne sera pas la mort,mais, j'espère que cela sera du remords.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"Ce n'est pas la mort" apparemment, c'est chacun pour soit ! Pour les nantis tout va bien, pour les pauvres s'ils auront plus de mal a s'en sortir c'est banal. Parisot vie dans une autre sphère
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Changeons de responsable du Medef! 0 charisme, triste et d'un pseudo optimisme stupide et surtout arrétons de prendre les français pour des idiots !!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Faut voir..
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce n'est pas la mort, mais on travaille dur pour des salaires de misère. Avec ça, on ne peut plus payer le loyer, le gaz, l'électricité, on a faim, on ne peut plus se soigner, on ne peut plus habiller descemment nos enfants, les envoyer à l'école. C'est ça qui se passe Padame Parisot.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les internautes qui se plaignent de mourir de faim c'est... pas crédible. Il faut arrêter la caricature avec l'opposition entre Marie Antoinette (Medef) et Germinal (CGT). Les gens qui souffrent dans ce pays ils dorment dans le métro de Paris. Les travailleurs pauvres sont sur le point de toucher le RSA. Ce qui est indécent c'est de voir en temps de crise mondiale des grèves de personnes, certes pas nanties, mais qui ont un emploi garanti. Parceque cela sape la confiance. Pas comme l'incantation, certes maladroite, de Mme Parisot aux investisseurs.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je crois que mme laurence parisot, soit elle marche à coté de ses pompes ou elle ne vois rien ce qui ne m'étonne pas lorsque je l'ai vue sur BFM TV elle n'avait même pas le courage de regarder la caméra ,donc nous , comment voulez vous qu'elle se rend compte du MONDIAL MERDIER que tous ces dirigeants nous ont fait en cadeau ,mais la pauvreté ne fait que de s'agrandir et pendant ce temps personne ne demande aux grands patrons de revenir sur terre;;j'insiste,pourquoi ne pas ramener leurs salaires à 12000? mois et la différence reverser dans les différents organismes.Nous les petits, travailleurs , classes moyennes et pensionnés mais aussi les actionnaires qui soufrons déjà alors il ne serait que juste qu'ils participent parce que ce sont eus qui nous ont mis dans ce MONDIAL MERDIER La crise, ce n'est pas la mort , je reçois ces paroles comme une insulte
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@fabjacky vous le nanti , le SMIC ne doit pas être votre cas , vous êtes un privilégier , il n'y a pas que le SMIC mais aussi les pensions des travailleurs qui sont honteusements basses dans notre pays capitaliste dont vous n'avez certainement pas connaissance puisque vous ^te sur votre perchoir ; que ces dirigeants d'entreprises nous ont mis dans ce MONDIAL MERDIER ;si rien ne change d'ici peu vous en sentirez l'odeur
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Effectivement, faites-lui publier ses revenus fiscaux, 2008 et les années antérieures, il n'y a pas de problèmes en cours, ni à venir...Il en va de même d'ailleurs pour tous les ministres et hauts personnels politiques, qui se renouvellent, chaque fin d'année, des budgets sans lien avec la notionde crise...C'est vraiment prfait !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Strictement rien à faire de ses revenus fiscaux, ce n'est pas parce qu'elle a réussi dans la vie professionnelle qu'elle est devenue un monstre. On peut s'interroger sur un mécanisme encadrant l'évolution de la rémunération des patrons (fonction des résultats) mais fixer une limitation c'est de l'arbitraire bileux, digne de la mentalité de certains qui confondent égalité des chances et méritocratie avec uniformité et nivellement par le bas.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Laurence ! la crise ne fait que commencer et personne n'en connaît encore et vous pas plus qu'un autre, ni l'issue ni sa propre survie. La peste, ce n'est pas la mort non plus à condition d'en réchapper.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quelle belle leçon d'autisme et de mépris, non seulement nous n'avon spas fait mieux que Bush, mais en plus nous donnons de l'argent à ceux qui nous le prennent le plus vite, les banques. Bien sur Madame Parisot ne craint pas l'avenir, elle a les moyens de passer la crise, mais les autres, tous les autres, que deviendront-ils. Si peu d'intelligence dans la bouche d'une femme et qui plus est responsable du Medef. Pourquoi son silence sur Total, EDF, GDF Suez et tous ces groupes qui méprisnet tous les droits des citoyens au nom d'une seule cause, le dividende des actionnaires.
Soyez courageuse et vous mériterez le respect.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
j' ai pourtant bien aimé cet article car il reste optimiste;mais je suis d' accord qu' il faut parler de valeurs familiales et croire enl' Homme .Il faut aussi prier pour nos sociétés mais aussi la grandeur de la France
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mais oui, il faut être optimiste. La crise ne durera pas. Il suffit de se bouger un peu, d'être performant. C'est facile pour le petit salarié métro boulot dodo de critiquer les entrepreneurs. Ils prennent des riques, eux et il est normal qu'ils en tirent les fruits, non ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
rdv le 19 mars
arreter de mépriser les ouvriers.
1789.........
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"ménages non solvables" ? qu'en ait ils vraiment aujourd'hui ? avec la crise, ces ménages "solvables" sont ou vont devenir "non solvables"...
et ces entreprises avec "des charges les + importantes au monde", pourquoi décident elles de licencier alors qu'elles font des bénéfices + qu'impressionnant ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :