Lundi de Pentecôte : au final, qui travaille ?

 |   |  343  mots
Le lundi de Pentecôte - ce lundi 1er juin - est de nouveau férié en France, après avoir été un temps considéré comme "journée de solidarité", où les salariés travaillaient sans être rémunérés davantage et où les entreprises versaient en échange une contribution pour les personnes âgées. Depuis 2008, la date de la journée de solidarité est fixée par accord collectif au sein de l'entreprise ou est, à défaut, décidée par l'employeur.

Créée dans la foulée de la canicule de 2003 qui avait connu de nombreux décès chez les "vieilles gens", la journée de solidarité a pour objet de financer des actions favorisant l'autonomie des personnes âgées ou handicapées. Elle prend la forme d'une journée supplémentaire de travail, non rémunérée, pour les salariés. Pour les employeurs, elle se traduit par une contribution nouvelle mise à leur charge (la "contribution solidarité autonomie").

Cette journée avait au départ été fixée au lundi de Pentecôte, soit, pour cette année, lundi prochain le 1er juin. Cependant, face aux protestations, la loi n°2008-351 du 16 avril 2008 a enlevé toute référence à ce jour dans la mise en ?uvre de la journée de solidarité.

Désormais, les modalités d'accomplissement de cette journée sont fixées pour le secteur privé, par accord d'entreprise ou d'établissement ou, à défaut, par accord de branche. Cet accord peut prévoir par exemple le travail d'un jour de repos accordé au titre d'un accord collectif, ou encore le travail d'un jour férié (autre que le 1er mai).

Lorsqu'il n'y a pas d'accord collectif, c'est l'employeur qui fixe cette journée, après consultation du comité d'entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel s'ils existent. La journée de solidarité peut également être fractionnée en heures.

Travailleront donc lundi prochain tous les salariés des entreprises qui ont décidé de maintenir leur journée de solidarité au lundi de Pentecôte.

Il est également à noter que les écoles sont fermées ce jour-là.

Selon la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), l'enveloppe 2009 devrait être en baisse de 2%, à 2,24 milliards d'euros, contre 2,29 milliards collectés en 2008. La hausse du chômage a en effet entraîné une baisse de la masse salariale, qui est l'un des paramètres du calcul de cette contribution.

 

(La dernière proposition de loi adoptée au Sénat concernant le lundi de Pentecôte)

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
n'y a t-il pas de sondage, ou information sur qui et combien fractionne ce jour? qui offre ce jour (ce qui semble etre proposer par beaucoup d'entreprise...) pour savoir au final comment les choses on été traité dans le privé ...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bon travailler un jour ferié on supprime .... mais pas la redevance des entreprises CQFD !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il faudrait le demander à notre cher Président...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Comment gagner plus en travaillant plus avec cette journée confiscatoire?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C'est une vrai journée de solidarité !...
... A l'opposé des journées de grève de tous ces agents publics qui essaient de faire croire qu'ils font cela en solidarité avec les SMICards et les personnes vraiment victimes de la crise mondiale actuelle ! Alors que, BIEN SUR, ces journées de grève des agents publics ne sont que politiques ET égoïstes...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Une journée de solidarité (inadmissible), seuls sont solidaires les salariés dans ce système . Cette contribution apporte-t-elle vraiment des changements au sein des structures gériatriques, toujours aussi insuffisantes ? On se rappelle de la vignette automobile pour l'aide des personnes âgées . Qu'en est-il aujourd'hui : les mesures semblent converger vers la fermeture de certaines structures de proximité déjà existantes ? Quel progrès ! Les "vieilles gens" reprenant l'expression de cet article, ne sont plus rentables alors, on rejoindra vite le soleil vert .
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce système de CSA et de journée de solidarité saucissonnée ou non, travaillé ou non, sur congés ou sur RTT ; C'est un mic mac dont les services RH & paye n'avaient pas besoin. Tant qu'à vouloir faire un prélèvement supplémentaire (encore une fois !), il suffisait d'augmenter les cotisations et basta au lieu de compliquer la vie de tout le monde : des salariés, des parents, des enfants ...!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Reste sur cette journée, 2 heures gratuites pour l'employeur. Nous pensions que l'esclavage avait été abolis. Il n'en est rien.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Suite au tollé de la canicule 2003 le gouvernement était dans l'obligation de réagir ostensiblement face aux vives critiques dont sa gestion de crise (ou plutôt son absence de gestion) fut l'objet. Nos ministres se devaient ainsi de trouver une mesure suffisamment forte et symbolique pour emporter l'adhésion d'une large partie de l'opinion publique tout en faisant son mea coupla. Le tour de force fut de trouver une mesure qui dans l'essence même de son financement ne pouvait être que louable: Qui pouvait en effet refuser de faire don d'un jour ferie par an (et pas n'importe quel jour) alors qu'il venait de recevoir sans aucune legitimité une quinzaine de jours de RTT quelques temps plus tôt (cf 35H)? On culpabilise, on joue sur les sentiments, si bien que l'on en oublierait presque l'objectif intrinseque de la mesure pour n'en rester qu'à son mode de financement... Ce qui fut malheureusement le cas, le scenario n'a que trop bien fonctionné semble-t-il. L'esprit de la mesure n'est plus mais la journée de solidarité demeure...


a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pourquoi appeler "Journée de solidarité" une ponction effectuée sur les seuls salariés ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la question est plutot qui ce fait baiser la voila la vrai question ! ! ! !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
si les gens qui bosse doivent donner 7heures de l année sur 1535 environ alors que l on retire 7/1535 DE TOUS LE MONDE!!!!!enployeurs,députés,ministres,président,rmistes et chomeurs.....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tant d'années après ,il aurait été plus judicieux de réunir les commémorations des deux guerres sur une seule date par exemple le 8 mai puisqu'il n'y a pratiquement plus de survivants de la première guerre!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
pourquoi que dans le secteur de l etat personne ne travail et que les autres doivent(impot,mairie......)
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
quand ont voient que sarko ce sert 200 pour 100 de salaire on voit ou part la journee de solidariter sans conter sa voiture blinder qui a couter je ne sais combien,c pour aider surtout sont pouvoir d achat
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
En qualité de comptable, je confirme que la gestion de cette journée solidarité est une galère, qu'elle n'est accordée gratuitement que par les gros employeurs (et encore) mais pas du tout chez les PME et artisans, et j'apprends en plus que les fonds seraient maintenant détournés à d'autres fins, comme la vignette, quoi !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et surtout ou sont passés les SOUS........
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quand tu t'entend pas super avec ton boss et qu'il te dit" vient bosser ou t'es viré" et que au final tu sait meme pas si le fric qu'il vas gagner sur ton dos vas etre bien remis à l'etat pour s'ocupper de ma grand mere je fait quoi ? message destiné à tous les patrons qui escroque l'etat et nous en tous legalité. "haa sa irra, sa irra, les arsitocrates on les aura !!"
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
comme d'habitude les petits du privé trinquent ...
le public et les grosses boites privé ont offert ce jour a leurs salariés (comme a EDF ou SNCF négocié 1mn de + par jour) et ont donc augmenté leurs tarifs pour payer cette cotisation supplémentaire.
les dindons de la farce sont tous les petits patrons, petit salariés du privé, de la grande distribution ... vous payer + cher votre gaz, vos transports, votre electricité, votre timbre pour financer la pentecôte de GDF, SNCF, EDF, La Poste + vous travaillez quand meme ce jour là !
Bel exemple d'injustice public / privé !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
c'est vraiment trop difficile à gérer pour les tpe.
nous avons fait le choix de laisser ce jour férié. L'an dernier je ne me souviens pas d'avoir payé quoi que ce soit à l'état pour cette journée et je pense que cette année ce sera la même chose .

"faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages " !!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ah! Ce lundi de pentecôte! Souhaitant me rendre à ORLEANS depuis SAVIGNY SUR ORGE, je rejoins ce matin la file de ceux qui achètent leur passeport de travail (ausweis?); parvenu au guichet, on me dirige vers le robot vendeur de billets (!); en clair, la SNCF privilègie le prêt à porter aux dépens du sur mesure, qui nécessite, il est vrai, certaines compétences commerciales. Je remercie MM. THIBAULT et LE RESTE de défendre le "service public" qui n'est pas le "service au public". Du coup ma SNCF s'appelle ADA; merci les gars!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bonjour

Pour celles et ceux qui veulent savoir ce qui est fait de l'argent de cette journée

http://www.lamaisondelautonomie.com/index.php/Dernieres-news/lundi-de-pentecote-2009.html
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cette "journalité de solidarité" a été un fameux coup politique ! Car comme le dit Romain75 qui pouvait prostester contre cette mesure civique.
Par contre, cette solidarité n'a malheureusement pas été complète (quid des revenus financiers et administration ?).
D'où ce sentiment d'injustice.
Et puis utiliser l'actualité pour arriver à ses fins, à quand une journée "grippe aviaire ou porcine", une journée "solidarité aux travailleurs pauvres", aux "veuves et à l'orphelin" ?
En un mot, travailler tous les jours gratuitement pour x raisons !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :