Une semaine ponctuée par la nouvelle hausse du chômage en France

 |   |  1097  mots
A la Une de l'actualité cette semaine, la nouvelle progression du chômage en France, qui concernent désormais plus de 2,5 millions de personnes. Les derniers préparatifs pour le dépôt de bilan de General Motors, l'emprunt d'un milliard d'euros auprès des particuliers lancé par EDF et l'augmentation de capital de Danone ont également fait les gros titres.

Le chômage passe le cap des 2,5 millions de personnes en France

Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi (catégorie A) s'est établi à fin avril en France métropolitaine à 2.506.700 personnes. Soit 58.500 personnes de plus qu'à fin mars (+2,4%). Par rapport à la même période l'an passé, le taux de chômage en France croît de 24,6 %. Pour les hommes, l'augmentation est plus importante (+3,1 % par rapport à mars, 34,9 % sur un an) que pour les femmes (+ 1,6 % par rapport à mars, +14,9 % sur un an). Par ailleurs, le nombre de demandeurs d'emploi de moins de 25 ans est en hausse de 4,6 % en avril par rapport à mars et de 39,9 % sur an. Depuis février 2009, les données sur les demandeurs d'emploi sont présentées selon de nouvelles catégories. La catégorie A comprend les demandeurs d'emploi "tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, sans emploi". En incluant les demandeurs d'emploi exerçant une activité réduite (catégories B et C), un total de 3,571 millions de Français en métropole et 3,785 millions avec les départements d'Outre-mer étaient inscrits à Pôle Emploi fin avril, et à ce titre tenus de faire des "actes positifs de recherche d'emploi". Le nombre d'inscrits dans ces trois catégories a donc progressé de 2,6% en un mois et de 16,2% en un an. Les entrées à Pôle emploi ont augmenté en avril en métropole (+14,6% en un an en catégories A, B, C), tandis que les sorties ont diminué (-4,8% en un an). Environ un tiers des nouvelles inscriptions en métropole à Pôle emploi en février proviennent des fins de missions d'intérim et de CDD. Si les entrées pour fins de mission d'intérim ont reculé en un mois (-5,4%), elles restent en progression en un an (+3,8%).Les licenciements économiques ne représentent que 4,4% du total des inscriptions, mais ont bondi de 46,8% en un an.

General Motors se prépare à déposer le bilan, la vente d'Opel se précise

Comme Chrysler avant lui, General Motors va très vraisemblablement se placer sous la protection du Chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, devenant ainsi le plus important groupe industriel à déposer le bilan aux Etats-Unis. Cette procédure "accélérée" devrait être lancée le 1er juin et durera au moins entre 60 et 90 jours. A condition que les détenteurs de sa dette obligataire du géant de Detroit acceptent de convertir 27 milliards de dollars de créances contre 10% de son capital et des garanties pour l'acquisition de 15% supplémentaires. Dans le cas contraire, GM n'échappera pas à une procédure plus douloureuse. Et le traitement réservé aux détenteurs d'obligations risque de leur être beaucoup moins favorable. Ils pourraient perdre même l'essentiel de leur mise, a averti le constructeur. L'offre court jusqu'à samedi soir. Aucun seuil d'acceptation n'a été fixé et sa réussite serait déterminée en fonction de l'identité des créanciers l'ayant refusée et acceptée. Selon les premières informations, la nouvelle proposition de GM serait soutenue par des créanciers représentant 35% de la dette du groupe. En cas de succès, les actifs rentables du constructeur dans une nouvelle entité, financée par le gouvernement américain. Ce "nouveau GM" aurait pour actionnaire principal le Trésor, à 72,5%. Le syndicat United Auto Workers (UAW) contrôlerait 17,5% du capital et les créanciers 10%. Et pour financer sa restructuration, le groupe pourrait recevoir 40 milliards de dollars supplémentaires d'aides gouvernementales. Il sera également retiré temporairement de la cote.

Par ailleurs, Opel, la grande filiale européenne de General Motors (GM), lui-même au bord du dépôt de bilan, devrait être cédé à l'équipementier auto canadien Magna. Les deux parties auraient conclu un accord de principe et souhaitent conclure un accord définitif avant la fin de la journée. Le gouvernement allemand, qui avait précédemment présélectionné Magna et Ford examine cette opération.

EDF va lancer un emprunt d'un milliard d'euros auprès des particuliers

Cela fait des années qu'une grande entreprise française n'avait pas lancé une telle opération. EDF a annoncé ce mercredi un emprunt obligataire réservé aux épargnants particuliers. Les obligations, d'un montant de 1.000 euros et d'une durée de 5 ans, seront rémunérées au taux fixe de 4,5% par an, a précisé Pierre Gadoneix, le PDG de l'électricien français. Le rendement sera ainsi supérieur au taux actuel du Livret A (1,75%), un taux d'intérêt "compétitif" explique EDF. L'opération, qui doit encore recevoir le feu vert de l'Autorité des marchés financiers (AMF), sera ouverte du 17 juin au 10 juillet. Les modalités précises seront rendues publies le 3 juin. EDF affiche une dette de 24,5 milliards d'euros actuellement. Elle a crû de 50% suite à deux importantes acquisitions, celle du spécialiste britannique du nucléaire British Energy, pour 13,5 milliards d'euros, et celle de 50% des activités nucléaires de l'américain Constellation Energy, pour 3,5 milliards d'euros. Le groupe français compte aussi se désendetter en cédant des actifs non stratégiques pour environ cinq milliards dans les deux années à venir. Depuis le début de l'année, EDF a levé 7,8 milliards d'euros via trois opérations obligataires, après les 7,3 milliards déjà engrangés en 2008.

Augmentation de capital de 3 millions d'euros pour Danone

Danone va procéder à une augmentation de capital de trois milliards d'euros. Chaque actionnaire du groupe alimentaire français recevra un droit préférentiel de souscription (DPS) par action détenue. La souscription des actions nouvelles sera réalisée au prix de 24,73 euros par action (0,25 euros de nominal et 24,48 euros de prime d'émission) à raison de 4 actions nouvelles pour 17 actions existantes. Le prix de souscription fait apparaître une décote de 31,4% par rapport au cours de clôture de l'action Danone du 28 mai 2009. D'après un communiqué du groupe français, la levée de fonds a pour objectif de renforcer sa structure financière, de réduire son endettement et d'améliorer ses ratios de crédits. Elle va également servir à accroître sa flexibilité financière et stratégique et financer des acquisitions de petite et moyenne taille. Le groupe agroalimentaire écarte toute difficulté financière, malgré une conjoncture difficile. Il a confirmé ses objectifs 2009 de bénéfice net courant dilué par action. La croissance du chiffre d'affaires devrait être inférieure de quelques points à l'objectif de croissance de long terme et le résultat net courant devrait augmenter de 10% cette année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les choses commencent à devenir claire,la crise est intimement liée à celle outre atlantique.Le système néo-libérale commence sa descente aux enfers .Il ne survira pas plus d'une décennie !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La crise économique c'est pas comme le nuage de TCHERNOBYL on nous avais là aussi dit que les vents économiques nous éviteraient la casse mais la casse est là ! Et là, pas besoin d'un compteur pour vérifier la radioactivité, la monté du chômage témoigne une fois de plus que les élites de ce pays nous prennent pour ce qu'on est pas et s'ils continus ils vont se faire botter le cul.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :