Les créations d'entreprise en France repartent à la hausse

 |  | 214 mots
Lecture 1 min.
Le nombre de créations d'entreprise a progressé de 5,8% en juin, après un repli en mai, tiré par les secteurs de la construction et des services.

Après avoir marqué une pause en mai (-2,3%), le nombre de créations d'entreprise en France est reparti à la hausse en juin, en progression de 5,8%. Au total, selon l'Insee,  51.247 entreprises ont été créées le mois dernier contre 48.442 en mai. Cette progression est liée au dynamisme des secteurs de la construction et des services.

Depuis le début de l'année, le nombre de créations d'entreprise a profité de la prise en compte du nouveau statut de l'auto-entrepreneur, qui permet depuis le 1er janvier aux salariés, chômeurs, retraités ou étudiants de développer une activité à titre principal ou complémentaire pour augmenter leurs revenus, avec des démarches simplifiées. Ainsi, sur les trois derniers mois d'avril, mai et juin, les créations d'entreprise se sont envolées de 76,7% par rapport aux mêmes mois un an auparavant.

L'Insee publie également un décompte sur les douze derniers mois. Sur la période, le nombre de créations d'entreprise s'établit ainsi à 339.076 en hausse de 29,6%.  Sur cette période, les croissances les plus fortes concernent l'information et la communication (+61%), les activités de services (+50%), l'enseignement-santé-action sociale (+32%), le commerce (+28%) et l'industrie (+28%). Seules les activités immobilières (-11%) et les activités financières (-2%) s'affichent en recul.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
et combien de milliers d'autres mettent la clé sous la porte ? ça, on n'en parle jamais ! et le fameux statut auto entrepreneur , ce n'est pas une création d'entreprise mais un moyen de trvailler déclaré , c'est ce qu'espérais le gouvernement ; mais qu'ils arrètent la haut de faire croire à la multiplication d'entreprises ; beacoup ont choisi ce moyen pour bosser faute de travail à l'anpe et beaucoup tire le diable par la queue sans parler de ceux qui souhaitent se retirer de ce statut et qui ne le peuvent pas car ce n'est pas aussi simple que ce que l'on a voulu nous faire croire; de plus, je n'oubli pas que nous avons affaire à tellement de mensonges de la part de ce gouvernement que j'ai tendance à ne plus croire à ce qu'"ils" racontent;
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Combien en % d'auto-entreprises qui sont pour une part du travail à la tâche déguisé et qui porteront u tort considérables aux artisans établis qui eux paient des charges normales? Il serait honnête d'en faire état au lieu de se gargariser de chiffres flatteurs mais tronqués.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Oui à chaque fois que les entreprises licencient on voit une recrudescence de création qui ne vivront pour la plupart que 1 voir 2 ans juste le temps de se faire une peu de "gratte" en plus des indemnités de chômage sans avoir le temps de payer d'impôts et de retourner au chaud très rapidement dans les entreprises bien établies sur le marché dès que l'activité reprendra. Rares sont les entreprises qui perdureront. Ce n'est là pour 99% des cas que de l'opportunisme de circonstances de la part des : salariés, chômeurs, retraités ou étudiants leur permettant de développer une activité à titre principal ou complémentaire pour augmenter leurs revenus, avec des démarches simplifiées. Mais cela n'a jamais étaint lié à un quelconque dynamisme de secteurs encore moins à l'heure actuelle avec cette crise dans laquelle tout le monde s'englue. En ce qui concerne la construction tout le monde sait comment fonctionne l'artisanat de ce secteur (Nos chers maçons venus d'ailleurs...): montant et démontant les société a un rythme effreiné riotation de 2 ans voir maximum 3 ans quant aux "services" c'est là où vont aller s'entasser facilement les : salariés, chômeurs, retraités ou étudiants ....Résumé : rendez vous en fin de crise pour faire le bilan!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
LES AUTO ENTREPRENEURS s'inscrivent mais LEUR FACTURATIONS SONT INSIGNIFIANTES - IL N'y a AUCUNE CREATION DE VALEURS - TOUT CELA n'EST QUE DE LA FUMEE et l'ensemble de NOS PARLEMENTAIRES DEVRONT REPONDRE LORSQUE LES COMPTYES SERONT FAITS , justement ca tombera bien les prochaines élections NOUS VERRONS COMMENT l'UMP va finir en une bouillabaisse périmée NOUS NE REVOTERONS POUR CES DORMEURS GOURMANDS et GOURMETS
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'installation d'une base océanographique le long du centre spatial guyanais est il envisageable par l'état français ?
Une base d'envergure égale au centre spatial dynamiserait le secteur maritime et la recherche océanographique.
L'Ifremer fait partie des instituts où la gestion de la zone côtière est une action socio-économique porteur d'emploi.
Des sociétés privées dont les compétences sont reconnues par la communauté scientifique apporteraient une dimension nouvelle à cette région d'outre-mer.
La mer, la terre, l'espace seront des orientations de recherche pour la naissance de ce grand pôle scientifique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :