France : l'immobilier reste déprimé, léger mieux pour l'industrie

Le nombre de permis de construire de logements neufs en France a chuté de 32,3% au deuxième trimestre sur un an. Du côté de l'activité industrielle, l'enquête conjoncturelle de l'Insee montre une atténuation de la contraction. La demande à l'industrie française a continué de baisser entre avril et juin, mais moins que sur les trimestres précédents.

La situation reste toujours déprimée sur le front de l'immobilier dans l'Hexagone. Le nombre de permis de construire de logements neufs en France a reculé de 32,3% entre avril et juin 2009, comparé à la même période un an plus tôt  selon les données partielles publiées ce mardi par le ministère de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables.

Sur le seul mois de juin, le nombre de permis de construire déposé s'est élevé à 26.319, soit une baisse de 40,4% par rapport à juin 2008. Entre mars et mai 2009, le recul avait atteint 32,2% comparé à la même période un an plus tôt.

"Ces résultats confirment une baisse tendancielle. Le nombre de permis de construire reste cependant supérieur au début des années 2000", a déclaré à l'AFP (agence France Presse) le secrétaire d'Etat au Logement Benoist Apparu.

Il faut noter que les chiffres concernant les mises en chantier de logements neufs comme de locaux non résidentiels n'ont pu être diffusés pour le deuxième mois consécutif en raisons de "difficultés techniques", indique le ministère dans un communiqué en ajoutant que ces résultats seront publiés "dans les meilleurs délais".

Lundi soir, la Chambre des notaires de Paris et de l'Ile-de-France avait indiqué que le nombre de ventes de logements anciens en Ile-de-France continuait de baisser fortement (-32% de mars à fin mai avec 23.000 logements anciens actés), mais un peu moins rapidement qu'auparavant (-40% de février à fin avril à 20.900) mais que la baisse des prix s'accentuait (-7,9% à fin mai contre -6,8 % en avril).

Du côté de l'industrie française, les nouvelles sont un peu meilleures. Selon l'enquête trimestrielle de conjoncture dans l'industrie publiée ce mardi par l'Insee, les demandes globale et étrangère adressées à l'industrie française ont encore baissé au deuxième trimestre 2009 mais de façon moindre qu'aux deux trimestres précédents. L'indicateur qui mesure l'évolution prévue de la demande globale pour l'industrie manufacturière est remonté à -20 après -37 (révisé de -41) dans la précédente enquête d'avril et -44 en janvier. Pour la demande étrangère, il tombe à -13 après -33 en avril et -45 en janvier.

L'Insee précise même que cette atténuation de la baisse de l'activité industrielle devrait se poursuivre sur le trimestre en cours. Une tendance que l'on retrouvait dans l'indicateur de climat des affaires publié le 23 juillet. Cet indice, qui mesure la confiance des industriels, s'est redressé à 78 en juillet contre 76 en juin, son meilleur niveau depuis novembre 2008.

Enfin du côté de l'emploi, selon les chefs d'entreprise interrogés, la baisse des effectifs industriels s'est encore accentuée au cours du deuxième trimestre mais, au vu de leurs anticipations, "elle s'atténuerait légèrement au cours des trois prochains mois". Lundi soir, le Pôle emploi a fait état d'une accalmie dans la hausse du chômage, avec une hausse de 0,3% du nombre de demandeurs d'emploi en juin.


 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Je m'interroge sur la méthode à suivre pour "planifier une stabilisation de la population".

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Il faut s'atteler à réhabiliter l'habitat ancien et planifier une stabilisation de la population pour éviter que les constructions se fassent aux dépens des espaces cultivables et de la biodiversité. A un moment donné il faut savoir dire non à l'exte...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
L'IMMOBILIER VA CONNAITRE UN DESASTRE PENDANT 2 ANS - TANT PIS POUR CEUX QUI NE BAISSENT PAS LEUR PRIX DE 35 à 50 % TOUT DE SUITE - LES STOCKS ACCUMULéS PAR LES FILIALES IMMOBILIERES DES BANQUES sont ENORMES et ils vont soit provisionner soit vendre ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
au rythme actuel des vents, il y a plus de 4 à 5 ans de stocks - il faut ajouter les appartements achetés pour être loués alors qu'il n'y a pas de loueurs - CES APPARTEMENTS LOIS DEROBIEN et autres VONT ETREREMIS SUR LE MARCHé PAR DES EMPRUNTEURS A B...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
le logement va devenir plus rare, ce qui est rare est cher. A terme cette crise va relancer les loyers et les transactions à la hausse.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
cERTAINS DISENT QUE L IMMO VA BIEN D AUTRES ST CATASTROPHES;;; qUI CROIRE;;; dES PETITS PERSONNAGES QUI TRAVAILLENT MAL POURTANT MAIS ILS S Y CROIENT;;; DANGEREUX;;;

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Il n'y a pas que les banquiers qui vont se trouver piégés mais également les maires de ville qui ont créé tout un tas de "zones" pour soi-disant attirer les entreprises et qui restent manifestement vides . Par contre là ce sont les habitants qui au t...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Coquelicot, comme toute chose l'idée est simple mais difficile à réaliser si les gouvernements ne nous aident pas. Il faut tout d'abord bien faire comprendre qu'une femme et un couple peuvent se réaliser sans avoir d'enfants et sans doute plus facile...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
@coquelicot: "stabiliser la population", en France, ça veut dire supprimer les allocs. Mais c'est débile, ce ne sont pas les familles jeunes qui achètent trois résidences secondaires ou qui font qu'il est moins cher de construire un pavillon que de ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Le problème vient de la pénurie d'acheteur, c'est ce qui a fait monter LES STOCKS a des NIVEAU TRES ESCESSIFS - le problème c'est que les STOCKS ONT ETE BATI SUR DES TERRAINS TRES CHERS, avec des MATERIAUX CHERS , à l'époque de la BULLE FINANCIERE -...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
je pense que c'est un prob. psychologique. A savoir que les Français ont tellement été bassinés par le lobby immobilier (AI, notaires, banques, pseudo-experts...) qui disait àl'époque (1 an) que l'immobilier ne baisserait jamais, c' une valeur sure, ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
OUI c'est certain LA PURGE est INEVITABLE, de toute façon les LITIGES POUR LOYERS IMPAYES vont aller croissant, les LOGEMENTS VIDES dans les RESIDENCES SSECONDAIRES vont augmenter, LES CHARGES de ces RESIDENCES SECONDAIRES vont devenir INSUPORTABLES ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
un secteur sur et d'avenir bati sur le mensonge....les salaires de l'économie réelle eux ne mentent pas...alors messieurs les banquiers continuez vos crédits mêmes micros ns conduisent à la prochaine bulle!!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.