Trois défis majeurs pour la commission sur le grand emprunt

 |   |  285  mots
Le président de la république vient d'annoncer que la commission de réflexion sur le grand emprunt, présidée par Alain Juppé et Michel Rocard, aura trois missions. Mais le montant n'a toujours pas été dévoilé.

La commission de réflexion sur le grand emprunt vient d'être installée à l'Elysée. Et son montant n'a toujours pas été dévoilé. Nicolas Sarkozy a seulement déclaré que le montant de l'emprunt national dépendra des besoins identifiés et de la capacité d'endettement que de la France. Néanmoins, le président de la République a souligné qu'il privilégierait la solution la moins coûteuse.

La commission devra se pencher sur "trois défis majeurs" qui sont "l'économie de la connaissance", la "compétitivité des entreprises" et les "équipements industriels innovants". Mais le président de la République a aussi demandé à Alain Juppé et Michel Rocard de définir "des domaines majeurs" parmi "l'énergie solaire, les énergies marines, la fibre optique, les nanotechnologies, le stockage de l'énergie électrique, les biotechnologies".

Juste avant l'installation de la commission, ce mercredi matin sur RTL, Alain Juppé, un de ses coprésidents, a déclaré : "notre mission est de convaincre l'opinion, les Français, les décideurs économiques que cet emprunt ne sera pas un emprunt comme les autres. (...). Il faut que ce soit un emprunt différent, un emprunt qui serve à enrichir la nation".

Les objectifs de cette commission sont clairs. Il s'agit "d'identifier les opérations qui pourront contribuer à améliorer la compétitivité de l'économie française, sa capacité de croissance, son emploi, et qui rapporteront aussi des recettes ou des économies de nature à rééquilibrer les dépenses publiques" a ajouté l'ancien Premier ministre. Le but est également, selon lui, de "vérifier que cet argent va bien là où nous voulons qu'il aille, sa traçabilité" et d'en mesurer "les résultats".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la commission de réflexion sur le grand emprunt, est présidée par Alain Juppé et Michel Rocard, 2 "JEUNES POUCES" qui ONT PORTé LES DéLOCALISATIONS comme DES PROGRèS - Plus on avance dans le temps, PLUS LES ELECTEURS DE l'UMP sont amenés à COMPRENDRE QUE NOTRE PRESIDENT NESAIT PAS s'ENTOURER, il a le CHIC pour RECYCLER des HOMMES DES GRANDES ERREURS DU PASSé. QUELLE DéCEPTION, AVOUONS LE !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
quel emprunt ? pour quel montant? et pour quoi faire? l'endettement de la France est devenu un boulet pour les generations futures.pire il hypotheque toute prosperite future. la France est en faillitte et on continue. la france doit reduire ses depenses publiques c'est une priorite et avec la revision complete du systeme fiscal devenu obsolete.nous sommes les seuls a voir un systeme d'amortissement et il faut payer l'impot sur le revenu a la source j'espere que l'emprunt ne sera pas couvert et ne trouvera pas preneur a l'etranger.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
S'il reste de l'argent (ah ah ah), il pourra toujours en utiliser pour finir la construction de la grande mosquée de Bordeaux. A défaut que le minaret soit trop bas ...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A moins de 6% net, je ne souscrit pas à ce truc.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Qu'on soit pour ou contre, ce pauvre emprunt risque fortement de ne pas voir le jour en cas de forte attaque de Grippe. En effet les inconséquences en matière de prévention et de fonctionnement au seul minimum social et économique ne pourront pas empêcher une baisse de PIB de pas moins de 1,5 à plus de 4,5 points en plus de la crise actuelle !
Alors le pauvre Henri risque de l'avoir mauvaise alors même qu'a été proposé :
http://bonob0.skyrock.com/
ce qui permet de continuer une vie économique et social au maximum, a un gouvernement qui en va que de tête dans le sable a erreures monumentales !
Ne parlons même pas de cette possibilité :
L'Insurrection qui vient
http://www.defnat.com/acc_frames/resultat.asp?cid_article=20090702&ccodoper=3&cid=200907&ctypeencours=2

Quand "l'Insurrection qui vient" séduit la Revue de la Défense nationale
http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2009/07/quand-linsurrection-qui-vient-s%C3%A9duit-la-revue-de-la-d%C3%A9fense-nationale.html?xtor=EPR-450206

en cas d'attaque massive et d'un mutation ayant rendu inutile le fameux TOUT vaccins !!!

Bref !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
moi je ne gagne pas bien ma vie et comme je n ai pas beaucoup de moyen le peu nque j ai pour vivre et je n enprunte pas car c est bien acheté une voiture a crédit mais aprés il faut la remboursé!!!!!!alors moi non plus je n en veu pas de ceux crédit car c est avec mes impots qu il v
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Vous avez rien compris ! L'emprunt est une merveilleuse idée. Sa qualité essentielle c'est de trouver de l'argent sans donner l'impression que l'on s'endette. Et parions,
que le produit servira à finir les fins de mois de l'Etat,
et continuer à faire la fête.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A propos des idées d'investissement pour le "grand emprunt", ne cherchez pas midi à 14 heures. Inspirez-vous en l'améliorant de la politique de logement du Maroc (faire des logements plus fiables, créer des villes nouvelles, les sociétés marocaines du bâtiment s'enrichissent mais rendent un service énorme à la population (aujourd'hui au Maroc le pauvre est celui qui loue sa maison, la notion SDF n'existe pas).
Même si le remboursement de l'emprunt est multiplié par 100, le pays sortira gagnant s'il a consacré cet emprunt à débarrasser la moitié des français de leur épouvantail numéro un : devenir SDF.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
que de promesses j entend ca depuis40ans dommage que le general de gaule ne vois pas ca il ne faisais pas la politique pour se remplir les poches comme actuelement pour les economies il faidrais que tout politique qui soit devrais toucher sa pensions comme tout citoyen et plus etre assister chauffeur voiture et vivre au frais du contibuable a tout ententeur il devais essayer de vivre avec le smic
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La trésorerie de la France est désespérée. Aucune solution en vue. La situation continue à se dégrader et à moins de prélever massivement des impôts, l'explosion est imminente dans tous les pays endettés et nous basculerons tous dans le chaos. Ne faites plus rien, ne vous endettez pas, penser à cultiver un potager et priez.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Compte tenu de l'échec de toutes nos élites dans la gestion financière de notre pays et de manque de vision stratégique consternante depuis 25 ans, pour convaincre les français, et avoir une légitimité incontestable et faire de cet emprunt une source de mobilisation de la collectivité 4 conditions impératives.
- Un projet qui démontre financièrement et quantitativement, sur 10 ans, que les projets qui seront financés produisent un flux de résultats une valeur ajoutée pour les acteurs économiques supérieurs aux frais financiers de l'emprunts et aux amortissements des projets financés, amortissements permettant d'assurer les remboursement en capital
- Un projet qui démontre le projet stratégique et innovant de la France pour faire face aux pays émergents et à la capacité de compétrition de pionier des USA qui permettra à ceux ci de relativiser le déclein sur lequel ils sont engagés
- Un plan draconien de réduction des déficits et de la dette sur 10 ans, dont le solde des résultats produits par les projets financés par cette dette seront un des moyens de réduction des déficits et donc de la dette.
- Le courage politique de faire ratifier ce projet par référendum ( plan de réduction de la dette et des déficits sur 10 ans, vision stratégique industrielle et plan financier) pour mettre les français devant leurs responsabilités.

A défaut de ces conditions, n'ayant plus confiance dans l'ensemble de nos élites, pour cette opération, nous devons refuser de faire un chéque en blanc. Toutefois le choix de N SARKOZY avec le tandem JUPPE/ROCARD est d'une grande intelligence à la fois politique et pragmatique qui lui donne la crédibilité et les moyens de mobiliser le peuple français sur son avenir à condition de mettre en place ces conditions.

Dans le cadre financier actuel de faillite de la FRANCE, la dette est un risque, mais c'est un levier d'action qui peut produire des résultats source de redressement qu'aux conditions que je viens d'indiquer.

A défaut aucune visibilité et donc nécessité de ne pas soutenir ce nouvel endettement. Les conditions sont réunies la prise de risque financière est possible sous réserve de mettre les moyens de contrôle en face et qu'il y ait N SARKOZY comme président sur la durée de l'emprunt car faire un emprunt avec le retour des socialistes en 2012 serait une catastrophe économique car c'est eux qui depuis 81 ont introduit la drogue des déficits et le poison de la dette par irresponsabilité économique et clientélisme
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Non ! Non ! et Non ! à l'emprunt ...
Non ! Non ! et Non ! au vaccin contre la grippe ... le chaîne " ARTE "à dévoilé hier que la grippe espagnole est issue à la suite de vaccinations !!! et qu'il ne faut pas utiliser ce vaccin pour les femmes enceintes !!!
Pourquoi les journalistes de la Tribune sont-ils aussi discrets ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :