L'école numérique passe à la vitesse supérieure

 |   |  662  mots
Alors que Luc Chatel doit annoncer mi-février son plan numérique, la région Ile-de-France va équiper tous ses lycées de portails Internet.

2010 pourrait bien être l'année de l'école numérique. Plus de dix ans après le premier "buzz" sur le cartable numérique, les volontés politiques semblent décidées à dépasser le stade de l'expérimentation. Le ministre de l'Education nationale, estimant que sa maison doit "basculer totalement dans l'ère du numérique", a ainsi promis début 2010 un plan "sans précédent". Il devrait l'annoncer dans la foulée de la remise, le 15 février, par Jean-Michel Fourgous, député-maire UMP d'Elancourt (Yvelines) de son rapport sur le sujet qui aura lieu dans sa commune, l'une des plus en pointe en la matière.

En attendant, plusieurs mesures ont déjà vu le jour. Outre les initiatives locales qui ont germé ici ou là, en décembre dernier, Luc Chatel a porté de 50 à 67 millions d'euros les crédits du plan "écoles numériques rurales". 6.700 projets d'équipement en matériel (ordinateurs, tableaux blancs interactifs...) d'écoles de communes de moins de 2.000 habitants seront ainsi financés. Et mercredi, opportunément en cette veille d'élections régionales, Jean-Paul Huchon, président du conseil régional d'Ile-de-France, a inauguré l'espace numérique de travail (ENT) "Lilie" au lycée Louis de Broglie de Marly-le-Roi dans les Yvelines (la région a signé une convention avec les académies de Paris, Créteil et Versailles en mars 2008).

Si nombre d'établissements français se sont déjà dotés de tels portails Internet de services (cahiers de texte, notes, ressources en ligne, forums...), la région passe là à la vitesse supérieure puisqu'il s'agit d'équiper la totalité des 471 lycées franciliens d'ici à fin 2012 (60 dès la rentrée 201).Coût de l'opération : 24 millions d'euros financés à 100% par la région. "C'est un bouleversement du métier d'enseignant, anticipe Jean-Paul Huchon. Mais les modalités d'application doivent être définies par les équipes."

Un nécessaire garde-fou alors que l'intrusion des nouvelles technologies dans l'enceinte scolaire et ses conséquences sur la pédagogie, les relations prof-élève ou le temps (flexibilité et disponibilité accrues) ne manquent pas d'inquiéter. "L'ENT permet un enseignement plus personnalisé et de lier contact avec des élèves timides par exemple. Les élèves sont plus autonomes et les enseignants moins en décalage, constate Thierry Gueguen, professeur en classe de 1ère STG au lycée Louis de Broglie. Mais ce n'est qu'un outil parmi d'autres et il ne va changer nos pratiques qu'à la marge."

Pour le recteur de l'académie de Versailles, Alain Boissinot, ces nouveaux outils, qui s'inscrivent dans "des évolutions de fond" et "coïncident avec la mise en ?uvre de la réforme du lycée" font au contraire "évoluer en profondeur le métier d'enseignant" : "le professeur n'est plus devant les élèves mais à côté. Il n'est plus dans le rôle de celui qui dispense seulement un savoir mais il accompagne ainsi l'élève sans être enfermé dans des grilles horaire." D'où la nécessité de ne "pas être trop prescriptif" et de laisser les enseignants découvrir que "ce nouveau positionnement est un plus valorisant".

Pour autant, Luc Chatel ne compte pas rééditer les grands plans d'équipement du passé (les lycéens des années 80 se souviennent des T07 de Thomson....). Constatant que les outils numériques "augmentent la motivation des élèves et démultiplient les initiatives", il est plus question de faire en sorte que "les enseignants s'approprient les outils", confie Jean-Michel Fourgous. En période de vaches maigres, et compte tenu de l'obsolescence de plus en plus rapide du matériel informatique, le rapport Fourgous devrait donc plus préconiser des redéploiements de crédits, insister sur les usages et les partenariats avec les collectivités locales et les prestataires de services. Nul doute aussi que la formation des enseignants, en cours de réforme, introduise à l'avenir de plus en plus cette dimension.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :