EXCLUSIF : Les Français pessimistes sur la croissance et les déficits

 |   |  491  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Selon le sondage BVA-Avanquest BFM La Tribune, 70 % des Français jugent que Nicolas Sarkozy n'est pas capable de réduire les déficits.

Les indicateurs passent au vert un peu partout dans le monde. La reprise apparaît de plus en plus solide et pourtant... la confiance des Français en l'avenir de la situation économique stagne sur des niveaux très bas. Selon le baromètre BVA-Avanquest, pour BFM et « La Tribune », 22 % des personnes interrogées se déclarent plutôt confiantes en l'avenir quand 69 % affichent leur défiance. Cette crainte vis-à-vis du futur est encore plus importante parmi les employés et les ouvriers où elle concerne les trois quarts des sondés. Leur pessimisme se nourrit des annonces de plans sociaux, des fermetures d'usines en série et de conflits du type Sodimatex.

La perspective d'une reprise molle en France, bridée notamment par la nécessité de rétablir la situation des finances publiques, pèse aussi sur le moral des ménages.

Ces derniers sont très dubitatifs quant à la capacité du gouvernement et du chef de l'Etat à redresser les comptes. Une défiance préoccupante à l'heure d'aborder les deux chantiers prioritaires de ce printemps que sont la réforme des retraites - fondamentale pour les comptes sociaux - et la définition de mesures concrètes de réduction du déficit afin de ramener ce dernier à 3 % du PIB en 2013. À la question, « pensez-vous que Nicolas Sarkozy réussira à améliorer la situation du niveau des déficits publics d'ici la fin de son mandat ? », les sondés répondent « non » à 70 %. À noter qu'une majorité de sympathisants de droite (53 %) continue de croire le président de la République capable de rétablir la situation.

Dans ce contexte de doute généralisé, quelles sont les préférences des Français pour réduire la dette ? Pressées de choisir entre augmenter les impôts et les prélèvements ou diminuer les dépenses de l'État en limitant le nombre de fonctionnaires, les personnes interrogées se rangent derrière la politique engagée par le gouvernement en se déclarant à 49 % favorables à la réduction des dépenses, contre 9 % qui accepteraient des hausses d'impôts. Mais il est aussi remarquable que 40 % des sondés jugent que « ni l'une ni l'autre de ces solutions ne sont acceptables ».

Le refus de l'alternative proposée par le sondage traduit une crispation d'une partie de l'opinion, un refus des efforts à consentir. Une manière de faire l'autruche en espérant que le retour de la croissance suffira à lui seul pour ramener les comptes de la France dans les clous.

Pour le gouvernement qui doit s'attaquer au chantier du redressement des finances publiques, ces 40 % de Français qui refusent de se positionner signifient qu'un travail de pédagogie s'impose afin d'obtenir un consensus qui dépasse les clivages politiques. Et que chacun consente des efforts, pour que, enfin, la situation des finances publiques ne soit plus ce boulet que traîne l'économie française et qui l'empêche de rebondir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2010 à 4:51 :
Eh oui! depuis trois ans les réformes sont de demies ou des quarts de réformes (voir le livre des économies libéraux "les réformes ratées de Sarkozy"). Aura-t-il un sursaut avec:
- la réforme des retraites dont le préalable est l'alignement des conditions de cotisations et d'acauisition de droit des régimes spéciaux et de la fonction publique (38% des prestations pour 1% de bénéficiaires!) sur le régime général,
- la réforme du mille-feuille administratif
- la revue de toutes les politisues publiques dans une analyse coûts/bénéfices
- la réforme de la gouvernance des élus, assemblées, hauts fonctionnaires, pour plus de respect de la probité et de l'argent du contribuable (prendre un avion privé à 150 000? pour une conférence ou un cocktail est insupportable!)
- la réforme hospitalière qui représente 50% des coûts maladie
- la réformes des organismes sociaux et/ou parapubliques: caisses sociales, cnav, urssaf, caf, chambres de commerce, etc.
Il faut trouver 150 milliards d'économies! Les 6 de la RGPP sont loin du compte.
a écrit le 08/04/2010 à 20:40 :
Rien ne sert de courir; il faut partir à point :Le lièvre et la tortue en sont un témoignage... D'un coté le Lièvre NS (très speed) et de l'autre la Tortue (SR ou le 'petit' nouveau DDV). Le lièvre a passé beaucoup de temps avec ses potes bling bling au lieu de s'occuper de sa course à réformer la France, il accelère en toute fin de course mais.... la Tortue va elle encore l'emporter en 2012..??. A MEDITER.....:
D'où vient le vent, il laisse la tortue Aller son train de sénateur. Elle part, elle s'évertue, Elle se hâte avec lenteur. Lui cependant méprise une telle victoire, Tient la gageure à peu de gloire, Croit qu'il y a de son honneur De partir tard. Il broute, il se repose, Il s'amuse à toute autre chose Qu'à la gageure. A la fin, quand il vit Que l'autre touchait presque au bout de la carrière,Il partit comme un trait; mais les élans qu'il fit Furent vains : la tortue arriva la première.
"Eh bien! lui cria-t-elle, avais-je pas raison ? De quoi vous sert votre vitesse ?
Moi l'emporter! et que serait-ce Si vous portiez une maison ?"
a écrit le 08/04/2010 à 10:14 :
Pourquoi ne parle-t-on plus de l'impôt directement prélevé à la source. Aujourd'hui on vit en temps réel. Il faut donc que l'impôt soit également prélevé en temps réel. Cà simpliefierait la vie de tout le monde et éviterait beaucoup de stress. Cette économie qui ne marche qu'à coup de subventions n'est pas une économie libérale mais du dirigisme.
a écrit le 08/04/2010 à 8:56 :
... "Les Français pessimistes sur la croissance et les déficits"...nous sommes par nature tout cela, nous ne sommes capables de voir notre propre histoire, de lever la tête, au contraire, plus va mal, plus de bénef, pour quelqu'un, les petit fils et le fille de mai 68 ils son plus occupé à son images et la fiesta que vraiment a aide cet pays qui s'enfonce lentement mais surement. Nous voulons, même dans le risque d'une dette à la grec, de réclamer les acquis, comme si nous avions de milliards de trop. Pardon à ces jeunes qui par millions ils son venu d'ailleurs nous défendre, car par notre égoïsme et comportement et incompétence actuel, le souvenir de cette époque disparait, au détriment d'une vie facile et dans la plus complet abandonne de notre pays et notre religion car les citoyen français et chrétien, mais l'État et laïque, cette a dire n'as pas de religion dans les institution de l'État. Un grand coupable "l'exception à la française"..ni figue ni raisin, ça dépend du moment et l'occasion.
a écrit le 08/04/2010 à 8:49 :
TOUTES les collectivités locales aussi doivent se voir imposer une CURE d'AMAIGRISSEMENT, les Régions, les départements, les communautés de communes, les grandes municipalités, TOUTES avec l'Etat lui même doivent être vidés RADICALEMENT et de toute URGENCE des fonctionnaires inutiles qui brassent du vent à longueur de journée, TOUS ces FONCTIONNAIRES qui NE PRODUISENT AUCUNE VALEUR AJOUTéE MAIS qui mangent la richesse nationale dans des trains de vie INADMISSIBLES
a écrit le 08/04/2010 à 8:12 :
OUI, le président peut participoer à la réduction des déficits en diminuant d'une manière drastique les frais de fonctionnement de l'Elysée, en réduisant les privilèges abusifs (logement et voiture de fonction, notes de frais etc...) inutiles pour de nombreux fonctionnaires et réduire le train de vie des parlementaires, des sénateurs et des membres de tous les Conseils (Etat-Constitutionnel...etc)
a écrit le 08/04/2010 à 7:19 :
Mais aurait pu croire un instant NS sur ces sujets ?
Il avait dit avant la crise que les déficits auraient été résorbés en 2012, année de sa réélection triomphale (sic). Alors imaginez maintebnant que la crise est là et que les déficits ont été laissés filer, ce n'est simplement ni son intention ni dans le domaine de ses possibilités !!
a écrit le 08/04/2010 à 6:53 :
Les parlementaires sont totalement désintéressés dus sort de leurs électeurs. Leur confort dans les bureaux parisiens leur suffit amplement pour satisfaire leur égocentrisme. Après les auto entrepreneurs, VOICI les AUTO SATISFAITS dans nos 2 assemblées. Et puis de l'innovation, tous les fonctionnaires en parle, MAIS ils ne font que parler pour s'auto valoriser, MAIS RIEN NE SE REALISE dans les faits. les Français ont raison de voir venir l'AUTO DESASTRE ECONOMIQUE
a écrit le 08/04/2010 à 6:30 :
On parle toujours de déficit, mais je me demande toujours a qui je dois cet argent?
a écrit le 08/04/2010 à 6:16 :
"70 % des Français jugent que Nicolas Sarkozy n'est pas capable de réduire les déficits." Euhhh, même si on peut discuter des heures sur le niveau des dépenses de l'Elysée et du gouvernement, 99% du déficit est du aux dépenses des français et pas à celles de M. Sarkozy !
Donc si les français devaient avoir confiance en quelqu'un pour réduire ces fameux déficits, c'est clairement en eux-même ! Et vue les mentalités et leur absence totale de responsabilité ces dernières années, ils ont bien raison de broyer du noir ! J'espère néanmoins qu'ils sauront nous prouver le contraire.
a écrit le 08/04/2010 à 6:06 :
Nous avons les dirigeants que nous méritons! Dans un régime monarchique que nous n'avons jamais quitté, nous élisons toujours des Rois et des Princes, plus soucieux de leurs intérêts que de l'intérêt national. Et encore, car certains Rois et princes avaient plus de considération pour le Peuple. Ah! La servitude républicaine!...
a écrit le 08/04/2010 à 6:01 :
La réduction des déficits passe par l'exemple et un changement des mentalités. Quand on nous bassine tous les jours avec pour seul remède, le bouclier fiscale et la réduction des fonctionnaires, les "imbéciles" de français se rendent compte qu'on les manipule et ils ne votent plus. Exemple de changement : les 35 heures qui bénéficient uniquement aux entreprises du CAC 40 coûtent 24 milliards d'euros par an aux contribuables. Pourquoi ? Ce sont ces entreprises qui ne veulent pas revenir aux 39 heures, pas les salariés. Les paradis fiscaux à eux seuls règleraient la dette et les retraites. Et d'une manière générale, le jour ou l'on verra arriver à l'Elysée, les syndicalistes et les hommes politiques au volant de leur Clio "climatisée", et la suppression des bureaux et appartements royaux, alors les mentalités changeront. Le seul problème de ce pays, ce sont les vraies réformes qui touchent au monde politique. On ne peut se faire élire avec l'aide des lobbys qu'il faut ensuite réguler. Reste comme seule variable d'ajustement : Le peuple des salariés, d'ou stagnation et baisse des salaires depuis 15 ans, des retraites, du niveau de vie en général (mais pas des allocations familiales, paix sociale oblige), augmentation des prix, des prélèvements locaux, monopole de la grande distribution, des sociétés des eaux, etc.
a écrit le 08/04/2010 à 4:51 :
Cet article démontre bien le comportement des français Ne rien changer surtout pas les acquis .Compter uniquement sur la reprise pour réduire fortement la dette est utopique sans la réduction des dépenses public ,notamment en supprimant fortement le nombre de fonctionnaires. Mitterrand a crée 1 500 000 postes aujourd'hui coûtent en retraite. Toutes les années c'est 11 milliards versé a la sncf soit le cout du credit lyonnais tous les 2 ans..Sans la crise la réduction des dépenses était nécessaire
a écrit le 08/04/2010 à 4:18 :
en agravant la dette de 30 milliards en 3 ans,nul doute que sarko puisse et veuille reduire la dette,reduire la dette c'est beaucoup d'economie,d'effort et de sacrifice,ce mot ne doit pas etre appliqué a sarko qui lui applique ce mot pour nous autres,trop dépensier a donner des cadeaux par ci par la,il doit y avoir un budget d'austerite pour la france,pas de voyage a des milliers d'euros!!
a écrit le 08/04/2010 à 4:16 :
"Les indicateurs passent au vert un peu partout dans le monde. La reprise apparaît de plus en plus solide et pourtant...la confiance des Français en l'avenir de la situation économique stagne sur des niveaux très bas" :
C'est normal les français sont moins idiots que les autres (ou moins manipulables) parce qu'aucun indicateur ne passe au vert !, tout est de la fumisterie (et escroquerie), à part la bourse qui explose parce que les traders jouent avec de l'argent à taux zero jusqu'à que le système s'écroule de nouveau (mais cette fois, il n'y aura plus d'argent pour sauver le système (ou arnaque globalisée).
a écrit le 08/04/2010 à 4:08 :
Le Francais seraient certainement plus volontaires à accepter les efforts si tout le monde en faisait autant. L'Etat, par son comportement dépensier, par la lenteur de sa réforme interne et de la fonction publique, ne donne pas envie aux Francais de faire un effort jugé inutile et unilatéral.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :