Plan de rigueur ou pas : François Fillon précise le cadre budgétaire

"Pour l'ensemble des dispositifs d'intervention, notre objectif doit être de réaliser le même effort que sur les dépenses de fonctionnement, soit une baisse en valeur de 10%" sur la période 2011-2013, écrit le Premier ministre à ses ministres.

1 mn

(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

François Fillon a indiqué ce mercredi qu'il fixe pour objectif une baisse des dépenses d'intervention de l'Etat français de 10% en valeur en trois ans dans la lettre de cadrage budgétaire qu'il a envoyée cette semaine à tous ses ministres.
 

"Pour l'ensemble des dispositifs d'intervention, notre objectif doit être de réaliser le même effort que sur les dépenses de fonctionnement, soit une baisse en valeur de 10%" sur la période 2011-2013, écrit le Premier ministre dans cette lettre dont Reuters a obtenu copie.
 

Pour le reste, cette lettre de cadrage du budget pluriannuel de la France pour la période 2011-2013 confirme les engagements annoncés la semaine dernière par François Fillon en matière de réduction des déficits publics.

Interrogé s'il fallait ou non utiliser le mot de "rigueur" qui fait actuellement polémique, y compris au sein de la majorité - Alain Juppé et Jean-François Copé, le patron des députés UMP, sont pour l'utiliser, Frédéric Lefèbvre, le porte-parole de l'UMP, dit  non, estimant que cela sonne comme "hausses d'impôts" alors qu'elles sont exclues -, François Fillon a surpris en répondant en souriant et en langage très commun : "je m'en contrefous !"

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 14/05/2010 à 7:20
Signaler
Monsieur François Fillon et Cher Premier Ministre, " Rigueur " ou " pas rigueur "...? Eh bien, sachez, Monsieur François Fillon, que j'ai, personnellement, hautement apprécié votre " Je m'en contrefous " ! Oui ! Quand donc nos politiciens co...

à écrit le 14/05/2010 à 6:44
Signaler
Monsieur François Fillon et Cher Premier Ministre, Sachez que j'apprécie hautement votre " Je m'en contrefous " ! Quand donc les politiciens finiront -ils par comprendre que " discuter du sexe des anges, cela n'a jamais été " faire de la politi...

à écrit le 13/05/2010 à 10:45
Signaler
Le serviteur de son maître , despote tout puissant sans rival , se contre-fout des interpellations sur ce qu'il fait , parce qu'il exécute en gérant les comptes sans état d'âme quoiqu'il advienne . En état de faillite en 2007 , la gestion des décisi...

à écrit le 13/05/2010 à 10:34
Signaler
A force d'etre pontionne il ne ns restera plus que l'ossature - les classes moyennes vont disparaitre car elles s'affaiblissent de jour en jour - il est vrai que nous risquons de passer sous les ordres d'un dictateur bruxellois !!!! pourquoi nos Par...

à écrit le 13/05/2010 à 10:18
Signaler
en Espagne les ministres doivent accepter une baisse de 15 % de leurs rémunérations en raison de la crise ! qu'on s'en inspire en France ! on va réduire les aides sociales de ceux qui en ont besoin et vont le consommer (je croyais que c'était bon p...

à écrit le 13/05/2010 à 7:59
Signaler
Comme je comprends notre "faisant fonction" de premier ministre de s'en desinterresser de cette rigueur. En quoi cela le concerne-t-il? Le gaz augmente, il ne paie pas son chauffage; l'electricite augmente, il ne paie pas son éclairage;l'essence aug...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.