Le AAA de la France sous pression

 |   |  367  mots
Pour Moody's, la France ainsi que la Grande-Bretagne, l'Allemagne et les Etats-Unis n'ont jamais été aussi près de perdre leur note AAA. C'est du moins ce qui ressort d'un rapport trimestriel publié ce mardi par l'agence de notation.

Paris, tout comme Berlin, Londres et Washington sont prévenus. Pour Moody's, les défis liés aux ajustements de leurs finances publiques impliquent que la "distance vers une dégradation" de leur note s'est encore réduite. Pour autant, selon le dernier rapport trimestriel sur les Souverains "Aaa" ( Aaa Sovereign Monitor) publié ce mardi par l'agence de notation financière, la France, comme l'Allemagne, le Royaume-Uni et les Etats-Unis restent, bien positionnés pour conserver leur note "Aaa" compte tenu de projections sur la dynamique de leur dette et de son coût.

"L'Espagne est un cas à part et cela est reflétée par la décision de Moody's de placer, le 30 juin dernier, sa note "Aaa" sous surveillance en vue d'une possible dégradation", précise l'agence dans son rapport.

"Depuis le dernier Aaa Sovereign Monitor, le débat sur le calendrier du resserrement de la politique budgétaire a effectivement pris fin dans les grands pays européens notés ' Aaa ' et ils mettent maintenant en oeuvre des mesures de réduction des déficits", souligne Alexander Kockerbeck, responsable du groupe "Risque souverain" chez Moody's.

"Aux Etats-Unis, une stratégie de stabilisation de la dette en est encore à ses débuts", ajoute-t-il. Parmi les principaux défis à relever par les quatre pays, Moody's cite la difficulté de relancer l'économie au moment où les instruments budgétaires "ne sont effectivement plus disponibles".

"Le deuxième défi consiste à préserver l'accès à un financement abordable au moyen de programmes crédibles de redressement des finances publiques à moyen terme. Dans un contexte de défiance des marchés, cela est une condition nécessaire mais pas suffisante pour les gouvernements Aaa" dit l'agence.

Dernier défi, qui est une autre conséquence de la crise selon Moody's: le retrécissement du temps dont disposent les gouvernements pour résoudre les défis budgétaires de moyen et long terme, particulièrement ceux qui résultent du vieillissement de leur population.

L'agence rappelle que dans une précédente étude sur cette question, elle avait estimé que des réformes dans ce domaine étaient "critiques" pour que ces gouvernements puissent conserver leur notation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :