La lutte contre les conflits d'intérêts concerne aussi les entreprises

 |   |  308  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le casse-tête des conflits d'intérêts ne touche pas seulement les personnalités publiques. Après le gouvernement, l'Assemblée nationale et le Sénat, c'est au tour du Medef de proposer des solutions pour régler les conflits d'intérêts dans les entreprises

Mardi, lors de la conférence de presse mensuelle du Medef, Robert Leblanc, président du comité d'éthique du Medef, a présenté un guide à destination des dirigeants d'entreprise, intitulé «prévenir et gérer les conflits d'intérêts dans votre entreprise».

Ce guide de bonnes pratiques vise à sensibiliser les chefs d'entreprises et les salariés à la question des conflits d'intérêts, en leur faisant des recommandations éthiques. Car il s'agit de mettre en place une «hygiène de vie de l'entreprise et du dirigeant », afin de « garantir leur indépendance » a expliqué Robert Leblanc.

Pour cela, le guide, qui sera distribué à tous les Medef territoriaux et toutes les fédérations, met en exergue cinq mesures clés : l'organisation d'une réflexion en interne sur cette question, l'identification de conflits d'intérêts potentiels, la transparence par une déclaration d'intérêts, les décisions à prendre en cas de conflits et enfin la mise en place d'une charte de bonne conduite.

Les suites de l'affaire Woerth-Bettencourt

La question des conflits d'intérêts a commencé à se poser avec l'affaire Woerth-Bettencourt. Le président de la République avait alors créé une Commission de réflexion pour la prévention des conflits d'intérêts dans la vie publique, présidée par le vice-président du Conseil d'Etat, Jean-Marc Sauvé.

Paru fin janvier, le rapport intitulé «Pour une nouvelle déontologie de vie publique » fait l'état des lieux de la situation des conflits d'intérêts en France et soumet des propositions déontologiques pour mieux les gérer et les sanctionner. A la suite de la publication de ce rapport, le Parlement a commencé à réfléchir à la gestion des conflits d'intérêts ; députés et sénateurs se sont, chacun de leur côté, saisi de la question.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :