2011, troisième année de vaches maigres pour les salariés français

 |  | 275 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le cabinet Hewitt prévoit 2,6 % d'augmentation en moyenne, confirmant des prévisions publiées en septembre (2,7 %). Mais les augmentations collectives seront plus nombreuses que ces dernières années.

Les salariés vont faire grise mine cette année. Après l'austérité salariale observée en 2009 et 2010, ils devraient en 2011 connaître des augmentations de salaires (individuelles et collectives) de 2,6% en moyenne, révèle jeudi le cabinet spécialisé Hewitt dans une enquête menée auprès de 66 entreprises en décembre.

En 2010, cette augmentation moyenne s'était également montée à 2,6%, après 2,9% en 2009. "En dépit des quelques signes de reprise économique, les prévisions d'augmentation globale de salaire restent en dessous des 3% généralement observés avant que les effets de la crise soit constatés en 2009", explique le cabinet, spécialiste des ressources humaines.

Davantage d'augmentations collectives

Confirmant une tendance observée déjà depuis quelques années, les entreprises prévoient de réduire légèrement les augmentations individuelles au profit des augmentations collectives. Les prévisions d'augmentations collectives (1,4%) sont ainsi plus importantes en 2011 qu'en 2010 (0,8%) et 2009 (1,3%), alors que les prévisions d'augmentation individuelles pour 2011, de 2%, baissent de 0,3% par rapport à l'année dernière. Par ailleurs seules 2 % des entreprises interrogées par le cabinet (58 % comptent plus de 500 salariés et 42 % moins de 500) ont l'intention de geler les salaires en 2011.

Responsable du conseil en politique de rémunération au sein d'Hewitt, Ariane de Calbiac, ne peut que constater le dilemme des directions de ressources humaines confrontées au double enjeu de "motiver l'ensemble de leurs salariés, tout en devant retenir les plus performants pour préparer l'avenir". Conséquence : "La reconnaissance de cette performance se fera au travers d'une plus grande sélectivité des augmentations individuelles, et du versement du bonus et des primes", indique-t-elle

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :