Grand emprunt : les six instituts hospitalo-universitaires lauréats

 |   |  664  mots
Les IHU devront permettre de mieux valoriser la recherche clinique.
Les IHU devront permettre de mieux valoriser la recherche clinique. (Crédits : Reuters)
Le gouvernement a annoncé ce mercredi les lauréats de projets d'IHU déposés dans le cadre des investissements d'avenir. Bordeaux, Marseille et Strasbourg décrochent un IHU et Paris trois. Six autres projets jugés "prometteurs" seront soutenus financièrement.

En ce mois de mars, les annonces de résultats des appels à projet du grand emprunt se succèdent à un rythme d'enfer. Après la publication vendredi dernier des cent premiers laboratoires d'excellence ("Labex") et les sept projets pré-sélectionnés pour les initiatives d'excellence (La Tribune du 28 mars 2011), ce sont les instituts hospitalo-universitaires (IHU) qui ont été dévoilés ce mercredi par le gouvernement. Destiné à distinguer cinq à dix "fleurons de la recherche biomédicale", devant réunir "en un lieu unique la triple fonction de soins, de recherche et de formation" pour notamment mieux valoriser la recherche clinique (des super CHU, en somme), comme le préconisait en avril 2010 le rapport du professeur Jacques Marescaux, l'appel à projets a finalement couronné six IHU.

Trois lauréats à Paris

Les six projets sélectionnés ont été confirmés (La Tribune du 30 mars 2010). Il s'agit de : l'institut de rythmologie et de modélisation cardiaque au CHU de Bordeaux (avec l'université Bordeaux 2), porté par le professeur Michel Haïssaguerre (élu en janvier à l'Académie des Sciences) ; l'institut en maladies infectieuses au CHU de Marseille (université de la Méditerranée) ; l'institut de neurosciences translationnelles du pôle Sorbonne université (coordonné par l'université Paris 6 Pierre et Marie Curie) à la Pitié-Salpêtrière ; l'institut de cardiologie-métabolisme-nutrition de Paris 6 à la Pitié-Salpêtrière ; l'institut des maladies génétiques de l'université Paris 5-Descartes à Necker (projet porté par le professeur Alain Fisher) ; et enfin l'institut de chirurgie mini-invasive au CHU de Strasbourg, coordonné par l'Institut de recherche contre les cancers de l'appareil digestif (Ircad). Cette structure privée (à 97,5 %) créée au sein des hôpitaux universitaires en 1994 par Jacques Marescaux pour valoriser la recherche contre le cancer a toujours fait figure de modèle et de favorite pour les IHU. Mais pour plusieurs observateurs, le fait que Jacques Marescaux ait été rapporteur pour le gouvernement sur les CHU puis les IHU était finalement plutôt un handicap. " Il n'est pas évident que Strasbourg ait un IHU car Jacques Marescaux n'a pas le droit à l'erreur", confiait vendredi à Matignon lors de l'annonce des Labex le président de l'université de Strasbourg, Alain Beretz. L'avancée de l'Ircad en matière de transfert technologique aura donc convaincu le jury international...

Un label de consolation pour les bons dossiers non sélectionnés

Dix-neuf candidats ayant postulé, les déçus ont été nombreux ce mercredi, à commencer par Lyon qui avait déposé deux dossiers. La concentration de trois IHU à Paris ne manque pas non plus d'attiser les critiques et les jalousies. Déjà, la publication des résultats des IHU a été retardée plusieurs fois, notamment à cause d'une enquête de l'IGAS dont a récemment fait l'objet  pour infection nosocomiale le CHU de Marseille, l'un des favoris. Enquête qui n'a rien révélé... Et les détracteurs des procédures d'évaluation et de sélection ont tôt fait de noter que les responsables des établissements sélectionnées faisaient partie de la commission Marescaux auteure  en 2010 du rapport les IHU. Mais vu la qualité des dossiers soumis au jury, sur proposition du jury, le commissariat général à l'investissement a décidé de soutenir financièrement les six projets suivants sur leur liste, jugés "prometteurs" :  l'institut de médecine personnalisée du cancer  de Villejuif (avec l'institut Gustave Roussy et l'université Paris-Sud) ; l'institut Saint-Louis coordonné par l'université Paris Diderot ; l'institut protection et remplacement des organes et l'institut cerveau et santé mentale de Lyon ; le centre européen des sciences de la transplantation et d'immunothérapie de Nantes et enfin le Handicap medical excellence à l'hôpital Raymond Poincaré (université Versailles Saint-Quentin). Un maigre lot de consolation puisque ces "repêchés" ne se partageront qu'une dotation de 35 millions d'euros contre 850 millions d'euros pour les six IHU lauréats. Toutefois, ces dotations seront non  "consomptibles" à 80 % : la somme sera placé sur un compte spécial du Trésor et seul les revenus pourront être utilisés.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2011 à 9:13 :
Moi ce qui me fait rire c'est que comme pour les Idex (Initiative d'Exellence) on prétend vouloir bâtir des champions internationaux, mais pour cela il faudrait déjà avoir un rayonnement en Europe alors je comprend pas pourquoi les villes frontalières sans si absentes hormis Strasbourg. Quid de Lille ou de Metz-Nancy par exemple grands absents des lauréats ? J'aime bien Bordeaux mais force est de constater que quand vous parlez avec un allemand ou un belge il connaitra beaucoup plus les villes près de chez lui. Si on pouvait profiter de la richesse de nos voisins, ça serait déjà un bon début pour nos "pôles mondiaux".
a écrit le 30/03/2011 à 17:46 :
On ne prête qu'aux riches!!! C'est bien connu! Nous revoilà en féodalité de plus en plus "fortifiée": république? démocratie? Nos "incultes", "incultivés" etc etc nous ramènenet non pas avant 1789 mais avant le 13° siècle qui a vu les municipalités se constituer et les seigneurs se défaire de leurs pouvoirs "suprêmes" (même si tout ne s'est pas résolu en un jour et qu'il y a eu bcp de hauts et bcp de bas... Au 13° siècle un certain Robert de Sorbon a, parmi d'autres, organisé les universités, et avec de bonnes jambes, on allait étudier du sud de l'Espagne et de l'Italie au nord de l'Europe, le latin étant la langue de "sciences" commune, avec la curiosité et le goût de l'échange et des savoirs permettant de "dépasser" les diverses langues et dialectes locaux....
a écrit le 30/03/2011 à 17:10 :
Comme d'habitude ( exit la décentralisation) quand il y a du fric au bout !
Rien au dessus de la ligne Paris /Strasbourg ?
Pas grave , on ira en Belgique!
Pour ma part , j'ai été opéré d'une forme rare de cancer de la mâchoire au CHU de Lille par un spécialiste Bruxellois qui m'a sauvé la vie et le visage!
a écrit le 30/03/2011 à 16:04 :
Les dés sont pipés comme toujours. C'en devient ridicule.
a écrit le 30/03/2011 à 12:30 :
Une fois de plus Paris emporte le plus gros morceau.
Après avoir concentré les siéges sociaux, la haute administration , on fait tout pour y concentrer la recherche et les techniques d'avenir.
Il y a vraiment deux France, Paris dominante et la province soumise. Ceux qui ne pensent pas Paris n'ont aucune chance dans ce pays.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :