Menace sur la prévision de croissance 2012 de la France

 |   |  304  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Paris annoncera à la mi-avril ses nouveaux chiffres.

C'est vers la mi-avril que les services du ministère des Finances devraient faire connaître leurs nouvelles prévisions économiques actualisées. Selon le site internet du Figaro, le gouvernement devrait "revoir légèrement à la baisse sa prévision de croissance pour 2012. Elle ne serait plus affichée à 2,5 mais à 2%".

Interrogé par La Tribune, le ministère des Finances, qui travaille actuellement sur les dernières statistiques fournies par l'Insee, refuse de confirmer cette annonce, jugée "prématurée" et attend la mi-avril pour faire connaître aux parlementaires puis aux autorités européennes le résultat de ses calculs. Fin mars, l'Insee a rendu public l'ampleur du déficit public français, réduit à 7% du PIB en 2010 contre 7,5% en 2009. Une bonne nouvelle qui a permis à l'Etat de réduire ses dépenses de 6 milliards d'euros l'année dernière.

En 2011, le gouvernement, qui table sur une croissance de 2%, envisage de poursuivre l'effort. Selon le ministre du Budget, François Baroin, ce seuil des 6% devrait même être franchi à la baisse dés 2011. Mais si l'activité économique venait à ralentir, la réduction du déficit budgétaire envisagée par le gouvernement en 2012 deviendrait problématique. Déjà, avec une croissance projetée pour l'heure par le gouvernement à 2,5% en 2012, la marche à franchir en termes de réduction budgétaire pour 2012 est très haute, puisqu'il s'agit de ramener le déficit public à 4,6% cette année-là puis à 3% en 2013.

Si Bercy devait réviser les chiffres de croissance à la baisse, il serait difficile, pour respecter les objectifs de déficits publics annoncés, d'échapper à un nouveau tour de vis budgétaire. Lequel pourrait prendre la forme d'une réduction des dépenses publiques ou d'une hausse des impôts, des mesures très impopulaires, surtout à treize mois de l'élection présidentielle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/04/2011 à 18:27 :
C'est quand même symptomatique de notre vieille France agonisante, la photo de l'article montre des conteneurs, sans doute chinois. Bonne définition de la croissance par l'absorption de produits asiatiques par les consommateurs français.
a écrit le 05/04/2011 à 18:19 :
"Une bonne nouvelle qui a permis à l'Etat de réduire ses dépenses de 6 milliards d'euros l'année dernière."=>ah ah ah, dans le même temps, la dette s'est accrue de 68 milliards sur les trois derniers mois de 2010. Cela revient à dire que l'on peut sauver le Titanic en écopant avec un verre à moutarde.
a écrit le 05/04/2011 à 11:45 :
Je ne me trompe pas, nous ne sommes bien qu'en avril 2011 ?!! Parce que là, on passe directement des chiffres corrigés de 2010 aux prévisions de 2012 ... sans passer par la case 2011 ??!
a écrit le 05/04/2011 à 9:35 :
Depuis que Lagarde est mnistre, elle a toujours basé ses budgets sur des prévisions anormalement optimistes.
C'est volontaire : cela lui permet de masquer que chaque année son budget est excessivement déficitaire.
Ensuite on dit "les caisses sont vides", "there is no alternative", et ça permet de démolir un peu plus les services publics pour les privatiser.
Méthode Thatcher et Chicago Boys. Relisez "la stratégie du chaos", de Naomie Klein.
Réponse de le 05/04/2011 à 18:24 :
Je préfère le chaos final de Spinrad, un visionnaire du chaos
a écrit le 05/04/2011 à 9:19 :
Malgré de nombreux points positifs, celle-ci ne correspond pas exactement au profil que nous recherchons pour ce poste.

Notre décision ne remet nullement en cause la qualité de votre candidature et nous vous souhaitons un succès rapide dans vos recherches.

Bénédicte Maisonhaute
Ressources Humaines
Direction Régionale Paris-Est
a écrit le 05/04/2011 à 8:33 :
il est urgent d'attendre 2012 pour augmenter les impôts à GOGO . la gauche adore l'impôt à condition qu'on ne lui supprime pas les biens bonnes niches fiscales qui l'arrangent.......C'est bien gentil les mises en garde de tous genres mais une chose est certaine, après 2012 la gauche deviendra plus impopulaire que jamais car elle va mettre nos finances à genoux. ce n'est pas un scoop, c'est une certitude. nous n'aurons pas la croissance et sans elle , la gauche ne pourra rien faire sauf gesticuler pour donner illusion.
Réponse de le 05/04/2011 à 9:23 :
Cher "Ronchon",
ne faites pas illusion vous-même, en parlant de la gauche au pouvoir, lors des élections présidentielles de 2012. Nous en sommes très très loin...
Cordialement.
Réponse de le 05/04/2011 à 9:31 :
La gauche va mettre nos finances à genoux en 2012 ?

Rassurez-vous, la droite l'a déjà fait : depuis 2002, elle a doublé la dette de la France, ainsi que le déficit.
Réponse de le 05/04/2011 à 16:03 :
A A genoux - Dans la situation internationale actuelle, la France doit cesser de se regarder le nombril. Comparé à beaucoup de pays occidentaux, dans ce domaine, notre pays fait plutôt bonne figure. Intéressez-vous aux positions des agences de notation, vous serez surpris!
a écrit le 05/04/2011 à 1:39 :
Au lieu d'augmenter les impôts de ceux qui travaillent, supprimons les allocations pour ceux qui ne foutent rien, tous ces assistés qui parasitent notre beau pays !
Réponse de le 05/04/2011 à 6:08 :
Ces propos sont injurieux, irresponsables, et n'ont pas leur place dans un journal économique sérieux comme la Tribune. Où est le modérateur?
Réponse de le 05/04/2011 à 9:36 :
Le colonel a raison.
Réponse de le 05/04/2011 à 18:22 :
Non, le colonel n'a pas raison. Si l'impôt ne repose que sur une minorité, c'est toute la structure qui s'effondre.
Réponse de le 06/04/2011 à 8:52 :
il me semble que beaucoup de ces "assistés", qui pourraient etre de votre famille, n'ont jamais demandés à etre éjectés de ce ce si beau système qui permet à des frateries de s'affronter et de se détruire. Mais bientot beaucoup comprendrons quand ils nous rejoindront, car il faut de moins en moins de mains et il n'y a que très peu de places à tetes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :