Ils ne veulent pas de la prime à 1.000 euros

 |   |  254  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le patronat mais également les syndicats réfutent l'idée que les entreprises qui dégagent des dividendes devraient verser une prime à leurs salariés d'un montant minimum de 1.000 euros.

Le gouvernement est déterminé à inscrire en juin des mesures pour encourager les entreprises à mieux redistribuer leurs richesses. Pourtant, syndicats comme patronat sont vent debout contre cette idée. Pour des raisons différentes. "C'est un effet d'annonce. En même temps qu'il annonce des mesures sur la fiscalité, il promet cette prime de 1.000 euros qui ne touchera pas la grande majorité des salariés. On est dans la communication. M. Baroin semble fixer le prix du bulletin de vote à 1.000 euros !", indique Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT à La Tribune. La CGT plaide, comme FO, pour une "augmentation des salaires", tandis que CFDT et CFTC déplorent que cette proposition laisse de côté un grand nombre de salariés.

Le Medef hostile

De leur côté, Medef et CGPME affichent leur hostilité au projet, refusant que l'Etat se mêle d'un sujet qui relève, selon eux, des partenaires sociaux. Très remontée, Laurence Parisot, la présidente du Medef a dénoncé sur Canal Plus "des propos incompréhensibles" et un projet qui serait "très dangereux pour l'emploi".

Jeudi, en marge de la présentation de la campagne de l'impôt sur le revenu 2011, le ministre du Budget, François Baroin, a tenté de répondre aux critiques du patronat : "on n'est pas dans une économie administrée, c?est un gouvernement d'inspiration libérale", a-t-il rappelé, promettant que l'Etat allait "favoriser la négociation". Pour l'heure, les modalités de la mesure restent à définir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/04/2011 à 7:51 :
Sarkozy a toujours été généreux avec l'argent des autres... Encore un effet d'annonce.
Réponse de le 16/04/2011 à 14:32 :
Sarkozy ? Mais non, tous les politiques ! C'est leur fond de commerce, l'argent des autres, c'est a dire nous. Que penser de la dernière proposition de Villepinte?
a écrit le 15/04/2011 à 7:43 :
Les syndicats réfutent l'idée. Dans mon entreprise la prime est un acquis, l'année suivante il fallait donner la même prime + l'inflation. Augmentation de salaires uniquement et à tout le monde la même. Donc personne ne travaillait plus que d'autres pour avoir un meilleur salaire, pourquoi faire ? nivellement par le bas, c'est la France.
a écrit le 15/04/2011 à 6:28 :
Quand l'Etat finance à hauteur de 500 millions un projet d'Eurocoptère, c'est normal, quand il subventionne les agriculteurs, c'est normal, etc. Mais quand il parle salaire, l'Etat s'occupe de ce qui ne lui regarde pas. La logique du MEDEF et des syndicats est souvent la même : la disparition de la classe moyenne.
Réponse de le 15/04/2011 à 10:13 :
Complet d'accord...
a écrit le 15/04/2011 à 6:26 :
et combien pour les retraités ? Pourquoi pas une invitation au Fouquet avec Carla.
Plus on est nul et plus on fait de propositions démagogiques. A quand des élus compétents, il serait temps de leur faire passer un test de connaissance avant de se présenter a des élections. pour beaucoup de profession il faut un diplôme pour l'exercer, pour être ministre il suffit de raconter des conneries.
Réponse de le 15/04/2011 à 10:49 :
Je ne vois pas ce que le Fouquet's vient faire la dedans. Notre président, comme chacun de nous, a le droit d'y aller quand il veut (s'il reste de la place). Il n'y a aucune honte à fréquenter un palace, surtout en France, ce qui fait marcher notre commerce (TVA, IS, URSSAF, emploi etc). Sinon, entièrement d'accord avec vous, cette mesure des 1.000 Euros est tout à fait démagogique.
Réponse de le 15/04/2011 à 17:37 :
Tu doit en faire parti
Réponse de le 17/04/2011 à 14:18 :
les actionnaires ils n' ont qu'a bosser ils comprendront alors la dure realitè des travaileurs qui font fructifier leur pognon sans en avoir les benefices

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :