Quand les ministres dévoilent le contenu de leur portefeuille

Les "déclarations d'intérêts" des ministres sont en ligne depuis ce jeudi. Seuls treize d'entre eux déclarent des participations directes ou indirectes dans des entreprises.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

"Dans un souci de transparence, les déclarations d'intérêts des ministres seront rendues publiques sur le site Internet du gouvernement" annonçait ainsi François Fillon dans une lettre du 16 mars. Ce 21 avril, c'est chose faite. Tous les membres du gouvernement concernés - apparemment 13 sur les 31 ministres et secrétaires d'Etat que compte le gouvernement - ont publié sur le portail Internet du gouvernement le nom des entreprises dont ils possèdent de façon directe ou indirecte des participations significatives.

François Fillon, actionnaire d'EDF et du Crédit Agricole

Le Premier ministre donne l'exemple. François Fillon déclare ainsi détenir des actions chez EDF et au Crédit Agricole sans préciser combien. La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, avoue quant à elle détenir des parts dans une société spécialisée dans les logiciels destiné aux agences de voyages appelée Applicatour. Autre originale, la ministre des Sport qui déclare détenir des actions Pernod-Ricard.

Plus diserts, Thierry Mariani, secrétaire d'Etat chargé des Transports et Valérie Pécresse, en charge de l'Enseignement supérieur ont indiqué une assez longue liste d'entreprise dont ils détiennent des actions. Pêle-mêle chez cette dernière figurent de grandes entreprises comme EDF, Philips, Carrefour ou Bouygues.

Les actifs que détiennent leurs proches pourraient également être de nature à influer sur les décisions des ministres, mais en aucun cas ces derniers ne sont tenus d'en faire mentionner dans un souci de protection de la vie privée de ces tiers. Toutefois, il leur est possible, s'ils le souhaitent, d'indiquer d'autres informations comme des relations familiales. Marie-Luce Penchard, ministre de l'Outre-Mer, précise ainsi être liée à Lucette Michaux-Chevry, Sénatrice-maire de Basse-Terre. Et Valérie Pécresse rappelle que son père, Dominique Roux, est professeur à l'Université Paris-Dauphine et président du conseil de Surveillance de Bolloré Télécom.

Le Crédit Agricole semble avoir du succès chez les ministres puisque Luc Chatel, ministre de l'éducation possède, comme le Premier ministre des actions dans cette banque. Intéressé dans un autre groupe bancaire, Patrick Ollier, en charge des relations avec le Parlement, détient ainsi des "valeurs non cotée" dans une antenne LCL de Rueil-Malmaison, ville dont il est aussi le maire.

Une déclaration peu contraignante

En fait cette déclaration est assez peu contraignante puisque, comme le précise le portail du gouvernement, "les parts ou actions d'organismes de placement collectif (Sicav, Fonds commun de placement) ne sont pas à déclarer, sauf si elles se rapportent à un secteur d'activité particulier, précisément défini". De plus "une participation ne doit être déclarée que si elle est supérieure à 5 000 euros ou à 5 % du capital de la structure concernée".

Deux membres du gouvernement se contentent d'ailleurs d'indications laconiques. C'est le cas d'Alain Juppé qui mentionne une assurance-vie et de François Baroin qui se déclare "Avocat à la cour" mais "omis du barreau le 9 avril 2004". Dix-huit ministres et secrétaire d'Etat se contentent d'un "néant" aux cases "instruments financiers actuellement détenus par le membre du Gouvernement" ou "autres intérêts" . Parmi eux, Eric Besson, Frédéric Lefebvre, Claude Guéant, Laurent Wauquiez ou encore Nathalie Kosciusko-Morizet.
 

---

Ils ont quelque chose à déclarer :

François Fillon, Premier ministre : actions EDF et Crédit Agricole
Christine Lagarde, ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie : parts dans la société Applicatour
Luc Chatel, ministre de l'Education nationale : PEA et compte titres 4% au Crédit Agricole, placement "energialis"chez Euroland
Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture : Banque Rothschild, parts des actions d'organismes de placement collectif
Gérard Longuet, ministre de la Défense : outil de travail "en sommeil" chez Sokrates Group, société de conseil,
François Baroin, ministre du Budget: Avocat à la Cour, omis du barreau le 9 avril 2004
Alain Juppé, ministre des Affaires étrangère : contrat d'assurance-vie
Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche : Titres via un PEA : Accor, Air Liquide, AXA, Bouygues, Carrefour, Edenred, GDF Suez, Lafarge, Publicis, Safran, Unibail, Valéo, Philips, SAP - Autres intérêts père : Dominique Roux est professeurs à l'Université Paris-Dauphine et président du conseil de Surveillance de Bolloré Télécom.
Chantal Jouanno, ministre des Sports: actions Pernod-Ricard
Thierry Mariani, secrétaire d'Etat chargé des Transports : Investissement sous le régime de la Loi Dutreil : Uff innovation, Multinova IIV, OTC entreprise 3A, Hoche Partners, Sofica A plus Image 3 - Investissements avec la loi TEPA : Hoche Partners
Patrick Ollier, ministre chargé des Relations avec le Parlement : valeurs non cotées chez LCL Rueil-Malmaison
Nora Berra, secrétaire d'Etat chargée de la Santé : parts dans une Sarl de restauration
Marie-Luce Penchard, ministre chargée de l'Outre-Mer : lien de parenté avec Lucette Michaux-Chevry, Sénatrice-maire de Basse-Terre (Guadeloupe)