Déficits français : dégradation budgétaire, amélioration pour le commerce extérieur

 |   |  324  mots
Copyright Reuters
Le déficit du budget de l'Etat s'est creusé fin mars, à 33,6 milliards d'euros contre 28,9 milliards un an plus tôt, selon Bercy qui invoque des "événements exceptionnels". Côté commerce extérieur, le déficit s'est réduit à 5,74 milliards d'euros, après avoir atteint le niveau record de 6,37 milliards d'euros en février, selon les Douanes.

Mauvais mois de mars pour le budget de la France. Le déficit ressort à 33,6 milliards d'euros contre 28,9 milliards un an plus tôt, selon les données publiées ce vendredi par le ministère du Budget. L'évolution d'une année sur l'autre s'explique entre autres par une dégradation du solde des comptes spéciaux (avances et opérations financières) de 12,2 milliards d'euros, "liée principalement aux décaissements du prêt octroyé à la Grèce opérés en janvier et en mars 2011" et à la mise en oeuvre anticipée du mécanisme d'avances aux collectivités territoriales, explique le ministère.

Le solde du budget général s'est parallèlement amélioré de 7,5 milliards d'euros. Au 31 mars, les dépenses totales (budget général et prélèvements sur recettes) atteignent 82,3 milliards d'euros, soit 3,9 milliards de moins qu'à la même date l'année dernière. Les recettes du budget général (nettes des remboursements et dégrèvements) s'établissent à 65,2 milliards d'euros contre 61,6 milliards un an auparavant.

Du côté du commerce extérieur, le déficit s'est réduit plus qu'attendu en mars à 5,746 milliards d'euros, après 6,374 milliards (révisé) en février, selon les données corrigées (CVS/CJO) des Douanes. Le déficit de la balance commerciale de février avait été chiffré à 6,66 milliards en première estimation il y a un mois.

Le déficit cumulé depuis le 1er janvier s'établit à 18,906 milliards d'euros, contre 11,76 milliards sur les trois premiers mois de l'an dernier. Les exportations sont ressorties à 35,164 milliards d'euros en mars contre 34,692 milliards en février. Les importations se sont légèrement tassées, à 40,910 milliards d'euros après 41,066 milliards en février, du fait notamment du repli des achats de pétrole brut et de produits raffinés.

En mars, la France a vendu 24 Airbus qui lui ont rapporté 1.895 millions d'euros, contre 23 en février pour 1.522 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2011 à 13:46 :
Bonjour,

A rajouter sur votre feuille d'impots, dans la case personnes à charge... Sarkosy et son gouvernement ...
a écrit le 09/05/2011 à 11:11 :
Et dire que pour quelques euros de découvert votre banque vous inflige des agios !!!
a écrit le 07/05/2011 à 8:24 :
l'article 34 de notre constitution interdit de voter des budgets en déficit, une qpc vient d'être posé au sage concernant la secu. ça c'est la faute des juges qui ont pas le courage de mettre fin a cela comme tous autre organisme d'état. mais un état qui n'est pas tenue au garantie de résultat saie de toutes façon que c'est tous les français qui vont payé cela s'appelle du sociale et de l'irresponsabilité. quand ont les entends tous avec leurs formules miracle de redressement du pays pourquoi vont il pas sauvez les entreprises en faillite.cnee.eu
a écrit le 06/05/2011 à 16:19 :
La Tribune peut valablement ouvrir une page quotidienne de formation permanente à l'économie publique et privée; ses lecteurs semblant en effet déboussolés par les chiffres qu'ils lisent. Il n'y a pas de mystère : l'Etat et toutes les collectivités publiques doivent revenir à l'équilibre de leurs budgets et, pour celles endettées, chercher l'excédent pour rembourser les dettes. Pour être clair, ce n'est pas que du serrage de ceinture à prévoir mais aussi d'autres trous à lui faire à l'emporte-pièces. Quand au commerce extérieur, c'est l'équilibre (ou encore mieux) l'excédent de la balance commerciale ET des services qu'il faut viser. Là, il n'y a pas de mauvaise ou bonne valeur ajoutée tirée de l'export. Un hôpital soignant une clientèle étrangère solvable, des palaces à Courchevel ou des gites ruraux accueillant des touristes venus d'ailleurs, des stylos à bille ou des avions plébiscités de par le monde, du courant nucléaire ou photovoltaïque de pointe vendu à l'Allemagne, des sacs à main fabriqués dans la Drome et vendus à Shangaï, de l'eau d'Evian dans les bistrots australiens ou des services de distribution d'eau aux "taps"..., c'est celà (et autres) qu'il faut multiplier.
a écrit le 06/05/2011 à 12:29 :
Pour faire remonter le commerce extérieur, il faut organiser un circuit touristique national des friches industrielles françaises, ce circuit mérite d'être inscrit au patrimoine de l'Unseco. Tous les Chinois et les Indiens sont des visiteurs potentiels de ces friches industrielles françaises, EUX, leur balance commerciale est surabondante.
Réponse de le 06/05/2011 à 14:57 :
Vous êtes en train de nous dire que nous devons vendre la maison France parce que ceux pour qui vous avez votés ont déployé une gestion calamiteuse ? Vous avez déjà vu un crocodile vendre de la maroquinerie ?
a écrit le 06/05/2011 à 10:28 :
Tout va très bien, va encore nous chanter madame la marquise Lagarde...
Et l'UMP a lancé une campagne pour vanter le bilan Sarkozy...
a écrit le 06/05/2011 à 10:05 :
Tant que nos politiques refuseront, pour des raisons démagogiques, de comprendre qu'un budget ne peut être voté que s'il est à l'équilibre, l'avenir des générations futures restera hypothéqué.
Réponse de le 06/05/2011 à 13:38 :
Contrairement à ce que vous affirmez, je pense que la majorité des politiques ont bien compris la situation. Ce sont les français qui eux n'ont pas compris qu'un budget équilibré et d'une dette réduite se traduisait inévitablement par : une baisse du nombre de fonctionnaires, une diminution des allocations diverses et variées, un recul de l'âge de la retraite... Parce que sur le principe, tout le monde est d'accord. La difficulté, c'est d'arbitrer les coupes et là tout le monde veut que ce soit les autres qui se serrent la ceinture. Et c'est bien cela qui hypothèque l'avenir des générations futures comme vous le dites. Les français ne sont pas victimes de leurs hommes politiques, il faut arrêter avec ce type de discours. Ils sont victimes d'eux mêmes et de leur entêtement. D'ailleurs, jusqu'à preuve du contraire, ce sont eux qui ont élu ce gouvernement ainsi que les précédents... et de droite à gauche personne ne semble leur convenir depuis 40 ans ! Il y a un moment où il faut arrêter d'accuser les autres et de voir si son comportement est bien en adéquation avec la situation.
Réponse de le 06/05/2011 à 14:51 :
Ce que les français comprennent, c'est que les strates politiques inutiles doivent être purgées : Trop de parlementaires et d'assistants parlementaires inutiles / trop d'agences économiques locales pour caser les copains copines des parlementaires / trop de structures parapubliques inutiles qui brassent de l'air, autour des grandes villes, dans les régions, dans les départements / trop de chambres de commerce qui font de la concurrence déloyale aux professions libérales ... et trop d'OSEO machin fourre tout impotent peuplé de cadres frustrés et incapables de travailler, ne pensant qu'à leurs privilèges, trop de train de vie des politicards inutiles.
Réponse de le 06/05/2011 à 16:51 :
Le problème de la dette est celui de la capacité de remboursement. Mais les marchés financiers raisonnent en "black swan" : tant que le cygne noir n'a pas été découvert (incapcité d'un pays du G20 à rembourser sa dette), ils se contentent d'observer que les dettes ont toujours été payées, et cela suffit à rassurer les prêteurs... Le problème de la dette est celui de la capacité de remboursement, mais l'Etat est incapable de fournir une estimation de son patrimoine (ce qui est en revanche exigé pour les citoyens soumis à l'ISF...), ni bien sûr une quelconque évaluation des retours sur investissement _ le prétexte de la dette étant l'investissement, il ne faudait pas démolir le rêve...)
Réponse de le 06/05/2011 à 21:06 :
Les promesses ne sont pas tenues Halley : la preuve notre Président -
Réponse de le 06/05/2011 à 21:07 :
les français comprennent oui absolument , bien d'accord avec vous -
Réponse de le 11/05/2011 à 17:32 :
Tout ceci est vrai, les propos de Halley ne sont d'ailleurs pas dénués de sens.
Pour autant, c'est la représentation nationale qui vote le budget... et que la majorité soit de Droite ou de Gauche, elle pense court-terme : ne pas réduire les dépenses publiques, pour ne pas déplaire aux électeurs, afin d'avoir une chance de l'emporter lors des prochaines élections ...

N'est ce pas là, la définition de la démagogie ?

Le denier budget voté à l'équilibre de de Raymond Barre ( il y a plus de trente ans ! )

Les français ont incontestablement une part de responsabilité, à l'images des corporatismes toujours prêts à défendre leurs privilèges. Pour autant c'est aux politiques de porter haut et fort, à l'image de Charles de Courson, l'idée qu'un budget ne peut être voté que s'il est à l'équilibre.
a écrit le 06/05/2011 à 9:51 :
Ces résultats, comme indiqué dans l'article, sont principalement dus aux prêts octroyés par la France et les autres pays européens, aux pays en déficit comme la Grèce. C'est finalement une dette à long terme destinée à être remboursée...
Les résultats seraient alors tout à fait positifs!
Cependant, je reste plus que dubitatif quant aux capacités grecques à rembourser ses emprunts, on court vers un remboursement perpetuel des pays européens en lieu et place de la Grèce, et vers des emprunts à des taux de plus en plus élevés... Si c'est le cas, nous allons vers un déficit Grec partagé par tous les pays Européens pour l'attenuer et donc vers une catastrophe à long terme car cet argent ne sera jamais remboursé!
Réponse de le 06/05/2011 à 15:01 :
C'est ce que je m'éreinte à écrire depuis deux ans. Et encore, il n'y a là que la Grèce pour son premier (prêt) don. Rajoutons donc les autres pigs et les dons récents à la Côté d'Ivoire et à la Tunisie ! 2011 sera la première année où le remboursement des intérêts de la dette représentera le premier poste de dépense de l'Etat. Cela signera également la fin de la France. Merci UMPS !
a écrit le 06/05/2011 à 9:49 :
Faut il que l'on ne puisse pas payer les salaires de nos politiques pendant 1 mois pour qu'ils réagissent. On donne des leçons de moral aux entreprises, mais si l'état était une entreprise, il serait en faillite depuis longtemps.
Réponse de le 06/05/2011 à 13:40 :
Mais l'Etat n'est pas une entreprise. Si l'Etat était une entreprise, cela fait longtemps qu'une bonne partie des français auraient été virés !
Réponse de le 08/06/2011 à 8:25 :
Quand une entreprise ne marche pas on ne vire pas les ouvriers ,on vire les cadres
a écrit le 06/05/2011 à 9:10 :
Je regrette de ne pas être un brillant économiste, mais en tant que vulgum pecus j'ai peur pour mon pays. Si on projette les chiffres présentés sur un an on peut prévoir 130 milliards de déficit au lieu de 91, un déficit commercial de 70 milliards, une dette de plus de 1 500 milliards, les intérêts de 60 milliards. Face à l'Allemagne un excédent commercial de 154 milliards d'euros un chômage en baisse ; mais il est vrai 2 000 milliards de dettes. En plus si on ajoute que le PS qui doit gagner normalement les élections veut créer grosso modo 500 000 postes d'assimilés fonctionnaires, plus 618 000 élus du peuple rémunérés on est mal barré. Y a-t-il encore un pilote dans l'avion?
Réponse de le 06/05/2011 à 10:07 :
Alors vous avez raison.... continuons à caster du service publique. Je crois que ces dernière années ont été celle de la privation afin de faire des économies de dépense et renflouer les caisse de l'état. Est ce que ces services ce sont améliorés? Est ce que le budget de l'état s'est amélioré? Regardez donc la dégradation du rapport dette/PIB depuis que Sarkosy est là. Qu'est qui coute cher à l'état, le poste de fonctionnaire administratif qui ne branle rien ou les 45,4 milliard d'euro que l'on doit chaque année en charge de dette aux circuit financier privée. Chaque année la situation se creuse et les 1700 milliard d'euro ne sont pas fictif. Les chinois eux se feront un plaisir de nous les racheter car bientot ils pourront investir sans s'endetter. On ne peut pas vivre sans service public or le système de fiancement que l'on a en europe nous interdit toute politique sociale. Le service public ne devient qu'une charge contre productive qui rapport de l'argent au circuit financier privée. On a voulu mette la charrue avant les boeufs comme les américains. un petit jeu que les chinois on joué autrement et on gagné d'avance. Le pilote de l'avion oui il est là... mais plus en France, d'ailleur le copilote est à la BCE.
a écrit le 06/05/2011 à 8:38 :
Pitié....messieurs et mesdames des agences de notations... Dégradez notre notre un bon coup.....que l'on arrête enfin de peter plus haut que notre derriere et que l'on degonfle cette bulle de dette laissée par nos anciens.....
a écrit le 06/05/2011 à 7:43 :
Comment en est on arrivés là ? Parce que nous avons laissé filer la politique monétaire.

Pourquoi ne pas revenir à une règle simple : donner comme objectif à la politique monétaire de faire évoluer la masse monétaire, encours de crédit y compris, comme la croissance économique réelle ? C'est la seule façon de lutter contre les bulles. Cela nous oblige à financer nous-mêmes notre niveau de vie. Ce n'est pas le cas aujourd'hui, ce qui veut dire que l'ajustement sera nécessairement progressif.

Nous devrions proposer à nos partenaires européens d'adopter cette politique monétaire, plutôt que de dire, sans réfléchir, que l'on veut sortir de l'euro coute que coute, ou au contraire que l'on veut y rester à tout prix. Voyons la réaction de nos partenaires, et nous aviserons ensuite !

http://www.france-energies-2012.fr/xwiki/bin/view/Socracy/Arreter-de-vivre-a-credit
Réponse de le 06/05/2011 à 10:44 :
de toute façon que tu le veuilles ou non , t'es obligé de faire la course avec la machine allemande et çà ne date pas d'aujourd'hui . quand la France avait adopté le francs , combien de fois , les dirigeants français suppliaient leur homologue Allemand a évalué la DM afin de rendre plus compétitive . tous les pays à l'époque Italie espagne faisaient réference à la DM pour ajuster leur monnaie
a écrit le 06/05/2011 à 7:23 :
" Améliorer le commerce extérieur " : cela fait longtemps qu'on entend de la part des politiciens ce genre de proposition et on le sait tous !! bientôt on devra faire une pub comme : " manger 5 fruits par jour " . Mais c'est fou , outre Rhin on anticipe sur l'évolution positif du commerce intérieur alors qu'en France on anticipe l réduction du déficit . quand est ce que la France va enfin connaître un Excédent commercial meilleur plus qu'attendu ?? comment voulez -vous qu'on avance pendant que les autres font tourner leur machine en plein régime , en France on gaspille l'argent pour Rien : Construction mosquée - Débâts sur la laïcité et identité nationale c'est pathétique
Réponse de le 06/05/2011 à 7:56 :
Si il y a déficit du commerce extérieur c'est du,éventuellement, à l'achat du pétrole et du gaz et non pas à la construction de mosquées : elles sont financées par le privé et non pas l?impôt. Ce n'est pas la peine de chercher le bouc émissaire du coté du musulman non non on est bel et bien responsable de notre déficit car on avoisine le zéro absolu en commerce:
Réponse de le 06/05/2011 à 8:04 :
Selon le cas, l'Etat ou/et la région participe à la constructiopn des mosquées
Réponse de le 06/05/2011 à 10:27 :
Nos Eglises tombent en ruines - il serait bon de les restaurer -
Réponse de le 06/05/2011 à 10:41 :
je ne parle pas tout simplement des mosquées et je ne vise pas seulement les musulmans mais les chrétiens aussi !! Vous croyez , qu'à l'état actuel du pays , on devra encore octroyer ce genre de financement , tout çà pour une histoire de foi !! mais les politiciens , on sait tous vont au delà : c'est pour amadouer les partisans à voter pour la prochaine élection .
de toute façon que çà soit pour l'église ou la mosquée c'est toujours l'argent public qui est en jeu , alors que nos PME souffrent , et peinent à avoir un prêt auprès des banques !! je ne sais pas moi , mais c'est ma vision des choses !! on s'endette , mais on alloue pas efficacement les sous !!
Réponse de le 06/05/2011 à 13:52 :
Le vrai problème c'est que contrairement à ce que disent les français et leurs hommes politiques, ce problème relève avant tout des chefs d'entreprises (et par ricochet de leurs salariés) et pas des hommes politiques qui ne peuvent qu'arrondir légèrement les angles en la matière. Nous sommes encore là dans le fantasme d'une économie planifiée qui s'avère assez inefficace dans le contexte économique actuel. Cela n'a pas toujours été le cas... mais aujourd'hui cette approche ne fonctionne plus. Par ailleurs, les allemands ont accepté un SMIC à 600 ? et une réduction de quelques unes de leurs prestations sociales. A moyen terme, c'est visiblement une bonne solution pour faire repartir l'économie. A long terme, cela se discute... Par ailleurs, ils ont toujours été bon en matière industrielle et la conjoncture leur est favorable. Les politiques ne peuvent pas tout,surtout avec un peuple qui depuis 40 ans s'oppose à toute réforme de fond qu'elle vienne de droite ou de gauche.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :