RSA : assistanat ou travail forcé ?

 |   |  724  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Par Philippe Mabille, rédacteur en chef à La Tribune

Travailler plus pour gagner plus, qu'il disait... Cette formule totem de la campagne de Nicolas Sarkozy, destinée à reconquérir l'électorat populaire tenté par le Front national, a changé de nature. Pas seulement parce que les résultats ne sont pas au rendez-vous : le pouvoir d'achat des Français, mangé par l'inflation, stagne. Mais aussi et surtout avec la polémique lancée par Laurent Wauquiez sur le RSA et l'assistanat, qui divise l'UMP et excite la gauche.

 

Pour Martin Hirsch, l'ancien haut-commissaire aux Solidarités actives, l'idée avancée à la convention sociale de l'UMP, mardi 7 juin, de proposer un contrat unique d'insertion, soit 5 heures de travail par semaine, rémunérées au Smic horaire, aux bénéficiaires du RSA (avec une sanction financière en cas de refus), est une hérésie : « Il y a plein de gens qui demandent un contrat aidé à 25 heures par semaine. J'espère qu'on ne va pas leur offrir 5 heures à la place de 25 heures », a-t-il dénoncé mercredi, soulignant le risque de conduire à « travailler moins pour coûter plus à l'État et aux départements »...

 

La création du RSA n'a jamais été comprise par l'électorat UMP, qui y a vu un pas de plus vers l'assistanat là où, au contraire, l'idée était de mieux accompagner les RMistes vers l'emploi. Il y a en réalité deux RSA : le RSA socle qui correspond à l'ancien Revenu minimum d'insertion (RMI) et est touché par environ 1,2 million de personnes. Et le RSA activité, qui concerne 730.000 personnes qui travaillent à temps partiel et bénéficient d'une aide dégressive destinée à financer les surcoûts (transport, garde d'enfants...), qui souvent dissuadent les personnes concernées de reprendre un emploi. Cette idée n'est pas nouvelle : elle avait déjà, en 2000, inspiré Lionel Jospin qui avait tenté d'instituer en France une sorte d'impôt négatif. C'est ainsi qu'est née la fameuse prime pour l'emploi qui, tout en ayant la même vocation, n'a pas eu la même efficacité, se dévoyant progressivement avec le temps en une subvention de l'État aux salariés modestes.

Martin Hirsch a eu raison de convaincre Nicolas Sarkozy de créer le RSA activité pour instituer une sorte de « bouclier fiscal des pauvres » et faire en sorte que la reprise d'un travail paye. Alors oui, au passage, Hirsch a négligé le fait que, en pleine crise, le passage du RSA socle au RSA activité deviendrait encore plus difficile. Avec la montée du chômage et celle, plus récente, de l'inflation, il y a de plus en plus de barrières à l'entrée sur le marché du travail pour des personnes dont le niveau de formation ne dépasse pas le CAP. Les faire travailler 5 heures par semaine, de façon plus ou moins forcée, dans des emplois subalternes, ne changera pas grand-chose à leur employabilité. Comme le dit Pierre Méhaignerie, président de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale, on peut douter que les collectivités locales gèrent 5 millions d'heures de travaux d'intérêt public par semaine... Nul ne sait d'ailleurs comment les financer, même si, autre polémique lancée par Martin Hirsch, il semblerait que Bercy ait empoché l'excédent de 1 milliard d'euros, issu de la trop lente montée en puissance du RSA activité, financé par une contribution de 1,1 % sur les revenus de l'épargne. François Baroin a eu beau démentir l'« entourloupe », le mal est fait : même rémunéré, le contrat unique d'insertion est assimilé au Service du travail obligatoire (STO) de sinistre mémoire par le Parti communiste.

 

Plutôt que des fausses pistes politiciennes autour de l'assistanat, l'UMP ferait mieux de traiter ce sujet avec le sérieux qu'il mérite. Et si le problème venait du fait que l'incitation à la reprise d'un emploi est devenue trop faible ? C'est la thèse du think tank Terra Nova qui, dans une note sur « les politiques de lutte contre la pauvreté », plaide pour une revalorisation du RSA activité en l'indexant sur les prix. Bien sûr, le danger serait que l'État se mette à « assister » les employeurs qui, trop contents de l'effet d'aubaine, se garderaient d'augmenter les salaires... Mais ce serait toujours mieux qu'un travail forcé et improductif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/06/2011 à 18:28 :
le coût de gestion de cette nouvelle mesure, sera supérieur à son rendement, donc va contribuer à augmenter notre déficit!
et la rémunération de ces 5 heures sera complètement "mangée" si ce n'est plus par le coût de transport, garde, habillement, ... du RSAiste!
c'est une vrai fausse bonne idée!!! mais cela brosse dans le sens du poil les votants habituels de l 'Union pour la Minorité Présidentielle!
a écrit le 14/06/2011 à 12:52 :
Toutes les politiques de l'emploi ou de l'aide à l'emploi ont échoué depuis plus de 30 ans. Si cela avait marché, cela se saurait. Tout salaire doit être associé à un travail. Prétendre le contraire c'est aller vers des lendemains qui ne vont pas chanter. Et cela très vite.Votre position est contre productive et relève d'une idéologie marxiste, dont on sait à l'avance, qu'elle coule les pays qui la mettent en oeuvre..
a écrit le 14/06/2011 à 8:28 :
avec 140 euros de rsa ils son fou moi pas travailer
a écrit le 14/06/2011 à 7:25 :
Moi je veux le RSA de Luc Ferry .... par contre je veux bien faire les quelques heures demandées.
a écrit le 13/06/2011 à 22:44 :
STO :loi du 16 fev 1943 :Vichy (Laval) réquisitionne des jeunes gens français de 20à 22 ans pour participer à l'effort de guerre allemande . plusieurs mourront sur place.je ne vois pas ce que vient faire le parti communiste là dedans! merci de rectifier (c'est grave de marquer n 'importe quoi quand on est journaliste !??!)
a écrit le 13/06/2011 à 21:58 :
Il faut plafonner les retraites. C'est inadmissible d'entendre que d'anciens politiciens touchent 30.000 euros de retraite par mois! Plafonnons à 3.000 euros pour commencer car ceux qui ont de grosses retraites sont ceux qui avaient un gros salaire et pouvaient donc épargner pendant leur vie! Par ailleurs, interdisons une bonne fois pour toute le cumul des mandats politiques. Combien d'emploi arriverions-nous à créer et come l'argent serait mieux réparti. L'assemblée nationale ne serait plus désertée et la France mieux gérée! Interdisons que des politiciens rentrent en falcon chez eux tous les week-end qui coutent à chaque fois plusieurs SMIC pour une heure de vol! Enfin répartissons mieux l'activité économique sur le territoire afin que le coût du logement ne soit pas si prohibitif pour la population parisienne. Il y a de la place et avec internet on a les moyens de dévedlopper d'autres villes et de travailler à distance de sorte à offrir à tous un cadre de vie décent!
a écrit le 13/06/2011 à 9:59 :
Le RSA n'est qu'une " subvention" comme une autre destinée à soutenir la consommation (loyers,nourriture...) donc l'économie ,et qui permet aussi de culpabiliser des gens qui autrement risqueraient de constituer une menace pour l'ordre social!!! La prime à la casse pour les démunis!!
a écrit le 13/06/2011 à 7:47 :
Le RSA reste une bonne idée en soi. Néanmoins, le principal problème d'un actif sans emploi est justement d'être inactif pendant une période donnée . Il perd petit à petit le rythme du travail et cela lui désert. Imposer quelques heures de travail peut permettre se sentir plus utile, être moins isolé , et faire rencontrer des personnes qui pourraient aider à retrouver un emploi .
Réponse de le 13/06/2011 à 12:43 :
oui , et quand votre patron vous demandera de rester a la maison le vendredi , et de passer votre contrat temps plein en temps partiel , parce qu'il a trouver un rmiste qui le fera pour pas une quetsche , vous lui répondrez quoi ?? Oh oui grand patron , sucrer moi une partie de mon salaire , ils faut que les rmistes se sente utile et rencontre des personnes qui pourrait l'aider , n'est ce pas ?
Réponse de le 13/06/2011 à 13:36 :
Les bénéficiaires du RSA meurrent de faim et d'ennui, ils veulent travailler. L'Etat n'a qu'à voter un DROIT A l'EMPLOI décent au SMIC MINIMUM, et il n'y a qu'à en prendre un peu aux retraités nantis qui ont plus de 1 800 euros de retraite pour dormir toute la journée ou claquer leurs sous dans les pays des dictateurs pendant que leurs enfants sont travailleurs pauvres ou au RSA.
Réponse de le 13/06/2011 à 13:36 :
Les bénéficiaires du RSA meurrent de faim et d'ennui, ils veulent travailler. L'Etat n'a qu'à voter un DROIT A l'EMPLOI décent au SMIC MINIMUM, et il n'y a qu'à en prendre un peu aux retraités nantis qui ont plus de 1 800 euros de retraite pour dormir toute la journée ou claquer leurs sous dans les pays des dictateurs pendant que leurs enfants sont travailleurs pauvres ou au RSA.
Réponse de le 13/06/2011 à 14:53 :
je travail depuis mon age de 13ans et demi je viens de prendre ma retraite je fesais 70h la semaine je touche 1560e je suis nantis pauvre imbécile regarde d'abord qui pompe le fric a part nos politicar moi j'ai a ce prix pas envie dans donner plus
ont croit révé quand ont li de tel connerie les retraité nantis et depuis quand il on travailler eux avant
Réponse de le 13/06/2011 à 15:00 :
arretons de gaver ce beau monde (rsa§resto du coeur etc)
a écrit le 12/06/2011 à 17:47 :
Pour sauver la France du désastre, il faut brider les grosses retraites à 1 800 euro par mois. Pas ubn sou de plus. de toute façon les retraités ils vont enrichir les pays des dictateurs en Egypte, en Tunisie, au Maroc, en Turquiet et ailleurs pendant que leurs enfants galèrenet comme travailleurs pauvres en France. Une retraite 1 800 euro maxi point barre.
Réponse de le 12/06/2011 à 20:22 :
@ brider : pourquoi pas, mais il faudrait aussi plafonner les cotisations, parce qu'il ne serait pas normal que quelqu'un qui paie plus touche la même chose que celui qui cotise moins.
a écrit le 12/06/2011 à 17:29 :
J'aime beaucoup le "jamais été comprise par l'électorat UMP", la phrase d'intro et la référence à un think tank de gauche, ca situe bien le contexte. Que l?idée d'un travail forcé soit absurde est une chose, mais ca n?enlève rien au fait que la France fait dans l'assistanat depuis 30 ans et que les résultats sont catastrophiques aussi bien socialement qu?économiquement. Reindexer le RSA ne mettra pas qq'un qui préfère glander au travail. Par contre, conditionner les allocations qu'il reçoit, en plafonner le montant et la durée de sorte qu'il ne soit plus possible de glander sur le dos des autres, rompre avec l'assistanat donc, cela serait beaucoup plus efficace. Il faut dans le même temps se demander ce qui freine l'embauche du coté des employeurs. Et la encore l'assistanat fait des ravages puisqu'il pèse sur le coût du travail via les charges sociales. Le RSA est une bonne idée qui peut aider ceux qui veulent s'en sortir. Le problème ce sont les autres.
Réponse de le 12/06/2011 à 20:26 :
@ pok: l'assistanat ne concerne pas que les pauvres. Quand l'État distribue l'argent aux banques , aux riches ou aux grosses entreprises pour rester à flot, c'est aussi de l'assistanat et qui coûte beaucoup plus cher que l'aumône aux pauvres du RSA !!!
Réponse de le 13/06/2011 à 18:49 :
L'Etat a prêté aux banques dans un contexte bien précis et a réalisé une plus-value. Quant aux dons pour les riches, je ne vois pas le quoi il s'agit. Ensuite effectivement, les subventions distribuées aux entreprises sont aussi coûteuses et inefficaces que les allocations distribuées aux particuliers.
a écrit le 12/06/2011 à 15:06 :
Au RSA,
On est Riche Sans Argent
On est Roi Sans Avilissement
Pour savoir qu?on est Rien Sans Amour
On décide alors de Rire de Savoir Aimer
D?avoir le temps de Répandre Son Amitié
Ou de Rechercher Son Amour
Forts de décider de Risquer Son Aventure
Sans honte devant les Rictus de Sombres Autorités
Qui voudraient nous culpabiliser cette Rente de Survie Autorisée
Qui nous estiment Rien et Sans Avenir
Qui se voient comme Royaux Souverains Absolus

Car on peut être au RSA
Et faire Rimer les Sentiments Adroitement
Se nourrir de ce que cette Rente ne permet pas, et S?élever Autrement
De cette pitoyable Ripaille Sans Abondance
Sur Remise d?un Supporting Agréée
Que pourraient-ils Ressentir de cette Sublime Austérité ?
Eux qui se Roulent dans la Soie et l?Argent
Et pour qui vivre signifie Rentabiliser un Système Anémié
Comment les Rappeler à de plus Sereines Ambitions
Les obliger à Regarder les Saintes Aspirations
Les faire Rire de leurs Sottes et si Abstraites injonctions

Car on peut être au RSA
Et néanmoins Raisonnable Sensé et Audacieux à la fois
Raffiné Spirituel et Astucieux
Régénéré Subtil et Adroit
Rustique Sauvage et Animal ?

Remercions donc Sans Affliction
Cette Richesse Sévèrement Accordée
Ce pouvoir caché offert involontairement avec le RSA

Que les Rois ne Savent Apprécier
Tant par leurs fausses Réalités Sont Absorbés

Que cette Ressource Saine et Assurée
De pouvoir faire Rimer Sans Argent
Ce Réel Sujet d?Actualité
Réponse de le 14/06/2011 à 12:39 :
votre texte devrait être sujet du bac, bravo ;o)
a écrit le 11/06/2011 à 19:44 :
Que l'on donne du travail à tous et à toute avant de couper les vivres de ceux qui n'ont déja plus grand chose pour subsister!.
Ce n'est pas en supprimant l'industrie en France et en permettant aux entreprises de délocaliser ( même en leur donnant des primes, un comble!), que les individus qui nous servent de gouvernants résoudront le problème du chomage.
Dehors les cloportes et vite un changement de politique en 2012!.
a écrit le 11/06/2011 à 16:50 :
1 Ferry = 10 RSA !
Il n'y a rien d'autre à dire à ceux qui dénonce les minimas sociaux
a écrit le 11/06/2011 à 13:57 :
il y a d'autres catégories de populations qui obtiennent des aides sans travail, les rentiers qui touchent des réductions d'impôts alors qu'ils ne bossent pas, les enfants qui n'ont pas d'objectif de réussite à l'école ou de niveau de conduite, les retraités qui touchent l'argent provenant des charges sur le travail et ce sans contrepartie, charges qui créent des millions de chômeurs en surenchérissant le coût du travail et donc réduisant d'autant la quantité de travail disponible sur le marché( qui se doit d'être rentable pour exister).
dans le temps les anciens étaient sollicités pour leur expérience, il intervenaient dans l'éducation, la transmission du savoir et des compétences, la vie politique et sociale; de nos jours plus rien.
Réponse de le 12/06/2011 à 15:18 :
@ xavier-marc; Il ne faut pas dire n'importe quoi: 1) la retraite n'est pas un cadeau bonux, mais le fruit de nombreuses années de cotisation et 2) les retraités d'aujourd'hui sont ceux qui ont donné hier pour que tu bénéfices d'avantages sociaux.
Réponse de le 13/06/2011 à 10:26 :
OUI MAIS à la création en 40 les retraités avez 85% DE LEURS BRUT
je viens de la prendre 50% sa fait une sacrée diff
Réponse de le 14/06/2011 à 12:38 :
à patrickb le chômage aussi est le fruit de nombreuses années de cotisation!
il ne prend rien au citoyen moyen, c'est le salarié qui l'a payé!
a écrit le 11/06/2011 à 12:15 :
Je suis équerrer de ses politiciens a 15 milles euros par mois donneur de leçon,ils ne connaissent pour là plupart même pas le prix d'une baguette de pain,ne connaissent pas le découvert bancaire,ne connaissent pas là vie du citoyen qui travail et encore moins de celui qui vie du RSA,socle ou pas,là galère est là même.Un travailleur au smic galère avec 900 euros de salaire et le rsa vivrait mieux avec 400 ?? Pourquoi parce qu'il à là CMU ? C'est pas elle qui donne à manger !! Parce qu'ils ne payent pas sont loyer plein pot ?? Normal bien souvent le prix du loyer est plus élever que le RSA mais une partis du RSA vas dans le loyer
Loyer à 419 et rare sont ls loyer à ce prix ! Là caf verse 250,il reste à payer 169,sur ça il reste sur le compte 231 euros,pour ceux qui ont un véhicule, carburant, aller un plein par moi 70 euros avec le grands boom du carburant,assurance 50 euros EDF 25 par mois,téléphone 30 parce que câblé,ou autre,aller c'est le seul luxe que vous pouvez vous permettre pour ne pas être couper du monde famille amis(e)
Faite le calcule il ne vous reste que 50 euros pour vous nourrir !!!
Et ils osent dire que ls gens profite du système
Un état qui ne peut donner du travail a sont peuple (en le rémunérant je précise)a le devoir de l'entretenir
Vous aussi vous avez des devoirs messieurs ls politiciens celui de vous bouger dans le bon sens et pas pour vos ambitions personnel
a écrit le 11/06/2011 à 10:07 :
Oui, si l'incitation à la reprise d'un emploi est trop faible, il faut augmenter la différence entre RSA activité et RSA socle. Mais l'Etat ne peut se permettre de dépenser plus. Il faut donc augmenter le RSA activité et et diminuer le RSA socle?
Réponse de le 11/06/2011 à 14:58 :
pourfaire la différence et motiver les gens à travailler, il faut surtout augmenter le smic à 1 800 euro, plafonner lesretraites à 2 200 euros, et plafonner les émoluments des parlementaires à 1 800 euros aussi. Ils n'ont qu'à aller faire leur suppléments de salaire en travaillant à l'usine et à la mine pour qu'ils sachent ce que c'est ces vaux riens à droite comme à gauche.
a écrit le 11/06/2011 à 9:22 :
ne pas oublier qu'en mettant le RSA en marche, l'UMP en a profité pour carotter la prime de retour à l'emploi de 1000? attribuée dans certaines configurations, et quelques mois + tard pour la carotter également aux bénéficiaires de l'ASS.

ne pas oublier, qu'au RMI, les mesures d'incitations, pouvaient se cumuler à la PPE qu'avec le RSA, ce n'est pas le cas, le RSA chapeau, étant retranché de la PPE.

ne pas oublier qu'au RSA les moindres épargnes, mêmes des enfants, sont taxés à 3% , alors qu'au RMI, cette mesure n'etait quasi jamais appliquée, aujourd'hui on a un vrai flicage bancaire, levée du secret bancaire là ou avant il fallait la décision d'un juge.

ne pas oublier, que l'UMP a aussi fait des économie, de par le fait, de la très forte incitation à faire fonctionner l'aide alimentaire, auprès des familles, ce qui diminue d'autant encore les prestations RSA.

ne pas oublier que l'UMP à fait des économies aussi du fait que le statut du RSAste travailleur pauvre, passe en statut travailleur tout court, ce qui implique concrêtement :

- baisse d'APL + rapide
- perte éxonération taxe habitation et redevance TV
- perte CMU + rapide

quand on prend tout ces paramètres bout à bout, + l'augmentation du RSA qui n'a absolument pas suivi l'augmentation du cout de la vie.

la situation des bénéficiaires des minimas sociaux, qui était déjà dramatique à l'époque du RMI, est aujourd'hui carrement désastreuse.

sans parler de la stigmatisation, et de la multiplication des controles, dénonciations, enquètes de voisinage, etc coupures de vîvre, parfois sur simple présomption de fraude etc ? on arrive a des mises en danger de la vie d'autrui, je ne blague pas ou je ne dis pas ça à la légère, j'ai vu de temps en temps des cas, inimaginables, des CAF gestapo des conseils généraux gestapo, au dessus des lois, zèle, etc .. des inhumains.

et tout ce dont je parle là, monsieur Martin Hirsch, en est donc responsable, puisque c'est bien lui qui a contribué à agraver la situation avec son RSA qui est pire que le RMI, pour la majorité des personnes concernées.

donc il peut bien s'offusquer, que l'UMP ne se sentant pu pisser, en remettent une couche encore un peu + à droite aujourd'hui, il leur a bien ouvert la voie.
et l'opposition PS, avec.

seuls quelques rares communistes qu'on a entendu de temps en temps, dénoncer ce que je dénonce.


a écrit le 11/06/2011 à 9:00 :
Je ne vois aucun travail forcé et improductif. Je ne vois que du travail.
J'ai été moi-même consultante en recrutement en agence d'intérim. Combien de fois ai-je entendu le refrain : "Ah non ! je refuse, je vais gagner moins qu'au chômage !". Et puis, un petit cas se présentait qui voyait un peu plus loin que le bout de son nez et qui disait : "Si cela peut me mettre le pied dans l'entreprise et ce sera un plus sur mon CV". Voilà ce que j'appelle l'intelligence ! Et puis, il faut savoir parfois forcer la chance car en se faisant connaître sur le terrain, il en ressort toujours quelque chose de positif. L'argent ! l'argent ! toujours l'argent ! Bien sûr que c'est important pour vivre mais parfois un petit sacrifice peut emmener vers de grandes perspectives.
Et puis, allez vous asseoir 2 heures dans un Pôle Emploi, et vous allez voir s'ils ont tous vraiment envie de travailler ! Ils arrivent en retard aux RDV, refusent tout ce qu'on leur propose systématiquement. On a des droits, alors pourquoi pas les faire passer avant les devoirs ?
Et si on voyait un peu plus loin pour une fois ? Pourquoi au lieu de parler de travail forcé on ne pourrait pas parler d'une force de travail ??
Réponse de le 11/06/2011 à 13:28 :
@ catwoman; à part l'intox évidente de la rengaine "droits etd evoirs" chère à l'UMP, ce commentaire n'apporte rien !!! Ca connaît quoi une consultante en recrutement sur les problèmes de l'entreprise ? C'est fait pour s'assurer que le postulant répond exactement aux points listés sur la feuille de recrutement, non :-)
Réponse de le 11/06/2011 à 21:30 :
catwoman : Donc moi qui suit menuisier qualifier avec 10 ans d'éxpérience sur machine outil à commande numérique et qui touche 1400 euro par mois au chomage , je devrait allez bosser dans le nettoyage pour le smic , et en plus mettre 100 euro de diesel par mois pour pouvoir allez bosser ? Oula !! ça me donne trop envie.... une consulatante restera une consultante... Merci quand même !
Réponse de le 13/06/2011 à 17:32 :
Consultante en recrutement en France, j'en ai croisé des dizaines qui se la pete en tailleur et connaissent rien du tout a leur boulot ni aux metiers de leurs clients.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :