Dépendance : le casse-tête du financement n'est toujours pas réglé

 |   |  388  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Les ministres en charge de la réforme de la dépendance doivent remettre leur copie le 30 juin et le président de la république doit concocter un projet de loi avant l'été. En attendant l'examen du texte au parlement à la rentrée, les politiques exposent leurs pistes de financement.

Le dossier de la dépendance des personnes âgées est encore loin d'être réglé. Interrogés jeudi sur la réforme de la dépendance, Jean Arthuis et Philippe Marini ont réitéré leur opposition à la création d'une cinquième branche de la Sécurité sociale. Pas question pour ces sénateurs, respectivement président et rapporteur général de la commission des finances, d'accepter l'instauration de cotisations supplémentaires instaurées sur le travail ou une hausse de la CSG.

Pour contribuer au financement de la dépendance, ils seraient plutôt favorables à l'institution d'une deuxième journée de solidarité qui rapporterait entre 2 et 2,5 milliards d'euros et la mise en ?uvre du gage sur succession qui génèrerait lui 1 milliard d'euros, selon leurs estimations. En contrepartie, ils estiment que l'on pourrait envisager de réduire le reste à charge de certaines familles des classes moyennes.

Sur le plan du fonctionnement, Jean Arthuis et Philippe Marini estiment nécessaire un rééquilibrage des participations entre les départements et l'Etat pour parvenir à un financement paritaire, alors qu'aujourd'hui la charge incombe pour les deux tiers aux départements.

Un milliard d'euros sur 2012

Mercredi, invitée de "Questions d'Info" LCP/France Info/AFP, la ministre des Solidarités, Roselyne Bachelot, avait fait état d'un besoin de quelque 2,3 milliards d'euros par an à l'horizon 2025 pour financer la dépendance "à modèle social constant".

Elle a également évoqué "des mesures nouvelles" (situation financière dans certains départements, mesures d'aides au service d'aide à domicile...), qui représentent "environ un milliard d'euros" "sur 2012".

Alors que les débats en région se poursuivent, que les groupes de travail doivent faire connaître leurs réflexions (le groupe "stratégie pour la couverture des personnes âgées" animé par Bernard Fragonard doit livrer vendredi ou samedi ses conclusions), la ministre s'est refusée à dévoiler quels moyens de financement avaient sa préférence.

Elle s'est bornée à évoquer des "solutions mixtes", pouvant allier "un rattrapage partiel ou total" de la CSG (alignement de la CSG des retraités sur celle des actifs), "fiscalité du patrimoine" (le Conseil économique, social et environnemental a évoqué une taxe de 1% sur les successions et donations), l'extension de la journée de solidarité "à l'ensemble des retraités et des professions indépendantes".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/06/2011 à 11:33 :
Il y a un impot dont on ne parle plus,c'est la taxe carbone;il permettrait de régler beaucoup de problèmes,dont la dépendance.
a écrit le 17/06/2011 à 10:26 :
Si on écrème un tout petit peu les salaires extravagants et les salaires élevés du privé comme du public, on pourra financer 10 fois la dépendance du pays, tout n'est que volonté politique. Une nouvelle gouvernance qu'elle soit du côté de Mélenchon ou de Marine est nécessaire pour faire cesser les privilèges exorbitants et les injustices insupportables et insoutenables de la société françaises. Prenons le cas de Carlos Ghosn qui gagne près d'un million d'euros par mois. Mélenchon lui prendra tout ce qui dépasse 20 000 euros par mois. Bravo M. Mélenchon !
a écrit le 17/06/2011 à 7:29 :
Le cout de la dépendance et le reste à charge pour les familles provient essentiellement d'une fiscalité entreprises et de la "socialisation" du travail rendant prohibitif en prix de revient (donc de vente) les prestations d'hébergement, nourriture et soins. A EUR 80.- jour et + par personne dépendante, leurs maigres retraites, imposées, CSG-CRDSisées, sont ensuite siphonées en totalité et les familles doivent compléter sur leurs derniers revenus disponibles. Il s'agit donc d'une véritable taxation déguisée de la dépendance, un prélèvement obligatoire de plus et non voté, l'Etat, la sécurité sociale récupérant en douce plus que ce qu'ils n'accordent. Là, l'action collective des citoyens est nécessaire devant ce délit en col blanc.
a écrit le 17/06/2011 à 6:33 :
Les retraités qui possèdent des biens, (propriétaires ) ce bien doit revenir à l'état!
a écrit le 17/06/2011 à 3:01 :
nous petit peuple ra le bol
il faut prendre sur les salaires des grand patron genre proglio ancien de véolia maintenant a EDF et sur les salaire des députés qui souvent cumul député ,maire sur le salaire des ministre des sénateur la il y en à du fric assez le peuple va finir par faire sa révolution d'ailleurs ont atted quoi vous etes prés
a écrit le 16/06/2011 à 16:48 :
il ne va pas falloir pousser le bouchon trop loin car la moutarde commence sérieusement....à faire éternuer les anciens. le mécontentement s'amplifie et la colère monte. Une grosse secousse est à craindre si l'on continue à culpabiliser et à pénaliser les anciens avant leur mort. Le climat sociétal devient déplorable. les anciens ont des revenus insuffisants . le coût ANORMALEMENT élevé des soins en général n'est pas dénoncé.-Pourquoi?- Ce sont les soins qui coûtent trop cher, pas les retaités. il faut impérativement surveiller et contrôler sans pitié les exagérations de tous genres et de toute provenance et tout particulièrement le coût prohibitif de ces soins multiples , en surnombre, ou faisant doublon ou tout simplement trop chers.trop chers je le répète.
les taxes que l'on veut faire payer aux retraités sont purement scandaleuses . Avant de les taxer on se doit de restreindre d'abord les dépenses et le train de vie de l'ETAT et de renflouer les recettes fiscales par la suppression de certaines niches évidentes. Or, la solution semble être toujours la même: on passe à la banque chez les retraités qui d'ailleurs tirent la langue car leurs retraites sont indexées sur l'inflation. En déclarant qu'il n'y a pas eu d'inflation depuis 15 ans, les revenus des retraités ont été mécaniquement diminués d'autant. BREF , arrêtons de nous faire avaler des couleuvres. Ceux dont la santé s'écroule ne doivent pas une fois de plus être pénalisés avant de nous quitter. En revanche, faire restituer une partie des surplus des dépenses de santé sur la succession du défunt n'est pas anormal. ceux qui ne prendront pas en charge leurs parents devront d'une manière ou d'une autre régler la note à la sortie sur la succession. de grâce aussi, supprimons les niches fiscales sur les restaurants par exemple, les finances cherchées seront vite trouvées.Quant à vouloir étendre la journée de solidarité aux revenus des retraités, c'est une bombe. il y a bien d'autres niches fiscales à supprimer .
a écrit le 16/06/2011 à 16:01 :
Je prone plutot pour une contribution citoyenne pour l'ensemble des actifs du type "semaine de solidarité" en remplacement de "la journée de solidarité (lundi de pentecote)" ... Une semaine travaillée pour le financement de la dependance et le handicap. Les actifs n'auraient plus que 4 semaines 1/2 de congé . Nous , les actifs , nous avons encore la force de travailler et nous devons faire en sorte de leur rendre une vie meilleure .
Réponse de le 17/06/2011 à 7:40 :
@Tennis.Est ce une nouvelle façon pour la droite de revenir sur les droits des salariés sous couvert d'une solidarité intergénérationnelle? D'accord sur le fait de faire un effort mais cet effort doit être partagé par tous et non reposer sur les seuls salariés. Gageons que notre Président avec son sens de la justice sociale sera très intéressé par votre proposition qui lui permettrait d'en finir avec les 35 heures. Une fois de plus du Sarko c.a.d toujours dresser les français les uns contre les autres (dans le cas présent salariés contre retraités) plutôt que de chercher un compromis approuvé par une majorité.
a écrit le 16/06/2011 à 14:52 :
arreter de payer des députés qui ne vont pas a l'aassemblée, leur donner des retraites normales comme tous les citoyens, cesser de payer des fonctionnaires comme ferry a ne rien faire, supprimer les voitures de fonctions aux ministres, cesser de voyager en jet prive, arreter de payer des logements de fonctions etc les pistes ne manquent pas ...... mais c"est encore les petits salaires qui vont payer la note
Réponse de le 16/06/2011 à 15:47 :
100% d'accord le coup de la dépendance qui peut aller jusq'a dilapider le patrimoine serait peut être moins lourd si on arrêtait les multi mandats et autres comme vous le préconisez
Réponse de le 17/06/2011 à 10:03 :
Bonjour Fraise Menthe, Entiérement d'accord avec vous. Nous avons sauf si je me trompe 101 départements en france, 577 députés, faites le calcul, sans compter fonction de députés, maire avec, commission de n'importe quoi etc...Moi j'aimerais bien connaître les revenus déclarés et les autres non déclarés entre autre mrs FERRRY, GUERINI à Marseille, j'en passe et des meilleures. Sans vouloir en plus en rajouter une couche, combien par exemple touche par mois un footballeur moyen n'importe ou, et vous votre déclaration 2011, vous allez avoir peur, because vous c'est par an....Je vois le mur arriver à toute vitesse... et vous??????
Réponse de le 17/06/2011 à 11:47 :
Bien sûr madame Lagarde pendant ce temps dépense sur notre budget 150 ooo ? hors frais de bouche pour assurer son élection au FMI voila ou est le véritable scandale.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :